Du pain, de la liberté, de la dignité !

le 10 février 2011

« Nous voulons vivre comme des êtres humains ». Ce cri strident lancé par un citoyen égyptien dans une manifestation résume avec clarté et force l’aspiration populaire qui parcourt en ce moment le monde arabe, et au-delà, la terre entière.

Le pain, la liberté, la dignité, est la grande demande de l’heure alors que flambe, sous un incendie allumé par les spéculateurs, le prix des matières premières agricoles, énergétiques, papetières et textiles. En Tunisie, en Egypte et ailleurs encore, des peuples sont confrontés à une élite arrogante, prédatrice, autocrate et kleptocrate, protégée par des armées de policiers.

Ici en Europe ils n’ont pas le même visage, pas les mêmes méthodes, mais ils réduisent aussi les moyens pour vivre des travailleurs, des retraités et des jeunes. Ils bloquent les salaires, font grimper les loyers,  les prix de l’alimentation, de l’énergie, de l’habillement, de la santé alors que la part des salaires et de la protection sociale dans les richesses produites ne cesse de diminuer. C’est donc naturellement qu’ils ne soutiennent pas les révoltes populaires dans les pays arabes. Ces derniers leur servent d’arrière-cour pour piller les richesses pétrolières, pour produire à bas prix des matières premières agricoles, contre les paysans européens, des automobiles contre les ouvriers de Renault et de Peugeot. Les ouvriers tunisiens, marocains, égyptiens,  eux connaissent une misère noire et sont soumis, quand ils ont du travail, à des cadences folles comme dans ces « centres d’appels téléphoniques » délocalisés. En vérité, cette main d’œuvre corvéable, surexploitée et sous payée sert aux multinationales occidentales à augmenter leur taux de profit. Nous aussi nous avons nos kleptocrates. Comment appeler autrement ceux qui, dans les entreprises cotées en bourse, vont toucher en pleine crise les dividendes les plus élevés depuis 2001 ? Comment qualifier autrement les dirigeants des grandes banques dont les rémunérations et les bonus ont augmenté aux Etats-Unis de 120 milliards de dollars selon Wall Street ?  Il y a une semaine, le président de Renault-Nissan nous demandait d’accepter qu’il gagne le modique salaire de 600 000 euros par mois, sinon il pourrait être mieux payé dans une firme automobile américaine. La concurrence pour les patrons c’est donc l’augmentation de salaires déjà faramineux, tandis que pour les ouvriers c’est toujours la pression à la baisse du salaire.

Les peuples arabes qui ont fait irruption sur la scène politique mondiale ont et auront tout notre soutien parce que nous savons le haut degré de liens qui unit les travailleurs, les jeunesses par-delà le monde, face aux mêmes oligarchies mondiales. Nous savons que la démocratie et la liberté sont des valeurs universelles à faire vivre. Nous avons été de tous les combats contre les humiliations que l’impérialisme, le colonialisme et maintenant le sarkozysme leur font subir avec ces injustifiables guerres en Irak, en Afghanistan. Avec le refus opposé au droit légitime du peuple palestinien à disposer de son Etat, de sa terre, de sa souveraineté politique et économique. En même temps, nous qui avons salué avec enthousiasme la chute de Marcos aux Philippines, de Duvalier en Haïti, de Chung Hee en Corée du Sud, de Ceausescu en Roumanie, de Suharto en Indonésie, de Videla en Argentine, de Somoza au Nicaragua, des dictatures militaires au Brésil, au Portugal et en Grèce, de Pinochet au Chili, nous savons que les peuples doivent toujours rester maîtres de bout en bout des processus de changement qu’ils initient pour ne pas qu’ils soient retournés contre eux. Il faut parler clair. Pour les puissances capitalistes, les Etats-Unis comme l’Europe, la démocratie, ou ce qu’elles appellent ainsi, n’est bonne que si elle participe à leurs objectifs. Ils ont inventé et favorisé des forces politiques liées à des intégrismes religieux contre les forces progressistes dans les pays arabes. Ils font de même au sein de l’Union européenne en modifiant les modes de scrutin, en organisant un Parlement européen quasiment bipolaire, en tentant de favoriser le bipartisme, en créant un complexe médiatique de plus en plus lié au monde des affaires. Et ils imposent des traités européens donnant les pleins pouvoirs à une Banque centrale européenne et à une Commission de Bruxelles non élues.

Voilà maintenant que ces institutions européennes débattent d’un pacte élaboré dans le secret entre M. Sarkozy et  Mme Merkel qui passerait les droits sociaux à la faucheuse et les systèmes démocratiques des Etats à la broyeuse ultralibérale. Il est en effet prévu de faire obligation aux Etats de soumettre leurs budgets nationaux, sociaux et ceux des collectivités aux griffes pointues de la Commission de Bruxelles avec l’obligation de ce qu’ils appellent « l’équilibre budgétaire ». Ceci veut dire que la saignée des services et secteurs publics va s’amplifier, que les privatisations seront accélérées. Ils envisagent de porter la retraite à 67 ans, de désindexer totalement les salaires sur les prix, au moment où ceux-ci flambent. Ce serait donc l’appauvrissement généralisé. En vérité, le projet « d’Europe allemande », sauce Merkel,  est en marche. Il faudra s’unir et se remobiliser pour bloquer ces funestes orientations. Ils veulent procéder à un coup de force en aggravant le traité de Lisbonne pour des politiques ultraréactionnaires de super austérité. Il n’y a pas que dans les pays arabes où doivent monter avec force les exigences de pain, de liberté, de dignité. Ici aussi, c’est à l’ordre du jour.

Le concept même de démocratie est dévoyé par les puissants et leurs élites. Que vaut-il  quand en apparence on donne la liberté de vote, mais que comme pour le traité de Lisbonne on ne tient aucun compte du rejet populaire ? Que vaut-il quand le Président de la République française impose de force l’abrogation du droit à la retraite à 60 ans sur lequel il ne s’était pas engagé avant d’être élu ? Que vaut-il quand ce même Président en est aujourd’hui à attaquer violemment les services publics, les services régaliens de la justice, de la police ou de l’éducation, de la culture ? Que valent les droits humains fondamentaux quand tout est privatisé ? Où est la démocratie quand les travailleurs n’ont aucun droit de regard sur l’orientation et la gestion des entreprises ? Démocratie et justice partout ! Telles sont les belles aspirations de l’heure. De partout, les peuples étouffent du manque de pouvoir d’achat, d’une démocratie confisquée et d’insupportables humiliations. De partout monte ce cri : « Nous voulons vivre comme des êtres humains ».

.

.


0 commentaires


Canelle 10 février 2011 à 11 h 02 min

Les peuples qui se lèvent tôt, les peuples qui sont le pétrole du monde du travaille, sont plus humains que les dirigeants et leurs acolytes qui ne savent que profiter, opprimer.

INDIGNEZ-VOUS

MARAT EL MOKRANI 10 février 2011 à 12 h 18 min

Cet editorial decrit et denonce avec des arguments solides,la politique desastreuse pour les salariés qui subissent la loi du talon de fer capitaliste.Il dénonce aussi le déni de démocratie des dirigeants européens qui montrent leur veritable visage en fait une dictature « soft » avec l’appui de la plus part des médias et des editorialistes bien en cour.Il nous incite à mener la bataille politique pour que le peuple se rassemble et suive l’exemple des peuples Tunisien et Egyptien entre autre!

Laisser un commentaire

Commentaire

Nom *

Les champs marqués * sont obligatoires

Email *

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Restez en contact

Inscrivez-vous à la newsletter