Samedi, ensemble, marchons pour le respect du message des urnes

le 9 avril 2014

2013-05-05-marche-pour-la-6e-republique-20130505_Marche6Rep_0246

Au lieu de tenir compte lucidement de la catastrophe électorale, le Président de la République choisit la voie d’une suicidaire fuite en avant. Avoir désigné comme premier ministre, celui-là même qui a été très minoritaire lors des primaires organisées par le Parti socialiste, parce que jugé trop libéral, était déjà une inquiétante indication. Lui donner comme mission essentielle, comme il l’a confirmé dans sa déclaration de politique générale devant le Parlement, le respect du paquet cadeau de dizaines de milliards aux grandes entreprises, sans contrepartie pour l’emploi et les salaires, dans le cadre d’un plan d’austérité de cinquante milliards pris sur les dépenses de santé et une série de crédits publics utiles, dont ceux concernant les engagements pour l’école, tout en sacrifiant les budgets des collectivités locales, revient à mépriser totalement les électrices et les électeurs qui ont, de différentes manières, poussé un cri d’alarme et réclamé des choix conformes à leurs attentes. Cette déclaration est une opération visant à convaincre nos concitoyens de s’insérer et d’accepter les terribles conséquences de la guerre économique dans laquelle M. Valls veut inscrire notre pays, ses ouvriers, ses paysans, ses employés et cadres. Il a parlé comme un comptable en chef, pour faire respecter les durs critères européens et demander de tailler en pièces toute l’architecture des collectivités territoriales. Et une nouvelle fois il invente un dispositif favorisant la pression vers le bas sur les salaires, en exonérant de cotisations patronales les salariés payés au SMIC.

.

D’ailleurs, au moment où se négocie le dangereux projet de marché transatlantique, le commerce extérieur passe sous l’égide du ministre des affaires étrangères. Les services diplomatiques deviennent ainsi le bras armé commercial des sociétés multinationales et de la guerre économique. Ainsi, F. Hollande a décidé de passer en force pour complaire aux puissances d’argent.

.

La souveraineté populaire est une nouvelle fois bafouée. Jusqu’à quand nos institutions peuvent-elles encore fonctionner quand de plus en plus de citoyens n’attendent plus rien de la « politique » et que d’autres, tout aussi nombreux se mettent sciemment « hors système » ? En vérité, notre démocratie est malade, très malade de ne l’être que trop peu. Tant que la vie politique du pays s’organisera, comme c’est le cas depuis des décennies, autour de la pédagogie de l’acceptation par les citoyens de leur condition de vie, la crise démocratique s’approfondira, avec de dangereux risques de fuite en avant de droite extrémiste. Pourtant, ce qui est en cause c’est bien l’orientation ultra libérale des politiques mises en œuvre par des gouvernements dans le cadre d’une alternance entre des forces de droite et le parti socialiste. Comment un Président de la République pourra-t-il gouverner avec si peu de soutiens et des projections aux élections européennes qui placent son parti en deçà des 20% des suffrages ?

 .

Les résultats des municipales et les orientations gouvernementales aggravent les doutes, les inquiétudes, les contestations dans les rangs du parti socialiste lui-même. De nombreux électeurs et militants prennent comme un affront les choix découlant des municipales. Et ceux qui sont à la manœuvre auront beaucoup de mal à indéfiniment gérer le groupe socialiste au Parlement en brandissant en permanence la menace de la dissolution de l’Assemblée nationale, alors que la droite conquiert des villes et maintenant des métropoles et qu’existe le risque d’un changement de majorité au Sénat au mois de septembre. Véritable retour en fanfare offert à la droite, flanquée de l’extrême-droite, ce que ne souhaite pas la majorité du pays et qui aggraverait encore la crise politique en cours. Voilà qui renforce singulièrement la responsabilité du Front de gauche, qui doit être plus que jamais ouvert, offensif et porteur de choix alternatifs anti-austérité. Il doit se porter à l’avant de toutes celles et ceux qui se reconnaissent dans les valeurs de gauche et de l’écologie politique pour les aider à se parler, à travailler ensemble pour jeter les bases d’un rassemblement pour faire front contre cette politique et pour réinventer un projet de transformation sociale et écologique. Le chantier est immense ! Le défi difficile et compliqué, mais il en vaut la peine. Il devient urgent et indispensable de sortir de l’austérité, de rompre clairement avec les dogmes économiques des institutions européennes et de refuser le projet de marché transatlantique. Urgent de créer les conditions pour que soit respectées les demandes exprimées lors des élections présidentielles et réaffirmées de différentes manières à l’occasion des élections municipales. Urgent que soit mené  le combat acharné contre les inégalités sociales et le chômage, pour les droits humains, le respect de la souveraineté populaire et une nouvelle démocratie.

 .

La grande manifestation européenne, vendredi dernier à Bruxelles contre l’Europe austéritaire a montré la voie de l’action unitaire. La confédération européenne des syndicats a lancé l’idée d’un grand plan européen de relance des investissements utiles pour le logement, le transport, la santé, l’énergie, en lien avec la création d’un fonds financier européen et une autre orientation de la Banque centrale européenne. Elle appelle à se mobiliser pour cela à l’occasion des élections européennes en mai prochain. En Espagne, les rassemblements populaires se multiplient, comme au Portugal et en Grèce.

 .

Samedi prochain, 12 avril, à l’appel de deux cent personnalités et du Front de Gauche, une grande marche pour sortir de l’ornière, ouverte à tous ceux qui le souhaitent, va se déployer dans Paris. Plus elle sera large, ample, diverse, agrégeant toutes celles et ceux qui ont les valeurs de gauche au cœur et l’ambition que l’on sorte enfin de l’austérité et du chômage, et plus cela contribuera à modifier le rapport de forces pour que vienne enfin le temps d’une politique nationale et européenne alternative, avec en son cœur, l’humain d’abord.

.

marche contre l'austérité 12 avril

19 commentaires


JP 9 avril 2014 à 16 h 32 min

Je pense que la démocratie continuera d’être bafouée tant que le rapport de forces ne basculera pas .
Ce que le Patronat/Hollande a réussi , c’est à disjoindre le mécontentement social prégnant d’un prolongement politique efficace .

Les salariés ne se reconnaissent pas massivement dans le FdG ( ni même dans ses composantes séparées ) .
Une grande partie renonce au vote donc ne croit pas en un changement issu des urnes ; et nous-mêmes , y croyons-nous ?

On a vu certes en Amérique latine des changements issus d’élections mais il aura fallu en passer par une situation bien plus dramatique et puis une histoire différente. Et pourtant à combien de difficultés se heurtent ces gouvernements progressistes !
Et nous voyons alors à l’oeuvre la droite la plus dure et toujours le deus ex-machina (si l’on peut dire) US, prêt au pire .

Donc cette manif est une sorte de battage des troupes pour les Européennes , mais nous n’en sommes pas à contrecarrer la politique pro-patronale menée par Hollande.

Pas sûr que la stratégie et le discours FdG soient adaptés .
Qu’exigeons-nous de fort ?
Une meilleure Europe ? mais « ils » nous la vantent déjà .
Une autre Europe ? issue de celle-ci ? mais l’appareil prévaut .

A la Libération , seuls les pays ayant évincé l’ancien appareil ont pu asseoir le socialisme . On ne batit pas le socialisme-au fait nous ne parlons même plus de socialisme et du reste même nos adversaires ne parlent que de communisme – qui reste irréalisée pourtant _ sur un appareil d’Etat capitaliste …
Quid des nationalisations ?

Les initiatives politiques restent éparses .
Et puis le nouvel Huma ne me semble pas à la hauteur d’un projet de changement radical . Les dossiers me paraissent peu fouillés , pauvres en appareil critiques . je me vois mal aller argumenter à partir des articles de l’Huma . Désolé mais si l’Huma n’est pas une arme de lutte , prévoir une érosion de son lectorat.

Le.ché 9 avril 2014 à 16 h 57 min

Il faut sortir de cette Europe capitaliste austéritaire et de l’euro, il faut reprendre le chantier du CNR (conseil national de la résistance), mettre en place une une nouvelle sécurité sociale modernisée et des retraites par répartition à partir de 60 ans et à 37,5
années de cotisations, mettre en place de nouvelles nationalisations comme celles de Renault et d’EDF, voila comment il faut battre le Front National.

breteau jean claude 9 avril 2014 à 17 h 37 min

S’abstenir, c’est démissionner, c’est laisser faire le complot financier , contre les salariés ,cadres compris ,il est relayé par toutes les forces libérales totalement au service des nantis qui se gavent (voir les dividendes et salaires incongrus des patrons )R.A.S tentent de se convaincre les suppots de la pieuvre .1789 et 1968 sont là pour nous rappeler que le vent est incontrolable ,méme par ceux qui se veulent puissant de leur voyoucratie .Il faut sonner la charge ,car oui trop c’est trop ,ceux qui travaillent sont épuisés par leur condition les autres glandent ,les voraces s’engraissent ,jusqu’a quand ?Soyons direct notre sort autorise à la rebellion ,à la désobéissance ,c’est le peuple qui sauvera la France ,,n’attendons une hypothétique sortie de létargie des socialistes de gauche d’abord soucieux de leur propre avenir .Sortons notre argent des banques pour tenir et se nourrir déclenchons la gréve des charges incompressibles et des remboursements bancaires.L’argent doit manquer aux rapaces ,pour les obliger a écouter les légitimes exigences dont nous sommes porteurs ,et l’on verra qui est avec le peuple et qui est contre ,suivez mon regard vers les faux amis des gueux ,mais vrais milliardaires

GUILLOT 9 avril 2014 à 18 h 28 min

Comme l’a écrit Jacques PREVERT : « …mais un jour le vrai soleil viendra, un vrai soleil dur qui réveillera le paysage trop mou et les travailleurs sortiront, ils verront alors le soleil le vrai le dur le rouge soleil de la RÉVOLUTION et… etc. etc. »
NB: les poêtes ont toujours raison!

ValMau 9 avril 2014 à 18 h 32 min

Mécontents du système U.M.P.S.-F.N. NE VOUS ABSTENEZ PAS ! MAIS SI
VOUS AVEZ COMPRIS VOTEZ : FRONT DE GAUCHE(JEAN-LUC MELENCHON)VOUS ÊTES SÛR QUE CE N’EST PAS UN VOTE FASCISTE, MAIS NET ET FRANC. LA POLITIQUE EST SI DIFFICILE A COMPRENDRE. LUI IL ASSUME SA PROFONDE PENSEE, ET IL N’EST PAS FASCISTE, LUI, ET TOUT LE FRONT DE GAUCHE AVEC, (QU’IL REPRESENTE SI BIEN EN TANT QUE CO-PRESIDENT AVEC MARTINE BILLARD).

marie 9 avril 2014 à 20 h 19 min

cher val mau, vous confondez Front de Gauche et Parti de gauche. C’est le PG que JL Mélenchon et Martine Billard représentent. Allons, allons, un peu de modestie…

Colombe 10 avril 2014 à 7 h 35 min

Il ne faut pas avoir la memoire courte.
J l Melenchon a ete membre du PS .
En 1969 le PCF faisait 23 pour cent,le PS 5,6 .
Face a la crise qui s’annonce le PCF lance la strategie de l’union de la gauche sur la base d’un programme commun.
Le PS dont fait parti J L Melenchon ne voit qu’une chose affaiblir le PCF et lui prendre 2 a 3 millions de voix.(Déclaration de Mitterrand au congrés de l’internationale socialiste en 1972 a Vienne en Autriche).
Au moment de l’actualisation du programme commun au milieu des années 70 J L Melenchon toujours avec le PS ont vidé le programme de son contenu.
Mitterrand est elu en 1981 sur la base de 110 propositions.
La politique de gauche n’a pas durée longtemps,en 1983 c’est le tournant de la rigueur et l’integration a l’europe libérale.J L Melenchon est toujours membre du PS.
En 1992 J L Melenchon avec le PS appellent a voter oui au traité de Maastricht ce qui nous a conduit dans la situation d’aujourd’hui.
L’entreprise dans laquelle je travaillais a ete délocalisée ,comme bien d’autres.
Je pense que certains sont bien mal placés pour donner des lecons.
Je pense que le but de Melenchon et de finir le travail de Mitterrand :en finir avec le pcf.
Les travailleurs devraient ouvrir les yeux car depuis que le PCF est affaibli,on nous reprend tout nos acquis,bientot il n’y aura plus de retraite par répartition ni de sécu.
Comment faire pour élargir le F de G sans que certains ne pensent qu »a tirer la couverture a eux ?

chb 9 avril 2014 à 19 h 27 min

Au lieu de tenir compte lucidement de la nature et des priorités de l’appareil socialiste, le PCF a choisi le plus souvent la voie suicidaire de l’accompagnement de cette fausse gauche.
En matière d’aventures colonialistes à la remorque de l’OTAN comme pour les choix européens anti sociaux (et de droite!) de la clique Hollande, ce parti a trop souvent été timoré, excessivement compréhensif à l’égard de son ogre-compagnon. Du coup, sa pertinence et sa crédibilité continuent de se déliter, comme l’ont montré les résultats décevants des municipales.

curti 13 avril 2014 à 21 h 53 min

pour répondre à chb, comme vous dites, posez-vous les bonnes questions à votre avis pourquoi n’entendons-nous jamais parler
des communistes dans les médias? pourquoi est systématiquement associé F de G et Mélenchon?
Le parti communiste est un parti de Gauche qui ne met pas en avant un homme comme le fait le PG.D’ailleurs vous parlez des résultats décevants des municipales parlons justement de l’attitude du PG 90 impossible de monter une liste avec eux.Le PCF 90 s’est prononcé à 94% pour une liste F de G seulement le PG voulaient écartés les élus sortants, nous imposer une tête de liste R de G(donc pas du FdeG)formation politique proche de la majorité gouvernementale. Avant le premier tour par voie de presse ils ont appelé à ne pas voter pour nous, et au second tour à battre la droite et son extrême, donc tout pour favoriser son ennemi juré le PS, alors oui Mr Mélenchon et sa clique s’est beaucoup de cinéma. De plus nous communistes nous appuyons leurs
actions(quand ils en avaient)même les cartes pétitions de la fête de l’huma contre la réforme des retraites à envoyer à Hollande ils n’ont jamais voulu en prendre pour les faire signer.
Alors leur envie de défendre les gueux, à d’autres pas à moi!!
Comme l’a dit une camarade ci-dessus, pour eux s’est faire baisser le PCF pour faire grandir le PG, ils ont les dents qui rayent le parquet!!

alain harrison 9 avril 2014 à 22 h 33 min

Bonjour

Si je comprends bien, il y a le Front de gauche et le Parti de gauche qui semblent être des partis pour le peuple.
Je ne suis pas français et j’ai un peu de mal à m’y retrouver.
En tout cas tous les partis de gauche (et progressistes dans le bon sens du terme)): PCF, FG, PG, etc..
devraient se retrouver autour des solutions fondamentales et universelles (revenu de base et autogestion) pour sortir le peuple de l’état d’otage mmmaintenu par la finance.

Le communisme et le socialisme ne supposaient-ils pas de sortir les peuples de la soumission, de l’esclavage et, aujourd’hui, du piège financier (hautement organisé).

Il faut aborder la situation actuelle (judicieusement artificiellement complexe) avec simplicité (pas simpliste.
Une formulation claire est facilement compréhensible par tous.

Il faut faire ressortir les évidences, et il y en a des tonnes. Le momentum de la crise est encore bien là.
La politique Française, à l’heure actuelle, en est l’exemple de la continuation de la crise (mise en faillite) de la dette Grec, Espagne…. (vous êtes mieux au courant que moi).
Hollande avec, maintenant Valls, continue la politique de l’ostérité, celle-là même qui met en faillite sans qu’interviennent la finance, bien assise sur son c…
C’est le gouvernement qui fabrique la faillite, donc c’est Hollande qui fait le sale boulot. Quand l’autre parti débarquera, il ne fera que constaté et blâmé la gauche (tous seront mis dans le même panier__un coup de maître) comme responsable, vue le conditionnement de la population, qui oublie vite, pressée par ses inquiétudes.

C’est mon analyse..
Donc, on peut se perdre dans toute sorte d’analyses..
Je conseil de tenir le cape des solutions fondamentales et universelles: les expliquées, les avantages, les promouvoirs, comment les mettre en place, comment faire pression sur les politiciens (en mettant systématiquement leur siège en jeux, qu’ils sont en réalité facilement remplaçable__un scénario), mais allons chercher les gens qui sont prêts à s’engager politiquement sur les solutions.
Ça se peu pas que ça n’existe pas.
Ayons un langage claire, qui va droit au but.
Ex: les coopératives autogérées à temps partagé: partage d’une partie des profits en salaire sup.,
possibilité de travailler au différent niveau de la compagnie (un temps limite pour que tous aient accès à toutes les coutures de la compagnie__des temps d’intiation..), etc..
Dégager les potentiels de l’autogestion..
Et couplé avec le revenu de base, imaginer la latitude pour tous, la mobilité, pourquopi pas, mais librement par chacun et non contraint (sinon…) par le chantage bien rempant des boss..
Le cartoon les boss sont-ils indispensables.
Maintenant, parlons des syndicats….

alain harrison 9 avril 2014 à 22 h 42 min

Il y a une multitude de groupes communautaires
Il y a une multitude de syndicats (mais beaucoup sont de boutique)
Cherchons les multitudes.
Imaginez la synergie, si on se réveille, si et seulement si, on a bien compris les solutions fondamentales…
Les idéologies, en y pensant bien sont des habits, qui ont leur utilité. C’est quand elles dominent qu’il y a problème.
Pour ma part, je les regarde avec tous leurs jeux..
Faire la part des choses quoi
Mais, il y a un problème, il y a une solution…Poser les bonnes questions. Que ce soit en écologie, en technique, humain, par rapport aux croyances, etc..
Il s’agit toujours de poser les bonnes questions

Canelle 10 avril 2014 à 0 h 59 min

Sincèrement, vous croyez que marcher va changer quelque chose ? Auriez-vous déjà oublié les marches à Athènes ou ailleurs en Grèce ? Celles faites en Espagne, au Portugal et ailleurs ?
Après tout, rien ne vous en empêche, cela donnera du travail au chinois qui font les chaussures.

Colombe 10 avril 2014 à 7 h 00 min

Il faut faire un travail de sape,et petit a petit l’oiseau fera son nid.

ValMau 10 avril 2014 à 17 h 11 min

Oui Marie, j’ai confondu Front de Gauche et Parti de Gauche qui est dans la composante du Front de Gauche mais je ne vois pas ce que fait le mot « modestie » là-dedans ! Et Jean-Luc Mélenchon est quand même co-président du P.G. avec Martine Billard. Et, ils sont tous les deux au Front de Gauche et ne sont pas avec les hyppocrites EUX !

Michel Berdagué 10 avril 2014 à 22 h 41 min

Pouvez-vous préciser qui sont ces – EUX !- hypocrites ?
Car ça me ferait mal de lutter avec des semblants .

Michel Berdagué 12 avril 2014 à 8 h 15 min

Excellent ton intervention à St Denis , dommage de l’ incident de l’ alerte qui a empêché les prolétaires/citoyens d’ entendre par internet le programme d’ Union pour construire une Europe des Peuples et mettre à la porte , licencier les ultra-libéraux , j’ allais écrire tortionnaires des Peuples pour le seul profit d’ une poignée.

Coco Val d'Oise 12 avril 2014 à 10 h 28 min

Oui merci et un grand bravo pour ce discours d’appel à la marche et pour ce bilan et rappel des luttes qu’il faudra mener au niveau européen pour pas se faire bouffer par les marchés financiers, merci aussi à tous les autres intervenants et grâce à la venue d’Alexis nous avons eu un petit encart télévisuel sur I-Télé notamment, pas de retransmission des discours bien entendu… trop tendancieux, trop dangereux, trop critiques. Mais nous nous ferons entendre cet après-midi, Valls aura droit à faire face à sa première manif de l

Coco Val d'Oise 12 avril 2014 à 10 h 28 min

la vraie gauche!

Michel Berdagué 14 avril 2014 à 8 h 31 min

La Marche réussie , et avec les candidatures Fdg , nous sommes prêts à entamer une nouvelle campagne malgré des traces encore visibles suite aux différentes tactiques et stratégies des dernières élections qui ont été les plus longues et pénibles tant que les anti-P.C.F. pendant deux longues années nous ont dit qu'( il fallait savoir perdre des élues-us pour en gagner par la suite ! ), ça on a vu ,tout le monde a perdu et surtout tout le monde du travail , la population , le prolétariat et sa classe ouvrière . Les prochaines élections sont d’ une importance capitale , car en effet sur FR inter ce matin les grosses bertha ultra libérales assomment avec M. Draghi en tête qui avec M.Peyrevelade matraque que pour l’ euro il est trop fort et pour le second le  » coût du travail  » est gigantesque et qu’ il faut le baisser ce qui pour un : « Nommé en 1981 directeur adjoint du cabinet de Pierre Mauroy et conseiller économique du Premier ministre, il gère les nationalisations, tout en professant son scepticisme sur leur intérêt. Il participe activement au « tournant de la rigueur » de 1982-1983.  » , prouve que les soces n’ ont jamais cru aux nationalisations , cf le procès du Crédit Lyonnais M. Peyrelevade , étant le Chief P.D.G. et que ces responsables voulaient tout mettre sur le dos du directeur financier et où pendant ce procès deux témoins de choix apparaissaient comme par miracle à la barre : M. Barre , oui le grand professeur d’ économie et plans la rigueur propagande à sacrifices du Plan 1 , plan 2 et avec le Livre C.G.T. et le P.C.F. en manif interdite d’ Opéra à Palais -Royal nous hurlions , magnifique,:  » barre 1, barre 2 , barre TOI ! c’ était pendant que ce Monsieur était Premier ministre , et pour second témoin M. Trichet alors Gouverneur de la Banque de France et avec une célèbre promo la B.C.E. qui a appliqu2 l’ euro fort pour les actionnaires et rentiers , et fait payer la dette par les intérêts gigantesques aux Etats c-à-d : Nous par nos impôts tout en gérant par la bourgeoisie cet Etat dans la République celle du C.N.R. ,en danger ,et mis en place les allers et retours des milliers de milliards par la création monétaire avec toutes les banques privées tout en nous serrant de plus en plus fort la ceinture . Là, Patrick a raison lors de son discours de 1- sortir de l’ OTAN/NATO et 2-modifier de fond en comble cette B.C.E. en y mettant notre Programme l’ Humain d’ abord. Du boulot…. du militantisme.

Laisser un commentaire

Commentaire

Nom *

Les champs marqués * sont obligatoires

Email *

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Restez en contact

Inscrivez-vous à la newsletter