1450 euros …

le 11 février 2014

injusticefiscale

Après la hausse de la TVA du mois de janvier, celle du coût de l’énergie, des transports et celle des impôts dont le premier tiers provisionnel arrive en ce moment dans les boites aux lettres de celles et ceux qui sont imposables, chacun fait ses comptes et la question qui revient inlassablement est la suivante : sur quoi allons-nous pouvoir économiser ou, en d’autres termes de quoi allons-nous devoir nous priver ?

 

Selon les résultats du dernier baromètre de la perception des inégalités en France, nos concitoyens estiment qu’il faudrait au moins 1450 euros par mois à une personne seule pour vivre. Huit millions sept cent mille personnes sont contraintes de  vivre avec moins de 977 euros  par mois.

 

A l’opposé de cela notre pays est en Europe celui où le nombre de millionnaires a le plus augmenté, et les profits des très grandes sociétés sont repartis de plus belle à la hausse.

 

Ceux des quarante sociétés cotées en bourse sont passés de 59,8 milliards d’euros en 2012 à 73,6 milliards en 2013. Ils devraient atteindre 87,3 milliards cette année pendant que le mal vivre et la pauvreté rongent nos campagnes.

 

Le mal dont souffre prioritairement notre société est bien celui d’un accaparement des richesses par une infime minorité, pendant que les pouvoirs successifs organisent les privations pour celles et ceux qui n’ont que leur petite retraite et leur travail pour vivre.

 

L’enquête  que nous évoquons plus haut montre  un  accroissement de la paupérisation des retraités et un grand pessimisme de ceux qui sont encore en activité : 73% des non retraités considèrent que leur niveau de vie, une fois leur retraite prise, sera moins bon que celui de l’ensemble de la population.

 

Une immense majorité  de personnes interrogées ont le sentiment que, durant ces cinq dernières années, les inégalités sociales se sont accrues, et de manière particulièrement révoltante, concernant l’accès aux soins médicaux,  qui devient de plus en plus difficile pour les plus démunis. Ceci s’aggrave encore dans nos compagnes avec la fermeture des petits hôpitaux publics, et la difficulté pour les médecins de s’installer.

 

Une large majorité  de ceux qui ont répondu à l’enquête juge normal que la France consacre un tiers du revenu national à la protection sociale et pense qu’il faudrait augmenter le montant des minimas sociaux comme le RSA.

 

On est bien loin là de ce que ressassent en permanence les grands médias et leurs prétendu spécialistes attitrés qui passent leur temps a tenter de nous convaincre que nous vivons au dessus de nos moyens et qu’il faudrait sans cesse se serrer la ceinture.

 

Nos concitoyens souhaitent plus de solidarité, et moins de cette « guerre de tous contre tous » organisée en haut lieu.

 

Ceci passe évidemment par une autre répartition des richesses qui doivent servir au bien commun et ne pas être accaparée par une petite caste de profiteurs qui pillent les résultats des fruits du travail salarié et paysan.

 

Le problème dont souffre notre société n’est donc pas celui d’un travail trop payé mais au contraire du fait qu’il ne l’est pas assez et que  la répartition des biens communs que sont la protection sociale et les services publics sont sans cesse amoindris.

 

Un gouvernement de gauche devrait travailler à faire progresser la justice sociale. Celui-ci ne le fait pas. Il répond en permanence aux demandes gourmandes des rapaces de la finance. Pire, il vient de reprendre la propagande de la droite et du grand patronat selon lequel le travail ne serait qu’un … Coût, alors que c’est la source de création des richesses. Et le droit à une bonne retraite est le résultat des salaires ou rémunérations différés que chacune et chacun met de côté de manière solidaire au long de sa vie de labeur. Quant aux services publics ils sont un patrimoine commun à toutes celles et ceux qui n’en ont pas.

 

Il devient urgent d’inventer un nouveau système d’impôts plus juste ; de développer un crédit public aidant les petites et moyennes entreprises ainsi que les petits et moyens agriculteurs, incitant l’emploi et dissuadant la spéculation boursière, d’agir avec énergie contre la fraude fiscale, l’évasion des capitaux dans les paradis fiscaux, de réformer les cotisations sociales en fonction de l’emploi créé , d’aider le travail et les investissements des agriculteurs ; de mettre en place un contrôle sur les aides publiques versées  aux grandes entreprises  aujourd’hui sans contrepartie.

 

Notre pays se meurt des inégalités et des injustices.

 

Il faut inventer un nouveau modèle qui parte non plus du capital prédateur mais des êtres humains. C’est un nouveau projet anti-austérité de justice et de développement des services publics qui permettra de sortir de la crise.

 

1450 euros est le minimum que devrait toucher chacune et chacun aujourd’hui ! 1450 euros ! Cela pourrait devenir une commune revendication.


13 commentaires


guéret 11 février 2014 à 17 h 36 min

Il faut en finir d’abord avec l’euro qui est une monnaie austéritaire copiée sur le mark Allemand, donc il faut revenir au Franc et ensuite construire une Europe pour les peuples, Nationaliser les groupes du CAC 40 et construire une sécurité sociale et des retraites par répartition pour tous les pays membres.(reconstruire une industrie française et une agriculture BIO)

Michel Berdagué 12 février 2014 à 12 h 12 min

Tu abordes tout de go de revenir au franc. Cette monnaie est , l’ euro, l’ instrument où la patte des rapaces s’ est abattue avec cette B.C.E. toute puissante pour en effet nous faire suer le burnous avec toute la maîtrise de la création monétaire du binôme banques privées/B.C.E. un grand prédateur a été coopté avec un C.V. imposant : ex Goldman-Sachs et ex magouilleur de comptes d’ état grec avec la droite et c’ est pour ça qu’ il a remplacé un fervent, ex témoin cité au procès du Crédit Lyonnais , avec M. Barre , tous deux grand théoriciens de l’ austérité et de faire des sacrifices à nous serrer la ceinture. Tu as raison de dire que c’ est « une monnaie austéritaire copiée sur le mark Allemand « , mais de sortir comme ça de cette monnaie gérée pour l’ impérialisme financier du stade suprême du capitalisme ,c’ est de casser le thermomètre , car nous sommes en 2014 et depuis la CECA , la C.E.D., la 5 ieme présidentielle à pouvoir perso ,Maastricht , 2005 … nous n’ avons eu de cesse de lutter contre cette U.E. au service du Kapital déchaîné , nous devrions le dire en clair :
Sûr qu’après des résultats magnifiques et victorieux du Fdg et du Front des Luttes aux prochaines élections européennes nous exigeons une gestion autre de cette B.C.E. avec des économistes issus de  » l’ Humain d’abord » : ils sont très nombreux et bien sûr sous contrôle de la citoyenneté et du prolétariat et des peuples européens , si la Commission coince et elle coincera ( surtout avec le gendarme OTAN/NATO le célèbre organisme qui avait pondu une véritable déclaration de guerre de style impérial : « – pour une économie ( sic) de l’ OTAN : pour une nouvelle alliance vers un nouvel ordre mondial- » ben voyons pour nous instrumentaliser et entrer en conflit avec les BRICS , d’ où le G.M.T. , et bien avec notre Victoire prochaine nous déclarons battre monnaie et en euro dans l’ Hexagone . Tu vois le rififi à Bruxelles : alarme générale à l’ OTAN/NATO/U.E. . Bon et si , ils nous les cassent de trop , nous battons monnaie avec des Jaurès , des Louise Michel ,des Danielle Casanova , des Krasucki , des Marcel Rayman ….remplaçant avec joie et bonheur ces billets mécanistes très laids . C’ est comme avec les échéanciers des banques privées : retard donc agios mais là de justice , mais comme tu le sais nous devons être majoritaire et là c’ est pas de la tarte. Ah si nous marquions l’ essai transformé de 2005 (9 ans perdus) une joie immense , une libération totale du joug du maître opérerait , bon ne rêvons pas , il y a trop de SI mais quelle Libération se serait avec un engagement de Lutte pour vivre l’ Humain d’ abord.

bouvet 11 février 2014 à 18 h 31 min

je pense que 1450 euros doit devenir une revendication car c’est vraiment un minimum par personne pour vivre actuellement, je dois bientôt prendre ma retraite mais je stresse un peu car elle ne sera pas très importante, comme beaucoup de salariés, et pourtant lorsque l’âge avance nous avons besoin d’une autre vie, il faut réinventer une société comme tu le dis qui prend plus l’homme en considération que le capital et les intérêts exorbitants des sociétés du CAC 40,le coût du capital est ce qui ruine notre société mais malheureusement ce n’est pas notre président qui s’est présenté comme un candidat socialiste mais qui gouverne que pour les grosses entreprises et surtout qui nous parle de social démocratie j’ai voté Hollande sans me faire d’illusions mais cette fois notre président dit « socialiste » suit les chemins et même peut-être les précède des gouvernements de droite, si le peuple de droite se mobilise sur des sujets désuets, nous peuple de gauche devons réagir pour sortir de cette politique qui finit par dégouter les individus.
Nadine Bouvet

RABOTOT Robert 11 février 2014 à 18 h 51 min

J’admire la lettre de « Patricia » dans l’Humanité aujourd’hui, son cri d’alarme devrai inciter chaque citoyen à se révolter contre les injustices. Survivre ou mourir tel est le dilemme posé a beaucoup d’entre nous. Réagissons avant qu’il ne soit trop tard.

jhenry 11 février 2014 à 19 h 04 min

1450 euros (brut ou net) soyons précis ! De toute manière une augmentation des salaires,des retraites et des minima sociaux est nécessaire pour continuer à vivre décemment quand on a un emploi ou pour survivre simplement quand on n’en pas ou plus ! On sait bien que de l’argent, il y a en et qu’il faudrait le répartir différemment. Mais, cette richesse est de plus en plus produite en dehors de notre pays et sur les marchés financiers internationaux.  » Notre pays se meurt des inégalités et des injustices » , soit , mais ce constat n’est pas une nouveauté ! Il faut « un nouveau modèle « de développement, un  » projet « anti-austérité », certes, mais un de plus ? Ne suffirait-il pas de réactualiser le programme  » l’humain d’abord » au lieu de vouloir toujours réinventer la roue ? Ce qui est urgent et qui manque le plus en ce moment ? des syndicats unis et un front de gauche uni, c’est à dire un rapport des force favorable à ceux d’en bas. Sans cela, on attendra longtemps encore 1450 euros ( brut ou net ?) assez de yakafocon !

pellizzoni 11 février 2014 à 19 h 45 min

ce gouvernement nous l’avons voté mais on nous a trompé sur tous les engagements qui avaient été annoncés, c’est que l’on est reparti pour 3 ans encore, ce qui est problématique, et que vont devenir nos enfants quand il s’agira qu’ils prennent leur retraite,il faut impérativement un changement, pour tous les gens qui souffrent au quotidien et apporter des solutions concrètes

Michel Berdagué 11 février 2014 à 23 h 00 min

Non nous n’ avons pas voté pour ce gouvernement . Lors des législatives où nous pouvions élire beaucoup d’  » Humains d’ abord » , nous avons perdu 2 191 899 personnes qui se sont permises d’ aller à la pêche en s’ abstenant . Depuis nous sommes en pleine galère , 10 des nôtres à l’ A.N. A la Manif du 6 février « – RASSEMBLER contre le libéralisme – pour une alternative – » , pour les salaires / pensions , l ‘ emploi non précaire nous étions mobilisés , mais il faudra beaucoup d’ eau sous Mirabeau et le Pont St Michel pour avoir un pouvoir d’ achat de vie normal issu de notre travail avec un statut indéterminé et une diminution importante du temps de travail . Après le matraquage que le salaire coûte trop , un  » économiste  » formaté ultra invité sur France inter un matin annonce en peste brune qu’ il faut baisser les salaires et bien qu’ il se divise par 3 son backhich le yakafocon il aurait encore plus de 1450 euros en net ou en brut !

Alain Harrison 11 février 2014 à 22 h 45 min

Bonjour

Je reprends ce paragraphe:
Un gouvernement de gauche devrait travailler à faire progresser la justice sociale. Celui-ci ne le fait pas. Il répond en permanence aux demandes gourmandes des rapaces de la finance. Pire, il vient de reprendre la propagande de la droite et du grand patronat selon lequel le travail ne serait qu’un … Coût, alors que c’est la source de création des richesses. Et le droit à une bonne retraite est le résultat des salaires ou rémunérations différés que chacune et chacun met de côté de manière solidaire au long de sa vie de labeur. Quant aux services publics ils sont un patrimoine commun à toutes celles et ceux qui n’en ont pas.
Ce paragraphe contient toute la problématique vécue.
Allons y par étape.

Un gouvernement de gauche devrait travailler à faire progresser la justice sociale. Celui-ci ne le fait pas. Il répond en permanence aux demandes gourmandes des rapaces de la finance.

Mon ennemi n’a pas de visage, il ne se présentera pas aux élections.
Voyez la similitude avec la philosophie de la finance et de sa thèse:
Le marché va se réguler de lui-même par la main invisible (le consommateur rationnnel). Ici, le visage n’est qu’une vulgaire généralisation sans contenu. Les gens ont des besoins, des désires….
La compétitivité non faussée. Ce sont des monopoles qui ont fait le marché à leur convenance en dictant le contenu des ententes.
Mon ennemi n’a pas de visage…
La désincarnation est le summum de la manipulation.
La désincarnetion rend insaisissable.
Toute une phraséologie incapacitante.
Hollande est le meilleur rapporteur de la finance.

La suite.
Pire, il vient de reprendre la propagande de la droite et du grand patronat selon lequel le travail ne serait qu’un … Coût, alors que c’est la source de création des richesses.

Alain Harrison 11 février 2014 à 23 h 16 min

La suite.
Pire, il vient de reprendre la propagande de la droite et du grand patronat selon lequel le travail ne serait qu’un … Coût, alors que c’est la source de création des richesses.

Hollande déforme la réalité; il rend réel ce qui ne l’est pas, le coût (la manipulation réside seulement dans la manière de présenter le coût du..en l’attaquant). Il rend irréel ce qui est réel, le travail la seule source de richesse.

Selon, la finance, en allant au bout de sa dialectique: il faudrait que les fées existent.

Et le droit à une bonne retraite est le résultat des salaires ou rémunérations différés que chacune et chacun met de côté de manière solidaire au long de sa vie de labeur. Quant aux services publics ils sont un patrimoine commun à toutes celles et ceux qui n’en ont pas.

Les solutions sont à porter de la main:

Les coopératives autogérées à temps partagé pour en finir avec la non répartition des richesses, avec les inégalités (partage d’une partie des profits réparties rationnellement..)
Faisons la promotion des avantages: conciliation travail famille, recul de la criminalité, temps de vie, de participation,….faites l’exercice.
Le revenu de base couplé aux coop.. Fini tout chantage, enfin la possibilité pour chacun de participer selon son propre sens..
La monnaie locale pour apprendre et prendre le contrôle du flux monétaire, d’abord local, puis en synergie…
Les élections à la proportionnelle pour une meilleure représentativité et de sains débats en impliquant le citoyen pour toutes nouvelles lois, la remise en question des lois existentes. Seul la population peut faire cet exercice. Les compagnies, le patronnat, les chambres de commerce, les cabinets d’avocat, les assureurs, et autres compagnies (pharna.., mines, etc) sont exclus. Elles nous ont exclus, c’est à leur tour. Le gouvernement représente le peuple.
Des référendums (balisé avec des critères) pour les questions fondamentales avec force de lois.
Un exemple:
Une loi pour rendre la parité entre les coop. et le privé.
Le marché décidera de ses préférences.
On verra bien l’intégrité du privé !

dupont 11 février 2014 à 23 h 43 min

quand je vois un pays(le cathare) qui tout à coup s’enrichit et que d’autres s’appauvrissent,
quand je vois des milliardaires de plus en plus riches et de plus en plus de pauvres de plus en plus pauvres… je me dis qu’il faut inverser un peu les rôles…

novelli robert ne le 3fevrier 1935 12 février 2014 à 8 h 11 min

que dire de plus que ce que j’ai lu hollande et sa clique font le jeu des rapace ils nous ont
bien eu moi ils ne m’aurons plus

Lo Piccolo 12 février 2014 à 16 h 25 min

Je crois que c’est très difficile de faire bouger les choses, parce que en premier lieu les médias sont acquis au système,et bien sûr ils désinforment plus qu’ils informent,ensuite les syndicats et les partis de gauche n’arrivent pas à s’unir pour faire un véritable front de gauche à l’image du front populaire,et aussi il y a ces économistes bidons que récupèrent les médias pour prêcher à tout va qu’il n’y a pas d’autre solutions que celle qu’ils préconisent sans contradiction dans les débats face à face, ce qui fait que beaucoup de monde est trompé et mal informé de la véritable situation économique en France et dans toute l’EUROPE,j’espère qu’avant ces prochaines élections ont pourra voir de véritables débats droite – gauche pour éclairer un peu le peuple qui, il faut le reconnaître parait démotivé et semble penser que l’on ne peut rien,et en dernier lieu la cours de compte,qui trouve rien que des solutions contre les plus pauvres,comment se fait-il qu’elle ne pense jamais à récupérer de l’argent là ou il en a le plus, selon la commission de Bruxelles les salaires de devraient pas dépasser 20 fois le salaire minimum!!je pense que là elle aurait une bonne source de revenus , en baissant tous les salaires et avantages des élus et des gros chefs d’entreprises, au lieu de s’en prendre seulement aux cheminots ,la source de revenu serait plus rentable,pour ces gens là il est préférable de frapper les petits.Alfred

Lo Piccolo 12 février 2014 à 16 h 25 min

Je crois que c’est très difficile de faire bouger les choses, parce que en premier lieu les médias sont acquis au système,et bien sûr ils désinforment plus qu’ils informent,ensuite les syndicats et les partis de gauche n’arrivent pas à s’unir pour faire un véritable front de gauche à l’image du front populaire,et aussi il y a ces économistes bidons que récupèrent les médias pour prêcher à tout va qu’il n’y a pas d’autre solutions que celle qu’ils préconisent sans contradiction dans les débats face à face, ce qui fait que beaucoup de monde est trompé et mal informé de la véritable situation économique en France et dans toute l’EUROPE,j’espère qu’avant ces prochaines élections ont pourra voir de véritables débats droite – gauche pour éclairer un peu le peuple qui, il faut le reconnaître parait démotivé et semble penser que l’on ne peut rien,et en dernier lieu la cours de compte,qui trouve rien que des solutions contre les plus pauvres,comment se fait-il qu’elle ne pense jamais à récupérer de l’argent là ou il en a le plus, selon la commission de Bruxelles les salaires de devraient pas dépasser 20 fois le salaire minimum!!je pense que là elle aurait une bonne source de revenus , en baissant tous les salaires et avantages des élus et des gros chefs d’entreprises, au lieu de s’en prendre seulement aux cheminots ,la source de revenu serait plus rentable,pour ces gens là il est préférable de frapper les petits.Alfred

Laisser un commentaire

Commentaire

Nom *

Les champs marqués * sont obligatoires

Email *

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Restez en contact

Inscrivez-vous à la newsletter