La fête d’un beau projet : l’Humanité

le 20 septembre 2017
Crédit : Tristan Gauthier

Crédit : Tristan Gauthier

Nous étions un demi-million à avoir bravé les prévisions météorologiques qui, fort heureusement, se sont révélées inexactes au-dessus du parc de La Courneuve. 550 000 à avoir ignoré ces lieux communs crachés dans les micros de différentes radios et sur les plateaux de télévision par des journalistes habités de préjugés. A les entendre, la fête de l’Humanité serait tantôt un rassemblement folklorique dépassé, tantôt un patrimoine antique ou encore un ring de boxe. Peut-être n’y ont-ils jamais mis les pieds ?

Se rendent-ils au moins compte de la violence des insultes ? Elles sont jetées comme une pierre à la face d’une multitude de participants, notamment ces jeunes en quête d’avenir qui, par-delà les opinions, les votes, viennent à la fête avec leur désir de convivialité, de bienveillance, de fraternité, avec leurs envies de rencontres et de débats, leur soif de culture et de musique, leur appétit de politique au sens originel, loin des politicailleries qui encombrent tant l’espace médiatique.

Comment peut-on ainsi moquer, rabaisser, insulter le journal qui l’organise, ses équipes qui se sont dévouées pour la préparer durant près de cinq mois, les militants qui ont proposé le bon de soutien dans un bouquet de rencontres, celles et ceux qui la font vivre bénévolement en prenant sur leurs moments de repos, aux côtés d’une diversité d’associations, syndicats et forces politiques, de créateurs et délégations venues du monde entier animer ce grand village du monde ? Bref, de tous ceux qui s’évertuent chaque année à en faire ce grand rendez-vous populaire.

Oui, dans un contexte difficile, la fête de l’Humanité a été un nouveau succès populaire, une réussite culturelle, le grand rendez-vous des acteurs sociaux et politiques. Un formidable creuset du débat d’où un puissant cri est monté au fil des heures, celui de l’unité. De cette unité citoyenne et populaire pour faire face au terrible rouleau compresseur macroniste lancé contre les droits sociaux et démocratiques. Un succès malgré les obstacles dressés sur son chemin, depuis ces concerts au Stade de France ou ce  spectacle gratuit subitement dressé place de la Concorde, barricadant une partie du cœur de Paris, après l’installation d’un nouveau festival fin juillet par des manitous du spectacle venant des Etats-Unis.

Il aurait fallu allumer les caméras plein feu devant l’immense foule du débat à l’Agora avec les parlementaires communistes, insoumis et socialistes sur la contre-réforme du code du travail.

Pourquoi ce silence sur un événement marquant de la fête qui n’a eu lieu sur aucune chaine de télévision : la confrontation entre le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez et Alexandre Saubot, l’un des dirigeants du MEDEF. Pourquoi si peu d’écho des passionnantes rencontres avec l’historien Patrick Boucheron, l’écrivain Kamel Daoud, l’hommage rendu par Cedric Vilani au mathématicien Jean Pierre Kahane, le témoignage du grand journaliste turc condamné à l’exil Can Dundar, celui de Cédric Herrou qui agit comme un juste ? Et comment ignorer la place occupée par les enjeux liés à la défense de notre planète, le mouvement de solidarité envers les sinistrés des récents ouragans ou encore les développements numériques et l’économie sociale et solidaire ?

Pourquoi cacher ce mélange unique en France ? A la fête de l’Humanité, on est loin de la société du spectacle. Pas de show, pas d’esbroufe, pas de déguisements et de coups bas. La simplicité, la franchise, l’authenticité, le partage surplombent tout, du plus petit stand à la grande scène. L’événement a lui-même forgé son sens, par ses débats et grâce à la foule immense qui a pris possession des allées. Il indique le puissant besoin de discussions et d’unité, accompagné d’une immense disponibilité. La jeunesse s’y est faite entendre et n’a demandé qu’à se frotter à un monde d’espérance et d’idéal, entre concerts et découvertes.

Le succès de la fête de l‘Humanité repose sûrement sur un ancrage singulier, une histoire des luttes pour l’émancipation qui exprime une certaine conception des rapports humains, fraternels et solidaires. Elle puise dans ce terreau une force qui, d’année en année, trouve une vigueur propulsive pour les idées de liberté, de réalisation de soi, de justice sociale et environnementale, de paix. Elle est un bien commun vivant et précieux, une part de notre République chaque année réinventée et mise à disposition de toutes celles et ceux qui souhaitent sortir les peuples de la course absurde au profit.

Avec la vaste question du travail en son cœur, elle aura renforcé les mobilisations en cours et à venir contre les ordonnances macronistes antisociales,  pour proposer d’inventer un autre avenir pour le travail humain et la création.

Elle aura fait entendre le farouche besoin de paix dans un monde gagné par des tensions terribles ; une paix véritable construite sur un projet de justice et de liberté. C’est ce qu’a fait entendre le Village du monde qui résonnait des combats pour la liberté du peuple palestinien, pour la paix au Moyen-Orient ou encore contre la prolifération nucléaire.

Justice, Liberté, Paix, préservation de notre planète, autant de nobles idéaux scandés, qui ont rythmé la fête en faisant sens et projet pour les jours et les temps à venir. Ils sont au cœur d’une Humanité, d’un degré de civilisation à bâtir.

26 commentaires


SEVILLA 20 septembre 2017 à 18 h 47 min

J’ai apprécié votre éditorial. Je ne sais pas si à mon âge je verrai des lendemains chantants.
Ces voyous qui nous gouvernent, et depuis trop longtemps!Pourrons nous lever une force pour les arrêter? ils ont tant de moyens….Encore trop de gens qui sommeillent devant devant leur télé, leurs journaux.Voter ne peut plus suffire! La grève générale pour venir à bout du capitalisme, ce mal absolu.

Moreau 20 septembre 2017 à 20 h 46 min

Cette phrase résume parfaitement la situation »Voter ne peut plus suffire ! », c’est pourquoi mieux vaut s’abstenir en votant blanc et faire circuler la vraie parole bien fondée du pays profond.
Je peux toute vois donner mon avis : l’idée qu’un journal comme l’Humanité réalise une fête annuelle est une bonne idée, la fête telle qu’elle est programmée chaque année mérite bien des critiques, mais pas des insultes car l’idée est bonne et donc respectable, ceci dit sa programmation et sa réalisation ne sont pas à la hauteur de l’idée, il faut le dire.
Si le capitalisme n’est pas encore dépassé, c’est de la faute de tous les partis politique sans exception, la montée de l’abstention en 2017 en atteste de façon incontestable.
Il faut la révolution perpétuelle mais culturelle et elle ne se fait pas avec des programmes comme ceux de la fête de l’Humanité, puis il faudrait que le journal de l’Humanité soit infiniment plus proche des créateurs souvent méconnus d’oeuvre des arts majeurs et je pense notamment à la Poésie mais la fête de l’Humanité devrait être la rencontre de nombreux créateurs souvent méconnus d’oeuvres des arts majeurs et d’un public large de visiteurs.
C’est une bonne idée, mais la réalisation est décevante. Jepense qu’il faut parler juste et vrai de façon nuancée.
Cette année le journal l’Humanité s’est éloignée du Peuple en politisant encore sa fête alors que 60% de la population s’abstient en raison des responsabilités gravissimes des partis politiques : nous sommes entrés en 2017 dans le pire, les Abstentionnistes pressentaient qu’on entrerait dans le pire faute d’avoir un seul parti qui propose la politique qui pouvrait depuis longtemps permettre de dépasser le régime politique pour avoir l’équilibre politique, le désarmement, la sécurité gratuite, la fin de la pauvreté.
Les personnes infiniment déçues par tous les partis politiques, et très inquiètes à cause des catastrophes dites naturelles d’autant qu’elles pensent que ce ne sont pas les bilans négatifs des partis toujours suffisants qui peuvent empêcher la fin du monde, sont nombreuses. Aucun journal n’est proche de cette ludicidté du Peuple.

alain harrison 20 septembre 2017 à 21 h 22 min

Bonjour.

L’Espagne s’enligne avec Trump à démolir le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels ( http://www.ohchr.org/FR/ProfessionalInterest/Pages/CESCR.aspx ). Vous savez que Trump veut réformer l’ONU, pas assez performent à son gout !

Les médiats occidentaux sont très attachés à démolir la Révolution Bolivarienne.
Actuellement le même processus est sans doute en préparation contre la Bolivie (une économie diversifiée).

En Colombie, depuis que les FARC ont organisé leur parti, quel hazard, Trump menace la Colombie sous le prétexte qu’elle ne fait pas assez contre le trafique de drogue (?), et pourtant l’ OTAN y est. Bizarre non.

Mais bonne nouvelle.

Venezuela : Plan d’action approuvé à la Journée Mondiale Nous Sommes Tous le Venezuela.
Publié le 20 Septembre 2017 par Bolivar Infos.
Internationalisme actif.
 
On propose d’établir un calendrier de visites de travailleurs (professionnels et techniciens, entre autres) disposés à se rendre au Venezuela pour faire des activités volontaires et de solidarité dans le domaine économique, de la production (médical ou pharmaceutique, agricole, entre autres).

Une invitation lancé par et pour la gauche internationaliste de briser l’isolationnisme des Peuples Souverain. Les citoyennes travailleurs, quelque soit l’habit, sont invités (?) à brève échéance.

Alors, un sujet à la Fête de l’humanité !
Il faut passer des débats d’idée au débat des solutions. NON OUI.

Jean-Charles Lavaud 21 septembre 2017 à 0 h 50 min

Prenez ce commentaire comme une remarque constructive. D’abord je tiens à dire que j’ai passé un grand moment parmi vous ce week-end, un mélange incroyable d’engagement, de culture et de convivialité.
Venons-en à ce qui fâche : On ne peut plus se plaindre en 2017 d’être mal médiatisé, surtout quand on n’a pas fait soi-même l’effort d’ouvrir un chaîne Youtube « Fête de l’Huma ». Quelques moyens techniques, pas grand chose, et tous les grands événements du week-end passaient en direct sur le net. En rentrant j’ai pensé à tout ce que j’avais raté, quelle déception de constater que les grands débats ne sont pas consultables en ligne. Pourtant le net serait un écho immense et durable.
La semaine d’avant j’avais vu 30 streamers tenir tout un week-end en direct pour récolter des fonds pour les victimes des cyclones. 30 gamins dans un garage avec un câble pour emprunter l’électricité et la connexion du voisin.
On ne peut plus se plaindre aujourd’hui que messieurs les milliardaires ne prêtent pas leurs télés. On le sait ça. Alors faisons la nous même la télé, et montrons à quel point il est vain de mettre des milliards pour contrôler l’opinion alors qu’internet nous permet à tous d’échanger pour presque rien.

Moreau 21 septembre 2017 à 9 h 08 min

Il faut arrêter de parler de révolutions qui ne sont pas des vraies révolutions, en rassemblant quelques maîtres-mots de monsieur Macron même s’il n’a pas eu raison sur tout ; les mots : révolution, indépendance dans l’interdépendance, on rejoint la définition de la révolution d’Art : révolution par l’indépendance dans l’interdépendance. Les médias peuvent démolir facilement toute pseudo révolution qui peut récidiver ; mais ça ne fait que prouver que pseudo révolution et quatrième pouvoir sont vains pour la vie de l’Humanité telle qu’elle doit être. Il faut la culture réelle, toute la culture réelle, rien que la culturè réelle, et aurons la révolution nécessaire et indispensable non vaine, et les médias non démolisseurs !
Chiche, mais chiche : Révolution émancipation dans l’interdépendance !

Lubery Pierre 22 septembre 2017 à 10 h 17 min

Merci pour ce beau rappel de ce qu’ est la fédé de l’Huma . Dommage de ce lourd silence des médias

alain harrison 23 septembre 2017 à 7 h 19 min

Bonjour.
Heureux d’apprendre que la Fête de l’Humanité est un succès.

Jean-Charles Lavaud
21 septembre 2017 à 0 h 50 min
«« En rentrant j’ai pensé à tout ce que j’avais raté, quelle déception de constater que les grands débats ne sont pas consultables en ligne. Pourtant le net serait un écho immense et durable. »»

Je crois que la gauche devrait tout faire pour faire tomber ce gouvernement anticonstitutionnel. C’est la chose à faire.
Sinon, le libéralisme fasciste se sentira libre de tout.

Ce que je comprends, c’est que la seconde guerre a créé ou révélé une masse importante de la population française qui a tendance a épousé le système quel qu’il soit sans analyse, leur seul préoccupation est le maintient de leur situation aussi médiocre soit elle.
Le résultat des élections dénotent l’état lamentable de la conscience chez une grande parti des Français.
C’est un constat, la même chose au Québec, et les partis en compétitions pour quelques votes de plus. Même QS est tombé dans le piège identitaire-racisme.
Les anti-fascistes tombent vite dans le piège des émotions. En tout cas, il y a là tout un imbroglio insoluble: action réaction.

Un article intéressant sur le piège des imbroglios de la désinformation.

La crise des Rohingyas et le problème de l’objectivité
Par Gearóid Ó Colmáin
Mondialisation.ca, 15 septembre 2017
Mais aucune armée professionnelle ne torture quelqu’un en le filmant, pour ensuite donner le film à son ennemi pour qu’il s’en serve contre lui. Il faut examiner les preuves. J’ai vu comment al-Qaeda tue des enfants en Syrie et accuse le gouvernement, donc je n’ai aucune hésitation pour affirmer que c’est ce qu’ils font aussi au Myanmar. Mais si vous pouvez me fournir des preuves du contraire je devrai réviser ma position sur les bases de ces preuves. Je me souviens quand les premières photos de policiers morts à Benghazi en Libye ont été vues, en 2011. Les médias ont dit qu’ils avaient été abattus par Khadafi parce qu’ils refusaient de tirer sur leur propre peuple. J’avais alors affirmé qu’aucun militaire ne serait assez stupide pour filmer une exécution militaire pour trahison puis la donner à l’ennemi. Si les militaires libyens avaient voulu les tuer, ils l’auraient fait en privé en s’assurant qu’il n’y avait aucune image. Un an après que le pays le plus riche d’Afrique ait été détruit, le journal britannique The Independent a reconnu que ces hommes avaient été abattus par des rebelles appuyés par l’OTAN dans le but d’en imputer la cause au gouvernement libyen. Mais les gens ont la mémoire courte et de pauvres capacités d’analyse. Les impérialistes le savent. Maintenant, ils disposent d’un nouveau scénario et peuvent le regarder décoller sur pilote automatique. Une fois de plus, les gauchistes bien-pensants sont les turboréacteurs de l’empire.

Pourtant c’est claire, ceux qui ont parti le bal de la violence et des cris aux crimes humanitaires bidon.

Comment ça commencé:

«« Le 25 août, un groupe terroriste de l’Armée du Salut Rohingya d’Arakan [ARSA, Arakan Rohingya Salvation Army, anciennement Harakah al-Rakin, NdT] appuyé par l’Arabie Saoudite a pris d’assaut trente postes de police dans l’État d’Arakan au Myanmar, tuant 12 officiers de police et deux civils. Le gouvernement birman a réagi en lançant une opération militaire de contre-insurrection à grande échelle. 59 insurgés furent tués. »»

La même chose en Ukraine, le printemps Arabe, au Vénézuéla………

Un coup le bal lancé……nous connaissons la suite: les ONG, la diabolisation, les fausses nouvelles……la médiatisation de masse. Toujours un seul côté de la médaille. Et ça marche toujours.

Les Français ont intérêt à se réveiller et la gauche tout faire pour la réveiller.
L’UE est un système autoritaire qui punit sévèrement et sans un hic de sentiment.
Le gouvernement actuel Français est inconstitutionnel.

Que les travailleurs n’aillent pas travaillé toutes les semaines (deux jours toutes les semaines jusqu’à ce que le gouvernement se saborde (tutelle du Peuple) et mettre en place la Constituante Citoyenne, le point de départ de: audit de la dette, le contrôle des banques, mettre à la porte les agents militaires officiels US,………., expropriation.
Il ya 5 sorties à faire.
Mettre en prison Macron et ceux qui votent pour des lois anti-démocratiques et fascisantes.
La police et l’armée sont conçus pour démolir la démocratie à point nommé.

Le Vénézuéla, (Cuba, peut-être la Bolivie) quel tour de force, l’armée reste fidèle au Peuple. Les éléments dégradants sont mis hors jeux une foi découvert.

Michel MICHEL 23 septembre 2017 à 8 h 38 min

voici ce que j’ai mis en ligne dans ma fédé : beaucoup de points communs avec ce très beau texte auquel, me semble-t-il, il manque la référence aux dangers portés par l’Europe et de la place à prendre par le parti dans les combats à venir. Aujourd’hui, dans cette périodes ou notre parti est ignoré totalement dans le paysage politique, rabaissé par les médiats à la solde des patrons du CAC 40, déclaré mort par le dirigeant du mouvement qui pourrait être son principal allié, ils étaient réellement des centaines de milliers dans cette enceinte qui reste bien le plus grand rassemblement politique et festif de France !
Certains venaient pour les festivités, les spectacles, des dizaines de milliers de jeunes, heureux d’être là, avec les cocos, prêts à l’échange et respectueux des militants communistes, de leurs combats passés et présents. Jeunes et moins jeunes, venaient dire leur colère face à ce système qui les écrase et leur promet un avenir catastrophique, tous viennent vers nous en recherche d’alternatives.
Quel bonheur pour tous les militants, ouvriers, employés du public et du privé, travailleurs intellectuels, engagés dans ce combat communiste d’être rejoint par ce peuple en quête de fraternité, en attente de propositions fortes pour une société où ils prendraient le pouvoir. Vendredi soir tard, pendant une pose, je regardais défilé le flot continu de milliers et de milliers de jeunes. Les propositions d’adhésions, les échanges sur le stand en attestent : Ils sont nombreux en recherche d’engagement appuyé sur les fondamentaux du marxisme vers une société communiste.
Fort du mandat que lui donne une Europe dominée par les droites et extrêmes droite ainsi qu’une grande partie de la sociale démocratie (80% des votes au parlement pour le secret des affaires !) rien chez les politiques n’arrêtera Macron qui se permet toutes les provocations : Le code du travail sera cassé le patronat aura les mains libres pour transformer le salariat en esclave moderne.
Le capital croule sous les capitaux en errance et qui ne rapportent plus assez : la sécu, les caisses de retraites, les entreprises publiques (EDF GDF SNCF ARSENAUX AEROPORTS..) et même pôle emploi seront livrés au privé.Les PME PMI deviendront plus encore des variables d’ajustement pour les profits des donneurs d’ordre. Les collectivités locales qui coûtent trop et ne rapportent rien au capital seront étranglées.
Toute notion de solidarité de vivre ensemble seront balayées de notre société.
Face à ce système capitaliste à bout de souffle et qui ne peut survivre qu’en étranglant les peuples, les répliques et les objectifs doivent être radicaux.nous avons affaire à une véritable contre révolution.
Les arrangements avec le système pratiqués dans des rassemblements sociaux démocrates de toutes les gauches depuis plus de 30 années ont accompagné les reculs sociaux et échoués. C’est une situation révolutionnaire qui seule peut mettre un terme au désastre annoncé relayée par un puissant parti communiste et des alliés loyaux.
NOTRE FETE L’ATTESTE : LES FORCES EXISTENT POUR MENER CES COMBATS.

Moreau 23 septembre 2017 à 9 h 24 min

LES VRAIS INTERETS DES ENTREPRISES ET DES TRAVAILLEURS ET DES CONSOMMATEURS

Je suis entièrement d’accord pour dire qu’il faut que la gauche se réveille parce qu’elle n’est plus la gauche depuis le début des années 90, et en se soustrayant à la vie de tout le Peuple elle a fait et elle fait de grands dégâts. Tant qu’elle ne se réveille pas pour vivre dans l’indépendance dans l’interdépendance comme dit en parlant bien monsieur Macron, pour équilibrer le régime politique en total d’équilibre avec abus du libéralisme-capitalisme, souffrance causée par la bêtise et abstention continueront.
Et je suis d’accord pour dire qu’il y a un recul très grave des libertés et de la vraie justice auquelle la réponse de monsieur Hamon qui est le revenu universel est insuffisante.
Le parti communiste n’est pas encore transformé depuis 2007-2008 qu’il a promis de réaliser sa transformation alors qu’il y a avait urgence.
Pas de démocratie mais des règlements nouveaux durs voire très durs atteste de la violence du libéralisme.
Les communistes défendent très mal le prolétariat du vingt et unième siècle alors que des réponses de monsieur Hamon peuvent être positives en les améliorant.
Un proverbe dit : « Ne fais pas aux autres, ce que tu n’aimerais pas que les autres te fassent. » ; or des lois peuvent être appliquées aux demandeurs d’emploi inscrits au Pôle Emploi et détruire des vies, abîmant plus la république.
Les communistes auraient pu et auraient discerner depuis longtemps afin d’éviter ces extrêmes que le code du travail existant pouvait probablement être maintenu en étant amélioré mais pas pour favoriser le gigantisme systématique des moyens de production ; la gauche pourrait recueillir l’unanimité sur ce point ; mais en toute objectivité je pense qu’il devait être remplacé, non pas par un code du travail plus sobre, mais par deux codes :
le code du travail en petite et en moyenne entreprise,
le code de la recherche d’emploi avec Pôle Emploi.
En toute objectivité, je pense que le code du travail en petite et en moyenne entreprise selon le modèle suédois pourrait être meilleur pour le vingt et unième siècle, et que les communistes n’auraient pas dû entretenir d’amalgame. La droite que représente monsieur Macron s’est affirmée vaille que vaille comme meilleure protectrice des petites et moyennes entreprises, comme madame Merkel en Allemagne, dans ce point que je fais parce que personne ne le fait. Que le code du travail en petite et en moyenne entreprise soit plutôt d’inspiration patronale est rationnel.
Et en toute objectivité, je pense sans me contredire que la gauche avait le devoir de proposer un code de la recherche d’emploi avec Pôle Emploi, ne détruisant pas la vie et la république. Les risques qu’encourent des personnes à la recherche d’un emploi avec Pôle Emploi sont extrêmement graves faute d’une opposition de gauche digne de ce nom. Que le code de la recherche d’emploi avec Pôle Emploi soit d’inspiration patronale est irrationnel, dur, violent, liberticide, dangereux ; alors qu’il devrait être d’inspiration des demandeurs d’emploi de bonne foi selon leur mode de vie qui souvent n’a rien à voir avec celui des patrons.
Les patrons que je respecte, et les travailleurs que je défends au nom de toute vraie justice humaniste, en ce sens qu’ils peuvent devenir ou être demandeurs d’emploi dans leur vie ; n’ont pas souvent le même mode de vie du tout. Il y a des différences entre les patrons et les travailleurs qui n’ont pas été prises en considération dans la réglementation de Pôle Emploi qui devait être la première préoccupation des hamonistes et des communistes pour la protection d’intérêts légitimes de travailleurs.
Faute de bien faire leur travail politique, les hamonistes et les communistes sont de grands responsable de la montée de l’abstention qui correspond à une montée de malheurs évitables. Il fallait qu’ils aient la continuité nécessaire et indispensable pour abroger les lois Sarkozy et bien réécrire le code de l’immigration.
La vie des patrons et la vie des travailleurs comportent de grandes différences, la vie des travailleurs a été trop ignorée dans l’escalade de la règlement actuelle ; des patrons et des travailleurs n’ayant pas des ressources mensuelles pour vivre selon un mode de vie commun.

Moreau 23 septembre 2017 à 9 h 31 min

Il y a grande urgence que la gauche s’unisse pour défendre des demandeurs d’emplois à la recherche d’un emploi avec Pôle Emploi victime de règlements injustes, injustifiés, injustifiables, en raison du droit à la différence du mode de vie.

Moreau 23 septembre 2017 à 11 h 50 min

Qu’attend la gauche qui se dit la gauche pour porter assistance bienfaisante aux personnes en danger social en France parce que elles se trouvent de plus en plus forcées à vivre comme vivent les patrons qui ont bien plus d’argent qu’elles.
Le pays est divisé entre les abstentionnistes et les votants et entre les partis des votants, s’il y a de la faute de la majorité qui a gagné le droit de présider, de gouverner, et de légiférer ; il y a aussi de la faute de la gauche et plusieurs personnes qui font des commentaires disent qu’elle doit se réveiller.
Ce doit être du gâchis dangereux de supprimer le code du travail existant plutôt que le l’améliorer pour les grandes et très grandes entreprises.
Un code du travail en petite en moyenne entreprise selon le modèle suédois pourrait être de bon aloi, cette inspiration patronale est légitime et rationnelle.
Il faut trois codes, et le troisième pourrait être un code pour les demandeurs d’emplois à la recherche d’un emploi avec Pôle emploi fidèle à l’inspiration des travailleurs qui est également légitime et rationnelle ; et il pourrait s’appeler par exemple « le code du bouclier social ». Et l’idée du revenu universelle à améliorer.

En plus de catastrophes dites naturelles, il y a déjà des catastrophes dites sociales.

Les partis de gauche n’ont pas fait leur travail pour tout le monde. D’où l’abstention qui n’épargne hélas personne à elle seule des catastrophes dites sociales, il ne faut pas oublier les phénomènes d’exclusions.

alain harrison 25 septembre 2017 à 6 h 15 min

Bonjour.

Moreau: Que le code du travail en petite et en moyenne entreprise soit plutôt d’inspiration patronale est rationnel.

Et vous parler d’amalgame !

Hamon, un opportuniste du PS en chute libre, il et ils savaient très bien qu’ils planteraient, mais en bon opportuniste, il a planté le nouveau mouvement, la FI-JLM, un petit jeu qui perdure en regardant. Moi-même j’ai des réserves face à ce mouvement, il est jeune, il a du potentiel de rassembler ou d’être récupéré (Podemos, Syriza…….).
Ceci étant dit.
La FI se veut rassembleuse de la gauche, alors il faut agir en conséquence dans la gauche.
La FI est encore un mouvement, bien que, en devenir d’un parti comme tel sans doute. Mais ça ne se fait pas en criant lapin. Ça prend des années et une certaine expérience pour se consolider en un parti viable, n’est-ce pas.

Qui se dit rassembleur se dit ouvert aux propositions. Ici, l’analyse lucide est incontournable et la vue de l’ensemble historique touchant l’économie comme système (question : est-il libérant et épanouissant ?), la société (y a t-il harmonisation et de réels progrès culturellement), le mode de travail et de revenu est-il adéquat ?
Est-ce que les travailleurs sont en mesure d’élaborer un mode de travaille qui transcende la vieille mentalité qu’à marquer au fer rouge la longue histoire de l’exploitation de l’homme par l’homme ? Il ne faut pas se méprendre, l’individu-entrepreneur devient non seulement son propre esclave, mais à échéance il sera le rouage le plus lucratif et le plus compétitif du capitalisme par le fait qu’ils seront les milliers de petits boss de millions de travailleurs précaires
Qui dit précarité dit pauvreté. N’est-ce pas le sort de millions. Et qui dit compétitivité sans règle sauf du profit et des cartels sur jacents en compétition (c’est leur jeu préféré) regarderont le tout, et les guerres planifiées pour palier aux baisses.

Oui, il faut se réveiller, et globalement.
Les réveils à la carte nous ramènes à la case départ.

alain harrison 25 septembre 2017 à 6 h 31 min

L’Histoire à montre ce qu’est pactisé avec le diable. Mais la leçon n’est toujours pas apprise.
Du CNR et son déclin, des personnes de compromis.
L’heure est au Peuple de réaliser qu’il est souverain.
Pour faire tomber ce gouvernement, je ne sais si vous êtes au courant, mais ce gouvernement n’a aucune légitimité, il a été battu aux législatives.
Que l’ensemble des travailleurs, pendant le temps que cela prendra, prennent deux jours de congé à la maison. L’économie en souffrira, sera déséquilibrée, mais sera l’occasion.
L’occasion de la Constituante Citoyenne Travailleur, comme point de départ.

Rien ne s’improvise, mais tout ce conçoit. N’est-ce pas ce qu’a fait le néo-co-libéralisme en cachette, hypocritement, en infiltrant, par la corruption.
Nous n’avons pas à nous cacher, les solutions, les buts ( en finir avec la pauvreté, le partage du travail……..) qui sont les solutions seront les garde-fou, la lumière qui éclairera les oui mais et les faux.

Mais la gauche a-t-elle des solutions radicales (elles ne peuvent être autres), sinon c’est la continuité du système avec des réarrangements……Vous connaissez la réingénierie.

Moreau 25 septembre 2017 à 13 h 24 min

Les Abstentionnistes qui votent blanc ne pactisent avec personne, c’est exactement le contraire. L’objectivité au sens littéral, il faut apprendre le français, n’est aucun pacte. L’objectivité est indispensable à la religion du vingt et unième siècle !
On ne peut pas éliminer la pauvreté par l’économie sans résoudre le désarmement, ce qui passe par le développement du progrès culturel auquel l’associatif libre de la culture réelle, de l’utile, et des sports est nécessaire et indispensable.
L’Histoire des règnes et des guerres est dominée par le diabolisme, mis pas l’histoire de l’Art. Le communisme républicain universel a été privé en 2016 et en 2017 de s’affirmer en triomphant grâce à deux opportunité historique : une aux Etats-Unis d’Amérique car monsieur Trump a été élu par défaut et une en Allemagne car madame Merkel a été élu par défaut. Le communisme ringard étant la machine à faire passer les droites au pouvoir, ou en mot dans le jargon politique, le marchepied des droites partout dans le Monde parce que être de gauche, ce n’est pas de jurer tout le temps par l’histoire des règnes et des guerres ; ça ne mène qu’à des guerres et à des catastrophes dites naturelle, ça mène à la fin du monde au grand désespoir des Hommes qui s’abstiennent.
Je ne suis pas d’accord avec monsieur Hamon mais l’objectivité m’amène à être d’accord avec monsieur Hamon sur certains points d’autant qu’il y a très grande urgence d’améliorer certaines de ses propositions et qu’elles puissent entrer en vigueur. Faire du social, ce n’est pas faire des victimes du capitalisme.
Il ne faudrait justement pas continuer à gaspiller des années, des années, et des années, le parti communiste a encore gaspillé dix années (2007-2017) ; le changement pour arrêter l’empirement des catastrophes dites naturelles, la course aux armements, les guerres, la pauvreté ; ne peut plus se faire sans entrer dans la course contre la montre.
Les gens qui se donnent tout le temps qu’ils croient bon de pouvoir se donner sont des Indifférents, mais personnes n’est de force à batailler avec les catastrophes dites naturelles, les bombes atomiques, la misère.
Monsieur Harrison vous ne comprenez pas ce que j’écris : il faut reconnaître aux petits et aux moyens entrepreneurs de réussir leur destinée et ils la réussiront avec les travailleurs travaillant pour leur(s) entreprise(s), tout en sortant du système capitaliste par l’équilibre politique qui résultera de la construction de l’équilibre entre le commercial et l’associatif libre partout dans le monde même si partout ne se fait pas en un jour, ça peut se généraliser de façon déterminante. Ce n’est pas tant d’une monnaie qu’il faut sortir, c’est du capitalisme dominant qu’il faut sortir, ce qui ne signifie pas de tout détruire, de tout empêcher, mais qu’il faut ramener à l’équilibre que nous devrions avoir mais que nous n’avons toujours pas à cause des gens qui entendent remplacer les idées des Européens par des idées de Latins que je respecte, sur d’autres continents.
Tout va très mal parce que des gens parlent de gauche sans avoir la moindre bonne notion du communisme républicain universaliste. Les ringardismes politique, c’est zéro.
Un code du travail et du chômage unique, c’est de la pensée unique. La pensée démocratique république c’est l’association justement de trois codes que je propose.
La pensée démocratique république c’est l’association justement de trois codes que je propose (code de la grande ou très grande entreprise, code de la petite ou moyenne entreprise que réclame légitimement les libéraux au nom de l’universalisme républicain, code du bouclier social pour les demandeurs d’emplois, les précaires, les pauvres ; qui devrait déjà être écrit si les communistes étaient des vrais communistes, pas des gens tellement indifférents à de terribles malheurs, à de terribles souffrances, à de terribles peines.
Il ne faut pas opposer les meilleures idées, d’où qu’elles viennent, il faut les associer, impossible de dépasser le capitalisme, impossible d’éviter la fin du monde, autrement.

ROSSI-FABRE 25 septembre 2017 à 13 h 28 min

Cher Patrick Le Hyaric,

C’est l’envie de lire des textes intelligents et sensés qui m’a guidée vers votre blog ; j’en suis satisfaite et surtout touchée par votre raisonnement digne d’un Homme qui a su prendre de la hauteur avec finesse mais sans rien omettre pour analyser le lourd silence médiatique au sujet de la fête de l’Humanité, silence, qui est en corrélation avec le mépris pour le genre humain qui réfléchit à un avenir plus équitable entre les citoyens… le respect de notre Terre nourricière, si mal traitée, et davantage de fraternité entre les peuples….

Vous êtes une valeur « sûre » dans ce que vous professez et vous remercie, bien sincèrement, de me donner l’avantage de progresser dans ma réflexion sociale autant qu’ humaine… !

Bien Cordialement.

Moreau 25 septembre 2017 à 13 h 31 min

C’est grâce à des incompréhensions telles que celles de monsieur Harrison qui ne se passionne pas du tout pour les idées des Européens, que tant de pays sont chroniquement capitalistes, qu’il n’y a pas de bonne alternance, qu’il y a des pauvres plus pauvres, des pauvres trop pauvres, des précaires plus précaires, des précaires trop précaires. Que l’Union Européenne va très mal. Il reste tellement à dire sur le Mal qui n’en finit pas et il ne peut pas finir avec les entêtements catastrophiques qui sont légions dans la classe politique, et contre lesquels lutte l’abstention bien fondée.

Moreau 25 septembre 2017 à 13 h 37 min

La libre entreprise est une expression qui fait partie de la définition de la Liberté. La Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen stipule que nul n’a le droit d’interdire des libertés qui définissent la Liberté.

Moreau 25 septembre 2017 à 15 h 00 min

Si l’objectivité qui est à la République ce que la trahison est à l’Etat totalitaire fait défaut à l’Homme, l’Homme n’est plus un Citoyen et il ne proposera jamais un seul nouveau droit de l’Homme.
L’objectivité n’est jamais contradiction tant elle correspond au bien pour la Terre des Hommes.
Je réitère que je suis favorable à la nationalisation de certaines entreprises pour la période dans le temps où elle est pleinement justifiée car aucune nationalisation, la vérité qui construit l’Homme est simple, ne doit devenir un obstacle au développement du meilleur progrès. Je pense que nous manquons d’entreprises nationalisées, de services publics nécessaires et indispensables.
Ce que les Capitalistes et les Ringards abîment la République, que c’est triste tant d’inconscience et de manque d’humanité. Il n’y aurait plus d’extrémismes politiques s’il n ‘y avait plus d’ultracapitalistes et d’ultraringardistes.
Il faut toujours partir du présent en se projetant dans l’avenir. Les Ringards partent du passé systématiquement, parfois il peut être pertinent de se remémorer, mais partir systématiquement du passé comme si le présent n’existait pas ! Comme si la proximité n’existait pas !
La grande déshumanisation par le totalitarisme capitaliste ou/et le totalitarisme ringardiste, est une cause principale des malheurs et des souffrances des personnes des différents Peuples qui en sont victimes.

Moreau 25 septembre 2017 à 18 h 42 min

Le moins qu’on puisse dire monsieur Harrison, c’est que la gauche de la gauche ne se passionne pas pour la petite et moyenne entreprise, ce qui me semblait bien en aller généralement ainsi ; alors que les socialistes sont favorables à ces structures et tant mieux, et encore pas assez ; tout comme les libéraux y sont favorables, et tant mieux, et encore pas assez. Le pays profond y est très favorable, beaucoup plus que les partis, en général. Un référendum montrerait que le Peuple est favorable à la petite et moyenne entreprise si la question lui était posée. Le vingt et unième siècle qui est le siècle de la domination de l’Homme par l’Homme jusqu’à ce jour, pourrait être le siècle d’aucun esclavage, pour peu que les partis politiques ferait leur travail. Ils ne l’ont pas fait, ils ne le font pas, comme en attestent en France l’abstention de l’ordre de 60% et en Allemagne la réélection par défaut de madame Merkel.
Personnellement je n’apporterai jamais mon suffrage à la proposition d’une Assemblée Constituante aussi longtemps que je n’aurai pas en lecture le projet politique bien présenté dans l’ordre d’importance de chaque titre et bien écrit, du communisme républicain universaliste.
La droite a fait souffrir une partie de la population de l’Union Européenne, mais elle ne l’a pas fait souffrir seule, la gauche de la gauche par exemple a participé à la faire souffrir et participe à la faire souffrir en ne proposant pas le communisme républicain universaliste alors que le pays profond pense pour ceux qui s’y intéressent que c’est ce qu’il faudrait.
La gauche de la gauche, exactement comme la droite, s’occupe au moins autant de politique sans le Peuple. D’où le libéralisme violent, déshumanisé, dur, brutal ; qui est fabriqué par les droites et par les gauches ensemble ; par la classe politique ; d’où tant de personnes souffrant et souvent en détresse augmentant leurs souffrances.
Non, la gauche de la gauche, n’a pas plus raison que la droite, elle divise aussi, elle déchire aussi le pays et l’Union Européenne. Il y a eu, il y a, toute une indifférence dévastatrice, toute une insensibilité. Il n’y a pas l’humanisme. Monsieur Macron a réussi relativement parce qu’il faut le reconnaître, il a su parler à des Françaises et à des Français du pays profond. Personnellement, lors du premier tour en raison de l’ambiguïté, redoutant l’insuffisance de sa politique pour les cinq années à venir, j’ai voté blanc. Madame Merkel n’aurait pas gagné s’il y avait eu un projet communiste républicain universaliste et un(e) candidat(e) à la hauteur du niveau politique du projet communiste républicain universaliste faisant campagne en représentant le Peuple allemand et l’Union Européenne. Monsieur Hollande et monsieur Mélenchon sont plus responsables du bilan du quinquennat 2012-2017 que monsieur Macron qui, s’il a été ministre un petit moment, était un nouveau en politique et n’était pas encore le président. Ils ont fait souffrir la population française et européenne, même si l’extrême droite est plus responsable qu’eux.
Les communistes n’ont pas encore tenu leurs promesses de transformations depuis 2007, les réalités sont infiniment cruelles. Le retard est insupportable pour les gens qui souffrent jusqu’à devenir invivable, c’est dur de vivre en n’étant rien comme vivent les abstentionnistes qui s’abstiennent pour des raisons bien fondées.
Il faudrait un certaine rupture, mais il ne faut pas la rupture totale, il ne faut pas la rupture avec le meilleur du gaullisme et le meilleur du mitterrandisme même pour la partie excellente qui fut empếchée, depuis 1995, vingt eux années pendant lesquelles il était possible de réussir ce qui a été empêché, il ne faut jamais renoncé au meilleur. Et il fallait le meilleur communisme : le communisme républicain universaliste. La France en avait, en a, autant besoin que les Etats-Unis d’Amérique, l’Allemagne…
Il reste beaucoup à dire…

alain harrison 26 septembre 2017 à 7 h 02 min

Bonjour.

On est de la gauche ou on ne l’est pas. Les amalgamistes, les oui mais , les faux semblants et ci.

« On n’a encore rien dit du Venezuela » (Le Journal de l’Insoumission)

MV. Comment ce « moteur » se manifeste-t-il, de nos jours ?
TD. En amenant des gens à traverser à gué des rivières, à déjouer les attentats et les menaces de la droite pour aller voter pour l’Assemblée Nationale Constituante, débordant même le Parti Socialiste Unifié (le principal parti chaviste). Cette dialectique maître-esclave, on la retrouve partout dans l’Etat ou dans la société. On sait que la guerre économique ne vise pas seulement à asphyxier un pays, elle vise à détruire la culture en tant qu’elle relie les citoyens. Or, ce sursaut citoyen, cette « pulsion créatrice d’un peuple »que Chavez avait prophétisée en citant Marc Bloch, se produit au moment où toute une micro-corruption quotidienne parle plutôt d’un affaissement collectif. Malgré tout ce que signifient le dollar parallèle, la vie plus difficile et l’éreintement de trois ans et demi de guerre économique, malgré le sabotage violent de l’élection par l’extrême droite, huit millions de Vénézuéliens « repassent les Andes » pour sauver le rêve de Bolivar et vont déposer un bulletin dans l’urne pour élire une Assemblée Constituante. Et on a donc actuellement un oxygène formidable dans la société.

Vénézuéla Infos WordPress

alain harrison 26 septembre 2017 à 7 h 15 min

Hum !

La petite et la moyenne entreprise, bientôt l’individu-entreprise, si vous voyez ce que je veux dire.

Le petit et le moyen exploiteur. Et l’auto-exploiteur, le renouveau quoi.
Il faut un sault quantique dans les consciences, pour dépasser le temps figé du néo-con-libéralisme-centriste-universaliste. Le système hautement sophistiqué de l’exploitation.
Ignorez le méta conditionnement: le changement sans changement.

L’Évolution nous a montré que quand le temps du changement arrive, il est radicale, et voyez son renouvellement. Pour qui voit.

L’essentiel est de libérer l’homme de ce cloak qu’est devenu l’esprit du vieux monde.
Le fondement et l’action effective du politique est l’éradication de la pauvreté et l’ouverture de l’Éducation sans entrave.

Nous verrons si l’humain est à la hauteur de la véritable liberté qui est sans choix, mais de l’action juste, dans le sens de justesse. (Krishnamurti). AH.

Les demis choses.

Moreau 26 septembre 2017 à 9 h 19 min

Pour ce qui est sûr monsieur Harrison, vous n’êtes pas de la gauche française du vingt et unième siècle, vous parlez de la pauvreté en vous servant d’elle, tant au vingt et unième siècle il est impossible d’éliminer ce fléau sans résoudre les fléaux que sont les dépenses militaires mondiales, et les catastrophes dites naturelles.
Au vingt et unième siècle, le véritable problème est la domination de l’Homme par l’Homme et les inégalités, l’exploitation de l’Homme par l’Homme a beaucoup reculé grâce à l’alternance de 1981 à 1995 notamment.

La petite et la moyenne entreprise, c’est de l’aventure humaine qui n’est pas une exploitation de l’Homme par l’Homme si elle dispose d’un code du travail bien écrit, plus évident à lire et à utiliser que le code actuel trop imposant pour elles, cela se conçoit bien. Le code actuel est plus adéquat pour les grandes et très grandes entreprises pour peu de les améliorer. La vraie vie de l’Humanité, c’est de l’aventure humaine, il ne faut pas lui en enlever.

Il ne faut pas tout amalgamer pour faire haïr l’aventure humaine, le vingt et unième siècle ne peut pas vivre sans libéralisme républicain universaliste, sans socialisme républicain humain, et il aurait tellement besoin de communisme républicain humain.

Etre de la gauche, c’est aimer la vraie démocratie entière et réelle, c’est aimer la république universaliste.
Etre de la gauche, ce n’est pas chercher à éradiquer un libéralisme non violent participant au vivre ensemble et à l’Egalité. Eradiquer le libéralisme violent, inhumain, dur, brutal, oui, les personnes qui souffrent le demandent ; empêcher le libéralisme bienfaisant, non. Il ne faut pas éradiquer la politique spécifique républicaine, il faut éradiquer ses dérives.

La libre entreprise correspond à une liberté entreprendre, c’est une des libertés qui définissent le mot Liberté dans la République. Il ne faut pas tuer l’aventure humaine nécessaire et indispensable à la meilleure destinée de l’Humanité.
L’esprit du vieux monde qui induit l’Homme en erreur totale, si on peut parler d’esprit, c’est de promettre un monde meilleur, et pas le meilleur monde, forcément, en enlevant au Monde du meilleur de son présent et de son devenir.

Le communisme républicain universaliste pourrait être une politique spécifique apportant de la liberté qui manque, de l’égalité qui manque, de la fraternité universelle qui manque. La pseudo gauche n’en fait rien !

S’agissant de l’Education sans entrave, c’était le projet Savary, la France et l’Union Européenne aurait infiniment gagné à ce qu’il soit réalisé au mieux.

A aucun moment je n’ai parlé en faveur du libéralisme centriste universaliste, le libéralisme républicain universaliste du vingt et unième siècle a vocation d’avoir la place de la droite du vingtième siècle selon la vision, dès lors, comme il n’y a plus de droites car elles ne sont d’aucune utilité réelle, il n’y a plus de centre (ce qui correspond à la vision de François Mitterrand), il y a une démocratie du vingt et unième siècle pour trois politiques spécifiques dans lesquelles il faut placer en premier la culture réelle, l’écologie par la sobriété de production qui est le concept inverse de la diversité de production qui est l’une des causes principales du réchauffement climatique, la paix gratuite. Je suis un Abstentionniste qui vote blanc chaque fois que la possibilité se présente de faire valoir les raisons bien fondées de s’abstenir. Je ne suis pour l’essentiel correspondant au pays profond, favorable qu’au libéralisme républicain universaliste, au socialisme républicain universaliste, au communisme républicain universaliste. Je dis que le développement commercial est excessif et que le développement de l’associatif libre est très insuffisant dans l’ensemble, voire comment remplacer le capitalisme dépasseur et hégémonique par l’équilibre politique
républicain.

Moreau 26 septembre 2017 à 11 h 59 min

Monsieur Harrison a en partie raison quand il dénonce un esclavagisme qui fait d’un brave entrepreneur, un esclave de son entreprise ; mais monsieur Harrison sur tout le reste se trompe lourdement. L’entreprise n’est pas esclavagiste sauf si le patron et la hiérarchie sont extrémistes ; l’esclavage de l’entrepreneur n’a pas comme cause l’entreprise ; elle a comme cause la Politique, et c’est pourquoi aussi je suis abstentionniste et je vote blanc, parmi tant de raisons bien fondées. L’esclavagiste, c’est la diversité de production très habilement englobée dans le mot qui a fait illusion « La diversité » repris par tous les partis politique qui fut ainsi imposé par monsieur Chirac et son gouvernement à partir de 2005 année de la défaite du projet de constitution Giscard manquant d’équilibre politique. Aucun parti ne s’est opposé à la diversité de production qui en effet fait de certains entrepreneurs des esclaves de leur entreprise. Mais monsieur Harrison, j’ai toujours réitéré qu’il fallait le communisme républicain universaliste, et il le fallait depuis longtemps. Qu’il aurait rendu d’excellents services à l’alternance de 1981-1995 ! Aucun parti et également à ma connaissance aucun Homme politique ; n’a dit publiquement de façon à ce que tout le monde le sache ; que ce n’était pas la diversité de production qu’il fallait mais la sobriété de production. Je l’ai dit, la classe politique n’a pas fait son travail. Le parti communiste a rallumé les étoiles à partir de 2007 pour les rééteindre entre 2012 et 2017, laissant une partis de la population au malheur, au désespoir, aux souffrances.
Pas un seul parti écologiste ne l’a dit alors que la diversité de production est une des causes principales de la pollution qui fait des catastrophes dites naturelles.
C’est trop facile monsieur Harrison de chercher à mettre en échec des personnes comme moi et tant d’autres vivant sous le seuil de pauvreté, vous n’êtes pas dans les difficultés vous-mêmes car si vous y étiez vous ne parleriez pas ainsi de la petite et de la moyenne entreprise, ou vous vivez dans un sanctuaire dans une grande ville.
Vous n’imputez pas la responsabilité de l’esclavage qu’il y a encore à la fin de la seconde décennie aux vrais coupables : les partis politiques, c’est tellement plus facile d’attaquez la petite et la moyenne entreprise et de contredire pour contredire, tout pauvre qui vous dit que vous faîtes erreur. Combien de personnes de cette pseudo gauche manque comme vous du courage de chercher la vérité pour la faire connaître.
C’est la sobriété de production qui correspond à la vision, pas la diversité de production, et non seulement, c’est la sobriété de production qui correspond à des choix communistes de fabriquer des marchandises de la meilleure qualité possible qui elle correspond à la meilleure destinée de l’Humanité. Vous voyez bien que vous égarez la Terre des Hommes par vos propos politiques qui ne s’appuient sur rien de sérieux. Vous n’êtes jamais persuadé que la vérité qui construit l’Homme peut être en grande partie dans l’Abstention par vote blanc.
Non seulement la diversité de production jamais dénoncée par les partis politiques n’a jamais fait le monde meilleur, non seulement elle est contraire au meilleur monde ; mais les entêtement, politiques ont mis la Vie en danger et en péril, et la Vie est exposée à la fin du monde. Tous les partis politiques ont laissé dire messieurs Chirac, Sarkozy, et Hollande, sans dénoncer comme ça devait être dénoncé : la diversité de production et ses terribles conséquences, et l’esclavage des entrepreneurs piégés à la fois par la diversité de production voire toute une production habile réduisant en effet des entrepreneur à un esclavage réel ; et par l’absence d’alternance communiste républicaine universaliste qui aurait permis de passer à la production de la meilleure qualité qui a été promise par Marie George Buffet, et Pierre Laurent, promesses parmi tant d’autres non tenues puisque déjà pour les tenir il faudrait commencer par s’opposer en critiquant en proposant, sérieusement.
La pseudo gauche n’arrête jamais de faire le jeu des droites dans tous les pays de l’Union Européenne. Telle est la vérité, je suis désolé, qui construit l’Homme.

Moreau 26 septembre 2017 à 12 h 06 min

Quel Homme aime vivre en étant souvent dominé, esclave ? Les petits entrepreneurs et les entrepreneurs dont l’entreprise est une entreprise moyenne ; voteraient pour le communisme républicain universaliste s’il était proposé, mais l’inhumanité consiste toujours à ne pas le proposer, à faire gagner les champions de ce capitalisme dépasseur en faisant semblant de vouloir le remplacer parce que s’il n’avait pas été fait semblant de vouloir le dépasser, il serait dépassé depuis 1995 ! Nous aurions dû avoir une alternance communiste républicaine universaliste depuis 2007. Toujours rien à l’horizon !

alain harrison 26 septembre 2017 à 20 h 02 min

Bonjour.

Michel MICHEL
23 septembre 2017 à 8 h 38 min
voici ce que j’ai mis en ligne dans ma fédé : beaucoup de points communs avec ce très beau texte auquel, me semble-t-il, il manque la référence aux dangers portés par l’Europe et de la place à prendre par le parti dans les combats à venir. Aujourd’hui, dans cette périodes ou notre parti est ignoré totalement dans le paysage politique, rabaissé par les médiats à la solde des patrons du CAC 40, déclaré mort par le dirigeant du mouvement qui pourrait être son principal allié,

Mais de quel parti s’agit-il ?

Moreau 27 septembre 2017 à 9 h 24 min

L’Humanité mérite beaucoup plus que de la polémique, elle n’aurait jamais dû manquer de communisme républicain universaliste.

Laisser un commentaire

Commentaire

Nom *

Les champs marqués * sont obligatoires

Email *

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Restez en contact

Inscrivez-vous à la newsletter