La pauvreté, cette servitude !

le 21 juin 2018

Dans le droit fil des saillies de la droite et de l’extrême droite, le président de la République tente d’instiller l’idée qu’on donne trop d’argent aux … pauvres. Des bas salaires, de la mise au chômage, de la précarité de l’emploi, des petites pensions de retraites pas plus que de la maladie, causes de la pauvreté, il n’en est jamais question. Comme si les pauvres étaient responsables de ce qui leur arrive et dilapidaient en plus l’argent qu’on leur donne, puisqu’ils ne s’en sortent pas !

Or, les dépenses publiques pour faire face à la pauvreté équivalent à 25 milliards d’euros, soit un petit pour cent des richesses produites. Le niveau de vie des 10% les plus riches est 24 fois supérieur à celui des plus démunis.

La solidarité nationale, bien que très imparfaite, contribue à ce que la société puisse fonctionner et ne devienne une jungle. Aucune activité n’y serait possible, à commencer par la production de richesses. Ce serait un retour à l’ère des barbares. En réalité, le combat contre la pauvreté n’est pas acte de charité mais de justice. Son niveau indique le degré de civilisation et celui à atteindre, avec une autre répartition de ses richesses au profit du travail et non plus du capital financier, d’une sécurité sociale du travail, de la formation et de l’accès au logement et à la santé.

Au lieu de cela, nous sommes astreint à être les spectateurs d’une communication présidentielle cynique qui se gargarise de mots vidés de leur contenu pour camoufler la réalité d’une politique de destruction patiente de toutes les solidarités. Ainsi en va-t-il de « l’émancipation », convoquée désormais dans la propagande élyséenne contre la solidarité et renvoyée, contre toutes les traditions politiques et philosophiques de gauche, à la seule réussite individuelle. Cette dernière vient justifier que « le pognon de dingue » serve à réduire l’impôt sur le capital, supprimer celui sur la fortune pour les actifs financiers. A elle seule, la suppression de la modeste « exit-tax » représente un manque à gagner de six milliards d’euros, soit le quart des aides sociales censées prévenir la pauvreté !

Après le hold-up up des mots « progrès » ou « révolution », nous pouvons nous risquer à une définition du macronisme : une politique de classe au service des puissants, une violence antisociale des plus brutales noyée dans la démagogie verbale. Le zèle avec lequel ce gouvernement attaque les plus fragiles n’a d’égal que son silence sur les dividendes record qui confortent l’oisiveté des plus riches et sa cécité volontaire sur la fraude et l’évasion fiscale qui représentent près de quatre fois les aides aux plus démunis.

Les politiques de solidarité sociale, fiscale, en matière de logement ou d’aménagement du territoire sont essentielles à l’efficacité économique qui elle même a besoin d’efficacité sociale et environnementale, à moins de considérer comme semble le faire ce gouvernement que les inégalités et injustices doivent régir la vie en commun. L’idée présidentielle de « responsabiliser » les plus pauvres en dit long sur sa philosophie, la semaine même où l’ancien PDG de Carrefour se voyait offrir 13 millions en guise de retraite quand son groupe supprimait 2400 postes de travail. Arroser le capital de ressources publiques en faisant croire qu’ainsi des emplois seront créés, tout en demandant des comptes aux plus en difficulté, en détournant les yeux des exilés, montre exactement quels intérêts sert ce pouvoir et qui il entend surveiller et contrôler !

13 commentaires


Lily 25 juin 2018 à 8 h 03 min

C est une traduction exacte de ma pensée quant à ce gouvernement anti pauvres. À quel moment sommes nous des assistés ? Lorsque nous profitons des richesses sans travailler? Alors effectivement, les riches sont tous des assistés et coûtent un pognon de dingue!

Moreau 25 juin 2018 à 16 h 31 min

Les gens peuvent continuer à débattre, tout le monde débat pour rien sauf pour l’escalade de l’embourgeoisement. Qu’appelons-nous travail ? Les activités des Bourgeois de droite, de gauche, et d’ailleurs ? Les activités des Bourgeois ne répondent plus aux besoins de tout le monde, de nombreuses choses sont très onéreuses et trop inadéquates, ça va très mal, ça empire chaque année.
C’est toute la classe politique qui est anti pauvres car même ceux qui parle des pauvres, quand il s’agit d’écrire et de proposer un programme politique pour tous, il n’y a plus personne, c’est ainsi que ça va depuis le passage à l’an 2000.
De nombreuses activités de Bourgeois ne sont pas du travail mais de la vague besogne au service de la domination de l’Homme par l’Homme, de la destruction de l’Homme par l’Homme. De nombreux Bourgeois n’aiment pas le vrai travail bon pour l’Humanité.
La classe politique a tué les espérances des Hommes, tout n’est plus guère que désespérance.

alain harrison 25 juin 2018 à 23 h 14 min

Bonjour.

Avec la destruction de la Lybie, de l’Irak….et ci. Bientôt du Vénézuéla.

L’UE, un système d’euthanasie des cultures et des peuples (Grèce……tient un nouvel endettement ?), est devenu un tueur en série (de l’image à la ressemblance…des US ?)

Légal celui-là.

Venezuela, Colombie : Duque a reçu des instructions des Etats-Unis pour attaquer le Venezuela
25 Juin 2018, 17:50pm | Publié par Bolivar Infos
«« Pour détourner l’attention, ils assurent que leur préoccupation, c’est le trafic de dogues…

En Colombie, bien qu’il y ait 7 bases militaires des Etats-Unis soi-disant pour combattre le trafic de dogues et malgré le processus de paix signé avec les FARC, accusées dans le passé d’être le principal responsable de ce problème, le nombre d’hectares de cultures illégales a augmenté, ces derniers mois, de façon « extraordinaire. » »»

La méta fabrique de pauvreté est en marche, n’est-ce pas !
L’Argentine, le FMI remet ça……..

Continuez à défendre l’indéfendable.

Un article à lire pour montrer que le système entre dans une nouvelle phase (non su, Korzybski).

Un article :
En finir avec l’abus du droit de grève !
par Spartacus ( totalement libre, libéral et pro-capitalisme)
samedi 9 juin 2018
<>

Sur Agovarox.

L’individu système ?

Par contre, les solutions existent, mais vous n’y êtes pas. Oui, mais….

alain harrison 25 juin 2018 à 23 h 17 min

OUPS ! Il manque l’extrait.

«« La grève est une action concertée, qui consiste en une cessation du travail par les salariés d’une entreprise. Elle vise à créer des préjudices et entraîne une perte de productivité de l’entreprise.
En faisant pression contre la hiérarchie contractuelle, la grève est un déni de la responsabilité du salarié devant ses engagements et sa propre signature du contrat de travail.
La plupart des Français sont conditionnés et il ne manque jamais de juristes, de politiciens pour rappeler que l’on doit le respect aux grévistes qui font valoir « leurs droits ». L’endoctrinement et le conditionnement doctrinaire en oublie le raisonnement.
La liberté de circuler, d’entreprendre est une liberté fondamentale. La grève est une atteinte à ces libertés fondamentales et n’est évidemment pas un droit légitime et licite »»

Spartacus

alain harrison 25 juin 2018 à 23 h 30 min

L’individu système est en marche.

L’urgence de comprendre comment on fonctionne est devenu impératif. mais il semble que vous ne saisissiez pas l’ampleur d’un mécanisme aussi banal que destructeur.
Le chapitre 1 du livre de Jean-Marie Abgrall, tous manipulateurs tous manipulés.
C’est la qualité de l’info et non la quantité et les redondances étourdissantes.

Répétez un mensonge suffisamment et il deviendra vérité.
Comment ?

La mémoire, notre référence.

Répétez une vérité, mais il faut le questionnement (comment apprendre des leçons de l’histoire ?).

Je le répète. La vue d’ensemble nous donne accès aux tenants et aboutissants, aux causes, aux acteurs responsables, et à la cohérence du questionnement, ainsi qu’aux solutions.

Deux articles.

Crime contre l’humanité, l’ultime retour des barbares.

Qui sauve qui ?

alain harrison 26 juin 2018 à 3 h 51 min

Il ya un fait que vous ne voyez pas. TOBIG TO FAIL.
L’UE se veut ainsi. Non pas une union de pays partageant, mais un continent financier.

L’UE actuelle, n’en vous déplaise, il faut que vous vous en sortiez. Mais si le Peuple Français n’est pas capable de faire tomber ce gouvernement, il aura trahis ses idéaux dont jean Jaurès montre la voie que vous ne voulez pas voir.
Passer des discours à l’action.
JL Mélenchon l’a fait.
La Fi, le groupe sur la constitution, la VI è République….le M6R

Mais aussitôt apparaît les oui mais.

C’est bien de dénoncer, mais VIENT UN MOMENT où il est plus utile de questionner les limites des choix sur les grands enjeux et les grandes questions.

Les élections européennes s’en viennent.
Va falloir faire des choix à la lumière des erreurs de parcours.

Moreau 27 juin 2018 à 13 h 52 min

C’est la fin des inégalités qu’il faudrait, ce sont les inégalités et elles seules qui sont inacceptables tout comme les injustices, et il faudrait construire l’autre Europe car celle-ci n’est que celle de l’argent, de la bourgeoisie. Mais aucun parti politique n’y a travaillé sérieusement ou cela se saurait.

alain harrison 1 juillet 2018 à 20 h 22 min

La Bourgeoisie ?

Mais la classe moyenne « consumériste  » est l’extension de la bourgeoisie. La C. M. est la barrière tampon protectrice de la haute bourgeoisie ?

Et si oui, comment la convaincre qu’il y aurait une alternative viable ?

alain harrison 27 juin 2018 à 21 h 03 min

Exactement.

Les politiques ne font que jouer sur les effets, alors qu’il faut agir sur les causes. Ainsi, ils maintiennent le système et nous voyons son approfondissement depuis la dérèglementation (Thatcher-Reagan) et sa consolidation (la crise 2008). Macron affecte une nouvelle étape sans ambage ni résistance réelle. L’Argentine, retour au FMI. Vénézuéla, le risque Libyen, de plus en plus réel, après avoir bien démonisé. Tout le monde embarque encore. Aucune, mais aucune leçon apprise.

Ainsi les effets deviennent la source de nos malheurs et engouffrent nos énergies. Alors que
la véritable source est tellement évidente qu’elle échappe à tous ?!?

Quelle est la source de tous les maux humains ?

Je me répète encore, seul la vue d’ensemble nous donne accès aux tenants et aboutissants, aux causes et aux acteurs responsables………….

Marx avait sans doute cette capacité de voir l’ensemble et de faire les liens adéquats, et à son époque, cela ne devait pas être évident.

Communisme = « utopie » ?
par proletaire-de-fer (son site)
mercredi 17 janvier 2018

«« Karl Marx, grand philosophe et socialiste allemand, base pourtant sa théorie, non pas sur la bonté humaine, mais sur la lutte des classes. Tiens donc, étrange non pour un utopiste rêveur ? Contrairement aux socialistes utopiques de son époque, Karl Marx s’intéressait beaucoup aux sciences, et se considérait lui-même comme un scientifique. Et parmi les scientifiques de son époque, il en est un en particulier qui a révolutionné notre vision du monde : le biologiste et naturaliste Charles Darwin. Darwin a découvert deux choses fondamentales. En premier, la loi de la lutte pour l’existence, qui se manifeste dans tous les processus de la vie. En second, l’évolution des espèces, qui résulte de ce qui précède ; ainsi la vie n’est pas un ensemble de choses éternelles et figées ou cycliques mais a une histoire. Karl Marx comprit que la lutte pour l’existence de Darwin se manifestait elle-même dans la société humaine à travers la lutte des classes, que les sociétés humaines étaient elles-mêmes de ce fait en évolution permanente, enfin que chaque époque historique conditionnait elle-même cette lutte, que la société actuelle elle aussi était vouée à être remplacée par d’autres. »»
Sur Agoravox.

Bien sûr, la lutte des classes s’inscrivait selon l’époque d’alors.

Nous avons les connaissances nécessaires pour comprendre nos origines. Mais elles ne sont pas encore assimilées à leur juste place.

Tout comme le fait de déperdre nos énergies sur les effets, il faut continuer, mais il faut aussi agir sur les causes, faire les liens.

Mais , je pose encore la question.
Quelle est la source de nos malheurs humains: guerre, ignorance, injustice,…….

Combattre l’injustice, c’est bien, il faut continuer, mais sans prendre conscience de la source et de ses effets collatéraux sur l’ensemble, semble vint. Sans s’attaquer à la source, la dénoncer, nous continuerons de tourner en rond dans le parc néo-con-libéralisme sauvage.

De la dérèglementation (thatcher-Reagan) à la crise (2008), l’emprise se poursuit avec macron, sans ambage.

La capitalisme gagne parce que la plupart est sous le charme du mythe.

Un mythe à tout épreuve, est celui que la dignité de l’homme se trouve dans le travail.

Ainsi, par manque de perception, le communisme demeure la continuité modifié du capitalisme.

Ce qui explique l’efficacité de la propagande de l’idéologie capitaliste, à confondre la gauche d’avec la droite. Même, on entend encore dire que macron est de la gauche. Merci Hollande.

La fausse gauche a encore de beaux jours.
Malhonnêteté intellectuelle ou affairiste ?

Sortir de la confusion: la vue d’ensemble donne toute sa cohérence au questionnement.

Les solutions sont à notre porté, encore, faut-il les voir.

Bien des rendez-vous de manquer, certains sabordés (la Cotisation ?)

Moreau 27 juin 2018 à 22 h 14 min

La source de tous les maux, de tous les malheurs, de l’échec répété dans l’histoire de toute recherche de débat démocratique entre classe pauvre, classe moyenne, et classe riche ; c’est la mentalité bourgeoise qui est hélas de droite, de gauche, et d’ailleurs ; d’où l’abstention très importante et parfaitement bien fondée.
Et la source du meilleur, de tous les bonheurs ; est la littérature sacrée dans l’ensemble de ses oeuvres intégrales.
Pour dépasser le capitalisme, il faut une révolution, mais une révolution d’art parfaitement lisible, une révolution d’art populaire partagée. Seule l’Humanité peut être son sauveur suprême et tout est hélas perpétré dans la destruction dingue de l’Homme par l’Homme ; pour précipiter la fin du monde ; d’où toujours l’abstention très importante et parfaitement fondée.

alain harrison 28 juin 2018 à 0 h 52 min

L’ouvrage ou l’oeuvre la plus grandiose ne sera jamais la vraie vie. Seulement un souvenir, une mémoire, une nostalgie, une vie de seconde main. Le mythe littéraire ne fait que combler notre incapacité à vivre réellement, originalement nos vies. Il remplace le religieux. L’éducation juste, si nous parvenons à l’entrevoir, pourrait être l’oeuvre de vivre.
Mais maintenant ce qui fait lieu de vie est l’iPhone auquel de plus en plus de gens s’habitue comme une extension du corps (su et non su, Korzybski).

Quand vous dites que la source de nos malheurs est la bourgeoisie, vous ne faites pas attention, la bourgeoisie n’est qu’un effet de la source. Reconsidérez, voyez l’histoire, les exploiteurs se sont affublés de nombreux titres. Mais derrière ces masques, l’exploiteur, le système (militaire, police, agent secret de tout temps) qui encadre le phénomène de l’exploitation. L’éducation réservé, selon les époques instrumentalisaient les couches sociales hautes. Tandis que le peuple s’agenouillait pour mieux absorber leur conditionnement de classe. C’était la croyance de l’époque. Mais, il y toujours eu ceux qui se posèrent des questions et remettaient en question. Il y a les grands esprits des époques qui nous ont fait faire un bout de chemin, et cela fait parti de notre patrimoine libérateur sur le long chemin d’exploitation historique. Mais regardons qui nous domine. Trouvons les réponses adéquates pour que chacun puisse vivre sa vie et non une vie de seconde main.
De la condition humaine. La plupart confonde vivre et consommer.

D’ailleurs, sommes-nous vraiment en mesure de les distingués…..
Je me pose la question.
Comment dire, une métaphore:

Le poisson, c’est dans l’eau qu’on le fait bouillir.

alain harrison 28 juin 2018 à 4 h 34 min

L’hypocrisie UE.

Venezuela : L’hypocrisie néocoloniale de l’Union Européenne
27 Juin 2018, 16:06pm | Publié par Bolivar Infos

Par Geraldina Colotti
«« Ils prêchent la paix et ils sèment la mort, parlent de dialogue et élèvent des murs. Il s sont hypocrites par nature : la nature du capitalisme qui cache l’exploitation du travail derrière l’apparente « logique » du marché. Briser le siège du Venezuela, lutter contre les sanctions de l’Union Européenne signifie déchirer le voile de l’hypocrisie. »»

Venezuela, Colombie : Duque a reçu des instructions des Etats-Unis pour attaquer le Venezuela
25 Juin 2018, 17:50pm | Publié par Bolivar Infos

par Óscar H. Avellaneda,
«« Pour détourner l’attention, ils assurent que leur préoccupation, c’est le trafic de dogues…

En Colombie, bien qu’il y ait 7 bases militaires des Etats-Unis soi-disant pour combattre le trafic de dogues et malgré le processus de paix signé avec les FARC, accusées dans le passé d’être le principal responsable de ce problème, le nombre d’hectares de cultures illégales a augmenté, ces derniers mois, de façon « extraordinaire. » »»

Colombie : Et pourtant, elle bouge…
27 Juin 2018, 16:02pm | Publié par Bolivar Infos
«« Personne ne peut comprendre non plus que les négociations n’aient pas conduit à un accord sur la réduction des forces armées de l’Etat mais plutôt à annoncer que ces forces vont augmenter et se renforcer. Tout le monde se demande s’il est vrai que la guerre est finie, pourquoi les monstrueuses dépenses militaires ne s’achèvent pas mais augmentent. Et ajoutez à ça que maintenant, la Colombie est « partenaire » de l’OTAN. »»

Le Mexique, un nouveau souffle pour l’Amérique Latine Progressiste-Socialiste ?

Cette foi, la Fête de l’Humanité portera-t-elle la sentence de Jean Jaurès.

alain harrison 1 juillet 2018 à 19 h 56 min

Quelle est la situation du peuple terre ?

Nous sommes à la merci de la géo-politique et des nouvelles stratégies néo-coloniale.
Qui sont les acteurs ? Les maîtres d’oeuvres ?

Le FMI, la BM et ci. à l’échelle mondiale ?

La BCE à l’échelle européenne ?

Le bras armée, l’OTAN et la recrudescence militaire……..

Il y a l’émergence de la Chine et d’un système financier multipolaire.

Quels sont les voies à prendre pour amener la paix dans le monde ?
N’est-ce pas l’urgence des urgences, établir la paix ?

Quel est le rôle des états de droit ?

Laisser un commentaire

Commentaire

Nom *

Les champs marqués * sont obligatoires

Email *

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Restez en contact

Inscrivez-vous à la newsletter