La muselière cassera !

le 18 mai 2016

Retrait loi travail

Qu’une loi ne puisse être imposée que par un coup de force contre le Parlement et une majorité de citoyens en dit long sur ses buts, sur sa violence contre le droit du travail hérité des luttes ouvrières, avec l’appui et la délibération de la gauche dans sa diversité. Ce coup de force ne vise qu’à répondre docilement aux injonctions des institutions internationales, du pouvoir européen soumis aux désirs des multinationales. Déployer ainsi le bulldozer antisocial contre les digues de défense des travailleurs, d’abord des plus faibles face au propriétaire, à l’actionnaire et aux spéculateurs, constitue un pas supplémentaire du premier ministre dans la rupture avec l’héritage et les valeurs de la gauche.

Couvert par le Président de la République, il se place délibérément de l’autre côté de la barrière de la lutte des classes, celui du grand patronat, non pas pour rechercher l’efficacité économique mais pour souffler sur le feu de la guerre économique dans laquelle les salariés et les créateurs ne sont considérés que comme des fantassins. Il convient de bien mesurer l’ampleur de la fracture de plus en plus béante ainsi créée avec l’imposition sur les cendres fumantes de la déchéance de la nationalité, d’une loi archi minoritaire dans le pays, pour broyer le droit national du travail. Le coup est tel que ce texte comptant cinquante-quatre alinéas n’a même pas passé le cap du vote de son premier article. Ce pouvoir exécutif qui empêche ainsi la délibération publique, viole le pouvoir législatif, franchit un cran supplémentaire dans l’autoritarisme. Du même coup il ôte toute légitimité démocratique à cette loi.  La mobilisation populaire entamée dans une diversité de formes doit donc s’amplifier encore pour réclamer le retrait et un débat public associant les syndicats de salariés et de jeunesse, les forces politiques, des  juristes pour élaborer un droit du travail protecteur adapté aux conditions d’aujourd’hui. La lutte est rude car la coalition des forces ultralibérales et celle de l’argent sont à la manœuvre. Le premier ministre a choisi d’être de leur côté quitte à provoquer une crise dans son groupe parlementaire et dans son parti. Peu lui importe puisque ce dernier ne lui convient plus. Il a le projet de faire table rase de la gauche elle-même. La thèse de deux gauches irréconciliables ne sert qu’à masquer le changement de nature qu’il appelle de ses vœux. Et le lancement de M. Macron comme on le fait d’un produit n’a pas d’autre objectif que de déplacer tout le débat et l’action politique sur des thèses de droite.

Pour y parvenir, le pouvoir martèle qu’il « faut mieux s’expliquer » considérant les citoyens comme des « attardés » ou des « indisciplinés ». Sans doute espère-t-il que le délire des propositions des candidats de la droite et la légitime peur de l’extrême-droite seront de nature à faire tolérer le moins pire. Toutes les dernières élections ont largement démontré que c’était l’exact contraire qui se produisait, avec une droite qui gagne et son extrême qui monte. Ajoutons que la classe dominante cherche le bon cheval bonapartiste, porteur d’ordre, capable de résister à la colère populaire qui taraude les profondeurs du pays, et qui puisse empêcher que ne se déclenche un mouvement populaire, ample, irrésistible, ouvert et conscient capable de réinventer une espérance sociale, démocratique et écologique.

Le surgissement des mouvements en cours, dans lequel la question démocratique vient sur le devant de la scène, est l’une des clés pouvant ouvrir la voie à la libération de la parole, à l’écoute mutuelle, à l’élaboration collective,  à un travail commun de forces progressistes, sociales et syndicales, de mouvements d’émancipation et d’éducation populaire, de chercheurs et de militants, de personnalités de la gauche et de l’écologie politique pour des réflexions et des travaux communs , des confrontations d’expériences et d’innovations.

Le défi démocratique devient un enjeu  central autour duquel pourrait  se construire une nouvelle ère politique. Elle appelle à une réappropriation politique, un contrôle étroit des pouvoirs délégués, une refonte des pratiques électorales de manière à donner au mandat représentatif toute sa puissance, à remettre la vertu au cœur de l’action démocratique. Il s’agit d’un travail colossal à engager alors que les institutions de la cinquième République sont tombées dans l’obsolescence. L’inventivité, la créativité sont requises pour revivifier la démocratie, redonner confiance dans l’engagement, l’action politique et son pouvoir transformateur. Sans cette confiance restaurée, en marchant ensemble et unis, il serait vain d’espérer rassembler les victimes d’une politique qui tourne le dos aux espoirs qui, au départ, avaient été placés en elle. Regagner la part de souveraineté volée commande, après cette semaine d’actions, à amplifier encore la mobilisation pour obtenir le retrait de la loi de précarisation du travail. C’est un combat d’intérêt général. La victoire est possible ! Cela vaut le coup d’y mettre les moyens ! La muselière cassera !

27 commentaires


despax 19 mai 2016 à 8 h 50 min

vu la « mobilisation » réelle….peut-on douter de « tout ce qui est décrit » dans ce message….Qui « croit  » encore dans le pays à la « lutte des classes » ? Même si un milliardaire US parle de « guerre » ( en précisant que c’est la sienne, celle des Riches qui la mène et qui est en train de la gagner…) voir par exemple évolution de la possession de la richesse par les 1 % les plus riches… Les « puissants » savent y compris au travers de  » l’information » ( voir les derniers chiens de garde ) distiller leurs messages…et la volonté croissante, liée à l’individualisme, de consommer « immédiatement, fait le reste…n’entend t on les responsables syndicaux actuels, y compris les plus virulents ( en parole ? ) dire « nous ne pouvons pas perdre un jour de salaire… » nos anciens du XX° siècle ( et pas seulement au début..) doivent se retourner dans leurs tombes…les plus jeunes, ceux nés après guerre.. ont pour certains, bien du mal à comprendre…Il faudrait sans doute aussi penser que nombres de points de la loi…sont déjà, de faits, en vigueur pour « nombre de celles et ceux qui ont encore la chance d’avoir un emploi »…(pensons aux heures supp non payées et rarement récupérées )…

alain harrison 20 mai 2016 à 19 h 40 min

Sur MSN Radio-Canada. La nouvelle dit qu’il y a 5000 amendements déposés par différents députés.
La droite, ça va pas assez loin, la gauche qui est contre (…..).

Les manifestations doivent grossir leur rang au point de faire disparaître cette loi.
Selon, Bruno Cautres , chercheur Sciences Po CEVIPOF
Il y aurait que 12 % qui ferait confiance dans les hommes politiques et 25% qui aurait confiance dans les syndicats.

Quand à Martin Bontemps vice -président Union national des étudiants de France UNEF,dénonce le fait que cette loi: travailler plus pour gagner moins et plus facile de se faire virer, opposition complète avec ce texte.

Mais, il faut aussi dénoncer L’ÉTAT DE DROIT MONARCHIQUE porté par Hollande et le PS, de son vrai nom parti capitaliste monarchique PCM et ses accointances avec le patronat, et les affaires, vous savez !

Profiter des manifestations pour partir plus de 1000 à travers le pays.
Faire naître le mouvement travailleur citoyenne.

Et vous les militants, les activistes, les syndiqués, les associations étudiantes et les nombreux groupes sociaux initier ce mouvement et le promouvoir.
Réveiller le peuple ne peut se faire que par le peuple pour le peuple, prendre conscience de sa souveraineté et s’auto-éduquer largement à l’aide des outils adéquats.
Trouver les fondamentaux « objectifs » qui rejoint tout le monde quelque soit l’habit.

Et en faire la base de l’agenda politique.
Le contenu de l’agenda est la balise et le guide.
Le contenu non manipulable et anti opportuniste et les oui, mais….KAPUT.
Le TRAVAILLEUR-CITOYENNE le maître d’oeuvre.
PLUS DE 10 000 à travers le pays, et le temps partagé la clef et le début de la nouvelle mentalité pour mettre fin à l’esprit du Vieux Monde avec ses mythes. Qu’une histoire pour enfant ou pour amuser demeure une histoire point.
Le trip des sectes a fait son temps.

Passer du système capitaliste prédateur exploiteur au monde du coopératisme convivial: liberté, égalité et fraternité-convivialité.

Mettre un terme à la privatisation tout azimut, dont l’ALPHA et l’OMEGA réside dans ceci:
De l’individu-consumériste à l’individu-entrepreneur, et la boucle du néo-libertarien- exploiteur sauvage est bouclé.
Comme l’a dit un psy, l’homme est enfermé dans une enceinte plus solide que du béton, et c’est une idée.

C’est à chacun de voir !

alain harrison 20 mai 2016 à 19 h 51 min

Autre chose concernant les journalistes, s’ils ne changent pas dans leur approche de délivrer l’information, ils ne seront pas les biens venus.
C’est assez leur rôle de porteur d’eau.

À vous les journalistes, le temps des choix est venu.
Trop d’éléments l’indiquent, le temps d’appel aux loups est périmé, la crise multidimensionnelle est le signal et c’est SÉRIEUX.

Et la haine de la police et du militaire devraient les réveiller et d’arrêter de protéger ce système qui va bientôt mettre à mort plus que nous pouvons l’imaginer.
Déjà que le passage à l’acte au Moyen Orient se transpose à L’Amérique Latine. Qui a les moyens et à qui profite le crime: les multinationales US et UE et les marchands d’armes banquier et cie.
Qui sont les complices, les états de droits aux mains des partis affairistes, mais ce sont tous des humains qui trahissent leur semblable pour quelques dollars de plus.

Nous devons passer de l’état de droit privé à l’état Démocratique humaniste écologique, et cela presse.

Ce qui tarde est le mouvement citoyenne-travailleur. Avec des balises contraignantes pour les faux-culs (fascistes et cie.)

Plus de 100 000 à travers les Pays d’Europe.
L’UE est bel et bien un piège à bêtes.

alain harrison 20 mai 2016 à 20 h 04 min

Chacun de nous peut dépasser la vie de seconde main dans laquelle on nous a mis (…..).

Chacun doit travailler à se construire et se libérer du conformisme sur les bases réelles de notre condition humaine, mais pour cela nous devons comprendre ce qu’est la condition humaine, pour trouver le sens de l’Évolution et de la Vie qui a son propre sens et la conscience dont nous à gratifier l’Évolution Naturelle.
Mais comme le dit Krishnamurti: l’être humain ne peu être humain que lorsqu’il fonctionne dans son intégralité, et la conscience perceptive est la clef.
C’est à chacun de la réaliser, d’en prendre conscience.
L’ors du passage de l’hominidé à l’hominisation, il y a eu mutations. Et nous savons depuis «  » quelques secondes «  » que l’Évolution Naturelle est toujours en marche. Avis aux mythologues, aux petits magiciens bricoleurs et aux grands mouc mouc à la Monsanto et cie.

Patri Friedman, petit-fils de…, flotte en eau ultralibérale
Pierric Marissal
Mercredi, 3 Septembre, 2014

<<>>

http://www.humanite.fr/patri-friedman-petit-fils-de-flotte-en-eau-ultraliberale-550733?IdTis=XTC-FT08-AI57XA-DD-DE35I-D2T5

Le profit, toujours plus de profit pour faire jou jou avec la Terre. Sans conscience et sans un tic.

alain harrison 20 mai 2016 à 20 h 13 min

Malheureusement un part importante de la jeunesse autrichienne semble bel et bien aliénée ?!?!

Et sans doute dans la plupart des pays de l’Est.

La vision d’ensemble, le questionnement et le discernement ou choisir les idées toutes faites.
Les théories et les analyses misent à jour adéquatement sont d’une utilité certaine et complémentaire.
Attention.

alain harrison 20 mai 2016 à 20 h 21 min

Et un qui va devenir un incontournable.

10 avantages de se lancer à son compte

Plusieurs salariés se demandent s’ils devraient quitter leur emploi pour devenir travailleurs autonomes. En fait, il y a tellement d’avantages à travailler à son compte qu’on se demande pourquoi cette alternative n’attire pas plus de monde. Peut-être que ces dix avantages en convaincront quelques-uns.

9. Vous avez plus de temps pour vous

En travaillant de la maison, vous pouvez à tout moment prendre une pause pour faire le lavage, préparer le souper ou nettoyer le réfrigérateur. Peut-être que ça fait en sorte que vous accomplissez plus de tâches ménagères que les autres membres de votre foyer, mais ça fait plus de temps que vous pouvez passer avec vos proches le soir et la fin de semaine. En étant travailleur autonome, vous pouvez aussi décider de transformer une pause café en pause jogging, une pause cigarette en pause yoga. Bref, votre corps vous en remerciera.

http://www.msn.com/fr-ca/finances/entrepreneuriat/10-avantages-de-se-lancer-%c3%a0-son-compte/ss-BBoNIc#image=2

Comment s’extirper du conformisme ?
Le chapitre 1 du livre de Jean-Marie Abgrall, tous manipulateurs tous manipulés.
Est un élément important pour cette question.

À ne pas sous-estimé……

Marx s’occupe d’un système d’exploitation inhumain.
Abgrall s’occupe d’un aspect de la condition humaine.

Ne pas faire d’amalgame, mais chaque chose à sa juste place.
L’analyse en sera plus claire.

Et l’auto éducation aura des balises saines.

Colombe 21 mai 2016 à 5 h 11 min

Il faut ressortir l’affiche « Jaurès reviens ! Ils sont devenus fous » et la coller sur les murs de France.

alain harrison 31 mai 2016 à 18 h 43 min

Bonjour Colombe.

Oui afficher:

«« Pour Jean Jaurès, la révolution socialiste n’est concevable que dans le cadre de la légalité démocratique, c’est-à-dire par une conquête graduelle et légale par le prolétariat des institutions parlementaires et de la puissance de la production. »»

Il ne s’agit que de rajouter au bas:

L’émancipation des travailleurs-citoyennes..
Que seul le Peuple est Souverain, en réalité.

Ainsi, les liens entre certains mots se feraient dans les têtes.

Un massage qui nous fait sortir de la réaction, mais qui incite à être pro-actif.

Un équilibre entre les termes du passé et les modernes. Pour démystifier la diabolisation.
Penser les mots et en voir leur porter….

Lire le chapitre 1 du livre de Jean-Marie Abgrall, tous manipulés tous manipulateurs.

Et Introduction à la sémantiques générale de Korzybski par H. Bulle de Villaret. Courrier du Livre.

La révolution est un espace multidimensionnel.
Et ne peut être fondé que sur l’époque présente.
Et L’histoire nous montre les leçons passées.

Une pièce de théâtre bien articuler peut démystifier les difficultés de l’affaire.

Trouver les mots, les formules et les liens…
Faut travailler ça.
Rendre compte que tous peuvent avoir accès à la vue d’ensemble, au questionnement.

Ce placer dans l’action, c’est sortir de la réaction, de ce bourbier, dans lequel l’idéologie néo-capitaliste sauvage s’enfoncent.
Un indice, la violence éclate quand on perd, quand on ne sait pas perdre, quand on n’a pas le plan B pour s’adapter à la nouvelle réalité et surtout quand on ne reconnaît pas ses erreurs et ses abus.
Le libéralisme est sous couvert de la croyance pure sans questionnement aucun. Il s’agit du méta conditionnement qui s’auto actualise continuellement, d’où la création des clones (comme mot générique), mais ceux-ci sont plus prêts des gens:
entreprise progressiste, individu entrepreneur, économie de partage (UBER et cie.), etc…

Les ateliers à temps partagé par le questionnement. Un pièce de théâtre genre prototype.

Une suggestion

LEB.LAM 21 mai 2016 à 7 h 36 min

Attention : Vous allez avoir des problèmes à parler en mal du Gouvernement et de vos copains les socialos, n’oubliez pas qu’il y a des législatives en 2017, il vous faudra négocier ferme avec eux, mais le PCF de Pierre Laurent n’est pas avare de quelques contorsions, il en a l’habitude depuis que la « Gôches » est au pouvoir

alain harrison 31 mai 2016 à 18 h 45 min

Bonjour. Question.

Pierre Laurent…..un OUI MAIS ????

Le.Ché 21 mai 2016 à 8 h 58 min

La confrontation avec le capitalisme mondialisé s’aiguise, nous n’avons plu le choix, il faut mettre en place un vrai programme de changement si nous ne voulons pas retourner à l’esclavage. C’est bien le marxisme qui peut nous sortir du capitalisme, à savoir la nationalisations des grands groupes capitalistes du CAC 40, la nationalisation des banques et des assurances, sortir de l’euro de l’OTAN et de cette Europe atlantiste. Il faut en finir avec l’actionnariat et la bourse, installé un livret E à la place des actions et organiser le dépérissement de la bourse, revenir à une Europe des nations. Tout ceci vous le trouverez dans le programme du PARDEM parti de la démondialisation de Jacques Nikonoff un ancien responsable d’ATTAC France.
En finir avec le chômage en mettant en place un droit opposable à l’emploi.

cyril 24 mai 2016 à 15 h 54 min

Ce n’est pas en nationalisant que vous allez changer quoi que ce soit! Il faut sortir du capitalisme et non le planifier! D’autre part, prôner un droit opposable à l’emploi, c’est donc accepter le travail exploité en régime capitaliste!

Je vous rappelle que nous sommes plus proche du plein emploi que pendant les 30 glorieuses! En effet, il y a bien plus de femmes salariées aujourd’hui.

Quid de ce que l’on produit? Quand je vois qu’ à l’ Humanité Dimanche, on s’extasie devant le nouveau monstre des mers qui va rejoindre Southampton et que le seul commentaire est de dire que sur 22000 travailleurs, la majorité étaient des précaires, que le carnet de commandes est rempli pour 10 ans et qu’il faut plus de CDI, je trouve cela bien. Par contre, le fait que ce monstre des mers qui ne sert qu’à naviguer sur l’océan pour emmener quelques pékins en mal de vacances stupides est un super pollueur, on s’en fiche.

alain harrison 31 mai 2016 à 18 h 46 min

Le Ché merci pour l’info. programme PARDEM.

Susannah 8 août 2016 à 12 h 41 min

Your’s is a point of view where real inlncligeete shines through.

alain harrison 22 mai 2016 à 3 h 40 min

Je ne peux ignorer cet autre témoignage sur la Lybie.

Date de publication : 22/10/2011
Durée : 11:56
Catégorie : News

Libye : témoignage de Lizzy Phelan, journaliste britannique indépendante

«« De retour au Royaume-Uni, après plusieurs mois passés en Libye où elle a couvert les crimes de guerre de l’OTAN et les mensonges des médias atlantistes, le journaliste Lizzie Phelan continue de se battre pour la vérité et la justice pour le peuple libyen. Son témoignage ci-dessous est un exemple saisissant de son engagement.

Lizzie Phelan a passé ses derniers jours en Libye – où elle était correspondante de PressTV – prise au piège dans l’Hôtel Rixos avec Thierry Meyssan, Mahdi Nazemroaya et deux autres membres de l’équipe du Réseau Voltaire. »»

Voyez le vidéo témoignage.

http://www.dailymotion.com/video/xluzhc_libye-temoignage-de-lizzy-phelan-journaliste-britannique-independante_news

Le terrorisme au Moyen-orient.

Nouvelle guerre, la sous-traitance !

À qui profite le crime ?

Ha oui, c’était un allier des russes. HUM HUM.

Bon encore.
Répétez un mensonge et il deviendra vérité

Mais répétons une vérité suffisamment et elle éveillera.

Pour faciliter la tâche, il y a des textes historiques qui nous donne la vue d’ensemble de certains aspects décisifs, et est un modus operandi très utilisé, «« systématiquement »» depuis le siècle dernier.

Crimes contre l’humanité : L’ultime retour des barbares
Par Fethi Gharbi
Mondialisation.ca, 06 août 2014

Un texte fondamental pour comprendre la duplicité des petits chefs des croyants, le protestantisme et ses clones est devenu une véritable plaie.
Les terroristes de l’esprit sain.

Bientôt, nous verrons en Amérique latine ce que nous voyons au Moyen-Orient.

les croyants musulmans ont un sujet à discuter et à remettre en question: la fameuse loi dont j’ai oublié le nom.

Car nul ne reste innocent vitam aeternam.
Le temps des choix passe en ce moment, mais faut croire que la plupart des humains préfèrent les triviales joutes de hockey ou leur star.

Les comptes pour adultes.

Bien sûr qu’il faut avoir des loisirs, mais du temps pour prendre position, éclairé.

alain harrison 22 mai 2016 à 3 h 54 min

Il y a les bonnes intentions et les faux culs, et ça se multiplie à vitesse grand V, les faux culs.

Hollande en est la figure de proue, Au Québec nous avons le nôtre, et Trudeau, et bien, il est assez intelligent…….

Pourquoi Hollande la figure de proue, parce qu’il est difficile de faire plus gros que lui, même Valls n’y arrive pas, encore. Quand à Macron, il est sur la bonne voie, ni à gauche ni à droite, tien il devrait aller dans l’espace.

Et la conne qui a dit, je vais dire à mon père de venir à nuit debout, ici il n’y a ni gauche ni droite…..

Mais, Nuit Debout, une occasion de se poser de bonnes questions, à tout le moins.

Colombe 22 mai 2016 à 8 h 34 min

Ni gauche,ni droite, il reste le centre.
Edgard Faure ,un vieux renard de la politique ,disait que le centre se trouve au fond du couloir première porte a droite.

cyril 24 mai 2016 à 15 h 46 min

La prétendue crise économique est en fait une crise du capitalisme.

La baisse tendancielle du taux de profit, cf Marx, est la limite du capitalisme.

Cette baisse ne peut être contrée que par 1)des gains de productivité qui doivent être contre balancés par une plus grande production 2) par l’innovation 3) par la baisse du coût de production et notamment du salaire.

Ce qui se passe en France et ailleurs, n’est pas un complot, mais la triste conséquence de cet état de fait.

Le prétendu néo libéralisme n’est en fait qu’une réponse à cette baisse. Le capitalisme fordien a tenu quelques décennies car il a pu contrer cette baisse tendancielle grâce à la consommation de masse liée à ce que l’on a appelé le rattrapage de l’american way of life.

L’industrie financière a été une des réponses à ce problème intrinsèque du capitalisme.

Le capitalisme est basé sur l’accumulation et la concurrence. Il s’ensuit une libérisation des capitaux qui vont chercher à se valoriser (d’où des délocalisations, notamment) et à une fuite en avant technologique pour contrer la concurrence. Une innovation permet pour un temps de prendre le pas sur son concurrent avant que celui-ci ne mette en oeuvre cette propre innovation. Pour contrer cela, il y a les brevets ou racheter les adversaires.

Malheureusement, les conséquences sont dramatiques que ce soit pour le social, le sanitaire et l’environnement. Ce système est basé sur l’accroissement, donc les capitalistes feront tout pour préserver leur taux de profit quittent à détruire les sociétés, l ‘environnement.

Le capitalisme c’est faire de la plus value quel que soit ce que l’on produit. La finalité du produit n’a aucune importance. Si ce produit répond a un besoin, ce n’est pas voulu.

Le capitalisme repose aussi sur le travail productif, c’est à dire le travail générateur de valeur économique. Seul le travail humain productif génère la valeur. Il en va que l’ autre paradoxe du capitalisme est qu’il détruit du travail humain productif (notamment grâce à l’automation et l’informatisation) et donc détruit de la valeur. Nous assistons donc à une dévalorisation mondiale et donc à la création de misère.

La conclusion est que tant que nous ne sortirons pas de la société du travail (à ne pas confondre avec l’activité), il n’ y a aucune chance de s’ échapper du carcan dans lequel nous sommes.

La société du travail est récente et il a fallu des coercitions implacables pour salarier les êtres humains. Ce système nous déni le droit à l’autonomie, à la prise de décision, à une autre vie.

Si vous souhaitez en savoir plus,voir le site palim-psao.fr

Colombe 3 juin 2016 à 9 h 19 min

En remplacant l’homme par la machine le capitalisme détruit de la valeur d’échange d’ou est tiré le profit . Le capitalisme va finir par se nier .C’est maintenant que l’on peut aller vers le communisme .

alain harrison 31 mai 2016 à 7 h 37 min

Bonjour Cyril.

«« Ce système est basé sur l’accroissement, donc les capitalistes feront tout pour préserver leur taux de profit quittent à détruire les sociétés, l ‘environnement. »»

Un article qui va vous intéressez.

Bâillonner les USA alors qu’ils se préparent à la guerre
Par John Pilger
Mondialisation.ca, 30 mai 2016

«« Dans son exercice de guerre titanesque de 2015, l’opération Talisman Sabre, les Etats-Unis se sont entraînés à « bloquer » le détroit de Malacca à travers lequel passe la majeure partie du pétrole et du commerce de la Chine. Ce n’est pas passé aux infos.

Clinton a déclaré que l’Amérique avait un « intérêt national » dans ces eaux asiatiques. Les Philippines et le Vietnam ont été encouragés et soudoyés pour poursuivre leurs revendications et leurs vieilles inimitiés contre la Chine. En Amérique, les gens sont conditionnés pour voir toute position défensive chinoise comme offensive, si bien que le terrain est préparé pour une rapide escalade. Une stratégie similaire de provocation et de propagande est appliquée à la Russie. »»
http://www.mondialisation.ca/baillonner-lamerique-alors-quelle-se-prepare-a-la-guerre/5528023?ct=t(Pilger_article5_30_2016)&mc_cid=2b3abdcc3a&mc_eid=4193fcccf8

En ce moment, dans plusieurs pays de l’Europe, les travailleurs de différents secteurs font grève, mais de manière éparse et pour des raisons qui leur appartiennent.
Il n’y a pas de rapport entre eux ni de  » dénominateur commun  » qui pourrait occasionner une coordination.

En France ,il semble y avoir une « coalition » contre la loi du droit du travail, le dénominateur commun.
Mais ça demeure dans le processus de la réaction, donc limitatif et conditionné par les exigences des différents secteurs mobilisés, qui, une foi leur revendication accepté, se désengageront. Le clientélisme, les syndicats n’y échappent pas.
Et le cercle infernal reprendra son petit bonhomme de chemin jusqu’à la prochaine partie de pêche.
Vous savez quand on dit aller à la pêche, voir si le poisson mordra.

Le poisson, c’est dans l’eau qu’on le fait bouillir.

Tant que la gauche ne lèvera pas l’organisation des travailleurs citoyennes sur les bases fondamentales reconnues par tous, à l’unisson, la pêche au filet sera bonne.

Tout dépend du contenu de la conscience, qui est affaire de croyance.

La gauche ne pourra pas concevoir l’économie alternative tant qu’elle pensera dans le cadre de L’ÉCONOMIE FANANCIÈRE de l’idéologie néo-capitalisme sauvage.

Elle existe pourtant, et elle met à bas toute la fausse complexité tordue de la finance.
Les nombreuses années d’étude en économie « classique » servent à formater la conscience, la mémoire qui devient le référent, et puisque l’économie est reconduite systématiquement dans les politiques économiques, elle devient inévitablement le « no choice ». Le déjà vue !
Krishnamurti: le contenu de la conscience est son contenant, et le contenant, le contenu.

Répétez suffisamment……

Donc quelle serait l’économie alternative ?

alain harrison 31 mai 2016 à 17 h 31 min

Bonjour.

«« qui puisse empêcher que ne se déclenche un mouvement populaire, ample, irrésistible, ouvert et conscient capable de réinventer une espérance sociale, démocratique et écologique. »»

C’est le temps de la conscientisation DES ALTERNATIES.

Cela dépendra du contenu des discours « cohérents »
des têtes représentatives de la gauche, et du travail de fond que les militants, les activistes et les syndiqués es feront auprès de la population.
Les manifestations une bonne occasion de faire un travail d’éveil et de concevoir des organisation citoyennes travailleurs.

Mais quel est le contenu rassembleur ?

alain harrison 31 mai 2016 à 18 h 10 min

Bonjour.

«« Sans cette confiance restaurée, en marchant ensemble et unis, il serait vain d’espérer rassembler les victimes d’une politique qui tourne le dos aux espoirs qui, au départ, avaient été placés en elle. »»

La confiance en quoi, en des promesses ou dans les grandes lignes concrètes de la nouvelle politique annoncées avec conviction et détermination: il y a une alternative, voici les grandes lignes et voici les conditions pour qu’elle se réalise.
Mais c’est quoi le contenu concret, et quels effets auront-ils à court terme et moyen terme ?

Une chose importante, que les discours débordent la France, mais rejoigne les populations malmenées à travers l’Europe.

Donc, qu’est-ce qui rejoindrait toutes les populations de l’Europe ?

Il faut penser stratégie synergique.
Un pour tous, tous pour tous et tous pour un.
La France pour les peuples d’Europe, parler aux Peuples pas aux gouvernements.

Les oppositions de gauche et l’ensemble de la gauche à travers l’Europe.

Que la Fête de l’Humanité lance une invitation aux autres Peuples de l’Europe à mettre en place leur propre « Fête de l’humanité » aux mêmes dates pour sortir de l’OMBRE médiatique. Avec des invitations de représentants des autres pays, des citoyens engagés es……..

ET les thèmes doivent être universels (en ce moment même la classe moyenne est insecure), les plus préoccupants et déterminants qui ont des effets synergiques: le revenu, le travail, la nouvelle économie.
Limité les thèmes pour ne pas s’égarer et les développer adéquatement.
Démontrer leurs effets bénéfiques sur l’ensemble.

L’idée c’est de réveiller dans un premier temps.

Que les solutions se répandent et qu’elles génèrent le mouvement européen travailleur-citoyenne. Un consensus européen peut émerger sur les solutions, sur les grandes lignes.

L’idée du revenu de base avance dans la mesure que les avantages et le potentiel sont bien articulé.
Un avantage a l’avantage de ne pas être un argument, mais un avantage point.
Ne plus tomber dans les trapes des opinions, des arguments à la OUI MAIS. …zzzzzzzzzzzzzz
Et OUPS ! nous revoilà à la case départ, dans la réaction, ce bourbier.

Alors, en y ajoutant les coopératives autogérées.
Mais qu’est-ce qui fait peur ? La paresse de prendre sa place au sein d’un groupe, de dire son opinion….parce que en coopérative, il y aura des débats périodiques, et il faudra s’impliquer…..
Comment amadouer, et bien en en parlant et en amenant les citoyens à concevoir la coopérative, comment ça marche et les marges de manoeuvres en son sein.

À la fête de l’humanité, une pièce de théâtre peut très bien prendre ce sujet. Avec une plusieurs troupes pour plusieurs représentations.

La pièce de théâtre peut être un puissant pédagogue, avec un espace de discussion à la fin.
Qui sait, ça peut décoller des ateliers sur le dossier : la problématique des coopératives, comment l’aborder et résoudre les craintes.

Une suggestion.

alain harrison 31 mai 2016 à 19 h 27 min

ma proposition sur les ateliers à temps partagé est un coureur de fond. Rien à la va vite, mais au Coeur du sujet, des enjeux décisifs. Un outil supplémentaires pour ceux qui auront la passion des coureurs de fond.
Mais en allant au Coeur des questions, des points centraux. Ce qui est synergique.
Et il faut être méthodique, suivre le protocole du on met les boeufs devant la charrette. On va du simple au complexe. L’assimilation des notions et leur juste place est primordiale.

Exemple pour ma suggestion des lectures à faire.

À court terme, la notion du conditionnement est l’un des facteurs les plus importants s’agissant de notre « condition humaine » , il faut avoir du discernement. Distinguer les bonnes habitudes de vie des manipulations trompeuses et ou abusives.
Et le chapitre 1 du livre de Jean-Marie Abgrall, tous manipulateurs tous manipulés est un ouvrage assez exhaustif. Mais le chapitre 1 est suffisant et à court terme un bon réveilleur.
Il y en à d’autres (lu plusieurs)mais celui-ci initie à la vue d’ensemble . L’excellent livre « Les manipulateurs sont parmi nous » approfondi certains aspects et les 30 caractéristiques.

Mais il faut devenir actif ou pro-actif à court terme, le temps presse, il faut demeurer simple pour être claire et ne pas tomber dans la confusion. La charrue devant les boeufs.

Le premier, animation questionnement, à temps partagé, 6-8 personnes, revenu de base et salariat couplé aux coopératives autogérées à temps partagé, avantages pour tous et potentiel de changement à la dure ou en convivialité. La fin réside dans les moyens.

Et pourquoi pas, promouvoir:
La révolution en vacance, après les nombreuses manifestations, un arrêt, tout le monde.
Prévoir le lunch pour 2 semaines et les fêtes de quartier et les discussions sur l’alternative.
Mais il faut en parler, et prévoir les futures manifestations sur ce que nous voulons, le monde que nous voulons.
Promouvoir le Peuple Souverain.

Qu’est ce que nous voulons ?
Avoir des tactiques, des stratégies à court terme, à moyen terme et à long terme, c’est comme ça que fonctionne le capitalisme.
Et ici le nerf de la guerre est le nombre et le temps, le temps partagé !!!

alain harrison 31 mai 2016 à 20 h 01 min

Plus nous aurons d’outils et plus de gens trouveront leur cheval de bataille.

À certains points, une vision d’ensemble sur les projets pour l’ALTERNATIVE, permettra le faisceau rassembleur.

Je laisse aux marxistes de faire leur pédagogie.
Et la vue d’ensemble des initiatives sera un bon guide.
Les balises pour contrer les faux culs, résident dans le contenu concret.

Les échéances viendront au fur et à mesure selon les opportunités conjoncturelles, les priorités consensuelles.

En ce moment passe une telle conjoncture NON OUI

Quelles sont les priorités consensuelles ?
Clientélistes
Synergiques

Rena 8 août 2016 à 12 h 34 min

That’s an apt answer to an innerestitg question

Tori 8 août 2016 à 12 h 28 min

You’ve really imeesrspd me with that answer!

Le.Ché 9 septembre 2016 à 18 h 09 min

Il faut en finir avec la mondialisation capitaliste, c’est urgent la France doit montrer l’exemple.

Laisser un commentaire

Commentaire

Nom *

Les champs marqués * sont obligatoires

Email *

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Restez en contact

Inscrivez-vous à la newsletter