Nouveaux pots, vieilles recettes

le 5 juillet 2017
Le premier ministre, Edouard Philippe, lors de son discours de politique générale, le 4 juillet 2017

Le premier ministre, Edouard Philippe, lors de son discours de politique générale, le 4 juillet 2017

Comme il fallait s’y attendre, le discours boursouflé du Président de la République devant le Congrès laisse place au réel des mesures d’austérité que la Premier ministre a la charge de réaliser.

Ce jeu de rôle et de dupe entre le Président et son Premier ministre ne trompera pas les français qui vont vite s’apercevoir de la violence sociale des mesures envisagées, justifiées comme toujours par le rapport de la Cours de comptes, opportunément publié il y a deux semaines, et les recommandations européennes.

Comment M. Macron qui fut ministre des finances lors du précédent quinquennat, peut-il feindre de méconnaître les règles absurdes qu’il a lui-même fixées, les dogmes européens qu’il a lui même encensés ? Pourquoi dramatiser avec tant de pathos, par l’entremise de son Premier ministre chargé des basses œuvres, une situation qu’on a soi-même contribué à créer en pillant de plusieurs milliards de cadeaux fiscaux et d’exonérations de cotisations les caisses de l’Etat ?

La promesse de campagne la plus populaire, la suppression de la taxe d’habitation, s’évanouit dans le conditionnel : seul compte le « redressement des comptes publics » dont le déficit est tragiquement exagéré pour faire passer la hausse de la CSG et les attaques contre la cotisation sociale. Cette cure d’austérité ne devrait pas toucher les actionnaires puisque l’impôt de la solidarité sur la fortune ne les concernera plus dès 2019 et le CICE entrera dans le droit commun à la même date.

Rien sur l’évasion fiscale, aucune nouvelle annonce sur la nouvelle loi de précarité du travail… Seule la hausse des minimas sociaux pour les handicapées et personnes âgées est à mettre au crédit d’un effort pour le pouvoir d’achat… mais à mettre aussi en parallèle avec les inquiétantes incertitudes qui entourent le sort de la Sécurité sociale. Les mesures annoncées sur la santé, séduisantes pour certaines, seront jugées à la lumière des débats décisifs autour du projet de loi de finances de la Sécurité sociale qui auront lieu à l’automne prochain.

La dimension égalitaire du baccalauréat est mise en cause par un contrôle continu. Cette annonce laisse présager un nouveau mode de sélection à l’Université qui laisserait la part belle aux catégories sociales les plus aisées.

Quant à l’état d’urgence, il a été confirmé qu’il sera introduit dans le droit commun, donnant au pouvoir administratif un dangereux ascendant sur le pouvoir judicaire. Le gouvernement prévoit également de se lancer dans une délicate différentiation entre migrants économiques et réfugiés, une démarcation bien difficile à établir et qui risque d’aboutir à l’abandon de milliers d’êtres humains en détresse.

Une nouvelle cohérence se dessine. Ce gouvernement de droite entend bien amplifier les politiques de réduction des crédits publics pour mettre la France sur les rails de l’orthodoxie libérale. Le monde du travail, les plus fragiles, sont une nouvelle fois appelés au sacrifice pour une politique qui, depuis trente ans, a montré son injustice foncière et son inefficacité économique.

6 commentaires


breteau jean claude 8 juillet 2017 à 14 h 35 min

quand à la parole du groupe communiste ,elle a totalement disparue ,Macron et ses laudateurs ont choisi le diviseur ;Mélenchon , pour opposant ! C acher la parole du peuple ,au profit du cinéma « insoumi » cela arrange qui ?

Lalanne 8 juillet 2017 à 18 h 48 min

Un Premier Ministre portant boutons de manchettes, signe extérieur de richesse et d’élégance pour masquer un intérieur pauvre et inélégant. Par contre, il n’a pas su masquer les stigmates de sa raideur intérieure. Devrait changer de conseiller en image, son niveau est insuffisant… sauf si, au contraire, c’est voulu, pour décharger Macron de la vindicte populaire. C’est un jeu de rôle habituel, la sympathie des électeurs devant converger vers l’élu et non pas vers son bras droit – très à droite, très antisocial – qui a la responsabilité de faire avaler les pires couleuvres à plus de 60 millions de personnes pour en satisfaire quelques unes.

alain harrison 11 juillet 2017 à 19 h 27 min

Bonjour.

Un méchant imbroglio cette UE.

D’une part

«« Quant à l’état d’urgence, il a été confirmé qu’il sera introduit dans le droit commun, donnant au pouvoir administratif un dangereux ascendant sur le pouvoir judicaire.

Et d’autre part

«« Les propositions de la Commission pour un Fonds européen de la défense suscitent de nombreuses oppositions, notamment celle des citoyens qui refusent de voir l’argent public européen servir pour la recherche et le développement de nouveaux armements. Selon vous, en quoi cette proposition s’apparente-t-elle  à subventionner l’industrie de l’armement ?
Tony Fortin. Quand des sommes aussi importantes sont en jeu, c’est parce qu’il y a une très forte pression des industriels. Cela s’inscrit dans un contexte où les députés européens n’ont pas leur mot à dire en matière d’emploi de ses fonds, ce qui est très préoccupant.

En 2009, une directive a libéralisé les échanges entre les industriels de l’armement au sein de l’UE, ce qui a favorisé l’émergence d’industries de défense commune. Et si certains pays comme la France se sont ralliés à ce projet, c’est parce qu’ils souhaitaient améliorer la compétitivité de leurs industries, et favoriser les exportations d’armes au sein de l’UE mais aussi en dehors, »»
http://www.humanite.fr/tony-fortin-les-etats-utilisent-lue-pour-liberaliser-le-commerce-des-armes-638241#comment-115679

Ce qui en dit long sur qui gouverne.

La police aura besoin de nouvelle technologie répressive pour l’intérieure et l’armée aussi, pour la répression extra-territoriale.

Le pouvoir néo-politique du complexe militaro-industriel-bancaire.

««« Cela s’inscrit dans un contexte où les députés européens n’ont pas leur mot à dire en matière d’emploi de ses fonds, ce qui est très préoccupant. »»»

Un coup d’état-nation dans un coup d’État-UE..

Et bien, le jeu se perd dans ses règles de règles………
Bien venue dans le monde de l’indéfini.

alain harrison 11 juillet 2017 à 19 h 59 min

Il y a 4 sorties qui seront assorties de la justice financiarisée: l’UE-BCE-FMI-OMC et ci.

assorti
Définitions Web
Qualifie des choses ou des personnes semblables sur certains aspects importants, qui vont bien ensemble, qui forment un assortiment
http://fr.wiktionary.org/wiki/assorti

Assortiment
Ensemble des produits et références proposés à la vente dans un magasin ou dans un rayon de magasin. La largeur d’un assortiment se mesure au nombre de lignes de produits, sa profondeur au nombre de références par ligne de produits et sa longueur, au nombre total de références.

La loi des marchands.

alain harrison 11 juillet 2017 à 20 h 18 min

«« Ce jeu de rôle et de dupe entre le Président et son Premier ministre ne trompera pas les français qui vont vite s’apercevoir de la violence sociale des mesures envisagées, justifiées comme toujours par le rapport de la Cours de comptes, opportunément publié il y a deux semaines, et les recommandations européennes. »»

La Cour des comptes est une juridiction financière de l’ordre administratif en France, chargée principalement de contrôler la régularité des comptes publics, de l’État, des établissements publics … Wikipédia

Avec ça, la cours des agences de notation US extra-territoriale.

La protection des investissements.

Le système de justice privé OMC inc. (voir le chapitre 11 de l’ALENA)

Les paradis fiscaux, la BOURSE, les fonds vautours, le crime organisé infiltré dans le système économique-social.

Et quoi encore ???

Première et dernière liberté:
La Constituante
Le nouveau Pacte Social
Le nouveau paradigme économique

Il faut s’y mettre.
Quel pourrait être le point de départ ?
Une crise, un rassemblement, une désorganisation du pouvoir, un état dis-fonctionnel, un pouvoir non représentatif, un pouvoir non dument mandaté……..Quand ça va faire très mal….

La Grèce caduque est le véritable portrait de l’état de l’UE cachée derrière des portes closes.

Je ne comprends les gens qui votent pour la droite libérale Un. Qui ne dit mot consent ?

56% de non vote. Un potentiel pour le changement de voie ?

Une réflexion qui essaie de rassembler ses idées.

alain harrison 11 juillet 2017 à 20 h 35 min

Tien Macron n’a pas besoin de puces électroniques, il est déjà auto-formaté.

Patri Friedman, petit-fils de…, flotte en eau ultralibérale
Pierric Marissal
Mercredi, 3 Septembre, 2014
««  L’individualisme n’a plus de bornes : si les pauvres ont envie d’être riches, il suffit qu’ils travaillent et fassent des efforts pour y arriver, si d’autres ont envie de devenir esclaves, pourquoi les en empêcher, et si un milliardaire veut devenir un homme bionique immortel, ce doit être un modèle à atteindre. »»
http://www.humanite.fr/patri-friedman-petit-fils-de-flotte-en-eau-ultraliberale-550733?IdTis=XTC-FT08-AI57XA-DD-DE35I-D2T5

Laisser un commentaire

Commentaire

Nom *

Les champs marqués * sont obligatoires

Email *

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Restez en contact

Inscrivez-vous à la newsletter