Répliquer à l’agression contre notre souveraineté !

le 25 juin 2015

obama

Par Patrick Le Hyaric

Banaliser le scandale revient à le tolérer ! Le gouvernement nord-américain et ses services ont installé au cœur de Paris, sur les toits de l’ambassade, une station d’espionnage visant les hauts fonctionnaires, les militaires et les Présidents de la République successifs de notre pays.

Les principes fondamentaux régissant les relations entre pays et Etats sont foulés au pied, au nom sans doute de la volonté de dominer un bloc « occidentaliste », au moment où s’affirme, de la part de nouvelles grandes puissances, comme le Brésil, la Chine, la Russie, l’Afrique du sud, l’Inde, la volonté de s’émanciper du dollar roi.

Un ami ne vous espionne pas ! En vérité, les USA se comportent en puissance impériale pour affaiblir l’Europe, faire main basse sur ses potentiels industriels, agricoles et ses services, dans le cadre d’une guerre économique planétaire dont ils veulent rester les maîtres, tout en façonnant la géopolitique du monde. L’impérium n’a pas d’ami. Il n’a que des intérêts égoïstes.

Hier, Alstom a été la proie de Général Electric, la société française de logistique et de transports Norbert Dentressangle a été dévorée par l’américain XPO pour 3,2 milliards. Il y a quelques jours, deux banques nord-américaines étaient à la manœuvre derrière M. Drahi pour dépecer Bouygues-Télécom. Hier, M. Sarkozy a brisé la logique gaullienne sur l’OTAN. Aujourd’hui, on discute de l’arrimage des défenses nationales européennes au système Etats-unien.  Cet OTAN souffle aujourd’hui sur les braises du conflit ukrainien en déployant de nouvelles et impressionnantes forces au sein même de l’Union européenne. Et l’Union européenne a bien tort de jouer le rôle de sous-traitant des Etats-Unis dans cette affaire. Des initiatives diplomatiques françaises ont  été torpillées notamment pour relancer le processus de paix au Proche-Orient, ou pour des nominations au secréterait général de l’ONU. Elles le seront peut-être encore dans le cadre de la conférence climat. Des conseillers aux questions environnementales sont espionnés au cas où, par trop d’audaces, ils soumettraient des propositions contraires aux intérêts nord-américains.

L’ampleur de l’espionnage américain en Allemagne a été démontrée, jusqu’au portable de la chancelière Mme Merkel. Des commissions parlementaires doivent être créées pour enquêter sur la posture de l’Allemagne, qui, tout en étant elle-même espionnée, sous-traiterait pour le compte des américains l’espionnage de ses partenaires européens ou des entreprises comme Airbus ! Tout ceci est le signe d’une déchéance de la démocratie aux Etats-Unis, mais au-delà, une infernale machine dotée d’une technologie illimitée, hors de contrôle juridique, politique et démocratique, menace les libertés publiques et la démocratie aussi bien sur le continent européen que sur le sol nord-américain où nombreux sont ceux qui contestent cette logique d’espionnage généralisé.

Dans de telles conditions où la confiance est rompue, on ne voit pas comment la France et l’Union européenne pourraient poursuivre les négociations sur le traité transatlantique. Il faut les suspendre immédiatement ainsi que tout accord de partenariat militaire.

La France ne peut être complaisante. Sa réplique ne peut pas être que de l’ordre du symbole. La souveraineté et la sécurité sont en jeu.

24 commentaires


Aline Béziat 25 juin 2015 à 10 h 55 min

Que de vérités dans ce texte, mais hélas, tout comme les gouvernements précédents, la gouvernance, française et européenne actuelle, ne peut qu’agiter des moulinets médiatiques au dessus de nos têtes, pour faire croire à l’opinion publique, qu’il n’y a pas de moralité dans cette guerre des ondes et que l’on va voir ce que l’on va voir.

Donc ils s’insurgent contre de telles méthodes, tout en sachant que tout va continuer comme avant. En définitive comme ils sont pieds et poings liés aux services secrets américains et pour de multiples raisons, ils sont complices de ce jeu de dupes dont nous faisons les frais. Tout cela tient à notre histoire, nos cabinets noirs, nos services secrets d’hier et d’aujourd’hui, notre dépendance à l’OTAN, nos pratiques sont identiques à celles nos amis américains. Certes avec beaucoup moins de puissance, mais que l’on cherche à renforcer par une loi liberticide. Toute cette agitation en définitive s’adresse à l’Opinion Publique pour lui envoyer un message de réprobation puissante, mais qui n’est en réalité qu’une pichenette, car rien ne changera. Même L’ONU ne peut plus jouer les gendarmes du monde, la suprématie Américaine est aux commandes sur tous les terrains juridique, politique, démocratique et donc économique. Car le Pognon, madame, c’est le Dieu de leur civilisation.

Que Faire ? Construire notre souveraineté à partir du potentiel politique de chaque citoyen, à partir de la volonté commune d’en finir avec la suprématie du capitalisme mondialisé.

Oui, la France devrait préserver sa souveraineté, mais le gouvernement actuel ne le fera pas, il ne le peut pas, son idéologie en définitive le lui interdit. Stopper dès à présent les attaques incessantes contre notre potentiel industriel, c’est possible. Si les salariés se donnent comme objectif de maîtriser les richesses qu’ils produisent dans leurs entreprises, peu importe d’où viennent les capitaux, mais aussi,et en parallèle avec leur potentiel politique citoyen, ils pourront mener ensemble et de front ces deux objectifs : construire leur souveraineté et maîtriser la finance mondiale. Pour une civilisation de plus en plus humaine portée par un communisme hautement démocratisé, Prolétaires/citoyens vous êtes un tout, donc unissez-vous sur vos propres bases démocratiques et non celles du libéralisme, qui elles vous divisent.

alain harrison 26 juin 2015 à 21 h 45 min

Bonjour M. Béziat.

«« Construire notre souveraineté à partir du potentiel politique de chaque citoyen, à partir de la volonté commune d’en finir avec la suprématie du capitalisme mondialisé. »»

C’est bien la seule réponse, la démocratie directe.
Mais pour qu’elle soit harmonieuse…..et non chaotique, ce que cherche le néo-libéralisme.

Comment s’y prendre ?

alain harrison 26 juin 2015 à 22 h 14 min

M. Bézinat.

Vous énoncé l’un de vos grands hommes.

Pour Jean Jaurès, la révolution socialiste n’est concevable que dans le cadre de la légalité démocratique, c’est-à-dire par une conquête graduelle et légale par le prolétariat des institutions parlementaires et de la puissance de la production.

L’Humain d’Abord, une foi reconnu, peut être rassembleur.
Cela paraît évident.

Mais, les hommes mettent toutes sortes de choses en premier et auxquelles ils sacrifient le premier venu.
C’est cela le phénomène de l’exploitation de l’homme par l’homme. La source…..

Nous ne reconnaissons même pas la signification de ce qu’est l’Humanité…

Comment vous l’expliquer ?

Krishnamurti: pour vous est-ce une idée ou un fait ?
Je site Krishmamurti, parce qu’il est le premier à avoir VUE clairement, sans concession, notre conditionnement et que la voie est le questionnement.
Lisez attentivement (l’esprit libre de préjugés) quelques ouvrages.

Marx a décrit quelque chose….
Albert Einstein nous éclaire:
Un problème sans solution est un problème mal posé.

Podemos, Le Monde Diplomatique de janvier 2015.

La Gauche, qu’a-t’elle à offrir ?

Nous n’avons aucune solution de rechange sur le plan écolo-social-économique !?

Si nous passons par le questionnement, les difficultés seront grandement atténuées, ainsi que les conflits…..la pluspart du temps: l’ÉGO.

Un article « dur », mais qui nous concerne au plus haut point:

Syriza, le pillage et l’effondrement: Quand la « gauche dure » épouse les politiques de la droite dure
Par Prof. James Petras
Mondialisation.ca, 24 juin 2015

«« La « preuve » de l’existence du programme de réforme radicale se trouvait dans le « Manifeste de Thessalonique », lequel, promettait Syriza, serait le programme guidant ses nouveaux élus.
Toutefois, avant d’avoir été élu et immédiatement après, les dirigeants de Syriza ont pris trois décisions fondamentales empêchant toute modification profonde. En effet, ces décisions ont établi un parcours réactionnaire.
En premier lieu, Syriza a accepté la dette extérieure de plus de 350 milliards de dollars comme légitime, bien qu’elle ait été approuvée par les kleptocrates du gouvernement précédent, des banques corrompues et des intérêts commerciaux, immobiliers et financiers. Pratiquement aucune partie de cette dette n’a été utilisée pour financer des activités productives ou des services cruciaux qui renforceraient l’économie et la future capacité de la Grèce à rembourser les prêts. »»

http://www.mondialisation.ca/syriza-le-pillage-et-leffondrement-quand-la-gauche-dure-epouse-les-politiques-de-la-droite-dure/5457775

La difficulté est « très grande », les pièges innombrables, mais nous commençons sérieusement à en prendre la mesure.
Du moment que nous sortons du piège de la réaction.
Juncky empêche par tous les moyens Syriza de sortir du piège.

Aline Béziat 27 juin 2015 à 7 h 34 min

Je la nomme volontairement Communiste et pas directe car cette dernier ne donne pas de sens idéologique et elle ne permet pas une cohésion d’ensemble. Pour en savoir plus alinebeziat@orange.fr

Michel Berdagué 25 juin 2015 à 20 h 19 min

Les textes de Patrick et d’ Aline sont excellents .
Oui de sortir en Urgence de l’ enfer OTAN/NATO qui cherche des noises à la Russie pour nous détourner des Pbs , de sortir de toute négociation avec ce GMT et qu’ en est-il avec le GMT Canada/U.E.qui d’ après la réunion de dimanche 31 mai à Fabien pour la Grèce des deux jours de mobilisations actives c’ est déjà signé : alors VIVE le Québec Libre .
De construire une Europe des Peuples et non pour les finances privées , avec les coopérations avec les BRICS et les développements comme avec la Banque pour les infrastructures pilotée par la Chine , et pour l’ Euroasiatique . Et avec toute l’ Amérique Latine et Centrale et au Sud des coopérations et échanges multiples , tout ça dans un monde multipolaire . Là , les States seront bien les seuls à se regarder le nombril !

alain harrison 26 juin 2015 à 22 h 24 min

Bonjour M. Berdagué.

Vive le Québec libre!

Je suis d’accord avec votre humour plein de lucidité.

Le Québec, en ce moment, est un no mans land.
Vaut mieux en rire qu’en pleurer.
Nos politiciens à tendance indépendantiste, n’ont malheureusement pas le tacte de la stratégie, ils plongent aveuglément dans la moindre interstice.
Ainsi, ils vont probablement remettre au pouvoir les con..servateurs.
Et oui, le BLOC a le vent dans les voiles…

Au fait, le Québec n’est pas libre, la grande majorité a épousé la pensée unique.

Moreau 26 juin 2015 à 11 h 28 min

La seule véritable souveraineté pour l’Homme de passage sur la Terre, c’est la République, toute la République, rien que la République.

Maxa 26 juin 2015 à 12 h 01 min

L’article et les commentaires sont excellents, mais je ne comprends pas quel intérêt les Américains ont à espionner leurs domestiques. Peut-être pour s’assurer que les ordres sont bien exécutés ?

Michel Berdagué 26 juin 2015 à 15 h 43 min

Oh oui Maxa , en effet les caniches dépassent même les injonctions du maître impérial , le seul , l’ u – nique , le vrai , le leader auto proclamé , avec les rachats de’ Alsthom , d’ Alcatel , des transporteurs … , et des négos GMT où le Château actuel déclarait à la Maison Blanche :  » qu’ ‘ il fallait aller très vite …par crainte des mobilisations  » . Là pas besoin de tout un attirail sophistiqué au dernier étage de l’ Ambassade à la Concorde , du direct même que le Pentagone est à Bruxelles chez les NATO/OTAN .
A partir de 1945 – avant c’ était moins caché -, puis avec TINA , dès que tu poses une critique de la société idéale d’ exploitations en tous genres tu es mis en fiche , écoutes et un suivi t’ interdisant tout travail . Et là en effet ces cris d’ orfraie ne sont là que pour nous détourner le regard alors que des mesures sont prises dans le renseignement pour cibler qui ? Si c’ est encore nous avec tout un flicage de communications/délations au grand patronat , des syndicalistes , communistes et de tous ceux et celles du Mouvement pour la justice sociale , l’ égalité et le pouvoir du monde du travail , là rien ne va plus . Si ces forces de répression sont dirigées contre ces tarés qui se réclament du religieux et qui ne sont de la barbarie et qui nous traitent de petit satan , excusez du peu ! passe encore .

alain harrison 26 juin 2015 à 22 h 36 min

Bonjour Maxa.

C’est le conditionnement.
Lisez le chapitre 1 du livre de Jean-marie Abgrall, tous manipulés tous manipulateurs.

Et vous trouverez des réponses.

Le.Ché 26 juin 2015 à 17 h 06 min

les Américains n’ont pas d’amis, c’est le bizness le seul amis des américains, lors de la dernière guerre, celle de 1939- 1945 les américains sont entrés en guerre pour le bizness car la guerre relançait leur économie qui était moribonde et maintenant c’est pareil ils sont juste capable de nous dépouiller on le voit avec Alstom, mais en même temps ils n’en n’ont rien à foutre du peuple français.

alain harrison 26 juin 2015 à 22 h 39 min

Bonjour Le. Ché.

Dans le film LE MANS.

L’acteur Steve McQueen, dans une réplique donne la réponse: It’s money.

henri bonnet 26 juin 2015 à 17 h 45 min

l’allemagne espionne aussi en france notamment a airbus

DANS L INDIFFERENCE GENERALE

alain harrison 26 juin 2015 à 21 h 37 min

Bonjour.

Quand la chose est banalisée, le conditionnement est établi, la manipulation a réussi.

La chose est entrée dans les moeurs.

DOMART Jean-Marc 27 juin 2015 à 0 h 19 min

Domart Jean-Marc dit :
26 juin 2015 à 0 h 38 min

Même réponse que pour l’article « la démocratie flétrie », où est la photo du tandem Valls-Macron. car ce sont les deux principaux agents actuels de la destruction de la souveraineté populaire dans notre pays. J’ajouterai aussi la souveraineté économique qui en est le moyen. Depuis que l’actuelle directrice du FMI a été ministre de beaucoup de domaines en même temps que les Finances, cette avocate d’affaires US n’a eu de cesse de soumettre, dans la plus grande discrétion des medias « grand public » les institutions de notre pays aux intérêts des USA auxquelles elle était liée, et dont elle imposait la langue dans son ministère. Curieux, quand même, ces grandes institutions telles la Cour des Comptes ou le Conseil d’Etat donnant désormais toujours raison aux solutions conformes à la doxa ultra –libérale, non? Très liée aussi à Mr Macron, qu’elle a rencontré pas encore «ministre de tout» à la réunion du Groupe de Bilderberg fin mai 2014, qui, au vu des effets actuels, suit docilement ses instructions…

chb 28 juin 2015 à 10 h 06 min

Banalisation de l’odieux espionnage : A. Merkel avait elle aussi protesté pour la forme, elle aussi, dans une situation similaire. Ses services au même moment nous espionnaient pour le compte de la même NSA.
Un attentat en Isère (Je-Suis-Une-Usine-à-Gaz !) remplace opportunément en Une la gênante révélation.
Le tout fournit au gouvernement de nouveaux prétextes pour nous faire renoncer aux libertés fondamentales.

Moreau 30 juin 2015 à 14 h 53 min

La souveraineté de l’Humain d’abord est unique : c’est sa citoyenneté terrienne à part entière.

alain harrison 1 juillet 2015 à 17 h 52 min

Bonjour Moreau.

Oui, L’Humain d’Abord.

Le parti citoyen, l’Humain d’Abord dans chaque pays.

Avec un contenu concret rassembleur que tous peuvent reconnaître, qui tombe sous le sens de chacun.
Petites réunions partout de quelques citoyens, des milliers qui discutent des solutions concrètes et autour des initiatives qui émergent un peu partout…

Répliquer à l’agression contre les souverainetés.

Un momentum !?

Sur CEPAC, aujourd’hui dimanche 28 juin 2015, un discours remarquable du Sénateur Bernie Sanders qui se présente pour les investitures démocrates.
Il ne mâche pas ses mots, directe, claire, mais circonscrit et intelligent. Hillary Clinton aura du chemin à faire.
Un homme intègre. De plus à 73 ans, il peut se sentir libre et dire les vérités que la pluspart renient par
 » intérêt « , quelque soit l’habit. Dans les années 70, s’il avait été élu, il aurait sûrement été dans la mire des ténébreux.
Publié le 30 avril 2015 à 12h53 | Mis à jour le 30 avril 2015 à 15h39
Ivan Couronne
Agence France-Presse
WASHINGTON

Bernie Sanders candidat à l’investiture démocrate contre Hillary Clinton

«« Comment est-il possible que les 1% les plus riches détiennent presque autant de richesses que les 90% les moins riches?», a déclaré Bernie Sanders lors d’une conférence de presse à l’extérieur du Capitole, programmée la veille et sans fanfare, à l’image de cet iconoclaste qui a passé sa carrière à dénoncer la démesure des dépenses électorales.

«« Il s’oppose vivement à la première guerre du Golfe, «une terrible erreur que ce pays regrettera pendant des décennies». Et vote contre la guerre d’Irak en 2002

«« il a rappelé qu’il menait la résistance au Sénat contre l’accord de libre-échange transpacifique que Barack Obama négocie actuellement

http://www.lapresse.ca/international/etats-unis/201504/30/01-4865841-bernie-sanders-candidat-a-linvestiture-democrate-contre-hillary-clinton.php

Il fait un travail de réveille des états-uniens. Et ce n’est pas rien.

Maintenant, il a une véritable plate-forme, l’investiture démocrate.

Aujourd’hui, l’investiture est suivie dans bien des parties du monde…. Cela fera naître bien des questionnements…!?

alain harrison 1 juillet 2015 à 17 h 56 min

Pour la Fête de l’Humanité.

Qu’il soit inscrit clairement:

L’Humain d’Abord dans le respect de l’Écologie, notre Terre, nous n’en avons qu’une. L’économie n’est que le moyen « simple » de partager ce qui doit être soumis à l’économie soumit au bien-être de l’humanité.

Invitez vos soeurs, vos frères, vos parents, vos enfants (en âge) professionels, militaires, policiers à venir réfléchir sur ceci, car c’est de cela qu’il s’agit en fin de compte:
vivre dans ce monde ou vivre dans ce système.

alain harrison 19 juillet 2015 à 20 h 46 min

Bonjour.

«« Un ami ne vous espionne pas ! En vérité, les USA se comportent en puissance impériale pour affaiblir l’Europe, faire main basse sur ses potentiels industriels, agricoles et ses services, dans le cadre d’une guerre économique planétaire dont ils veulent rester les maîtres, tout en façonnant la géopolitique du monde. L’impérium n’a pas d’ami. Il n’a que des intérêts égoïstes. »»

N’importe quel beau parleur se glisse facilement sous le masque qui convient.

Routes : la Banque mondiale apporte 200 millions de dollars à la Tunisie
15 juillet 2015 à 14h05 — Mis à jour le 15 juillet 2015 à 15h10
Par Jeune Afrique (un site plein d’investissements)

«« Opérations
Outre le « Projet des corridors de transport routier », le portefeuille du Groupe de la Banque mondiale en Tunisie comprend notamment 22 opérations d’investissement et d’assistance technique, dont 10 prêts totalisant environ 1 milliard de dollars et 12 dons d’un montant total de 51 millions de dollars. »»

Remarquer le remarquable équilibre.

alain harrison 19 juillet 2015 à 20 h 50 min

L’adresse:

http://www.jeuneafrique.com/246803/economie/routes-la-banque-mondiale-apporte-200-millions-de-dollars-a-la-tunisie/

Routes : la Banque mondiale apporte 200 millions de dollars à la Tunisie.

Après le PRINTEMPS, l’été financière, l’automne?
L’hiver ?

Après le nouvel ordre mondial de busch.
Un nouvel ordre climatique.

alain harrison 19 juillet 2015 à 21 h 00 min

Bonjour.

«« Tout ceci est le signe d’une déchéance de la démocratie aux Etats-Unis, mais au-delà, une infernale machine dotée d’une technologie illimitée, hors de contrôle juridique, politique et démocratique, menace les libertés publiques et la démocratie »»

Déchéance de la démocratie, je dirais plustôt, une intervention chirurgicale sur elle depuis sa gestation dans le milieu du siècle dernier.

La démocratie n’est pas née, elle est en gestation, nous entrons dans les douleurs de la naissance.

C’est un avis ?

Krishnamurti: voir le vrai du faux et le faux du vrai.

Seul la vision de l’ensemble nous donne accès aux tenants et aboutissants, aux causes et mobiles, aux acteurs responsables.

alain harrison 19 juillet 2015 à 21 h 47 min

Bonjour Aline Béziat.

«« Car le Pognon, madame, c’est le Dieu de leur civilisation.

Que Faire ? Construire notre souveraineté à partir du potentiel politique de chaque citoyen, à partir de la volonté commune d’en finir avec la suprématie du capitalisme mondialisé. »»

Il n’y a pas de miracle, seul notre conscience dégagée de nos propres contraintes, car les contraintes (peur, intérêt…) nous les faisons nôtres, et quand elles deviennent  » résignation acquise  » (psy. social…Kaput.

En adhérant aux solutions, en en parlant, en les promouvants, alors les énergies s’inversent.

Dans mes mots:
Les mots sont conditionnés, ils ont leur filiation émotive. La pensée s’empare de l’émotion, elle crée la filation.
Krishnamurti

Sortons de la pensée unique abêtissante.

Nous devons intégrer notre complexité d’humain.

La révolution véritable nous conduit à notre intégrité.

alain harrison 20 juillet 2015 à 0 h 20 min

Un élément,parmis d’autres, du dossier criminel à l’encontre du système frauduleux néo-libéral:

Jean Ortiz
Vendredi, 10 Juillet, 2015 – 15:26
Pourquoi j’écris ? J’assume mes « excès »

«« On sauve les banques, pas les êtres humains… Le droit du fric passe avant le droit de ne pas crever de faim, de se soigner, d’avoir un toit…
L’on ne trouve pas 30 milliards de dollars par an, à l’échelle du monde, pour en finir avec la faim… alors que la guerre en Irak a coûté plus de 3000 milliards de dollars… Alors la faim… Tant mieux ! Elle décime les pauvres, les « classes dangereuses », et permet à la fortune du PDG de LVMH de grossir de 9,27 milliards d’euros en un an, tandis qu’un gamin français sur 10 vit dans la pauvreté ; en France… pays, comme chacun le sait, plus déshérité qu’Haïti.
Voilà la véritable barbarie : les plus riches (état naturel), 10%, possèdent 86% des richesses mondiales. Les inégalités ne tombent pas du ciel. Les marchés ne sont rien d’autre que des décisions politiques grimées. »»

http://www.humanite.fr/blogs/pourquoi-jecris-jassume-mes-exces-579251?IdTis=XTC-FT08-AYVLKW-DD-DE35I-FA69

Le dossier Crime contre l’Humanité le plus étoffé jamais de toute l’histoire de l’humanité.

Ceux qui sont dans le domaine de la sécurité, vous avez le choix, obéir aux ordres. Maintenant, cette excuse ne tient plus.

Laisser un commentaire

Commentaire

Nom *

Les champs marqués * sont obligatoires

Email *

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Restez en contact

Inscrivez-vous à la newsletter