Sujet : Politique

Une lettre et … direction bien à droite

On imagine sans peine le tollé qu’aurait provoqué Mme Merkel si elle avait pris « la liberté » d’expédier une lettre aux « citoyens européens ». C’est pourtant ce qu’a commis M. Macron sans beaucoup de succès, même parmi la population de son pays. Ne

Les libertés en veilleuse

Plus de deux mille personnes ont été blessées par les forces de l’ordre depuis le début du mouvement des gilets jaunes. Quatre-vingt-treize l’ont été gravement. Certaines se sont vues amputées d’un membre et treize ont perdu un œil. Les traumas

Grand débat ou diversion ?

Le gouvernement aura beaucoup espéré de la trêve de fin d’année pour que s’essouffle la contestation sociale. La propagande autour des mesures en trompe l’œil concédées par le Président, la lumière médiatique braquée autour des seules violences pour mieux évacuer

Des mouvements qui portent loin

En cette nouvelle année, nous adressons à chacune et chacun d’entre vous, ainsi qu’à vos familles et vos proches, nos souhaits de santé et de bonheur. Les combats entamés en 2018 sont autant de vœux pour que chaque individu, chaque

Nos vœux

A chacune et chacun d’entre vous, nous présentons nos meilleurs vœux de santé, de réussite et de bonheur pour l’année nouvelle qui commence. Le monde plus juste et plus solidaire, plus humain, plus fraternel, dans la paix auquel nous aspirons

La colère doit déboucher sur des acquis

La France du travail et du chômage est décidée à sortir de l’invisibilité. C’est le sens du gilet jaune qu’enfilent ouvriers, caissières, infirmières, paysans, privés d’emploi, petits entrepreneurs et bien d’autres. Aucun artifice de communication ne fera retomber la colère

Un plaidoyer pour ne rien changer

M. Macron ne semble pas comprendre qu’il n’a pas mandat dans le pays pour appliquer sa feuille de route libérale. En répétant inlassablement qu’il conserve son cap, il met les pays et ses institutions en danger. En ne voulant pas

Il n’est pas trop tard !

Le traité de libre échange avec le Canada (CETA) est appliqué de manière « provisoire » depuis le 21 septembre 2017, sans vote d’approbation du Parlement. En principe, tous les États européens auraient dû se prononcer avant la fin du mois de