Nos voeux*

le 4 janvier 2013

Voeux2013

Nous adressons à chacune 
et à chacun d’entre vous ainsi qu’à vos proches nos vœux les meilleurs pour l’année nouvelle qui commence. Nous le faisons avec 
la part de rêves et de lucidité nécessaire. Nous savons qu’alors que de toute part on annonce une année 2013 difficile, il faudra s’unir pour agir afin 
de changer les rapports de forces sociaux, économiques, politiques pour que ce soit à gauche que s’oriente 
le changement. En s’enfermant dans le seul projet 
du rétablissement des comptes publics, François Hollande n’a pas créé, lors de ses vœux, l’élan nécessaire à une mobilisation nationale qui permettrait d’endiguer la vague du chômage.

L’ambition ne sera accessible qu’avec 
de la justice, de la solidarité, de nouveaux droits des travailleurs dans l’entreprise, afin de promouvoir d’abord le travail et non plus la rente des grands actionnaires 
et des banquiers, une réforme fiscale et bancaire digne 
de ce nom ou la réorientation de l’Union européenne. Cela se heurte évidemment aux intérêts des oligarchies. Mais la gauche est précisément la gauche parce qu’elle n’est pas 
de ce côté mais de celui 
du peuple. Ce n’est pas 
la recherche d’une sorte 
de compromis historique qui devrait être à l’ordre 
du jour. L’inversion 
de la courbe du chômage 
ne deviendra possible qu’en sortant du carcan 
de l’austérité budgétaire et salariale. Le gouvernement 
a le devoir et le pouvoir de résister aux pressions des droites, des puissances d’argent et des institutions internationales. 
Il ne doit pas s’engager dans les projets de suppression 
du Smic pour le remplacer par un super RSA, ni dans 
un nouveau recul de l’âge ouvrant le droit à la retraite, 
ni dans un système de flexibilisation à outrance du travail, ni abdiquer devant les pressions du Conseil constitutionnel qui voudrait saboter toute réforme vers la justice fiscale. S’il manifestait une volonté affirmée de changement progressiste, le pouvoir réunirait autour de lui toute 
la gauche et l’écologie politique ; une majorité agissante 
et combative pour ouvrir dans l’histoire de la France 
et de la gauche l’indispensable nouvelle page 
du progressisme français.

Les classes dominantes s’appuient sur la crise qu’elles ont elles-mêmes provoquée pour plier encore plus le monde, la vie humaine, l’environnement aux canons de l’ultracapitalisme destructeur. 
Ce pouvoir ne doit pas y prêter main-forte. C’est à un nouveau projet que devraient s’atteler toute la gauche 
et l’écologie politique pour faire face à la nouvelle période historique, où la lutte entre le capital et le travail va considérablement s’aiguiser, où de nouveaux dangers pèsent sur l’environnement, où l’arme nucléaire constitue une terrible menace pour toute l’humanité.

Ce siècle appelle un nouveau mariage entre 
la justice fiscale et sociale, d’autres manières 
de produire et de consommer pour résorber une dette écologique qui peut être mortifère. La coopération entre les êtres humains doit supplanter une concurrence folle, avec un nouvel âge pour la démocratie s’appuyant sur la souveraineté et l’intervention populaire. Rien ne se transformera vraiment sans que la démocratie d’intervention devienne le but et le moyen de tout processus de changement pour inventer l’indispensable « après-capitalisme ». Tel nous semble devoir être 
le chemin d’une vie meilleure, d’un monde solidaire, d’une fraternelle humanité.

Bonne année.

* Mon éditorial dans l’Humanité, daté du 2 janvier 2013

//

//

0 commentaires


Anonyme 4 janvier 2013 à 13 h 37 min

Merci pour ces voeux chaleureux;je vous transmet les miens !
signé : un lecteur fidèle.

Laisser un commentaire

Commentaire

Nom *

Les champs marqués * sont obligatoires

Email *

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Restez en contact

Inscrivez-vous à la newsletter