Le rendez-vous de L’Europe progressiste

le 27 mai 2015

Greek flag and banner "Stop Austerity Support Greece

La création d’un forum européen des alternatives, dont la première édition se tiendra cette fin de semaine, place de la République à Paris, vient à point nommé.

En effet, les peuples et les forces sociales, syndicales, celles de la transformation sociale et écologiste, sont confrontées à un sérieux paradoxe.

Jamais, sans doute, les citoyens européens n’ont autant rejeté l’actuelle construction européenne et pourtant, jamais il n’y a eu un si grand besoin de construire un espace européen commun face aux défis qu’ils doivent affronter. Des défis communs de ce monde qui ne peuvent trouver de solutions positives sans un nouveau type de coopération européenne solidaire et progressiste. Qu’il s’agisse de la solidarité avec les pays du Sud et des enjeux de l’immigration ou de ceux engendrés par les modifications climatiques, des moyens de contester la toute-puissance des marchés financiers et de résorber la dette des Etats en transformant le rôle de la Banque centrale européenne. Qu’il s’agisse encore, face au chômage et à la précarité de masse, de lancer des projets industriels, agricoles ou de services d’un type nouveaux, s’inscrivant dans une transition environnementale, ou des enjeux que pose la révolution numérique. Qu’il s’agisse tout autant de la préservation de la Paix et de l’indispensable action pour une stabilisation du monde notamment autour de notre mer commune, la Méditerranée. Rien de cela ne pourra se faire si chacun reste ou retourne dans son coin. Ces enjeux réclament un nouveau projet européen.

Ce sont les traités européens codifiant des politiques ultralibérales au service d’un capitalisme financier prédateur qui ont conduit jusqu’au rejet même de l’idée européenne. Les élections, ces dernières semaines ont fait apparaître avec force et de manières parfois contradictoires le rejet de la cogestion des politiques européennes par le duo de la droite et du parti socialiste européen. Les peuples cherchent confusément les moyens de sortir de la gangue austéritaire que leur applique depuis des décennies cette coalition éloignée des attentes populaires ; tout occupée à satisfaire les demandes des milieux d’affaires.

Jamais pourtant, dans l’histoire contemporaine, les travailleurs comme les privés d’emploi, les créateurs, les jeunesses n’ont autant eu besoin de se rassembler, de se parler, de se comprendre pour envisager ensemble un autre futur à notre continent et, au-delà, à notre monde communs. Imaginer les moyens d’une refondation de la construction européenne devient donc un impératif loin d’être aujourd’hui ressenti comme essentiel par celles et ceux qui seuls peuvent en assurer le succès : les populations des différents états européens, qu’ils fassent ou non partie de l’actuelle Union européenne. Mais, ce qui progresse, ce sont les impasses des replis nationalistes et identitaires, terribles illusions qui ne permettraient de résoudre, dans le sens du progrès et de l’émancipation humaine, aucun des graves problèmes qui assaillent des millions de personnes, au premier rang desquelles les plus démunies. Raison de plus pour contribuer à inverser cette tendance mortifère, dans laquelle se complaisent les extrêmes-droites, par la construction d’un mouvement social et politique transfrontière, affrontant la nécessité d’une révolution de l’Union Européenne, considérée comme une Union de nations et de peuples libres et associés coopérant entre eux, décidant ensemble d’un projet progressiste plaçant en son cœur le développement humain et écologique. Voie difficile, tâche de plus en plus compliquée, certes !  Mais quel autre chemin efficace tracer, pour changer nos vies et le monde, que celui d’un nouveau combat internationaliste ? Il n’y en a pas et c’est là une des données primordiales de notre époque par rapport à celles qui l’ont précédée. L’heure est donc à porter les débats sur les moyens de sortir des traités européens nocifs, infligés aux Etats, et considérés par les actuels dirigeants européens comme une sorte d’horizon ultime de ce qu’ils osent encore nommer « démocratie », celle rêvée par M. Juncker, qui n’a pas hésité à déclarer avec cynisme, à l’encontre de nos amis grecs, qu’ « il ne peut y avoir de démocratie contre les traités ». Nous, entre la dette et le respect du suffrage universel, nous choisissons le second. En faisant remarquer que dans aucun traité, il n’a été écrit que le Fonds monétaire international devait décider des politiques des Etats européens en lieu et place des gouvernements. Qu’il avait même été précisé que la Banque centrale européenne ne devait pas faire de politique, alors que la fameuse « Troïka » détermine les politiques antisociales à mettre en œuvre. Mais ça, c’était avant, quand il s’agissait de faire avaliser des traités qui, aujourd’hui, font nager les dirigeants européens en pleine contradiction !

Cette fuite en avant «a-démocratique » ou « post-démocratique » des institutions européennes est au cœur de la profonde crise qui frappe l’Union européenne. Or, pour construire les chemins de l’avenir, une nouvelle ère de la démocratie est indispensable. Nul doute que les nombreuses organisations sociales et politiques, les militants et les personnalités de diverses opinions qui vont se rencontrer et débattre durant ces deux jours du forum européen des alternatives, vont contribuer à en éclairer les pistes dans leur quête de nouveaux ponts à construire entre les peuples et les forces progressistes des différents pays pour donner du sens à un processus démocratique permettant d’ouvrir les voies inédites d’une nouvelle Europe.

Le projet de construction européenne est en effet à la croisée des chemins. L’interminable crise, les politiques d’austérité déployées avec une violence inédite sur l’ensemble du continent, la monnaie unique mise au service de la finance, broient les aspirations populaires à vivre des jours heureux et entrent en contradiction avec les formidables potentiels, professionnels, technologiques, culturels, scientifiques, bien présents sur le continent. Quel gâchis !

Le regain des forces nationalistes et xénophobes ne semble pas effrayer l’oligarchie qui, du haut de son Olympe, s’accommode fort bien des discours de repli et de haine proférés un peu partout. Cette oligarchie n’a pour seul ennemi que les forces de transformation sociale qui, à gauche, tentent de frayer un chemin nouveau et d’inventer un modèle de croissance durable, social, et écologique. Ainsi, rien n’est épargné aux éclaireurs de Syriza qui font l’objet d’un acharnement tout néocolonial de la part de leurs créanciers, soutenus par les institutions européennes. C’est contre eux et contre elles que les Grecs ont majoritairement voté. Qu’on respecte ce choix souverain est la moindre des exigences ! Qu’on respecte la voie empruntée par les espagnols qui, avec Podemos, viennent de remporter des succès éclatants aux élections locales ! Qu’on respecte et qu’on écoute, partout où ils s’expriment, les mouvements qui contestent l’austérité européenne et proposent d’autres chemins de sortie de crise !

Comme nous, ils ne peuvent accepter la mort de ces milliers de migrants qui tentent par tous les moyens d’échapper aux désastres générés dans leurs pays par la mondialisation néolibérale et les guerres pour gagner le simple droit de vivre.

Comme nous, ils ne veulent rester spectateurs du changement climatique annonciateur de nouveaux et massifs mouvements de populations et de bouleversements insoupçonné de nos écosystèmes. Au lieu d’enjoindre aux pays pauvres de s’acquitter d’une dette climatique qu’ils subissent plus qu’ils ne l’ont créée, les responsables européens devraient pouvoir se projeter vers un nouveau modèle de développement et de coopération, écologique et durable, et mener une politique d’accueil audacieuse.

Comme nous ils souhaiteraient que l’on commence à parler de l’insupportable dette Sociale et écologique qui s’accumule comme un nuage de plus en plus menaçant au dessus de nos têtes et de celles des générations futures.

Comme nous ils ne souhaitent pas que le projet européen soit englouti dans le libre-échange mortifère du projet de traité transatlantique au service exclusif des multinationales.

Comme nous, ces mouvements de résistance et de changement ne peuvent supporter les nouvelles tensions dans les Balkans et la guerre aux portes de l’Europe qui deviennent des terrains d’affrontement des grandes puissances.

La situation actuelle est alarmante. Elle appelle débat et action. En se donnant rendez-vous à Paris en cette fin de semaine, l’Europe du changement espère contribuer à ce que l’espoir ait à nouveau droit de citer dans un continent qui en a bien besoin !

22 commentaires


RABOTOT Robert 27 mai 2015 à 19 h 47 min

Je ne pourrai pas assister au forum car j’habite trop loin de Paris et je suis âgé mais je souhaite un plein succès a cette initiative.
Il faut que les peuples se lèvent contre l’austérité.
Les exemples de Grèce, d’Espagne doivent nous inspirer Chaque pays, chaque nation doivent trouver en eux les ressources pour dire un NON résolu à l’austérité.

Moreau 27 mai 2015 à 20 h 20 min

Je salue ce nouveau article de Patrick excellent et quand je dis excellent c’est surtout excellent pour tous les Hommes dans l’immédiat, et c’est à espérer pour tout l’avenir. Oui, c’est l’évidence, il faut l’autre Europe, l’Europe de toute la culture et progressiste. Il faut préciser pour unir certains articles excellent de Patrick à certains articles excellent de Pierre Laurent et notamment à celui annonçant la priorité de chapitre à une nouvelle politique de la culture ambitieuse selon le terme politique choisi voire universaliste, centrale dans chaque pays en commun de l’Union Européenne, à commencer en France qui devrait réussir mieux encore que Syriza et Podemos, mais comme le disent des communistes, il faut des progrès à la base et donc des progrès de la vie politique communiste de proximité, il n’y a pas que les socialistes qui n’en donnent pas assez. Il faut bien préciser que la coopération du vingt et unième siècle plus que solidaire doit être associative culturelle et utile et même en troisième position pour être intègre et rigoureux sportive, ce qui n’a rien de lèse-majesté. Il ne faut pas se diviser sur l’ordre des arts et des activités humaines car l’ordre naturel est le même en vérité pour la vie de proximité que pour la vie au niveau national et au niveau européen. La politique ne doit jamais être extrémiste, ne doit jamais être une dictature, mais elle doit être une discipline et ce mot n’est qu’un mot parmi les mots qui peuvent définir la vraie politique qui sera la seule qui réconciliera mouvement politique et peuple, et plusieurs articles de Patrick donc constituent de grand pas dans ce sens grâce à ses initiatives inégalables de grand journaliste ainsi qu’ à son parfait respect de toute la liberté d’expression de l’être humain ; avec Patrick on peut soutenir ou critiquer ce qu’il écrit autant qu’on veut et ça, c’est génial. C’est la vraie démocratie participative intégrale.
Oui la coopération pourrait et pourra je l’espère progresser en France, en Europe, et dans le Monde, grâce notamment à des progrès infiniment trop longs à venir : les progrès associatifs culturels et utiles qui vivront avec les animations associatives sportives partout.
Et il est toujours fondamental de rappeler que tout effort pour relever les grands défis comme celui du rêve des migrations puisqu’il y un rêve européen comme il y a part exemple un rêve chinois et Jean Zay disait que les Hommes qui ne rêvent point la nuit perdent un tiers de leur existence ; et comme celui de la qualité optimale du climat ; tout effort s’ avérera vain et échec fatal sans rassembler toute la culture et toute l’associativité nécessaire et indispensable au progrès réel. Les individus qui luttent contre toute la culture luttent pour les catastrophes climatiques, c’est folie ; les Hommes qui luttent pour toute la culture luttent contre des risques détériorations catastrophiques naturelles. Et toute la culture est indispensable aussi pour construire la sécurité gratuite pour la société, la paix gratuite pour les pays. Il faut toute la culture pour la sécurité, la paix, le bon climat, la nature harmonieuse, la coopération partout ; mais aussi et comme c’est infiniment important de le réitérer sans cesse, toute l’associativité culturelle, utile, et sportive, dont les êtres humains sont capables.
Et bien tout cela c’est du Commun et de l’Universalisme.
Et qu’il est donc infiniment important que Patrick œuvre comme il œuvre pour la réussite de ce premier forum européen pour les vraies alternatives pouvant permettre de réussir réellement à relever les défis que certains promettre de relever tout en partant bien mal pour les relever mais échouer serait précipiter l’Humanité à sa perte, l’Homme n’a pas droit à l’erreur sur les grands défis.
Toute ma reconnaissance et ma gratitude Patrick pour ce nouveau et excellent article qui fait rêver et qui je l’espère va contribuer à la réussite de ce premier forum infiniment précieux.

alain harrison 27 mai 2015 à 21 h 10 min

Bonjour.

M. Le Hyaric, beaucoup de viande autour de l’os, comme on dit.

Merci pour cet excellent texte à « consonnance » de vision d’ensemble.

«« la construction d’un mouvement social et politique transfrontière »»

Il est temps de développer l’ouverture transfontalière des groupes à caractère social (défense de…., aide aux…, ) officiel, dans un premier temps et à court terme.
Les échanges d’expertises sera très utile pour les groupes respectifs et les populations.

Ici, il s’agit de faciliter les déplacements des regroupements sociaux officiels d’un pays à l’autre dans le cadre de leur mission respective.

Des comités formés par les groupes sociaux pourraient très bien mener cette tâche.

alain harrison 27 mai 2015 à 21 h 49 min

Bonjour.

Au cas, ou des pays quitteraient l’UE, il devrait y avoir une close pour que les échanges d’expertise « sur le terrain », soit le libre passage des groupes sociaux entre pays demeurent intacte.

chb 27 mai 2015 à 22 h 06 min

Démarche positive et réconfortante. En effet, la solidarité des peuples, qui suivra si possible des initiatives de cet ordre, sera nécessaire pour compenser les effets du rouleau compresseur de l’UE, de l’OTAN, de l’empire, etc.
Les PC désunis (particulièrement depuis la chute de l’URSS, évidemment), ou la mascarade de « Confédération Européenne des Syndicats » (ETUC, dont l’objectif avoué, fort droitier, est de faire prospérer l’entreprise en Europe) seront-ils utiles dans cette perspective ?
L’union sacrée, que ce soit celle de « l’esprit Charlie » ou celle de la « lutte contre le chômage » (qui s’avère être en fait une lutte contre les chômeurs et les salariés et les migrants) devra être démasquée, et combattue avant l’arrivée au pouvoir de la clique F’Haine, qui est apparemment le plan B du Capital…

Michel Berdagué 28 mai 2015 à 5 h 43 min

Patrick , quand tu dis : » … En faisant remarquer que dans aucun traité, il n’a été écrit que le Fonds monétaire international devait décider des politiques des Etats européens en lieu et place des gouvernements. Qu’il avait même été précisé que la Banque centrale européenne ne devait pas faire de politique, alors que la fameuse « Troïka » détermine les politiques antisociales à mettre en œuvre. Mais ça, c’était avant, quand il s’agissait de faire avaliser des traités qui, aujourd’hui, font nager les dirigeants européens en pleine contradiction !… » Mais ces dirigeants européens avec toutes les directives mortifères contre tous les services publics Santé , Enseignement Transports …la liste est longue ont choisi le capitalisme , le libéralisme avec son impérialisme qui plus est financier des marchés privés pour casser et dans notre pays le Programme du C.N.R. – cf Préambule du 27 0ctobre 1946 ( manque la Presse indépendante et libre des marchés financiers et groupes patronaux des multinationales propriétaires en 2015 de la quasi des méfias ). Ces dirigeants européens avec Junker en tête avec en poche qqs 240 milliards d’ impôts détournés , comme un Draghi et la B.C.E. grand trafiquant des comptes publics de la nation grecque avec des gouv.successifs , ces dirige

Michel Berdagué 28 mai 2015 à 18 h 58 min

.ces dirigeants européens avec les gouvernements dans chaque pays sont en total accord avec la politique économique du capitalisme prédateur . Sauf , en effet avec le gouvernement Grec actuel : et il faut voir le garrot , le couperet des échéances déjà payées et à venir . Il y a 10 ans le Peuple français a tranché , fort de sa souveraineté il a dit non seulement NON à ce traité européen dit constitutionnel de Giscard et consorts mais a dit NON pour cette orientation dite en ultra/néo libérale du turbo capitalisme , depuis Maastricht et avant pour les communistes . .
Et ils se sont assis dessus sur la souveraineté nationale du Peuple , pour les communistes et depuis la création de cette orientation européenne NOUS avons été très clair-voyant , avec des analyses politiques et économiques contre cette orientation que subisse tous les Peuples , le Prolétariat et la Classe ouvrière , NOUS avons été pour une Europe des Peuples , pour les coopérations et les échanges et non pas pour le moins disant par la concurrence des mondes du travail européens , réduits comme le capitalisme les met en résidence – et surveillés et condamnés des grèves et actions de revendications – à des produits objets , la dite concurrence libre et non faussée . C’ est donc en effet à une oligarchie mais des dirigeants européens et dans chaque pays qui appliquent en synergie les décisions de la synarchie , une poignée de capitalistes financiers prédateurs et spéculateurs – cf les travaux historiques d’ une grande intellectuelle Professeure émérite et certainement pas pseudo : Annie Lacroix-Riz .
Oui nous allons venir de 12 h à 14 h à République samedi 30 mai pour les débats et à 14 h 30 au Père Lachaise pour la Montée au Mur des Fédérés et pour la Commune ; et des camarades communistes manifestent devant L’ A.N. pour les 10 années de forfaiture de s’ être assis sur la souveraineté populaire la seule de pouvoir dans une République .
Rappel des votes pour le NON majoritaire :Non :
15 449 508 (54,67 %) ,près de 15 millions 450 000 votent contre cette U.E. et son traité comme celui de Lisbonne au dit du sieur Giscard c’ est kif -kif du premier torchon . ça compte pour du beurre ? A partir de là des abstentionnistes en augmentation exponentielle …Et alors ?
Pourquoi ce silence sur des camarades qui proposent certes tout de suite la sortie de ce machin U.E./B.C.E./NATO , mais qui rejoignent les communistes Grecs du KKE qui vivent la dure loi du capitalisme avec cette BCE étranglant et cette Commission U.E. adoubant comme les anciens gouv. grecs et comme les Moscovici et consorts le Junker cité de s’ assoir sur la démocratie les poches pleines de son Luxembourg enfer fiscal pour les Peuples de ce continent .

alain harrison 28 mai 2015 à 22 h 36 min

Draghi, junker…..sont des criminels ?!
Avéré en plus..?!
Ils sont intouchables.

alain harrison 3 juin 2015 à 20 h 21 min

Bonjour M. Berdagué

«« …la liste est longue ont choisi le capitalisme , le libéralisme avec son impérialisme qui plus est financier des marchés privés pour casser et dans notre pays le Programme du C.N.R »»

Oui, la question, que sont devenues les promesses ?

« un ordre social….juste.» ?
« le développement et le soutien des coopératives de production » ?
« la liberté de la presse, son honneur et son indépendance à l’égard de l’Etat, des puissances d’argent et des influences étrangères » ?

Aujourd’hui, le Peuple Français peut en prendre la juste mesure.
Et en jetant un regard global, en voir les tenants et aboutissants, les causes et les acteurs responsables.

Albert Einstein: un problème sans solution est un problème mal posé.

Les Jours Heureux
C.N.R.
15 mars 1944
Titre de la 1ère édition

LE CONTENU DU PROGRAMME DU CONSEIL NATIONAL DE LA RÉSISTANCE

«« Cette mission de combat ne doit pas prendre fin à la Libération. Ce n’est, en effet, qu’en regroupant toutes ses forces autour des aspirations quasi unanimes de la Nation, que la France retrouvera son équilibre moral et social et redonnera au monde l’image de sa grandeur et la preuve de son unité.
Aussi les représentants des organisations de la Résistance, des centrales syndicales et des partis ou tendances politiques groupés au sein du C.N.R., délibérant en assemblée plénière le 15 mars 1944,

II – MESURES À APPLIQUER DÈS LA LIBÉRATION DU TERRITOIRE

«« les mesures destinées à instaurer, dès la Libération du territoire, un ordre social plus juste.

«« la liberté de la presse, son honneur et son indépendance à l’égard de l’Etat, des puissances d’argent et des influences étrangères ; la liberté d’association, de réunion et de manifestation ;

«« le plan économique :

l’instauration d’une véritable démocratie économique et sociale, impliquant l’éviction des grandes féodalités économiques et financières de la direction de l’économie ;

«« l’intensification de la production nationale selon les lignes d’un plan arrêté par l’Etat après consultation des représentants de tous les éléments de cette production ; le retour à la nation des grands moyens de production monopolisée, fruits du travail commun,

«« le développement et le soutien des coopératives de production

«« le droit d’accès, dans le cadre de l’entreprise, aux fonctions de direction et d’administration, pour les ouvriers possédant les qualifications nécessaires, et la participation des travailleurs à la direction de l’économie.

«« la reconstitution, dans ses libertés traditionnelles, d’un syndicalisme indépendant, doté de larges pouvoirs dans l’organisation de la vie économique et sociale ;

En avant donc, dans l’union de tous les Français rassemblés autour du C.F.L.N et de son président le général De Gaulle !

En avant pour le combat, en avant pour la victoire afin que VIVE LA FRANCE !

LE CONSEIL NATIONAL DE LA RÉSISTANCE

http://fr.wikisource.org/wiki/Programme_du_Conseil_national_de_la_R%C3%A9sistance

alain harrison 3 juin 2015 à 20 h 46 min

«« le développement et le soutien des coopératives de production

«« la reconstitution, dans ses libertés traditionnelles, d’un syndicalisme indépendant, doté de larges pouvoirs dans l’organisation de la vie économique et sociale ;

Malheureusement, les 30 glorieuses ont passé bien à côté, à mon avis..

«« L’amalgame sybdicats-patronats !? »»
HUM ! le politique….

Face au système néo-libéralisme qui a de plus en plus emprise sur tout.

Moi, je ne veux pas vivre dans un système, mais dans le Monde-Terre.
Si nous voulons aller vers d’autres planètes, rencontrer d’autres vies évoluées très très hypothétiques…..L’espace temps est très vaste, des vies évoluées éteintes, en gestations…..?!?! Nous seront disparus.. Oui à la recherche adéquate.

Commençons par mettre l’ordre humaniste.
La PRIOTITÉ DES PRIORITÉS POINT.
Donc, entre autre, mettre l’économie à sa vraie place, à notre service.
Convertir l’économie-financière en économie-humaniste !?

alain harrison 28 mai 2015 à 5 h 48 min

Bonjour.

Il y a des documents signés par nombre de pays et qui vont dans le bons sens, bien sûr, il y a des correctifs à apporter.
N’hésitons pas à les réactiver.

ouvrierpcf 28 mai 2015 à 12 h 36 min

alain Harrison connait il le résultat du référendum organisé en FRANCE le 29 mai 2005 sur le TCE ??
le non a obtenu 63 %
pourquoi en France c’est le oui qui est appliqué,,??
ce n’est pas « vos correctifs » qui vont résoudre l’imposture du non respect du vote du peuple français de 2005
non moi citoyen français je n’ai pas à « réactiver »
des documents j’ai à faire respecter le vote de 2005 avec aussi proposer un autre texte et le mettre en application le tout démocratiquement voté

cather 28 mai 2015 à 14 h 06 min

complètement d’accord avec ouvrier PCF.

alain harrison 28 mai 2015 à 22 h 30 min

Vous avez raison, ce n’estpas des txtes qui changeront quoi que ce soit.

65% ont dit NON, et le chef d’état de l’époque ?!

Il n’y a aucune autre alternative que de suivre l’exemple de la Grèce, de l’expertise de Podemos, de s’inspirer des pays qui quittent le giron néo-libéral.

Inspirez-vous.
Avazz, maintenant 41 millions 500 milles…

L’initiative citoyenne européenne pour un revenu de base qui continue et influence…

Les coopératives autogérées, encore éparse et très marginale…

Réactiver ce NON des 65%. Ne lâcher pas le morceau, organiser des comités sur cette imposture.
Pétitions….faites affaire avec Avazz.

Proposer à tous les organismes de toute mission un forum sur le NON et un référendum exécutoire.

La gauche est à ce point en déconfiture.
Vous ne proposez rien de claire, qui a du mordant, vous ne saisissez pas, il y a deux fondamentaux, dont un le revenu a déjà de la consistence, parce qu’on en parle…
Nous devons faire notre visibilité…

Pour ceux qui se souviennent du documentaire la PRISE:
Occuper, produire…

65% de NON….

C’est à nous de produire les solutions.

Qui se souvient de la Charte de la Havane, et qui l’a coulé ?
Les US pour leurs seuls intérêts.

Mais dès 1913, la banque centrale américaine passait aux mains du pribé.
Ceci explique cela.

En France, la banque-1973-pompidou.
Encore et toujours le politique.

Podemos, des nouveaux venus, pas les anciens aguerris.

Le.Ché 28 mai 2015 à 8 h 01 min

On aurait besoin d’une Europe, mais d’une Europe des nations et en respectant chaque nation, ce n’est malheureusement pas le cas, l’Europe qui s’est construite est celle du capitalisme, de Merkel et Junker.
Avant qu’il ne soit trop tard, il faut essayer de construire une Europe des nations, sortir de l’euro de cette Europe capitaliste et austéritaire et de l’OTAN.
les Partis comme Syrisa et Podemos sont dans le sens de l’action, un pays comme la France est à la traine dans ce mouvement révolutionnaire ce n’est pas normal puisque nous sommes issue de la révolution française.

cather 28 mai 2015 à 14 h 07 min

complètement d’accord avec le.Ché

alain harrison 28 mai 2015 à 22 h 45 min

Podemos a une « expertise ».
Syriza est en train d’en faire une. Faire face à L’UE économique obtuse.

La gauche doit en profiter…..

Comme l’artiste qui garde précieusement ses ébauches pour l’oeuvre…

Ne pas négliger les EUREKA !

alain harrison 28 mai 2015 à 23 h 23 min

Et puis, il y a une chose dont on ne parle pas.

La Chine investit en Afrique sous l’appellation non ingérance non indifférence.

Mais quel modèle de développement et d’économie impose-telle dans les faits ?

Ce sont des projets financés par des milliardaires chinois. Et quel modèle ou mode de travail ?
Le modèle classique, celui de toujours.
Un boss qui bosse et des travailleurs bien soumis point.
C’est du pur néo-libéralisme.

Souvenez-vous du documentaire LA PRISE sous l’appellation: occuper, produire….
Mais en coopérative autogérée.
Ça, c’est du communisme pur !?

Le voyez-vous ?

Et vous avez une figure fantastique, mais vous, je suis désolé, passez à côté de l’essentiel.

Jean Jaurès:
« Pour Jean Jaurès, la révolution socialiste n’est concevable que dans le cadre de la légalité démocratique, c’est-à-dire par une conquête graduelle et légale par le prolétariat des institutions parlementaires et de la puissance de la production. »

Les trentes glorieuses.
Qui était au pouvoir ?
Quelle politique économique appliquée ?
Celle qu’affectionne le néo-libéralisme: l’équilibre budgettaire, le déficit zéro…

Mais vous avez accès à la vision d’ensemble de la période….
Et quel constat: les politiques d’équilibrage est la technique subtile (non vue) pour mettre le système de santé en position précaire…..
De même pour l’éducation, l’emploi…..

Personne ne voit rien, ceux qui voient, sont traités comme celui qui préchait dans le désert de la réaction.

Ceux qui se disent communiste, et bien réfléchissez aux coopératives autogérées.

Le communisme prévoit bien, la dispariton de l’état !?

La coopérative fait disparaître le boss.

alain harrison 31 mai 2015 à 22 h 01 min

Bonjour.

Au Québec, QS se détache du pleton des partis ?

Combattre l’austérité par la gauche

L’alliance des partis de gauche est nécessaire, dit la militante écossaise Cat Boyd
30 mai 2015 |Daphnée Hacker-B.|Québec

elle explique comment l’alliance des partis de gauche est essentielle à son avis pour combattre les politiques d’austérité.

« Nous sommes vraiment très inquiets. Au courant des dernières années, les conservateurs n’ont implanté qu’environ 25 % des mesures d’austérité de leur plan ; maintenant, ils vont accélérer le pas », déclare Cat Boyd

Les travailleurs souhaitant améliorer leurs conditions risquent de se faire mettre des bâtons dans les roues, ajoute-t-elle, puisque le nouveau gouvernement « a la claire volonté » de durcir sa politique antisyndicalisation.

le Parti conservateur possède une majorité absolue avec seulement 36,9 % des voix.

« Ce n’est pas parce qu’un parti a une majorité politique qu’il faut voir toutes ses décisions comme une fatalité, il faut continuer de se faire entendre, tenir un dialogue constant », explique-t-elle.

« On fait souvent l’erreur de croire qu’une alliance implique de sacrifier des principes et des idéologies. On peut garder nos valeurs, mais il faut les prioriser en fonction du but commun, dans ce cas-ci l’indépendance », explique Cat Boyd.

http://www.ledevoir.com/politique/quebec/441460/combattre-l-austerite-par-la-gauche

Développons des comités citoyens dûment représentatif et ayant les mêmes prérogatives que les diplomates. Avec même priorité de déplacement partout dans le monde.

Budget gouvernemental associé aux déplacements.

Comité Diplomatique Citoyen

alain harrison 31 mai 2015 à 22 h 19 min

Bonjour.

Pour ce comité diplomatique citoyen:
La formule.
La ou les missions.
Le nombre de déplacements et le temps sur place.
Le nombre de réunions dans l’année pour la préparation de la visite dans un pays donné.
Le financement gouvernemental du voyage diplomatique.
Totale indépandance de toute ingérance gouvernementale.
C’est un organe citoyen par et pour les citoyens.
Il peut y avoir plusieurs comités de différents pays qui se remcontrent dans un pays donné.
Une logistique selon…

Il est grand temps qu’un tel rézeau se développe à travers le monde.

alain harrison 31 mai 2015 à 22 h 29 min

Autre chose sur le modèle de comité diplomatique citoyen:
Le mode de remplacement doit être systématique.
Disons un comité de 5 personnes.
À chaque année, un remplacement.
Une personne ne sera là qu’un an, et la nouvelle sera la dernière à remplacé au bout de cinq ans.

Le comité est permanent, pas les membres.
Le temps partagé……
C’est une suggestion.

alain harrison 1 juin 2015 à 19 h 23 min

Bonjour.

«« Les peuples cherchent confusément les moyens de sortir de la gangue austéritaire que leur applique depuis des décennies cette coalition éloignée des attentes populaires ; tout occupée à satisfaire les demandes des milieux d’affaires. »»

Voilà un élément « Les peuples cherchent confusément les moyens de sortir de la gangue austéritaire » sur lequel il faut développer une pédagogie liée au nouveau discours de la gauche sur les alternatives claires et concrètes.

«« À travers les 30 ateliers qui ont animé le week-end, c’est de ces alternatives, de politiques sociales, économiques, de solidarité, d’égalité que les plus de 5 000 participants recensés par les organisateurs ont discuté tout le week-end : régénérer la démocratie, développer les services publics, reprendre la main sur la finance, construire la transition énergétique… Autant de thèmes enrichis de propositions concrètes qui ont traversé l’ensemble des débats mais aussi des happenings qui ont ponctué la journée du samedi. »»
http://www.humanite.fr/alternatives-pour-eux-cest-oui-une-autre-europe-575481#comment-78050

J’espère qu’un prochain article fera le bilan sur les propositions concrètes et les priorités à mettre en place, dans un agenda politique claire et limpide adéquatement articulé concernant les bienfaits réels, à court terme, moyen terme…selon les
priorités «  »synergiques » », pour l’ensemble de la population, et touchant principalement les pauvres, les handicapés, les jeunes des banlieues… Stratégie de l’introduction d’un revenu de base et/ou du salariat selon B.Friot envisageable liée a des coopératives d’insertions selon….

En espérant que le Forum européen des alternatives fera naître des comités citoyens….

Plus de 5 000 participants ce week-end place de la République à Paris, au premier Forum européen des alternatives. Ils sont venus pour dire leur solidarité avec la Grèce et écrire ensemble un autre futur.

Des comités diplomatiques citoyens….dans chaque pays…

Laisser un commentaire

Commentaire

Nom *

Les champs marqués * sont obligatoires

Email *

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Restez en contact

Inscrivez-vous à la newsletter