Sujet : CICE

Comme un ébranlement

Le mouvement populaire ébranle le pouvoir. Après avoir été contraint d’abandonner les suppléments d’impôts indirects sur les carburants, voici que M. Macron annule la hausse de la CSG pour une partie des retraités. Il consent également qu’on ne peut vivre

La vraie raison de la hausse des taxes sur les carburants

L’impôt indirect sur les automobilistes et les familles qui doivent remplir leur cuve de fuel pour l’hiver sert à combler les cadeaux sociaux et fiscaux au grand patronat. C’est le pouvoir macroniste lui-même qui en fait l’aveu dans un document

Le rapt des classes populaires

Le Premier ministre vient, dimanche dernier, de faire une véritable déclaration de guerre sociale aux travailleurs, aux privés d’emploi, aux retraités. Les foyers les plus modestes qui déjà subissent l’explosion des tarifs, la réduction des services publics et fondre leur

Débranchez la sulfateuse !

Des ors du château de Versailles au comité central du capitalisme à Davos, le Président distille ses messages prometteurs pour l’ultra-minorité qui accapare les richesses et accumule les patrimoines.  La France qui travaille, elle, crie justice. M. Macron a baisé

Quelle libération ?

La guerre idéologique ne prend pas de vacances. Ainsi nous venons d’assister il y a quelques jours à un déferlement de commentaires et d’analyses où l’ignorance crasse était en compétition avec l’imbécilité pour faire adopter l’idée que ce 29 juillet

Nouveaux pots, vieilles recettes

Comme il fallait s’y attendre, le discours boursouflé du Président de la République devant le Congrès laisse place au réel des mesures d’austérité que la Premier ministre a la charge de réaliser. Ce jeu de rôle et de dupe entre

Non aux ordonnances Macron contre le droit du travail !

Les éléments qui nous sont parvenus sur le projet de loi de précarité du travail promis par M. Macron sont extrêmement alarmants. La méthode l’est tout autant. Comment concevoir de rayer sans débat parlementaire, avec le recours aux ordonnances, l’essentiel

Un vote pour le pluralisme

Le scrutin législatif majoritaire n’a pas été imaginé pour assurer une représentation juste des choix électoraux de nos concitoyens. Bien au contraire, placé dans le sillage de l’élection présidentielle, il a vu les effets pervers de cette dernière encore aggravés.