« Hercule » contre l’intérêt général

le 10 février 2021

L’éditorial de L’Humanité Dimanche du 11 février 2021 – par Patrick Le Hyaric.

Voici une expérience qui mérite d’être méditée. En 2004, le pouvoir promettait sur tous les tons une baisse des tarifs de l’énergie avec le changement de statut d’EDF, l’ouverture de son capital et le passage du seuil de la capitalisation boursière.

La hausse des prix de l’électricité et du gaz depuis cette date est de l’ordre de 50%. Pas une année ne passe sans une nouvelle augmentation : sur les deux dernières années, elle fut de 7.2% en 2019 et 4% en 2020. Et ce mois de février vient déjà d’enregistrer une hausse de 1.7% alors que 13 millions de français sont reconnus en précarité énergétique, légalement définie comme le fait « d’éprouver dans son logement des difficultés particulières à disposer de la fourniture d’énergie nécessaire à la satisfaction de ses besoins élémentaires ».

Voilà la triste logique de la concurrence « libre et non faussée ». Cette même logique que les sbires de la Commission européenne alliés aux valets nationaux du capital cherchent à perpétuer en finissant d’ouvrir l’ensemble de l’activité d’EDF à la concurrence par un projet de démantèlement baptisé « Hercule ».

Celui-ci prévoit de scinder ce fleuron grâce auquel se sont construites l’indépendance et la sécurité énergétique nationale en trois entités concurrentes : une branche consacrée au nucléaire, gourmand en investissements utiles, une autre, essentiellement consacrée à la distribution, aux commerces et aux services, et une dernière à la production hydraulique. Seule le seconde branche, la plus rentable, est appelée pour l’heure à ouvrir son capital pour attirer quelques actionnaires en manque d’investissements juteux, avant, comme de coutume, que l’ensemble de ses activités ne fassent les choux gras du secteur privé et de l’actionnariat transnational.

L’Etat supportera les investissements les plus couteux quand le privé se goinfrera des activités les plus lucratives. Un fois encore se vérifie l’adage selon lequel le capitalisme ne sait que socialiser les pertes et privatiser les profits.

Ajoutons que la Commission européenne, toujours soucieuse de favoriser la concurrence, impose déjà à EDF de vendre un quart de son électricité nucléaire aux fournisseurs alternatifs à un prix fixe. Autrement dit, elle contraint notre ressource énergétique prépondérante, constituée grâce aux efforts de toute une nation, à se tirer une balle dans le pied pour satisfaire le dieu « argent » et ses adeptes actionnaires.

Après la scission avec GDF devenue Engie, la tripartition d’EDF et l’ouverture à la concurrence de la branche distribution acterait la démolition d’un nouveau pilier de la République sociale érigée à la Libération pour garantir une péréquation tarifaire dans l’accès à l’électricité, symbole d’égalité et de solidarité nationale.

Le pouvoir qui s’enivre du mot « République » en sape méthodiquement tous les fondements : à l’égalité territoriale dans l’accès à l’énergie et aux tarifs régulés est appelée à succéder l’inégalité et la fluctuation des tarifs en fonction des gros appétits des ogres de la finance. De l’avenir de l’industrie française et celui de territoires, des défis climatiques, de la souveraineté énergétique, ils n’ont cure.

Mobilisés, les salariés d’EDF, sont soutenus par l’ensemble des syndicats, des parlementaires, notamment communistes, au premier rang desquels le député de Seine-Maritime Sébastien Jumel et le sénateur de Seine-Saint-Denis Fabien Gay. Ensemble, dans l’union, ils sont porteurs de l’intérêt général. Elargir le soutien autour d’eux, devient dès lors un devoir national, humain et environnemental de nature à faire reculer le pouvoir.

7 commentaires


Fernandez Marc Antoine 11 février 2021 à 14 h 57 min

Soutien aux salariés et aux consommateurs .

alain harrison 15 février 2021 à 6 h 35 min

Incroyable !

«« En 2004, le pouvoir promettait sur tous les tons une baisse des tarifs de l’énergie avec le changement de statut d’EDF, l’ouverture de son capital et le passage du seuil de la capitalisation boursière. »»

Jacques Chirac, président: RPR (1995-2002) (UMP (2002-2007)
L’Union pour un mouvement populaire est un parti politique français classé du centre droit à la droite de l’échiquier politique.
Rien de plus normal. Le court est à la hausse quand les profits sont à la hausse, donc la hausse des tarifs. Qu’est-ce qui cloche ?
Les citoyens ont voté, c’est tout.

Si la plupart des citoyens ne voient pas cette arnaque, comment pourraient-ils voir ceci:

Coups d’État et multinationales : Moderna et Pfeizer n’offrent aucun remède à ces maux
LGS
Commentaire par alain harrison

Bonjour.

Trois vidéos à diffuser chez tous les regroupements sociaux.

5 ans avant la crise du coronavirus, découvrez comment travaille le professeur Raoult

MAL TRAITÉS – Covid-19, le documentaire CHOC – HD (720p) – VOFR (Français)

Toute l’audition de Didier Raoult au Sénat en 2010

Avec toutes les explications et les faits relevés, il y a matière à engager une enquête (une commission d’enquête publique et sans doute judiciaire pour les uns et civiles avec dédommagement lucratif pour les autres).

La course aux élections est commencée. Et le contenu est impressionnant. Le problème ce sont les médiats antidémocratiques.

La préparation de la Constituante et de la course sont aussi, sinon plus importante que la Constituante et la course électorale. Tout est question de temps et de logistique.

LGS

Mais encore faut-il le bon diagnostique quand aux obstacles et le remède ???
Des questions dans lesquelles la gauche patauge à cause des Oui mais.

alain harrison 15 février 2021 à 7 h 29 min

««« au premier rang desquels le député de Seine-Maritime Sébastien Jumel et le sénateur de Seine-Saint-Denis Fabien Gay. »»»

L’un siège dans le groupe Gauche démocrate et républicaine et l’autre membre du PCF.

Ils sont pro européens et en même temps dénoncent le capitalisme, comme ici.

Position paradoxale* ?

Que fait l’UE dans les faits ?

Se pourrait-il que Jaurès dénoncerait les méfaits de l’UE qui se découvrent paradoxalement à l’inertie des peuples (matraque oblige__voir la répression contre les GJ).

Comme ici:

Pendant une longue période du xixe siècle, la défense égoïste de ses privilèges a poussé la bourgeoisie à vouloir imposer le silence au prolétariat en lui interdisant le droit de grève et le droit syndical, qui ne sera reconnu qu’en 1884. Dans son livre intitulé Jean Jaurès, un combat pour L’Humanité, Pascal Melka montre en quels termes Jaurès dénonce cette situation dans sa plaidoirie au procès qui a opposé en 1894 le journaliste Gérault-Richard au président de la République Jean Casimir-Perier44 :

« Et vous vous étonnez de la véhémence de nos paroles, de la force de nos accusations ! Mais songez donc que nous parlons au nom d’un siècle de silence ! Songez donc qu’il y a cent ans il y avait dans ces ateliers et dans ces mines des hommes qui souffraient, qui mouraient sans avoir le droit d’ouvrir la bouche et de laisser passer, en guise de protestation, même leur souffle de misère : ils se taisaient. Puis un commencement de liberté républicaine est venu. Alors nous parlons pour eux, et tous leurs gémissements étouffés, et toutes les révoltes muettes qui ont crié tout bas dans leur poitrine comprimée vibrent en nous, et éclatent par nous en un cri de colère qui a trop attendu et que vous ne comprimerez pas toujours. »

Jaurès conçoit le passage au socialisme dans le cadre de la République parlementaire.

wikipedia

* Se débarrasser de l’un, n’est-ce pas se débarrasser de l’autre. Ne sont-ils pas inextricablement
liés

alain harrison 15 février 2021 à 23 h 56 min

Bonne nouvelle !

Kosovo: un parti réformiste de gauche triomphe aux législatives

Et il semble avoir de vraies priorités

«« Tenant de la ligne dure face à Belgrade, il aurait dans ce cas à poursuivre un difficile dialogue avec la Serbie, censé normaliser les relations avec Belgrade, qui refuse toujours de reconnaître l’indépendance de son ancienne province.

Plus de 20 ans après la guerre, cette question non résolue est source de tensions dans la région et un obstacle aux rêves d’Union européenne de Belgrade comme de Pristina.

Mais Albin Kurti a prévenu que les discussions avec la Serbie n’étaient pas en tête de son agenda. « Le dialogue est à la 6e ou 7e place pour les citoyens du Kosovo. Notre priorité c’est la justice et l’emploi ». »»
MSN (Québec)

Comme on dit pour aider les autres, il faut s’aider d’abord.

Colette FREDONNET 16 février 2021 à 18 h 39 min

.Choix du gouvernement sans appel…Merci pour cette analyse -rigueur et concision-

alain harrison 17 février 2021 à 7 h 33 min

Bonjour.

C dans L’air: Titre: Entreprises: quand les aides s’arrêteront …… du Mercredi 17 fév.2021.

Est souligné le revenu minimum (Hammon)
Mais quelques propositions, d’abord:
Benoît Hamon : 600 € à 750 € ; Dominique de Villepin : 850 € à partir de 18 ans ; Baptiste Mylondo : 1 000 € pour les adultes (il avait proposé auparavant 750 € ), 230 € par mineur ; Yann Moulier-Boutang : proche du salaire minimum.

Aux dernières élections Hamon du PS joua le revenu de base (garantie). On a vue les résultats.

Est-ce que ce coup de dé va se rejouer, et comment parer cette promesse intangible ?

Mais qu’en est-il de l’idée des coopératives autogérées (plusieurs expérimentations à faire, un domaine à expérimenter, pour offrir des choix d’activités productives qui sied à la diversité des êtres humains………
Une idée à travailler ?
C’est le problème de la formulation (pour faire court et frapper l’imagination. La grande marche des cellules grises. L’Éducation doit servir aussi à ça: faire démarrer les cellules grises .
La génération des 18-24 ans est en pleine transition, et qu’ont-ils comme vue sur la Vie, le Monde, l’Histoire……..et l’impasse qui semble être leur avenir.

Bon il faut trouver des idées, des voies possibles, une vision.

Les tentatives de sortir du système capitaliste mondialisé et à forte tendance fataliste prédomine.
Mais il y a bien des propositions d’alternatives.

J’en soumet une:

10 février 2021
Renaissance du socialisme ? Ce que nous promet le « siècle chinois »
Christophe TRONTIN

«« Pour mieux comprendre les « valeurs asiatiques » que voudrait propager la Chine, une analyse intéressante est offerte par Cyrille Javary (Souplesse du dragon, 2002). Il insiste sur le fait que l’on ne peut pas comprendre ni interpréter correctement la culture et l’esprit chinois à partir de référents euro-centrés. Les Chinois, nous rappelle-t-il, ne se sont jamais passionnés comme les Européens sur les questions métaphysiques, celle des origines ou de l’au-delà. Contrairement à ces derniers, les descendants de Laozi et Confucius n’ont pas non plus formaté leur esprit à des raisonnements mathématiques binaires vrai/faux, ouvert/fermé, bon/mauvais. Au lieu d’en conclure (en bon Européen sûr de l’universalité de ses valeurs) qu’ils ont fait historiquement fausse route, Cyrille. Javary explicite la logique « graduée » du Yin et du Yang qui ne sont pas contraires mais complémentaires et comprennent chacun une parcelle de l’autre.

Le Yi Jing (Classique des Changements) abondamment cité, résume tout cela en une phrase : « La seule chose qui ne changera jamais est que tout change tout le temps ». A la question du pourquoi, si européenne, si fertile en théories et en suppositions invérifiables, les Chinois préfèrent celle du comment, tellement plus pragmatique et productive. C’est ici que se trouve peut-être la clé de la différence entre le Consensus de Washington et celui, en gestation, de Pékin. »»
Sur LGS

Le Chili d’Allende a été une expérience de courte durée, mais a laissé une expertise.
Le sujet comporte une littérature abondanfe.

Mais je retiens:

Le Chili d’Allende : témoignages de la vie quotidienne.
Éditeur
Montréal : A. Saint-Martin, c1978.
Description
291 p. : carte ; 21 cm.
Sujets
Chili — Conditions sociales — 1970- [3]
Résumé
Recueil de témoignages de Chiliens rencontrés au Canada et surtout à Montréal. Ils racontent ce qu’ils ont vécu sous le gouvernement de l’Unité populaire (1970-1973). Chacun tente de répondre à la question suivante: « Quels ont été les changements principaux que le régime de l’Unité populaire a apporté à votre vie de tous les jours, à vos rapports avec votre famille, vos voisins, votre patron, vos camarades de travail, etc.? »
Cote
983.064 C537 [1]

alain harrison 18 février 2021 à 3 h 49 min

Dans le « bloc » nouveau paradigme économique, il est claire que l’État Démocratique nationale le banques, les grands assureurs (tout ce qui est : to big to fail) un point c’est tout. L’État de Droit à failli sur toute la ligne en étant lui-même associé (agglutiné) aux financiers (banquier et leur administration, de même pour les grands assureurs, et bien sûr les grands investisseurs, sans oublier les GAFAM qui comme les autres ont des impôts et taxes et même des facilités de l’État de Droit et que dire du système de justice, celui-là à redéfinir, de même la police et l’armée. Quand au agence privée de sécurité, la même chose.

Y a du boulot, et préparer le changement demande la participation significative du Peuple, qu’il faut convaincre, à commencer par participer à la préparation de la Constituante, du parti de transition, le nouveau pacte social, du nouveau paradigme économique. Une organisation qu’il faut mobiliser, la FI et les GJ pour former les premiers comités citoyens et leurs satellites (petit groupes mobiles et en réseaux coordonnés échangeant des comptes rendus (courts dans les grandes lignes), pou que chaque comité selon leur sujet (comités pour l’économie, pour…..) ait une vue d’ensemble et que chaque domaine (sujet) entre en « synergie », qu’il y ait une cohérence. L’Imagination a toujours sévi dans toutes les époques. Imaginez des dieux (Inde, La Grèce antique, puis pour une raison, un dieu (tantôt vengeur, trois dieux en un, puis encore un autre). Aujourd’hui, le nouveau mythe, l’économie financière en lieu des états, la technologie qui prétend améliorer l’être humain et l’instrumentalisation de l’info (une info directionnelle).

Comment passer de la mentalité du vieux monde au nouveau (dont personne n’a idée de sa possibilité, en réalité).

Laisser un commentaire

Commentaire

Nom *

Les champs marqués * sont obligatoires

Email *

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Restez en contact

Inscrivez-vous à la newsletter