Porter la flamme de l’humanisme

le 28 juin 2018

Les images d’enfants migrants maintenus en cage et séparés de leurs parents à la frontière mexicaine sur ordre de Trump sont venues s’ajouter à celles de corps hagards en quête d’avenir sur les bateaux qui sillonnent la Méditerranée. Elles s’additionnent aux images de guerre, d’enfants mourant de soif et de faim sous le soleil d’Afrique, de ces femmes qui fabriquent les tee-shirts qui paradent sur nos écrans au rythme des matchs de la coupe du monde.

Ces images viennent en écho des existences broyées de celles et ceux qui, bien qu’ayant un travail, sont inscrits dans la colonne « pauvreté » des froides statistiques. Ceux-là même dont on réduit une nouvelle fois les aides au logement ou celles-là qui, après une longue vie de labeur, ne toucheront plus la pension de réversion. Bref celles et ceux dont sa majesté filmée en son palais a crié qu’ils coûtaient « un pognon dingue ».

La chaine des décisions cruelles contre les classes populaires d’ici ou d’ailleurs dessine la cohérence d’un monde qui abandonne chaque jour une part d’humanité. Les attaques contre les populations les plus fragiles forment un tout et la violence qui s’exerce contre les migrants est corrélée au niveau de violence antisociale qui frappe les populations européennes. Car il y a bien communauté d’intérêts entre le travailleur exploité et le réfugié, lui aussi hier travailleur en son pays. Il y a bel et bien cohérence entre la destruction de tous les ferments sociaux des nations, la prédation actionnariale, et le péril réactionnaire et guerrier qui s’en accommode parfaitement pour instiller la division. Le sinistre Trump ou ses épigones de la Lega italienne ou d’Europe orientale suffisent à le démontrer. Avec d’autres mots, ces mêmes ingrédients travaillent notre République dont les valeurs sont de plus en plus bafouées.

La cassure qui s’opère devant nos yeux a atteint un seuil trop critique pour sacrifier les valeurs d’humanité aux calculs stratégiques hasardeux. Sans sursaut humaniste, personne ne peut prédire où nous mènera l’engrenage qui, de peurs en désillusions, de divisons en fragmentations, encourage l’inhibition du corps social et l’empêche de s’unir pour relever les si nombreux défis du monde qui vient.

Nombreux sont en effet ceux qui souhaiteraient, comme s’en moquaient Marx et Engels, « faire tourner la roue de l’Histoire à l’envers », flatter les nostalgies, revenir à une situation prétendument idéale mais souvent fantasmée. Dans cet interstice du débat se niche la réaction la plus noire qui compte se refaire une santé sur l’effacement des historiques mais toujours bien présents clivages droite-gauche, capital-travail, exploiteurs-exploités.  Il y a danger ! Les exemples ne manquent malheureusement plus de confusionnistes qui désarment le peuple qu’ils prétendent représenter, tout en prenant soin d’opposer ses angoisses aux malheurs du monde.

Il n’y a pourtant pas d’autre choix que de dépasser la crise de civilisation et les peurs qu’elle engendre en pensant le monde en gestation et en agissant pour le transformer dans une perspective de progrès. Un monde multipolaire dans lequel chaque pays doit avoir voix au chapitre dans l’égalité, un monde de circulation des êtres humains libérée du marché capitaliste et régulée dans la coopération, un monde de coopération internationale aux objectifs sociaux et environnementaux, un monde des biens communs qui fasse la promotion de nouveaux services publics, un monde où les femmes gagneraient leur émancipation. Un monde d’humanité !

5 commentaires


Taa Hania 28 juin 2018 à 17 h 48 min

Bonjour et de tous mes respect. Le problème est aux présidents malheureusement car à la dernière minute rien qu eux ils fassent leur solution.
J aime bien l humanité mondial roule réglementaire avec un passeport ou une carte d identité juste .
Je trouve que l internet est trop chamboulé l humanité avec les publications de l aide financière et sociales à travers le monde et normalement chaque pay dois faire le mieux pour son pay et sa planète Terre.
Franchement moi personnellement je suis trop déçu pour l Algérie et ses faible lois car l humanité est trop inconscients et triste et trop malheureuse à cause du manque du manger et logement surtout les pauvres et d autre situation normalement chaque humain dois payer par son état pour survivre .
Et monsieur le président Trump je lui donne raison pour ses lois.

Moreau 30 juin 2018 à 19 h 12 min

Et si monsieur Trump n’avait pas raison, mais alors pas du tout raison, notamment pour la meilleure politique alimentaire dont dépend aussi directement la sécurité sociale à 100% que n’apporte absolument pas la politique de monsieur Trump, qui décidément n’est pas Hippocrate.

Moi, je réclame un parallèle entre les politiques de production notamment de fruits, des Etats-Unis d’Amérique du Nord, et des Etats-Unis d’Europe, de façon à terminer un constat très édifiant sur la politique alimentaire occidentale nécessaire et indispensable pour que chaque personne puisse bien se nourrir, et grâce à la variété d’aliments dont peut abonder la nature, rester en bonne santé, ce qui est le préalable d’excellence pour la sécurité sociale partout dans le Monde. Moi, je pense qu’aucun Homme politique n’a eu assez raison, et que les chauvinismes occidentaux ont participé à une destruction de l’Homme par l’Homme. Des productions déficitaires pour nourrir la population ne font pas parler d’elles alors qu’elles sont probablement incriminables ; je pense aussi que beaucoup de femmes et d’hommes ont un régime alimentaire plutôt mauvais pour leur santé à cause justement des idéologies des parties politiques toutes à l’origine d’une destruction de l’Homme par l’Homme dont il est bien plus important de parler que de parler des migrations tout le temps au point de ne pas parler de l’essentiel comme se nourrir, rester en bonne santé, avoir la sécurité sociale la plus élevée, je la crois possible et je me dis qu’elle pourrait peut-être pour peu de réunir toutes les informations nécessaires et indispensables à la bonne étude, devenir une sécurité sociale à 100%. Il faut que les partis politiques arrêtent une bonne fois pour toutes de parler de ce qu’ils veulent parler, il faut qu’ils participent aux études que réclament des personnes de la population afin de confondre les Ultralibéraux et les Illébéraux qui n’ont fait que faire rater la vie à beaucoup de personnes en leur faisant perdre aussi la santé car tout n’est pas forcément de la faute des gens qui ne vont pas bien, il faut des expertises des politiques partout dans le Monde, il faut que la vérité éclate enfin partout dans le Monde. Alors tout pourra être changé.
Les lois ne donnent pas toute la santé nécessaire et indispensable aux Hommes, des lois peuvent être dangereuses pour la santé humaine… Il faut toute la vérité sur la politique alimentaire des gouvernements et à partir d’elle sur la sécurité sociale.

alain harrison6 30 juin 2018 à 19 h 52 min

Et l’UE ««« social»»» que fait-elle ?

De la bonne vieille récupération comme toujours.

Macron est bon à ce jeu. Coup don Juncker est-il son mentor ? En tout cas Tsipras a bien joué le jeu.

Quand est-il d’une certaine gauche ? Toujours évasive ?

alain harrison 30 juin 2018 à 22 h 22 min

Le monde financier a une grande responsabilité, mais je suis prêt à porter cde jugement de valeur, qu’il est criminellement responsable et que toutes ses administrations non aucun non lieu. Lafarge, les administrateurs sont responsables (nul ne peut ignorer la loi, ou quelque chose comme ça, dit-on), ils doivent être juger et des peines exemplaires doivent suivre.
Lafarge n’est que la point de l’iceberg, et plus on retourne dans le passé et plus les choses étaient sales. Les traitements sauvages systématiques que subissaient les esclaves sont probablement aussi pire que l’extermination sous le nazisme, quand on voit certaines images esclavagistes, en regard des types de traitements et cela sur une échelle de temps incomparable, donc de dizaines de millions d’esclaves juste aux US sans compter l’élimination systématique des amérindiens, et là il s’agit bien d’un geocide intentionnel. Ils rétorquerons qu’ils offraient de la résistance et qu’ils massacraient aussi. À force d’être trahis, agresser sous différent prétexte par des envahisseurs qui changent continuellement les règles, on finit par répondre au même niveau. L’UE et macron et Trump et le nouveau président Colombien sont en plein dans ce continuum.
Le peuple, quand il souffrira, il sera peut être trop tard. Le mélange conditionnement et souffrance ne garanti pas une réaction adéquate, et il faut tenir compte du rapport de force des forces: police de plus en plus militarisée, crime organisé émancipé, et les forces de police privé…..un beau mélange de répression en perspective. Ces gens ont leur propre intérêt, et ce ne sont pas ceux du peuple.

Une vision sombre, je l’accorde. Mais macron va son petit roi de chemin, et les médiats continuent de fausser l’information. Cela aussi est très condamnable.

alain harrison 4 juillet 2018 à 19 h 05 min

La misère des enfants à travers le Monde.

Alexandre Mars, un « golden boy » au service de bonnes …
http://www.la-croix.com
Alexandre Mars, brillant entrepreneur, a mis son savoir-faire au service d’activités philanthropiques et a créé la Fondation Epic, qui fait…

Laisser un commentaire

Commentaire

Nom *

Les champs marqués * sont obligatoires

Email *

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Restez en contact

Inscrivez-vous à la newsletter