Que Liberté Egalité Fraternité deviennent réalité

le 26 février 2015

Liberté égalité fraternité

 

Avec les habitants de sa ville, les associations, le maire de Grigny dans l’Essonne, notre ami Philippe Rio a écrit un manifeste pour La République. C’est un cri contre la violence des inégalités qui rongent la société. Un appel pour que  la République  revienne s’installer dans les quartiers. Quel sens peuvent  bien avoir ces beaux mots de  liberté, d’égalité et de fraternité pour des millions de nos concitoyens dont le quotidien est celui du chômage, des discriminations, de la précarité, du mal logement, quand les services publics s’éteignent un à un et que les crédits publics ne parviennent plus à maintenir à flot la vie associative et culturelle ?

 

Le premier ministre a beau jeu d’évoquer une situation d’ « apartheid » alors que quelques mois plus tôt, il prenait avec son gouvernement la décision de priver les territoires de 11 milliards d’euros de dotations jusqu’en 2017, soit une baisse cumulée de 28 milliards d’euros sur la période 2014-2017. Jamais auparavant une telle saignée n’avait été pratiquée sur les différentes institutions, communes et départements,  qui font vivre la République au plus près des citoyens. En même temps,  dans cette logique, il caresse le projet d’affaiblir ou de supprimer les communes et les départements, lieux privilégiés pour organiser des solidarités sociales.  Et cela au moment même où la crise économique et sociale est amplifiée par les politiques d’austérité exigées par les marchés financiers et leurs relais politiques, qui viennent s’ajouter au terrible héritage laissé par la droite. Ce sont toutes ces politiques au seul service de la finance  qui créent les maux dont Mr Valls  accable la République !

 

D’autant plus que ce sont les territoires qui souffrent depuis des années de la désindustrialisation, du chômage ou du manque d’entreprises, et qui par conséquent manquent cruellement de recettes fiscales, qui font les frais de cette politique de la calculette aveugle au détriment du contrat républicain, du bien commun, de la justice et du progrès social.

 

Non pas qu’il suffise d’inscrire des lignes crédits pour rétablir l’égalité : les habitants de villes populaires le savent bien, habitués à voir défiler d’année en année des plans pour zones urbaines affublées d’acronymes déshumanisant, ou des rapports commandés en haut lieu qui finissent souvent empilés dans les tiroirs ministériels sans que rien ne change. La politique de la ville, gourmande en crédits, mise en place pour palier à la violente désindustrialisation des banlieues populaires organisée dans les années 70, n’a rempli aucun de ses objectifs. Pis, elle a laissé filer le chaos social en prétendant colmater des brèches.

 

Car qui peut croire que le manque criant de moyens n’affecte pas la vie des hommes et femmes des quartiers populaires, quand, à Grigny par exemple, 40% des habitants vivent sous le seuil de pauvreté, quand 90% des nourrissons sont suivit en PMI, quand, dans le quartier de la Grande borne, le chômage atteint 40% ? Pour les habitants d’une ville où les moins de 24 ans représentent 45% de la population et où un jeune sur deux sort du système éducatif sans diplôme, quel visage peut avoir l’avenir si ce n’est celui de la désespérance ?

 

Tous savent bien, à Grigny et ailleurs,  que pour rétablir l’égalité dans nos territoires il ne suffira pas de rénover les façades d’immeubles, même s’il faut le faire. Des moyens considérables sont nécessaires au service d’une ambition politique nouvelle. Les deux font défaut par refus de soustraire des marchés financiers l’incroyable richesse produite par nos sociétés, pour l’affecter aux services publics, à l’emploi et la ré-industrialisation écologique et durable, au lieu de la laisser garnir les coffres suisses et luxembourgeois et alimenter la spéculation.

 

Une République refondée ferait sienne la reconquête des droits au travail et à l’éducation,  à  la culture, au sport, le droit au logement, à l’énergie, à l’eau ou au transport. Une République nouvelle  ne tolérerait pas que les citoyens des quartiers soient traités comme « des gens  à part », des habitants « intermédiaires »,  ces nouveaux prolétaires qui y résident,  comme des « réservoirs de   main d’œuvre » que le capital vient chercher au moment qu’il choisit et à ses conditions.

 

La République devrait faire de la petite enfance et de la jeunesse une grande priorité nationale.

 

Elle doit faire éclore un nouvel âge de la démocratie.  On ne peut rester dans ce système de monarchie républicaine doublée des oukases bruxellois qui bouche tout avenir et pousse  les  extrémistes de droite.

 

Un système qui permet à un premier ministre, inquiet du  sort qui sera réservé à la loi Macron plébiscitée par le grand patronat,  de  se soustraire au vote de la représentation nationale grâce à l’arme du 49.3. Que la Constitution le prévoie n’est qu’une circonstance aggravante puisque ce sont dès lors nos institutions archaïques et autoritaires qui sont en cause. Inventées pour  verrouiller les espérances populaires, elles confinent le Parlement et les citoyens dans un rôle de spectateurs ou de caisse enregistreuse des desideratas du monarque élu et de décisions européennes auxquelles il prend part à l’abri des populations.

 

Une République sociale, ouverte, universaliste et démocratique, laïque serait la garante du respect de chacune et de chacun par delà ses opinions et croyances. La garante du bien le plus précieux, la liberté. Elle ferait de la  laïcité le pilier de la vie en commun, garantissant à tous l’existence et l’exercice de toutes les religions et croyances, comme à ceux qui n’en ont aucune. Ce n’est pas l’existence de religions différentes ou de citoyens aux origines diverses  qui fracture la société mais la montée des inégalités, des discriminations,  des injustices de toutes sortes dans une crise dont les responsables s’efforcent d’occulter la question sociale pourtant  au cœur d’un violent affrontement de classe contemporain. Quelque soit nos origines, quelque soit nos croyances c’est la domination capitaliste qui  pressure le travailleur, et utilise  la jeunesse  comme moyens d’affaiblir ou de détruire les droits sociaux et humains.  Le racisme, l’antisémitisme, la xénophobie, les prétendues guerres de religions sont autant d’éléments de divisions des forces populaires qui auraient tant intérêt à s’unir pour avoir une chance de l’emporter contre la toute-puissance de la finance et de tous ses mandataires politiques.

 

Il n’y aura de  vraie République sociale et écologique que lorsqu’elle portera l’émancipation humaine en son cœur.  Là où ils sont, avec courage, abnégation et convictions, de nombreux élus locaux comme Philippe Rio, s’efforcent d’aller dans ce sens, avec les habitants,  des associations, des syndicats, des militants de la solidarité et du vivre ensemble pour faire ville commune dans une société commune pour que «  Liberté Egalité Fraternité »  deviennent réalité.

24 commentaires


CORNU Pierre 26 février 2015 à 12 h 25 min

Toujours d’accord avec toutes vos analyses.

Mais tout de même, attention à l’orthographe !

Non pas:  » quelque soit nos origines » mais : « quelles que soient nos origines »
90 % des nourrissons sont « suivis » et non « suivit »
et quelques autres encore.
Ce n’est pas dans vos habitudes.
Le respect de vos lecteurs est en jeu.
Cordialement

Bakounine 27 février 2015 à 10 h 40 min

C’est vrai mais contrairement aux textes calligraphiés ceux qui sont dactylographiés n’ont pas la main en prolongement du cerveau dans les mêmes conditions et sont souvent moins bien relus. Alors pardonnons et gardons le fond qui lui devrait être lu et relu par beaucoup plus de monde.

pierre 26 février 2015 à 12 h 52 min

Excellent appel. Quand a l orthographe y a tellement de textes bien léchés et pourtant si nuisible que franchement on s en fout.moi les fautes je ne les ai pas vues….

Le.Ché 26 février 2015 à 14 h 41 min

Pour que liberté égalité fraternité deviennent réalité il faudrait une autre Europe que celle qui est mise en place aujourd’hui, ce ne peut pas être une Europe capitaliste, on voit déjà les dégâts que fait celle-ci.
L’Europe Junker, Merkel, Moscivici ce n’est pas l’Europe des peuples, il faut sortir de cette Europe capitaliste de l’euro et de cette mondialisation qui fait le bonheur des puissants et des multinationales au détriment de l’humain.
Il faut une Europe des Nations avec une industrie digne de ce nom avec des balances commerciales équilibrés, alors à ce moment là on pourra s’occuper à résorber le chômage de façon sérieuse et efficace

alain harrison 7 mars 2015 à 22 h 41 min

Bonjour.

Un petit article pour rafraîchir la mémoire:

«« ⇒Il y a trente ans, pour 100 euros de salaire les entreprises versaient 7 euros de dividendes. Aujourd’hui, elles en versent 34 euros, soit 5 fois plus …
⇒Il y a trente ans, pour 100 euros de valeur ajoutée les entreprises versaient 5 euros de dividendes. Aujourd’hui, elles en versent 23 euros, soit 5 fois plus …
⇒En 1981, les dividendes versés aux actionnaires représentaient 10 jours de travail par salarié dans les sociétés non financières. En 2012, ils en représentent 45 jours soit 4,5 fois de plus …

⇒ 200 milliards d’euros : c’est le montant de la richesse créée par le travail, détournée chaque année des salaires vers les profits, depuis 30 ans. »»

http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/argent-public-et-entreprises-164513

Court mais précis et très claire.
Un petit résumé de mémoire à colporter.

J’y verrais bien une table de réflexion à temps partagé.

Colombe 26 février 2015 à 15 h 26 min

La bande des trois: ump,ps,fn
La politique du gouvernement entraine toute la gauche par le fond.
On devrait s’interroger un peu plus sur la présence quasi journalière du fn dans les médias.
Je pense que cela fait partie d’une stratégie ; c’est a dire qu’ils veulent la présence du fn au 2eme tour des élections ,pour faire « jouer » ensuite « l’union sacrée » et faire passer la politique d’austérité .
On devrait le dénoncer .
A force de jouer avec les allumettes…

DOMART Jean-Marc 26 février 2015 à 17 h 30 min

Pire, ce matin, au 7-9, patrick Cohen a tout fait pour que Philippot se présente comme d’un parti « persécuté », jouant le méchant socialiste inquisiteur, s’apesantissant sur les déclarations des candidats, mais sans, bien sûr, poser de questions un peu gênantes, notamment sur la gestion actuelle des villes FN (notamment avec Ménard!), ce qui serait la moindre des choses, lui laissant au passage, la défense des retraités (France-Inter avait censuré comme les autres médias la manif du 3.6.2014). On peut compter sur les médias payés par le contribuable (mais avec de plus en plus de pubs) pour faire de la pub au FN…

breteau jean claude 26 février 2015 à 16 h 34 min

Il y a la forme ,avec ou sans fautes et le fond .Quand le sage montre la lune ,l’idiot regarde le doigt ,c’est la méthode Le pen .Ici c’est la finance,le pouvoir traitre qui sont en cause ,elle, s’en prend aux victimes pour les diviser

Michel Berdagué 26 février 2015 à 17 h 00 min

« Il n’y aura de vraie République sociale et écologique que lorsqu’elle portera l’émancipation humaine en son cœur « . Oui mais comme  » Des moyens considérables sont nécessaires au service d’une ambition politique nouvelle . » Certes , alors considérons ces moyens : exigeons le Pôle Public financier et bancaire avec une B.C.E. totalement au service des Peuples , de la population et des activités créatrices et de production intelligente ! Là ,à la lumière des visites du nouveau gouvernement grec à Paris , à Berlin , les décisions financières réelles du nerf de la guerre l’ Argent grand A aux mains des rapaces BCE/Eurogroupe/FMI et banques privées ont été concoctées dès vendredi : »… Un texte négocié avant même le début officiel de la réunion par Jeroen Dijsselbloem, le président de l’Eurogroupe (l’instance réunissant les ministres des Finances de la zone euro) avec les principaux acteurs du dossier (BCE, FMI, Allemagne, et Grèce). L’extension accordée ne vaut finalement que pour 4 mois jusqu’à fin juin.
Pour le gouvernement grec, la couleuvre est dure à avaler… » extrait d’ un article des Echos , à la lumière des pouvoirs des finances aux mains de tout le dogmatisme imbécile et dangereux pour les populations car ce ne sont pas seulement des comptables bornés au centime près mais des réactionnaires qui ont tous les pouvoirs , jusqu’ à manipuler et étrangler des peuples entiers au seul bénef des banques privées , les complices plongeant au passage les poches pleines cf: docu sur Arte à voir en replay .
Donc à la lumière des allers et retours et confrontations avec cette BCE/Com./FMI en Eurogroupe ! , je comprends de plus en plus Le Che et beaucoup d’ autres qui veulent renverser cette table plein de déchets crapuleux et de repartir pour une République là possible pour les populations où Liberté , Egalité, Fraternité sera la réalité .
1-de dire que nous exigerons le Pôle Public financier et bancaire avec une nouvelle direction de cette BCE pour les activités et pour les populations
2- que nous ne sommes pas prêts à avaler des couleuvres que nous ferons en sorte de créer la monnaie avec la Banque de France , Caisse des Dépots et Consignations et le Pôle Public
3- là Le Che va être content et pas que lui , et que si  » ils » nous gonflent et s’ assoient comme en 2005 sur le suffrage universel en récidive patente et avérée – en nous mettant en deçà de la souveraineté populaire dans la République : le clash , la rupture …nous sortons Libres de cette U.E./B.C.E./F.M.I. rejetée ,en même temps nous sortons de ce NATO épée dressée pour les pas « gentils » pas sages dans la non pensée puisqu’ u nique , et fissa, et nous nous engageons à établir des coopérations tous azimuts , avec les BRICS et autres . Avec de telles échéances des Debout , sans tendre l’ autre joue , sans se flageller , les abstentionnistes nous rejoignent avec enthousiasme pour la Lutte .
Colombe : tu abordes un point essentiel autour de moi plus personne ne veut voter pour les mutants qui devraient changer de nom comme le préconise depuis longtemps le ministre premier actuel , …jouer avec le feu , s’ « ils » pensent que 2002 se répètera , alors là l’ abstention sera pire que les élections précédentes .

RABOTOT Robert 26 février 2015 à 21 h 30 min

Faire vivre la belle devise « Liberté, Egalité, Fraternité » c’est d’abord permettre aux plus humbles de vivre dignement; ne pas asphyxier les collectivités locales et en premier lieu les communes qui sont au plus prés de leurs administrés. Pour cela il faut faire rendre gorge au Capital tout puissant. Sachons rappeler aux élus du Parti socialiste les promesses du candidat Hollande et l’utilisation du 49- 3, pour empêcher l’Assemblée Nationale de rejeter la Loi Macron.

Colombe 28 février 2015 à 11 h 56 min

Le ps avant les élections,c’est : démocratie participative ,apres les élections , c’est : 49,3

papini jean 26 février 2015 à 22 h 07 min

salut, très bonne analyse de constat, quant au pilier de la Laïcité, il est + qu’écorné et ce depuis + de 30 ans, par nos dirigeants de tous bords, comment peut on la revendiquer alors que l’on laisse des groupuscules la bafouer journellement avec l’aval de nos élus? pire ils en accentuent le laxisme, au lieu d’essayer de revenir a ses véritables valeurs, bien sur l’exercice des croyances et religieuses doivent être respectées mais elles doivent rester dans le domaine du privé et non ostentatoire,il faut commencer par là il y a des lois et l’Egalité serait quelles soient respectées et par tous les citoyens, toutes ces dérives seront à + ou – long terme et dans certains cas elles le sont déjà une source conflictuelle ces groupuscules qui se radicalisent au jour le jour ne sont que début de la cause à effet, arrêtons de se mentir à nous mêmes, l’intégration à été complètement ratée malgré tous les efforts mis en place, la Liberté? parlons en bientôt si cela continue il faudra demander la permission de se servir de son propre wc, à force de vouloir tout interdire, le FN doit se régaler de voir tant d’inégalités sociales, d’affaires nauséabondes politiciennes et on demande au peuple de se serrer la ceinture tout en voulant qu’il baisse son froc? allons, si nos dirigeants actuel avaient 1 tantinet de bon sens ils auraient déjà changé de cap et pour nous enfoncer d’avantage ils ont préféré le 49/3 à la recherche d’1 consensus, et ce qui désole le + les citoyens c qu’ils sont fiers d’eux, la France est en décrépitude ça c’est 1 certitude

DOMART Jean-Marc 26 février 2015 à 22 h 44 min

La France a déjà eu l’expérience de ce que la politique et la religion ne se mélangent pas, sinon il ne peut y avoir de cohésion sociale. La religion qui domine l’Etat ou l’inverse ont donné l’Affaire Calas et l’Affaire Dreyfus, en 1905, il y a eu une bonne décision avec comme résultats la liberté de conscience et la non-discrimination pour cause de croyances différentes ou de non-croyance, une égalité de traitement des citoyens dans ce domaine. Or, sans cesse les médias nous ressassent les religions. On est français, un point c’est tout, l’ordre moral, çà va cinq minutes!On a bien d’autres sujets, bien plus vitaux à se préoccuper pour se laisser ainsi diviser,çà arrangerait trop le patronat qui poursuit ses attaques contre les acquis sociaux, les organisations des travailleurs, leurs locaux de réunions, avec l’aide des médias à leur botte qui les couvrent de leur silence complice.

Michel Berdagué 27 février 2015 à 10 h 10 min

Puisque Patrick nous invite à  » commenter » , réfléchir sur notre République pour une République sociale avec Liberté Egalité Fraternité , nous devons savoir et reconnaître la nature et la qualité de cet Etat dans la République . Quand Jean-Marc tu dis que l’ amalgame où le religieux dirige l’ état républicain ( voire inversement) c’ est une tendance à la théocratie et comme sous l’ Ancien Régime les pouvoirs sont  » partagés » entre la bourgeoisie au sens plein dénoncé par Marx/Engels/Lénine , les capitalistes , et les rapaces de 2015 qui sont criminels sous couvert de  » démocratie  » et de démocrates avec le religieux les bénissant , les capitalistes/bourgeois ayant remplacé la royauté et nobles avec la religion , le clergé toujours là . Mais en 2015 la religion musulmane , la protestante plus discrète à part les pentecôtistes et toutes les sectes anglo/ américaines de propagandes bibliques frappant au porte à porte , alors quid de la religion musulmane ? Et ces bourgeois/ capitalistes ont tout fait pour propulser cette religion , nous étions étonnés pendant tout l’ été ,et avant, une propagande gigantesque pour la religion musulmane dans le service public médiatique , tout arabe , perse , du Sud étant dit de cette religion -mis en demeure- , les mettant de fait : religieux rendant alors les communistes du Sud ,de l’ Orient , socialistes républicains , deviennent invisibles continuant ainsi la guerre de 1979/89 où les communistes afghans étaient combattus par les réactionnaires internationaux qui aidaient les pires obscurantistes religieux : ça les arrangeait leur ennemi le communisme étant pour ces idéologues réactionnaires le mal absolu et c’ était dit par tous les médias de la voix de son maître capitaliste , de  » bonne guerre » . C’ est dire que dans la République dans l’ état républicain la poignée bourgeoise/capitaliste et toute religion organisée nous mettant à 4 pattes et à genoux , doivent être exclus de tout prêche/prosélytisme dans l’ Etat , le binôme sacrifice/souffrance voire péché étant la norme ( à remarquer que la poignée possédant tout , proprio des moyens de production d’ échanges et de spéculation nous mettent en adoration totémique à leur système de classe gagnante à tous les coups ), avec la servitude volontaire , par aussi détournement du regard , indifférence par le plus de jouir des consommations presqu’inutiles , formatés dans la méconnaissance des mécanismes spéculateurs et dans le TINA , et l’ enjeu de l’ appréhension de l’ Histoire dans les faits réels qui peuvent être censurés , comme 1793 , la Commune …le Programme du C.N.R. qui est en effet plus avancé que le Préambule de 1946 .
Hier soir sur les Champs Elysées , nous avons jugé le patron de HSBC , symboliquement avec notre imaginaire pour que le réel et la réalité deviennent effectifs , des actions importantes visant les finances au service de la poignée se mettent en place , de l’ argent il y en a dans les poches des rapaces/prédateurs. Il est grand temps de s’ occuper des finances/argent/monnaie au service de la République du Peuple par le Peuple et pour le Peuple dans la Laïcité où le religieux relève du domaine personnel et privé , de croire ou de ne pas croire à des dieux pour le moins obscurs. La France est très bien placée pour savoir la barbarie des guerres de religions du fait de son histoire .

alain harrison 7 mars 2015 à 23 h 28 min

Bonjour.

«« le FN doit se régaler de voir tant d’inégalités sociales…»» et des conflits potentiels entre communautés.

Comment la France peut se sortir de ce dédale social-ethno-économique ?
Il faut faire le bon diagnostique, et relever les erreurs au fil du temps des politiques.

Un article intéressant sur la question !

La France au bord de la crise de nerfs ethnico-religieuse : ce qui -et ceux qui- nous ont amené là

Profanation du cimetière juif de Sarre-Union (Bas-Rhin), attentats de janvier à Paris …
A qui la faute ?

«« Le contexte socio-économique

Guylain Chevrier : La première cause des inégalités est le manque d’emplois, une situation chronique par rapport à laquelle on recherche des coupables. Certains désignent les discriminations, mettant en accusation toute la société, pour rabattre des inégalités sociales sur le versant d’excusions selon la religion. Certains représentants de l’islam ou des associations dites représentatives des jeunes de banlieue, n’hésitent pas à développer ce thème, mais aussi l’Observatoire national de la laïcité, ce qui est plus que troublant !

Choix des politiques d’immigration

Pour fonctionner, l’assimilation nécessitait que soient reconnu légitimes l’ascendant culturel des autochtones et l’exigence d’adaptation des modes de vie des immigrants. Ces deux conditions ont disparu. Comme l’écrivent Eriksen et Stjernfelt, deux Danois, le sens de l’intégration « est devenu le contraire de ce qu’il était. Aujourd’hui, il désigne le maintien en l’état de la religion et de la culture de la communauté d’immigrés, et donc la protection contre l’influence de la société qui l’entoure de la communauté d’immigrants elle-même ». On a donc assisté à une véritable inversion de l’asymétrie contenue dans l’assimilation. On encourage le séparatisme et l’entre-soi des groupes minoritaires, sans pouvoir accorder la même chose aux autochtones, sous peine de favoriser les discriminations. C’est la recette idéale pour le développement des revendications et des affrontements identitaires.

La perte des structures traditionnelles

Vincent Tournier : Il est clair que les effets négatifs de certaines évolutions n’ont pas toujours été pris en compte. Prenons l’exemple du divorce. L’évolution des mœurs dans les années 1960 a conduit le législateur à adapter la loi dans un sens plus libéral afin de permettre aux conjoints de se séparer plus facilement : tel était le but de la loi de 1975, adoptée sous un gouvernement de droite. Cette libéralisation du divorce est vue aujourd’hui comme un progrès formidable, une grande conquête pour les libertés individuelles, notamment celles des femmes. Ce concert de louanges a pour inconvénient de créer un tabou total, de rendre impossible toute discussion sereine sur ce sujet. Pourtant, les effets négatifs du divorce ne sont pas négligeables, notamment pour les enfants, mais aussi pour les femmes, puisqu’on a assisté à une véritable paupérisation des femmes qui élèvent seules leurs enfants. »»

http://www.atlantico.fr/decryptage/france-au-bord-crise-nerfs-ethnico-religieuse-qui-et-ceux-qui-ont-amene-guylain-chevrier-roland-hureaux-michele-tribalat-gil-2008374.html#qo1ucRzO8QiP7VkU.99

Il faut prendre le temps d’examiner cet article,
tout en tenant compte d’autres analyses pertinentes.

Mais la situation inter-culturelle dans la pluspart des pays semble mal partie ou a mal évoluée.
Alors, si le bon diagnostique n’est pas posé, Albert Einstein a raison de dire que:
«« Un problème sans solution est un problème mal posé. »»

Il y a énormément de tensions qui couvent.

La bonne volonté, le questionnement et la créativité peuvent-elles en venir à bout ?

alain harrison 27 février 2015 à 4 h 10 min

Tant que les citoyens, dans chaque « circonscription électorale » ne choisirons pas leur représentant (un travailleur, un bénévol, même un chômeur….ayant des abtitudes et la volonté d’appliquer les solutions décidés par des comités citoyens éclairés)pour les futures élections, ce seront les mêmes joueurs…

Et ces mêmes joueurs jouerons les mêmes jeux:
leur conditionnement.

Même la bonne volonté, sombre dans les vieilles habitudes.
Les habitudes de pensée les choses.
Certains trouveront moyen de disqualifier les projets citoyens. Hollande, lui a tout simplement menti.
Alors les citoyens doivent choisir les candidats, des personnes reconus pour leur intégrité…

Il faut se donner des critères.
Pas des critères genres valeurs, jouer sur les mots est facile.
Des critères concrets:
Être pour la nationalisation des banques, sortir de l’UE, le reven de base, les coopératives auto et à temps p., confiscation des biens des …dans les paradis fiscaux,…., expropriationdes usines et compagnies….., etc.

Et cela dans la première année.
Donc, il faut que l’agenda politique soit prêt et proclamé.
Donc, il faut commencer maintenant, les comités citoyens et satellites citoyens.

Rien de cacher, mais les intentions claires.

alain harrison 27 février 2015 à 4 h 14 min

C’est seulement à partir d’une base SOLIDE que nous pouvons construire, une base partagée.

alain harrison 27 février 2015 à 4 h 32 min

Nous connaissons tous:
liberté, égalité, fraternité*.
Depuis quelque temps: l’Humain d’Abord.

Nous avons un os, mettons y de la chaire.

* convivialité

Le mot humain n’est pas une vue de l’esprit.
Le mot liberté est par essence indéfini, c’est un objet méditatif.
Égalité, l’autre est mon égal.
Convivialité, à l’échelle humaine.

Le néo-libéralisme en est la négation !?!?

C’est par le questionnement que nous pouvons faire le point.
Mais , il faut faire l’exercice.

Colombe 1 mars 2015 à 7 h 07 min

Sainte Alliance
Quant on regarde les choses avec recul,on s’appercoit que ces 35 dernières années ,ils ont réussi a instaurer le bipartisme .C’est une grande défaite du mouvement ouvrier.
Aux Etats Unis il y a les démocrates et les républicains ,en GB il y a les travaillistes et les conservateurs ,en Allemagne la CDU et le SPD en France ,l’ump et le »ps » etc…Et c’est une fois a toi ,une fois a moi et la meme politique continue.
Pour se différencier de la droite le « ps » avance que sur des faits de societé (parité homme femme aux élections ,mariage guai etc mais du point de vue économique,c’est comme la droite.
En Grèce Syriza vient de casser le bipartisme.
En Europe une Sainte alliance se forme pour faire echouer la politique de changement en Grèce ,malheureusement on y trouve des gens qui se disent de gauche dans cette alliance.
Ils ont peur de l’effet domino avec Podémos en Espagne ,au Portugal.en Irlande etc…C’est pourquoi ils feront tout pour que cela échoue.
En France ils préfèrent mettre en avant le fn dans les médias plutot que le Front de Gauche .Un « jeu » dangereux.

Michel Berdagué 1 mars 2015 à 15 h 43 min

Oui Colombe , nous sommes censurés , invisibles, comme la dite disparition des ouvriers , ouvrières c’ est – à – dire de la Classe Ouvrière comme le mot même de Prolétaires , donc du Prolétariat , et nous sommes devenus des con-sommateurs de la classe moyenne ?! pour ne plus appartenir au prolétariat et à la classe ouvrière qui proposent et là nous sommes les seuls : les grands groupes stratégiques nationalisés et avec une réelle gestion démocratique du salariat et de la citoyenneté intervenant pour la planification productive et écologique ET le Pôle Public financier et bancaire donc que tout le monde du travail puisse avoir les moyens de la réussite pour une société vivable et tempérée avec toutes les banques publiques aussi d’ avoir la maîtrise de la création monétaire . Pour le capitalisme en stade suprême nous sommes de vrais dangers pour le système prédateur où les rapaces jouissent du malheur du plus grand nombre tout en leur voulant leur bien charitable , position et discours du maître/capitaliste .
Sainte Alliance du sabre et goupillon et finances privées prédatrices . C’ est pour cela que le terme de « gauche » n’ est pas signifiant et réel car il a été perverti par les actuels gouvernants. Les références communistes , socialistes de Jaurès étant là très signifiantes pour se reconnaître et agir .

alain harrison 8 mars 2015 à 0 h 13 min

Bonjour.

«« Oui Colombe , nous sommes censurés , invisibles, comme la dite disparition des ouvriers , ouvrières c’ est – à – dire de la Classe Ouvrière comme le mot même de Prolétaires , donc du Prolétariat , et nous sommes devenus des con-sommateurs de la classe moyenne ?! »»

Une chose est sûr, le monde du travail a changé, mais la pensée prolétarienne, elle demeure tant qu’à moi archaïque dans son mode de propagation.

Je vous le dit lisez l’article du Monde Diplomatique:

Extrait: Podemos, le parti qui bouscule l’Espagne.

Le premier travail de Podemos consiste à « traduire »» le discours traditionnel de la gauche à partir d’axes discursifs capables d’emporter l’adhésion la plus large: les questions de la démocratie, de la souveraineté et des droits sociaux. ……… «« La ligne de fracture, explique M. Iglesias, oppose désormais ceux qui défendent la démocratie (..) et ceux qui sont du côté des élites, des banques, du marché, il y a ceux d’en bas et ceux d’en haut; (…) une élite et la majorité (22 novembre 2014).

Les gardiens de l’orthodoxie marxiste dénoncent ce type d’analyse sociale indifférenciée. Le 24 août 2014, un militant interpelle M. Igliase lors d’une conférence. Pourquoi ne jamais utiliser le terme « prolétariat» ? Le jeune dirigeant politique lui répond: « Lorsque le mouvement du 15-Mai a débuté, des étudiants de ma faculté – des étudiants très politisés, qui avaient lu Marx et Lénine – ont pour la première fois participé à des assemblés avec des gens « normaux ». Et ils se sont vite arraché les cheveux:  » Mais ils ne comprennent rien !  » Tu es un ouvrier, même si tu ne le sais pas!  » Les gens les regardaient comme des extraterrestres, et mes étudiants retournaient chez eux dépités. (…) Voilà ce que l’ennemi attends de nous. Que nous employions des mots que personne ne comprend, que nous restions minoritaires, à l’abri de nos symboles traditionnels. Il sait bien lui, que tant que nous en restons là, nous ne le menaçons pas.»

AH :
Ici, il s’agit de bien comprendre que chaque génération subit un conditionnement de base.
Je ne sais pas si vous êtes au fait que l’éducation et l’environnement des enfants ont changé. Par exemple la PUB, ciblant les enfants pour en faire de bons consommateurs, s’appuie sur les recherches en psychologie du développement de l’enfant.
Il faut évoluer, l’analyse de Marx n’est pas à remettre en question, mais peut-être actualiser la façon de l’articuler.

Et puis d’abord, c’est quoi l’objectif de l’analyse de marx ?
C’est quoi l’objectif du communisme ?
C’est quoi l’objectif de la révolution ?

Le questionnement est la lumière qui dévoile les motivations.
Avez-vous des solutions concrètes ?
Avez-vous des alternatives au système économique-financier ?
Qu’est-ce que vous avez à proposer, qui ferait l’unité du peuple ?
Des idées dialectiques théoriques d’analyses….

Moi, je vous dit partez avec Jean Jaurès, il est claire:

«« Pour Jean Jaurès, la révolution socialiste n’est concevable que dans le cadre de la légalité démocratique, c’est-à-dire par une conquête graduelle et légale par le prolétariat des institutions parlementaires et de la puissance de la production. »»

Allez sur Venezueal infos wordpress.
Le Peuple vénézuélien fait justement cela.

C’est drôle, alors que le peuple Vénézuélien accomplit justement l’idée articulée par un étranger, un français, il semble pour les français impensable de réaliser ce qu’un autre peuple fait pour se libérer.
Moi , J’y vois un racisme non dit, non avoué de la part de gens qui se targuent d’avoir la vérité.
Ici, celle de Marx.

Allez lire:

Yanis Varoufakis : Comment je suis devenu un marxiste fantasque (The Guardian)

«« Si l’ensemble de ma carrière universitaire ne tint quasiment aucun compte de Marx, et s‘il est impossible de définir mes propositions politiques du moment comme marxistes, pourquoi donc mentionner mon Marxisme aujourd’hui ? La réponse est simple : même les aspects non-marxistes de ma conception de l’économie, eurent pour guide une tournure d’esprit sous influence de Marx. J’ai toujours pensé qu’un théoricien social radical pouvait s’opposer aux théories dominantes en matière d’économie, de deux façons différentes. L’une utilise la critique immanente. Elle admet les axiomes dominants, mais révèle leurs contradictions intrinsèques. Elle dit : « Je ne me permettrai pas de contester vos hypothèses, mais voici les raisons pour lesquelles, en toute logique, vos propres conclusions ne peuvent en découler ». En fait, Marx utilisa cette méthode même pour s’attaquer à l’économie politique britannique. Il admit le moindre des axiomes d’Adam Smith, ou de David Ricardo, afin de faire la démonstration que, dans le contexte de leurs hypothèses, le capitalisme était un système contradictoire. La seconde avenue qu’un théoricien radical puisse emprunter consiste, bien évidemment, à construire des théories alternatives à celles des dominants, dans l’espoir qu’on les prendra au sérieux. »»

http://www.legrandsoir.info/yanis-varoufakis-comment-je-suis-devenu-un-marxiste-fantasque-the-guardian.html

L’enfermement dogmatique, un piège fatal.
Le comunisme s’y est enfermé…

Le néo-libéralisme est en train d’y plonger, nous entraînera-t’il ?

Pour l’instant, nous avons encore de la manoeuvre, les bons diagnostiques…

Un psy a dit que l’être humain est enfermé dans une enceinte plus solide que du béton, et c’est seulemet une idée.

Sachons prendre de la hauteur pour une vue d’ensemble.

Avons-nous des pistes de solutions que tous peuvent voir directement:

Le mode de revenu.
Le mode de travail.
Le contrôle de l’économie.
Le politique , la clef ?
Le parti citoyen, par les citoyens pour les citoyens.
Les solutions comme balise, guide et garant de l’implication citoyenne. Non manipulable et non négociable.
Dans les solutions, il n’y a pas de contradiction, sauf les nôtres.

alain harrison 8 mars 2015 à 0 h 20 min

Mais, le petit paragraphe qui suit est L’effet recherché.

«« En ce qui concerne ce dilemme, je pense depuis toujours que les autorités constituées ne se laissent jamais perturber par des théories fondées sur des hypothèses différentes des leurs. La seule chose qui puisse déstabiliser, contester véritablement les économistes dominants, néoclassiques, est la démonstration de l’inconsistance intrinsèque de leurs propres modèles. Ce fut pour cette raison que, dès le tout début, je décidai de fouiller les entrailles de la théorie néoclassique, et de ne quasiment dépenser aucune énergie à développer des modèles alternatifs, marxistes, du capitalisme. Je le concède : mes raisons étaient on ne peut plus marxistes.

http://www.legrandsoir.info/yanis-varoufakis-comment-je-suis-devenu-un-marxiste-fantasque-the-guardian.html

Michel Berdagué 8 mars 2015 à 10 h 15 min

Dans tous vos pavés de réponse autour de Marx où il ne faut surtout pas oublier Engels ,vous shuntez , comme la plupart , la propriété des grands groupes , banques …en proposant les nationalisations ( le programme de 1981 ! ), en oubliant les graves défauts de ces nationalisations qui au niveau des directions et décideurs étaient tous formatés libéraux voire néo/ultra – libéraux , ce qui a conduit à des graves truanderies / pertes comme le procès du Crédit Lyonnais l’ a révélé où des témoins à la barre comme Barre et Jean-Claude Trichet ( après promu « chief » B.C.E )et la direction ont tout fait pour mettre tout sur le dos au directeur financier ( bouc émissaire facile , soupape de sureté ) et de prouver que les nationalisations c’ était nul et dangereux alors que c’ est le système capitaliste lui même qui l’est . Vous n’ arrêtez pas de dire que nous n’ avons aucune solution .
1- télécharger le Programme gratos  » L’ Humain d’ abord  » où 😯 % des propositions des communistes y sont ,dixit Yves Dimicoli , ce programmme est à améliorer surtout en ce qui concerne les banques nationalisées avec le Pôle Public financier et bancaire dans la gestion par tout le salariat des banques , dans le CA et que la citoyenneté aussi soit présente et bien sûr la représentation élue dans cette Sixième République .
2 – que Yanis Varoufakis reconnaisse la censure des études de la Critique de l’ économie politique de Marx , pas lu ni étudié , montre son honnêteté mais il n’ est pas le seul , alors que c’ était au programme beaucoup de professeurs passaient outre et après le célèbre Mur détruit c’ était pire , Marx n’ existait plus même pour certains dans nos rangs – le syndrome du Mur envahissait – jusqu’ à des flagellations , c’ est notre très grande faute , c’ est presque le mal absolu en suivisme et mimétisme : devenir libéral était la Liberté !
3- or avec 2007/8 patatras , et on a vu des Attali ,des Minc …nous donner des leçons sur Marx , pour Attali un pavé de poubellication tout ce qu’ il y a de plus déformant , vous savez en miroir des fêtes foraines , le dernier en date le sieur Piketty un pavé de 900 pages confondant le patrimoine et le capital mano dans la mano réunis , certifiant véritable que Marx est dépassé ,dans l’ erreur , ben voyons , ce pavé comme il se doit est très acheté surtout aux States , Canada ?, ici, on voit que les avancées en reculant vont être patentes ,et à jet continu de contre réformes , un pas en avant deux en arrière , deux pas en avant trois en arrière…jusqu’ à la prochaine crise explosive totalement majeure et beaucoup – encore – donneront des leçons .
4 – Or y a du nouveau à l’ Ouest avec Jean Salem le séminaire à la Sorbonne :  » Marx au XXI siècle , l’ esprit et la lettre  » qui pour la première fois depuis 1967 l’ Agrégation sur Marx est reprise /autorisée/acceptée ce qui montre la mise à l’ écart depuis près de 50 ans de cette Critique toujours en vie, réelle dans ses bases de la réalité . Vous pouvez consulter 10 années de vidéos où des chercheurs/professeurs sont intervenus comme Bernard Friot , vous les trouvez aussi sur les Films de l’ AN 2 .
5- A lire : « Revue du Projet » , » Economie et Politique  » où un article de Frédéric Boccara est à lire en urgence …et bien sûr au quotidien « l’ Humanité  » et HD en semaine .

dimmer switch 19 octobre 2019 à 8 h 37 min

thank you for your sharing.
dimmer switch https://hi-hyperlite.com/collections/acrylic-reflector

Laisser un commentaire

Commentaire

Nom *

Les champs marqués * sont obligatoires

Email *

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Restez en contact

Inscrivez-vous à la newsletter