Le coup d’Etat social

le 1 mars 2020

Edouard Philippe lors d'un déplacement à Bordeaux, le 8 septembre 2019. Georges GOBET/AFP

Quelle farce ! Quel irrespect ! Quelle morgue ! Décidément, rien narrête plus ce pouvoir ! Se croyant protégé par la progression du Coronavirus qui inquiète beaucoup, le premier ministre, au crépuscule dun samedi, organise un coup de force contre le Parlement. Même les députés de sa majorité furent surpris. Pour détruire l’élément essentiel du pacte social français que sont les retraites solidaires par répartition, une camisole de force veut tenir silencieuse lAssemblée nationale. Sans vote, en escamotant purement et simplement le débat, une partconstitutive de laRépublique sociale conquise après plus d’un siècle de luttes et inventée par un gouvernement dans lequel siégeaient communistes et gaullistes, serait sur le point de partir en fumée.

Les conséquences négatives en seront lourdes pour tous nos concitoyens de toutes catégories comme pour les générations à venir. Loin d’être un signe de force, lutilisation de ce couperet – l’article 49.3 –, vient prolonger et « parfaire » encore un fiasco gouvernemental à nul autre pareil. Celui dun pouvoir incapable de répondre aux questions que posent les citoyens, relayées par les oppositions parlementaires ; quil sagisse de la valeur du point au moment de toucher sa pension, de l’égalité femmes-hommes, de la reconnaissance de la pénibilité, comme de la date de départ en retraite ou de l’invention d’une retraite basée non plus sur les salaires mais sur un prétendu « revenu moyen » inexistant. Le bâillon vient compléter la fermeture de la commission spéciale de lAssemblée, une étude dimpact plus que douteuse et un dispositif qui demandait, aux députés à la fois, de se prononcer en ignorant les résultats de la conférence de financement et de se dessaisir de leurs prérogatives sur un texte dune importance capitale comportant 29 ordonnances !  Ordonnances que M. Macron critiquait avant de les décider lui-même puisqu’il déclarait le 25 novembre 2016 quil ne croyait pas « une seule secondeà la réforme par ordonnances » ; mais ça, c’était… avant !

Aujourdhui, depuis son palais, loin des clameurs de rejet, il frappe doublement. D’abord, il dénie au Parlement son rôle de législateur. Ensuite, il fait fi du peuple. Une majorité de nos concitoyens soppose au texte, aucun syndicat napprouve, plus de 70% des français se prononcent contre lutilisation de cette machette anti-parlementaire et  67% réclament une consultation populaire. Le conseil dEtat avait pourtant mis en garde contre le recours aux ordonnances qui « fait perdre la visibilitédensemble qui est nécessaire à lappréciationdes conséquences de la réforme et, partant, desa constitutionalité et de sa conventionalité ». Rappel à lordre on ne peut plus sévère. Il sagit, indéniablement, dun coup dEtat social. Ses auteurs le paieront très cher. Au-delà, la démocratie elle-même va durement en souffrir. Il ny a pas dunité véritable de notre République sans le ciment de la sécurité sociale, sans le liant de la solidarité et de la juste répartition des fruits du travail, contre son accaparement par les rapaces de la finance. Les seuls à soutenir le pouvoir dans sa vaste entreprise de guerre sociale.

Le combat pour lintérêt général nest pas terminé. La mobilisation sorganise. Des motions de censure seront présentées au vote du Parlement. La loi « organique » de ce projet ne pourra plus être adoptée selon lordre constitutionnel du 49.3. Le pouvoir nen a plus le droit. La censure populaire massive peut soutenir les motions parlementaires dans une multiplicité dactions. Et le vote du 15 mars, à loccasion des élections municipales, peut être le moyen dune puissante censure de gauche dans les urnes.

8 commentaires


Moreau 2 mars 2020 à 16 h 45 min

Vous expliquez qu’il est impossible de prévoir quelle sera l’évolution de la retraite des gens en somme, en écrivant : « un pouvoir incapable de répondre aux questions que posent les citoyens, relayées par les oppositions parlementaires ; qu’il s’agisse de la valeur du point au moment de toucher sa pension, de l’égalité femmes-hommes, de la reconnaissance de la pénibilité, comme de la date de départ en retraite ou de l’invention d’une retraite basée non plus sur les salaires mais sur un prétendu « revenu moyen » inexistant. »

Or vous avez écrit dans un précédent article : « Ce mode de calcul où on fait la moyenne des revenus de salariés précaires, des paysans et artisans, de tous les indépendants, des salariés de la fonction publique aboutit à réduire le niveau de toutes les pensions. »

Il est impossible pour les Citoyens de savoir le vrai et le faux avec ces informations qui se contredisent, d’arriver à comprendre quoi que ce soit, personne au fond ne sait pour ou contre quoi il aurait fallu se prononcer si un référendum avait vu le jour. Donc le grief de coup d’État social n’est pas démontré, alors que ça ne fait aucun doute qu’il y a un manque total de travail d’opposition républicaine ; il n’y a plus de vraie gauche, il n’y a plus d’union de la gauche, il n’y a plus d’opposition républicaine. C’est ça le vrai problème.
La seule certitude que peuvent avoir les Citoyens, c’est que le gouvernement n’arrive pas à faire mieux parce qu’il n’a pas une opposition républicaine et la république, c’est une majorité républicaine et une opposition républicaine, la désunion totale de la gauche, ce n’est pas la république .

Salma Hajj Ali 2 mars 2020 à 17 h 54 min

Quelle seront les réactions des retraités ?

chb 4 mars 2020 à 22 h 41 min

Macron est pressé. Passer cette réforme des retraites qui ne s’appliquera en plein que dans 20 ans, c’est urgent pour lui parce que sa mission (‘redynamiser l’entreprise’ et livrer la France au Kapital) comprend aussi la privatisation de la Sécu. Après le Travail dérégulé, l’éducation et la radio publiques affaiblies, quelques privatisations aussi, l’hôpital sera le prochain (gros!) morceau.
L’équipe au gouvernement tiendra tant qu’elle ne pliera pas ni devant la rue ni devant la volonté populaire. Les élections municipales ne changeront pas la donne, même si d’aventure une (vraie) gauche revitalisée ramassait la mise dans les collectivités locales ; celles-ci n’ont plus guère d’impact et encore moins d’autonomie !
Aussi la menace symbolique d’une censure à l’Assemblée ne l’a guère gêné : au contraire, cela lui sert de prétexte supplémentaire pour éviter le débat, et aller plus vite encore. Les Sénateurs, de droite (+ socio – traîtres), renâcleront un peu pour marquer leur importance, mais laisseront vite passer cette réforme à tiroirs qui a l’assentiment d’une bonne part de leur électorat, et surtout du patronat.
Encore un coup, la « démocratie » française aura laissé passer un très impopulaire recul social. Y en a un peu marre, non ?

MUTTE Roger J. 5 mars 2020 à 20 h 18 min

Cela me fait penser au livre Le Coup d’État permanent, un essai de l’homme politique français François Mitterrand, publié en 1964 pendant la présidence de Charles de Gaulle. François Mitterrand dénonce dans cet ouvrage la pratique du pouvoir personnel par le général de Gaulle.
Avant de renier implicitement ses propos et exercer pleinement ce pouvoir personnel, sitôt élu en 1981. François Mitterrand, dont le premier ministre Michel Rocard, a utilisé 28 fois le 49-3 ( un record parmi les 88 fois où il a été mis en place depuis le début de la Ve République ). Alors, tous ces cris d’orfraie, c’est un peu indécent, non ?

alain harrison 6 mars 2020 à 23 h 32 min

« Il est plus que temps que nous ayons un front mondial anticapitaliste et anti-impérialiste » par alain harrison
Bonjour.

Aller chercher le vote de tous les « sympathisants » de gauche. En regard de l’ensemble des pays, le véritable clivage semble bien à 50% de part et d’autre du champ politique économique. La PUB aidant, un nombre grandissant vers l’individu-entrepreneur est prit pour acquis capitaliste, versus alternative invisible à gauche. Alors la gauche doit rendre visible l’alternative, mais laquelle ?

Prendre la mesure de la distance entre le moule individu-entrepreneur qui surfe sur la PUB inépuisable, mais répétitive presque un mantra (PUB-TV, PUB-internet…) et l’absence d’une alternative économique, dont Marx n’a pas formulé les tenants et aboutissants dans son analyse de l’économie capitaliste, me semble-t’il. Sauf, le programme du CNR, et ce que je dénomme le nouveau paradigme économique, la cotisation que M. Friot a poursuivi dans ses travaux (les prémisses ?). Il faut revoir attentivement le vidéo :
« « La prévoyance » »
Salaire, retraite, l’employeur frappe toujours deux fois, Conférence de Bernard Friot.
20 015 vues•30 avr. 2013
https://www.youtube.com/watch?v=JbsOo95gPBA&feature=player_embedded

La prévoyance est l’un des concepts de la vieille mentalité du vieux monde, dont fait parti le capitalisme (notion re-conceptualisé à chaque grande époque, dont celle où le Roi de Droit Divin), aujourd’hui, la justification du capitalisme est tombé dans les mains de Trump, la trumperie __ la réalité alternative __est la nouvelle justification de capital, c’est le rapport de force actuel qui l’impose : le capitalisme ou le système économique libéral (allias sauvage des années ….70, et mutation dans les années 80 par deux rétro-virus bien connu) est le phénomène d’exploitation de l’homme par l’homme, un coup le masque tombé. L’exploitation en système économique et institutionnalisé (OMC, FMI, paradis fiscaux, fonds vautours……..).

Et relire : Crime contre l’humanité, l’ultime retour des barbares, Par Fethi Gharbi.
Comment se fait-il que nous reconduisons sans cesse les mêmes erreurs ?
Est-ce notre condition humaine ?

En Argentine, qu’est devenu le mouvement des coopératives.
Le documentaire LA PRISE: passer de la critique aux solutions ?

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
LGS

Chaque Peuple a son expertise  » universel » ?
La COTISATION comme prémisse au nouveau paradigme économique ?

Le questionnement est la voie, dans la mesure que nous avons la vue d’ensemble (schématique) qui seul nous donne accès aux tenants et aboutissants, aux causes et acteurs responsables. Et nous y avons accès, tous, quelque soit le coin du monde, maintenant nous avons les moyens de contacts et les faits à partager, tellement ils sont gros, comme la tête du Trump tout le monde, le parrain et sa cohorte: Macron, Johnson, Trudeau, Bolsonaro, Guaido etc…
La Chine et la Russie, les deux enfants du Marxisme sont à la traîne de Cuba, du Vénézuéla et que les chicago boys le sachent: le Chili d’Allende n’est pas mort mais bien vivant dans l’adversité que les US-Occident leur impose (à tous les peuples). Et la Chine, la Russie en tardant de relever leur Peuple Souverain (Constituante Citoyenne) ne fait que perdurer la division (minorités contre majorité).
La Constituante
Le nouveau pacte social
Le nouveau paradigme économique

Le capitalisme n’est pas réformable, le reconnaissez-vous ?
Voyez-vous ce qu’il y a à faire ?

alain harrison 7 mars 2020 à 1 h 40 min

Passage d’ Edgar Morin à 64’ aujourd’hui (l’Invité) et juste avant, sur l’école (une analyse….).

Vue la teneur de M. Morin, il serait sage de s’y référer.

Donc, nous avons trois emblèmes:
Jean Jaurès pour le comment de la révolution pacifique. Les autres rugirons (voir Cuba, Vénézuéla….) Constituante
M. Friot pour le nouveau paradigme économique (le su et le non su, Korzybski)
M. Morin pour une véritable éducation. Le nouveau pacte social.

Je les réfèrent ainsi,parce qu’il faut commencer quelque part, de significatif.

Les Gilets Jaunes ont donné le coup d’envoie, mais les instances à gauches leur font ombrage.
Le voyez-vous ?

alain harrison 7 mars 2020 à 1 h 45 min

La PRISE, C’est encore un début, la gauche ne cesse de manquer les débuts, le renouvellement cumulatif, mais cumulatif…Voyez-vous ?
L’accumulation des actes manqués :dont le NON de 2005……… et tous les autres.
Le dossier s’épaissie. Je me souviens.

Quand la droite sera jugée,Macron y passera….. Il faudra sans doute l’extradé.

alain harrison 7 mars 2020 à 7 h 10 min

La couverture du cor..virus est tout de même un facteur aggravant, sinon le facteur, vue les contradictions dans les infos qu’on nous rabats. Tantôt pas si pire versus la grippe ordinaire, tantôt autre chose, mais ce qui est le réel coup bas, c’est l’économie qui est mis en danger. Ce qui sert bien le capitalisme qui pourra exiger (par la bande discrètement sans avoir à se prononcer) des états plus autoritaires pour notre bien. Mais comment a été introduit ce virus non létal pour l’individu en bonne santé s’il est traité convenablement. Mais létal pour certaines déficiences, gens âgés et enfants. Nous ne le saurons jamais. Faut pas tomber dans la théorie du complot. Mais, la guerre contre l’Irak, sa promotion était bel et bien un complot, le mensonge systématisé par les médiats sous ordre de l’État. Puis la Libye, la Syrie tout comme le Venezuela dans le viseur des US-Occident. Là encore faut pas tomber dans la théorie du complot. Ce qui m’amène à dire, qu’avec ce nouvel événement, la gauche reste dans les cordes à la remorque des mouvements de contestations, Nous sommes encore dans la réaction, et ça c’est l’erreur de la gauche qui est encore dans la critique. Cette habitude de la critique est devenu un véritable conditionnement qui empêche toute initiative, ou bien vient casser tout initiative provenant des citoyens, ici les GJ. Avec certaine déclaration des syndicats, les GJ se retrouvent au banc des accusés et par la gauche en plus. La droite se marre et profite de tout pour récupérer ce que la gauche a perdu de légitimité, en partie du a ses divergences sur toute question, même des enjeux décisifs pour passer de ce système à une alternative (inexistante) que pourrait présenter la gauche. Vous avez perdu le programme du CNR, parce que les hommes qui étaient supposer de gauche ont agi comme des négociateurs. Un gouvernement ne négocie pas, il met les règles point barre. Maintenant , ce sont les grands privés qui font les règles, même par chantage . Google qui n’existe que depuis
Google LLC /ˈguːgəl/ est une entreprise américaine de services technologiques fondée en 1998 dans la Silicon Valley, en Californie, par Larry Page et Sergey Brin, créateurs du moteur de recherche Google. C’est une filiale de la société Alphabet depuis août 2015 .
Et depuis (années 80 déréglementation), les nouvelles compagnies (ou changement de nom) font la pluie et le beau temps dans la gouvernance. Monsanto, nous commençons à voir ses méfaits au niveau des sols utilisé afin d’agriculture, et que penser de l’avenir des napes phréatiques ? Les plastiques même dans les fonds abyssales.
Mais les nouvelles technologies (des start up alias individu-entrepreneur, comme les dénominations changent vite) nous promettent, même des abeilles à nano techno.
Décidément, la bêtise humaine n’a pas de limite.
Comment expliquer ce phénomène du passage d’une arnaque à une autre. Comme de passer de Sarkozy (UMP) à Hollande (PS) à Macron (ni l’un ni l’autre).
Macron est la nouvelle droite, ou droite renouvelé (un lifting politique, un lifting idéologique, en tout cas un lifting rajeunissant comme dans la PUB)
Il faudra penser à l’avenir ,de mettre la PUB en dehors de la politique, et de la mettre dans un cadre. Nous sommes vraiment inconscients de l’impacte conditionnement-manipulation. Faudrait commencer à s’en préoccuper.

Répondre à MUTTE Roger J. Annuler la réponse

Commentaire

Nom *

Les champs marqués * sont obligatoires

Email *

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Restez en contact

Inscrivez-vous à la newsletter