Vœux de combat et de fraternité

le 2 janvier 2018

Cadeau d'Edmond Baudoin offert aux lecteurs de l'Humanité pour la nouvelle année.

En ces temps si incertains, si troublés, nos souhaits de bonheur, de santé et de paix pour l’année nouvelle ne peuvent qu’être accompagnés de vœux combatifs et fraternels. En effet, si le bonheur reste une idée neuve, elle s’évanouit vite lorsqu’elle est éprouvée au cœur d’un océan de malheur et qu’une infime minorité conditionne la vie des autres.

Nier le fort mouvement de reflux des idées et combats progressistes n’aurait aucun sens. Mais refuser de voir que germent des luttes nouvelles porteuses d’émancipation non plus. Un mouvement mondial des femmes inédit se lève.L’aspiration à la justice sociale et écologique contre les paradis fiscaux et l’enfer d’une planète qui se consume grandit. La solidarité et l’hospitalité avec les migrants malgré des gouvernements sans cœur est là. Le refus des guerres et des tensions alors qu’un peu partout retentissent les bruits des canons se fait entendre. Des expériences nouvelles pour des projets sociaux, coopératifs, écologiques, numériques alternatifs, portés par des salariés, ouvriers, cadres, ingénieurs, chercheurs comme par des paysans, des jeunes nourris d’audace et d’inventivité se multiplie.

Oui, l’aspiration à « autre chose », à inventer la société et le monde de demain est bien réelle mais pas encore assez puissante. Qui peut en effet accepter ou justifier que les plus riches de la planète viennent d’engranger mille milliards de dollars supplémentaires quand galope les inégalités, que se répand la pauvreté et que le chômage est une plaie béante sur le front du capitalisme financier ? Une large unité de l’immense majorité de celles et ceux qui subissent ce système peut être possible. Elle est d’autant plus indispensable que dans les semaines à venir les travailleurs, les privés d’emploi, les retraités, les collectivités locales vont commencer à subir les effets des premières décisions désastreuses du pouvoir macronien. C’est maintenant qu’il nous faut être à leur côté pour réagir dans l’unité et mettre d’autres choix en débat.

Le cynique jeu du président de la République, cherchant l’unité nationale derrière les puissances d’argent peut être mis en échec. Il compte sur une vie politique anémiée, un débat public sclérosé, une gauche divisée, des syndicats affaiblis pour avoir les coudées franches afin de s’attaquer au salaire minimum, ouvrir la chasse aux chômeurs, brader à nouveau les actifs publics, laisser pourrir la situation à l’hôpital ou dans les transports publics pour les offrir au privé, présenter une loi scélérate sur l’immigration, renforcer l’Europe de l’argent et provoquer une révision constitutionnelle qui vise à réduire le périmètre d’une démocratie déjà bien malade. Nous pouvons compter sur notre nombre, notre aspiration démocratique et notre soif de justice.

Malgré ses difficultés et ses moyens trop insuffisants, l’Humanité veut non seulement vous accompagner dans l’année qui vient et vous être utile mais se portera au-devant des débats et des combats à venir. Elle veut être plus et mieux le journal du rassemblement de toutes celles et ceux qui ont pour ambition de changer le système. Source originale d’informations, d’analyses et force de propositions, l’Humanité s’efforcera de décupler le retentissement des combats pour l’émancipation sociale, écologique, démocratique, politique, culturelle.

Formons pour cette année nouvelle des vœux qui nous obligent toutes et tous : celui de l’unité populaire, dans la riposte sociale et politique pour que reculent pauvreté et inégalités, et celui d’entendre le silence des armes pour écouter, enfin, le si beau chant du monde.

Bonne année !

4 commentaires


Moreau 2 janvier 2018 à 16 h 13 min

Bonne année 2018 à tous les meilleurs voeux correspondant à la réalisation de la vision de la société universelle authentique selon chaque originalité de pays, de pays en pays ; et non à tel ou tel modèle de société fait avec l’argent maître, avec le pouvoir maîtres, en faisant des Exclus, des Immobiles, des SDF, des Oubliés !des voire d’indécence et d’aliénation, d’aliénation et d’indécence ; et aux adjectifs qualificatifs inférieurs et changeants. Bonne année au meilleur monde pour qu’il chasse pour toujours le moins pire et le pire qui étaient évitables.

Maniel Barbour Lise 3 janvier 2018 à 7 h 30 min

C’est joliement et exactement dit. Notre peuple a besoin d’un tel discours. À ma petite échelle je le fais suivre bien sûr mais il faudrait que ces idées puissent être partagées par e plus grand nombre. Comment? Je ne sais pas. Je vois que l’Obs et Mediapart offrent des solutions attractives. Les médias devraient être notre chance mais ils nous desservent plus souvent…
Bonne année de lecture aux fidèles de l’Huma.
LMB

Paulette Janoux-Bouffard 4 janvier 2018 à 19 h 32 min

EGALITE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

PLUS AUCUNE VIOLENCE pour CONSTRUIRE LA PAIX

Colombe 6 janvier 2018 à 10 h 07 min

,
ils sont 1 pour cent ,nous sommes 99 pour cent .  » Prolétaires de tous pays , unissez vous !  »
Cela est de plus en plus d’actualité.

Laisser un commentaire

Commentaire

Nom *

Les champs marqués * sont obligatoires

Email *

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Restez en contact

Inscrivez-vous à la newsletter