Le choc

le 21 octobre 2020

AFP

L’éditorial de L’Humanité Dimanche du 22 octobre – par Patrick Le Hyaric.

Mourir d’enseigner…  Qui eut cru cela possible dans un pays comme le nôtre qui a placé l’instruction publique au cœur de son modèle ? En assassinant sauvagement Samuel Paty, fonctionnaire de l’Education nationale qui ne faisait qu’exercer son métier, le terroriste a ébranlé la France dans des proportions nouvelles. Les nombreux enseignants mêlés aux milliers de citoyens réunis dans toute la France et à Paris dimanche dernier, ont autant témoigné de leur tristesse que de leur colère, se sentant désormais, pour nombre d’entre eux qui officient dans les territoires les plus durs, cibles potentielles du fanatisme islamiste.

C’est le meurtre de trop, celui par lequel toute une société se met en branle pour protéger ses fondements. Le propre de ce type d’évènements, et l’une des motivations de leurs auteurs et prescripteurs, est de faire baisser pavillon à la raison pour laisser place aux mouvements d’humeurs, aux réactions de colère, à la négation de la pensée. Si les réactions populaires prouvent l’heureuse capacité d’une société à manifester son refus clair et net de la barbarie fascisante, elles ne sauraient suffire pour dépasser l’épreuve et en sortir par le haut.

Au nom d’une religion, une minorité d’incendiaires cherche à poser les fondements d’une guerre civile et religieuse, opposant la communauté des croyants à celle de la nation, en tentant d’enfermer les musulmans de France dans une identité cloisonnée, réfractaire à la loi des Hommes et au principe de laïcité. C’est elle qui arme le bras des assassins. Les manifestations d’hostilité répétées à l’égard de Samuel Paty, organisées par des associations cultuelles réactionnaires et relayées sur les réseaux sociaux, ont de toute évidence créée un terreau propice au passage à l’acte. Elles devront répondre de cette cabale organisée, et la justice s’attacher à remonter la chaîne des connivences qui ont actionné la main du meurtrier. Comme à établir les négligences qui ont laissé le malheureux professeur sans protection.

Samuel Paty n’avait fait que son devoir, s’employant à faire ce que des milliers d’enseignants font, à savoir exposer les principes qui régissent la liberté d’expression en France.  C’est cette tache ô combien nécessaire, et seulement elle, qui lui a valu une mort atroce. De toutes nos forces nous devons nous dresser pour protéger l’Education nationale et ses agents de la moindre menace.

Ils sont au cœur du pacte laïc. « La démocratie a le devoir d’éduquer l’enfance ; et l’enfance a le droit d’être éduquée selon les principes mêmes qui assureront plus tard la liberté de l’homme. Il n’appartient à personne, ou particulier, ou famille, ou congrégation, de s’interposer entre ce devoir de la nation et ce droit de l’enfant » lançait Jean Jaurès lors d’un grand discours à Castres le 30 juillet 1904. L’animosité exprimée vis-à-vis de l’instruction publique, l’impossibilité faite à certains enseignants de prodiguer des savoirs reposant sur une approche rationnelle et scientifique sont choses inacceptables.

Il y a donc nécessité à combattre la dérive obscurantiste par laquelle est entretenue la menace terroriste. Mais comment s’y prendre ? Pour combattre le terrorisme organisé, la France s’est dotée d’un arsenal judicaire et policier colossal, a renforcé son renseignement. Lutter contre l’obscurantisme est chose moins évidente en démocratie. Cela appelle d’abord à mieux faire comprendre et respecter la laïcité comme condition de l’émancipation, de la démocratie, de l’exercice des droits de la personne humaine ainsi que de « l’affirmation souveraine de l’esprit ».

C’est donc à la société dans son ensemble de se prémunir contre l’obscurantisme. On peut douter à cet égard des annonces relatives au  projet de loi dit, une fois le mot « séparatisme » supprimé, de « renforcement de la laïcité ». La laïcité suppose une mise à distance du fait religieux. L’Etat n’a pas à vouloir se faire tuteur d’un culte comme l’a préconisé le président de la République. C’est mêler la religion au fonctionnement de l’Etat. C’est en rabaisser sur le principe de séparation institué en 1905 et prendre des risques immenses qui menacent de s’avérer contre-productifs.

Il convient d’opérer sur plusieurs fronts.

Tout d’abord en menant une chasse aux organisations qui financent le fanatisme et poussent aux logiques factieuses. Le droit tel qu’il existe le permet amplement.

Il faut ensuite s’atteler à rebâtir une République sociale qui mette un terme à la relégation urbaine des populations immigrées ou françaises d’origine immigrée, poussées à une solidarité intra-communautaire propice à l’enfermement dogmatique et à l’obscurantisme.

L’Education nationale doit être soutenue dans sa vocation universelle, protégée, dotée des moyens dont elle manque cruellement pour remplir son rôle émancipateur. Pourquoi ne pas réfléchir a une nouvelle alliance entre la société et les enseignants afin de faire respecter leur expertise professionnelle et leur liberté de parole ? La nécessité d’une formation à l’éducation des médias pour faire cesser cette ambiance de haine et de chasse à l’homme sur des réseaux trop souvent asociaux est à l’ordre du jour.  La défense du pluralisme des médias, et des expressions en leur sein, devrait accompagner une telle réflexion.

La France, enfin, doit cesser ses pas de deux avec les Etats théocratiques qui financent et prodiguent à travers le monde un islam fanatique à visée politique, et s’affirmer comme force de paix et de règlement des conflits au lieu de jouer les seconds couteaux de l’OTAN dans des pays à majorité musulmane.

Ce meurtre horrible est sans doute un tournant. L’aborder avec lucidité et détermination, audace et courage, est aujourd’hui tâche  urgente.

5 commentaires


Pierre Fayollat 23 octobre 2020 à 13 h 52 min

Magistral éditorial

A. Dahmani 23 octobre 2020 à 21 h 44 min

« La France doit arrêter sa politiques de deux poids, deux mesures »…
Elle soutient les monarchies rétrogrades. Et obscurantistes….
Qu’elle décore de la légion d’honneur et pourvoit en armement, tu en veux, en voilà…
Pendant qu’elle encourage des forces douteuses a détruire des Républiques plutôt laïques et démocratiques comme au Moyen Orient et en Libye…
Voir la déclaration délirante de l’ex MAE. Laurent Fabius :  » Annosra* fait du bon boulot en Syrie… »
Annosra est la métamorphose d’Al Saïda au Levant…
Combien de djihadistes européens ont été investis en Syrie pour combattre dans Annosra et dans DAECH que la France en particulier et l’Occident en général regardaient avec empathie tout comme d’autre soutenaient les djihadistes dans les années 80 en Afghanistan pour voir perdre l’URSS dans son soutien au Gvt progressiste de l’époque…???

chb 25 octobre 2020 à 10 h 57 min

Merci, A. Dahmani !
Le « choc », c’est justement ce que voulait le jeune tchétchène, lui-même issu de ce tourbillon impérialiste où les militants fondamentalistes ont été instrumentalisés pour détruire tant de cibles.
Quand Patrick Le Hyaric indique que
 » Si les réactions populaires prouvent l’heureuse capacité d’une société à manifester son refus clair et net de la barbarie fascisante, elles ne sauraient suffire pour dépasser l’épreuve et en sortir par le haut « ,
il me rappelle que la manifestation mondiale de 2003 contre la guerre pseudo-démocratisante en Irak n’a pas arrêté l’ignoble destruction « Shock and Awe ».
De même, la stupeur après la décapitation du prof Paty, la présence dans la rue de milliers de bien-pensants effrayés n’interrompra pas le choc de civilisations cher aux Zemmour, Lepen, Nettanyahoo et consorts. Au contraire.
Choc et stupeur ! En 1996, l’université de la défense nationale des États-Unis a étudié cette tactique, qui a entre autres été mise en œuvre lors de l’invasion de l’Irak en 2003.
Les conseils de Sun Tzu dans « l’art de la guerre », les effrayantes légions romaines, les bombardements atomiques au Japon, la « réaction disproportionnée » des troupes occupantes de Palestine, sont d’autres applications d’une force écrasante pour annihiler la volonté de résistance de l’adversaire.
Et tout ce qu’on appelle « terrorisme » a le même but : stupéfier l’adversaire. Que le gamin décapiteur de prof ait voulu empêcher la diffusion de dessins obscènes, ou juste affirmer la puissance de son dieu, il a réussi à déstabiliser tout le pays et à y justifier plus de répression, de fascisme…

anonyme 25 octobre 2020 à 11 h 42 min

la soupe de la France se sont tout les pays islamiste , le jour ou les politiques français choisiront la protection de de toutes les libertés acquises au détriment des milliards d’euros investis dans les pays musulmans en encourageant les terrorismesd’etats et les dictatures la paix viendra d’elle meme.

chb 26 octobre 2020 à 16 h 57 min

Vous proposez de combattre
combattre la dérive obscurantiste par laquelle est entretenue la menace terroriste.
Ah que oui : la « dérive obscurantiste », c’est celle du capitalisme de plus en plus cynique et meurtrier, celui qui a utilisé les dictatures arabes wahhabites pour financer les tchétchènes, les kossovars, les « militants démocrates » de Syrie, les ouïghours… toujours contre les droits des peuples.
Patrick Le Hyaric, vous restez gentillet, et ne semblez pas voir que Macron (l’urgenciste ! Le nostalgique du Maréchal !) utilise volontiers covid et terrorisme pour nous faire taire pendant que ses ordonnances piétineront ce qui reste de droit du Travail, de services publics, de libertés.
Ecoutons Kempf dans son édito « Islamo-gauchisme et capitalo-fascisme » :
« … Car en fait, leur hargne si bruyante [contre l’islamisme] ne vise qu’à couvrir la radicalisation de la politique des capitalistes. Ceux-ci, tout en stimulant le désastre écologique, poursuivent le projet néo-libéral de privatisation généralisée et veulent un déploiement illimité des techniques numériques. Comme ce projet est de plus en plus inacceptable, les classes dirigeantes ont choisi d’aller vers des formes de gouvernement toujours plus autoritaires. Elles reprennent aussi sans barguigner les thèmes d’islamisme, de sécurité, d’immigration, pour détourner vers ces boucs émissaires la colère populaire. »

Laisser un commentaire

Commentaire

Nom *

Les champs marqués * sont obligatoires

Email *

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Restez en contact

Inscrivez-vous à la newsletter