Dimanche, se faire entendre à gauche !

le 18 mars 2015

2015-03-05-elections-departementales

Le brouillage sciemment organisé sur les enjeux de l’élection des conseillers départementaux, dimanche prochain, est partie intégrante d’une stratégie politique commune à la droite sarkozyste et aux tenants du pouvoir. La raison est double : droite et pouvoir en place rivalisent dans une compétition absurde sur les meilleurs « œuvriers » de l’austérité. En même temps, ils veulent faire des élections cantonales un match préparatoire des élections présidentielles. Et ils le font de la pire des manières. Chacun croyant qu’il pourra être élu à condition d’affronter l’extrême-droite. Cette écœurante manière de faire de la politique, sur un fond de ras le bol général, de fatigue de nos concitoyens, de stériles joutes politiciennes, aboutit au maintien et au renforcement d’un système économique et institutionnel à bout de souffle, prétendument au nom du rejet du pire, celui-là même qu’engendre ce système.
Brisons cette triangulation d’ici dimanche en contribuant à la mobilisation des électrices et des électeurs progressistes, de gauche et de l’écologie politique, qui, quelle que soit leur préférence peuvent choisir un vote clairement anti-austérité, antisystème, anti-FN jusqu’au bout, en utilisant les bulletins des candidats de rassemblement, présentés ou soutenus par les forces du Front de gauche.
Rester chez soi, donnerait, sans le vouloir, de la force à l’extrême-droite dont on voit bien qu’elle est une arme privilégiée aux mains des partis de l’ordre établi.
Dimanche, il conviendra de penser à sa vie quotidienne, celle de sa famille, des enfants comme des personnes âgées. En effet, les assemblées départementales gèrent des budgets importants pour l’aide sociale, la construction des collèges, l’aide à la création et aux équipements culturels, aux clubs sportifs, aux transports, à la réhabilitation ou la construction de logements sociaux, de crèches ou de maisons de retraite. Tels sont les programmes départementaux que mettent en œuvre nos amis qui gèrent ou participent à la gestion de département. Un exemple suffit à le montrer. Dans le Val de Marne, il y a 76 crèches départementales quand il n’y en a que… 5 dans les Hauts de Seine. Ceci n’est jamais mis dans l’actuel débat national, réduit aux petites phrases et aux passes d’armes de petits coqs sans envergure qui dégoûtent les citoyens. Pas plus que les combats des élus ruraux pour les services publics, l’aide à l’installation de jeunes agriculteurs ou le fonds pour le développement rural qu’a mis en place le président Dufrègne dans l’Allier. Ils ne veulent pas en parler car l’extrême-droite et la droite sarkozyste, considèrent la solidarité nationale comme de l’assistanat. Quant au pouvoir, il est en train de retirer plus de 11 milliards d’euros aux collectivités territoriales et la droite voudrait en retirer le double. Dans le Val-de-Marne, en Seine-Saint-Denis et dans les départements quelle espère conquérir, cette dernière voudrait réduire de plusieurs dizaines de millions d’euros les crédits utiles aux jeunes, aux populations. Que chacun y pense dans l’isoloir. Après, il sera trop tard !
Que chacune, chacun réfléchisse à une conception des départements visant à faire d’eux des services publics de proximité au service de toutes et tous, avec des élus proches des citoyens. Et non des relais de politiques nationales et européennes dont la nocivité n’est plus à démontrer.
Que chacune, chacun fasse le choix d’un vote pour sortir de l’absurdité de l’austérité qui, à force de réduire les dotations d’Etat utiles, commence à empêcher l’indispensable rénovation des collèges, l’entretien du réseau routier, l’aide à la culture, l’aide à la construction de logements, de crèches ou de maisons de retraite publiques à prix abordable, alors que l’enjeu de l’autonomie des personnes âgées va se poser avec plus de force dans les années à venir. Quelle famille n’est pas concernée par ces enjeux, par cette amputation de crédits d’investissement qui sont autant de stimulants de l’activité et donc de l’emploi ?
Laisser passer son tour dimanche comporterait donc de réels risques que semblent sous-estimer ceux qui, dans la gauche de transformation sociale et écologique, prétendent que les élus ne servent à rien ou qu’ils sont tous les mêmes. Sauf que pendant la durée d’un mandat, certains sont contre vous alors que d’autres s’efforcent de vous écouter, de vous respecter et de porter dans les institutions de la République vos aspirations sociales, démocratiques, culturelle et environnementales. Affaiblir les premiers et renforcer les seconds, c’est à cela qu’il conviendra de contribuer par son vote. Chaque jour, chaque heure va compter d’ici dimanche pour bousculer la donne et faire entendre un fort message de gauche.

14 commentaires


Michel Berdagué 18 mars 2015 à 12 h 42 min

Oui Patrick jamais une élection départementale , proche donc des communes de la vie si dure imposée nationalement , n’ aura eu tant d’ importance , élection pas que de nous compter mais briser la mortifère abstention du premier tour , le choix dans la politique et des moyens économiques malgré l’ austérité étalée pour la population et tout le monde du travail avec ou sans travail salarié et avec un tel étalement dans le système lui-même d’enrichissement d’ une classe bourgeoise/capitaliste , pour une embauche 4 millions d’ euro …, dividendes plus de 30 % …c’ est un scandale très violent après les successifs :  » mais faîtes des sacrifices  » .  » Après il sera trop tard !  » tu dis et préviens , oui y réfléchir avant l’ isoloir c.à.d de se déplacer pour voter et dans l’ isoloir . Car , en effet les manoeuvres de  » voter  » par défaut pour repousser le pire sont d’ une tel chantage et que si « ils » croient que ça marche ils se foutent le doigt dans l’ oeil , nous sommes en 2015 , donc votons POUR nos candidatures le 22 Mars .

alain harrison 18 mars 2015 à 21 h 55 min

M. Berdagué.

Vous avez un grand homme, Jean Jaurès, un humaniste qui a su mettre en bonne posture, pour un temps, les notions de socialisme et sans doute des notions du communisme (diabolisé par le libéralisme, mais aussi par ceux-là même qui ont mal géré (par oportunisme du pouvoir quasi absolu..), que tous les gens de gauche semblent reconnaître honnêtement. Hollande ne fait que l’instrumentalisé pour piéger les non-avertis.

Sortir de la réaction, faire sortir le vote, c’est une occasion, cette élection départementale.
C’est l’occasion d’échanger, pendant la présente période,
sur les problèmes, sur les solutions, sur le bilan..
Qu’est-ce qui peut rassembler ?

Dwaabala 18 mars 2015 à 14 h 14 min

Dimanche, il conviendra de penser à sa vie quotidienne, celle de sa famille, des enfants comme des personnes âgées. En effet, les assemblées départementales gèrent des budgets importants pour l’aide sociale, la construction des collèges, l’aide à la création et aux équipements culturels, aux clubs sportifs, aux transports, à la réhabilitation ou la construction de logements sociaux, de crèches ou de maisons de retraite.
C’est la seule raison pour laquelle j’irai voter pour mes camarades dimanche.

alain harrison 18 mars 2015 à 22 h 07 min

C’est quoi l’agenda politique rassembleur de la gauche.

La droite continue à faucher les acquis du peuple français.

Vous en voyez l’ensemble du système….
En voyez-vous l’alternative…

Le comment réside dans le cri de ralliement:
L’Humain d’Abord.
Les Femmes de la Brukman, n’en donne-t’elle pas l’inclinaison.
Dans le sens de: non à la dictature prolétarienne; non au piège néo-libéral-PS de l’entreprise progressiste.

Le néo-libéralisme a une panoplie de pièges.

La gauche, c’est quoi les objectifs et les buts ??

L’Humain d’Abord.
Attention aux Hollandes de ce monde avec leur dialectique:
mon adbersaire n’a pas de visage…..

Moreau 18 mars 2015 à 18 h 02 min

Oui se faire entendre à gauche, mais comme personne ne fait exprès de devenir pauvre, personne ne fait exprès de voter blanc. Dans le Fumélois où je vis ; c’est devenu hélas impossible de se faire entendre à gauche car les candidats ne sont plus représentatifs de la gauche unie et citoyenne voire universelle, il ne fallait pas présenter de tels candidats au nom du front de gauche à mon avis, ici le projet de qualité élaboré lors des municipales de 2014 et le score réalisé trop faible ne le justifie pas car la faiblesse du score fut beaucoup de la faute des mêmes personnes qu’on retrouve ; ici on ne peut que voter blanc ou on est régressionniste au lieu d’être progressiste. Les feuilles électorales de tous les partis politiques qui présentent des candidats dans le Fumélois abaissent toutes ces élections par leur insuffisance politique voulue, et ça, c’est inadmissible. Aucun parti politique ne devrait se prêter Patrick à réduire la politique nécessaire et indispensable pour la vie de la population entière,ici, tous les partis viennent ne le faire et ça se retrouve sur toutes les feuilles électorales ; beaucoup de gens souffrent ici d’absence de représentation politique réelle, on ne retrouve même pas les projets très sérieux et très valables élaborés en 2014. Donc, je n’ai pas d’autre choix que voter blanc. Il faudrait peut-être pour éviter une telle situation que les candidats des partis lors de chaque élection soit désignés lors de « primaires » par la population. Les abus des petits hommes politiques font autant mal aux personnes appelées à voter, crois-moi, c’est très douloureux d’être obligé de voter blanc pour ne pas se renier ; que les abus des grands hommes politiques. On manque en France de femmes et d’hommes politiques valables.

alain harrison 18 mars 2015 à 21 h 34 min

Bonjour Moreau.
«« Il faudrait peut-être pour éviter une telle situation que les candidats des partis lors de chaque élection soit désignés lors de « primaires » par la population. »»
Exacte.
Les citoyens connaissent bien leur problématique.
Des rencontres citoyennes pour en faire le bilan.
Puis regarder quelles seraient les solutions adéquates.
Et choisissent leur représentant avec les balises claires.
Faire prendre conscience que la démocratie existe, quoi, depuis 1 siécle, en réalité.
Et qu’en ce moment l’idéologie néo-libérale, est l’apothéose des idéologies.
Pourquoi ?
Parce qu’elle reprend « hypocritement » à son compte, par le reengineering des mots, les pires côtés de celles du siècle dernier. Faites un peu d’analyse comparative.
Prenez juste les mots: faire plus avec moins, la rentabilité……. la mobilité vs déportation..
Il faut rendre les travailleurs plus mobile… Est-ce ancrés dans les moeurs ???
Ici, je vous conseille de lire le chapitre 1, tous manipulés tous manipulateurs de J.-M. Abgrall, très instructif.
Imaginez, le potentiel et les avantages du revenu de base et des coopératives à temps partagé.
Le pouvoir politique (lois, décrets, Constitution)
Le contrôle de l’économie.
Ha oui, il y a tous ces experts en économie-financière qui vaumirons leur avalanche d’objections.

Voyons un peu d’histoire:

Chapitre 49 — L’histoire du contrôle
bancaire aux Etats-Unis

(Article d’Alain Pilote, paru dans Vers Demain de juillet-août 1985.)

«« Nous sommes en 1750. Les Etats-Unis d’Amérique n’existent pas encore; ce sont les 13 colonies sur le continent américain qui forment la «Nouvelle-Angleterre», possession de la mère-patrie, l’Angleterre. Benjamin Franklin écrivait de la population de ce temps: «Impossible de trouver de population plus heureuse et plus prospère sur toute la surface du globe.» Faisant rapport en Angleterre, on lui demanda le secret de cette prospérité dans les colonies, alors que la misère régnait dans la mère-patrie:

«C’est bien simple, répondit Franklin. Dans les colonies, nous émettons notre propre papier-monnaie, nous l’appelons Colonial Script, et nous en émettons assez pour faire passer facilement tous les produits des producteurs aux consommateurs. Créant ainsi notre propre papier-monnaie, nous contrôlons notre pouvoir d’achat et nous n’avons au- cun intérêt à payer à personne.»

Les banquiers anglais, mis au courant, firent adopter par le Parlement anglais une loi défendant aux colonies de se servir de leur monnaie script et leur ordonnant de se servir uniquement de la monnaie-dette d’or et d’argent des banquiers qui était fournie en quantité insuffisante. La circulation monétaire dans les colonies se trouva ainsi diminuée de moitié.

«En un an, dit Franklin, les conditions changèrent tellement que l’ère de prospérité se termina, et une dépression s’installa, à tel point que les rues des colonies étaient remplies de chômeurs.»
http://www.michaeljournal.org/sign49.htm

Et puis, il y a cette énormité, Obama………pire que Hollande…..

«« le décret signé par Barack Obama déclarant une situation « d’urgence nationale face à la menace extraordinaire du Venezuela pour la sécurité nationale américaine », »»

La Grèce, n’est pas en reste…

Juncker (Merckel, Hollande et cie.) doit êtte reconnu coupable du crime d’avoir facilité l’évasion fiscale pendant sa présidence:

Le Parti populaire chrétien-social (en luxembourgeois, Chrëschtlech-Sozial Vollekspartei, CSV) est un parti politique luxembourgeois, de type démocrate-chrétien, membre du Parti populaire européen (PPE). Créé en 1944 à partir du Parti de la Droite lui-même fondé en 1914, il domine depuis lors la vie politique luxembourgeoise. Ainsi, tous les Premiers ministres en furent issus, à l’exception des démocrates Gaston Thorn entre 1974 et 1979 et Xavier Bettel depuis 2013. Son ancien président, Jean-Claude Juncker, a dirigé le gouvernement de 1995 à 2013. WIKIPEDIA…

Ha , c’est bon cathos…

Le parti citoyen.

Jean Jaurès.

L’Humain d’Abord.

L’agenda des solutions….les balises…

BOUDET Pierre 21 mars 2015 à 19 h 19 min

Mieur MOREAU, il serait peut être plus juste d’écouter & lire les propositions du Front de Gauche & du PC qui sont directement en adéquation avec les besoins de la population, propositions où la ou nous avons des majorités locales nous appliquons les programmes que nous avons proposés,voter blanc ou s’abstenir revient à jeter l’éponge avant le combat : à bon entendeur salut

louis 18 mars 2015 à 18 h 40 min

Malgré tout il y a dans ces élections un souffle nouveau. Les indignés, ceux qui ne veulent pas se résigner, ceux qui veulent l’authenticité et l’honnêteté se réveillent. Nous avons été très bien accueillis aux portes des entreprises et des hôpitaux, de manière diverse sur le marché.

alain harrison 18 mars 2015 à 20 h 13 min

Bonjour.

«« prétendent que les élus ne servent à rien ou qu’ils sont tous les mêmes. Sauf que pendant la durée d’un mandat, certains sont contre vous alors que d’autres s’efforcent de vous écouter, de vous respecter et de porter dans les institutions de la République vos aspirations sociales, démocratiques, culturelle et environnementales. »»

C’est bien le noeud de la question, qui choisir pour les postes.

Ce n’est pas les citoyens qui les choisissent.

Le noeud du problème.

Et l’agenda de celui qui se présent, qu’en est-il ?

La réponse réside dans le fait que les citoyens ne s’organisent pas.
Ils n’organisent pas leur pouvoir citoyen, laissant à d’autres qui disent ayez confiance en moi…

Pas d’organisation citoyenne, pas d’agenda citoyen….

Syriza n’a pas de plan B ??

Podemos semble mieux structuré, mais son agenda politique ??

Le gauche française se cherche encore ?!

Pourtant il y a de quoi s’inspirer et s’organiser.
Jean Jaurès.
L’Humain d’Abord.
L’agenda…..?!?! dans lequel tous peuvent en reconnaître le potentiel….

Stjust 20 mars 2015 à 19 h 01 min

Oui, actuellement nous nous heurtons à une immense colère froide qui exprime « un désespoir protéiforme qui s’invite dans toutes les sphères de la société » ( Jean Emmanuel Ducoin)… et que traduit une forte abstention électorale qui réduit à presque rien la légitimité démocratique d’élus qui ne représentent qu’une minorité de suffrages exprimés. Dimanche, jour de vote, plusieurs centaines de cantons et 26% du territoire français seront dépourvus de candidats porteurs d’un « fort message de gauche ». Dans ces conditions, que faire si ce n’est de voter  » blanc » ?

pellizzoni 21 mars 2015 à 14 h 15 min

c’est réel dans certaines communes la gauche n’est pas représentative, et les gens sont complètement désarçonnés , certains candidats qui se disent à gauche, n’en donnent pas l’impression, c’est pourquoi le vote blanc sera au rendez vous

Moreau 20 mars 2015 à 20 h 12 min

La gauche française se cherche encore, il ne faut pas se rire des Hommes, elle est capitaliste et donc trop peu la gauche, trop de manipulateurs et trop de manipulés, trop de trop nantis ; et trop de victimes lésées, trop de recul de la liberté, trop de recul de l’égalité, trop de fraternité détruite par des avidités de pouvoirs et d’accumulations financières et matérielles ; et pas assez d’associatif positif. Pas assez d’associatif positif, c’est pour toute une partie de la population, pas de représentation car la population même quand elle vote n’est pas représentée après les élections dans plusieurs territoires, je veux dire qu’elle est plus ou moins représentée d’un territoire à l’autre, qu’elle est inconstante et que c’est catastrophique car régression rime avec corruption quelle qu’elle soit ; accroissement du retard de culture réelle et aggravation de la crise culturelle qui participe à transformer toujours davantage la société en masse de manipulateurs, d’escrocs, de manipulés, d’escroqués, de victimes d’abus sur leur vie… Et toutes les conséquences moralement et physiquement, voire sur la santé publique. Les partis politiques de gauche sont capitalistes aussi en ce sens qu’aucun n’a exigé une organisation mondiale de l’associatif pour faire un équilibre avec l’organisation mondiale du commerce ; et sans cette organisation mondiale de l’associatif, il n’y a pas dans le monde entier de partage de la culture réelle (d’où la vie médiocre ou minable de la classe lésée avec tous ses malheurs et toutes ses souffrances) et il n’y a pas de véritable coopération réelle correspondant à la vie telle qu’elle devrait être. La gauche partidaire n’entend pas le Peuple, elle est inconstante, une année progressiste et l’année suivante régressionniste dans le Fumélois où je vis car j’espère que ce n’est pas partout pareil à ce point, car cette inconstance m’oblige à voter blanc dans les prochaines élections. L’immobilisme, puis le progressisme, puis le régressionnisme ; non ; la vraie gauche, celle que les abstentionniste voudraient qu’elle existe et qu’elle serve le Peuple, c’est le mouvement et le progressisme dans le sens de ma meilleure vie de la population entière. Le bilan de l’actuelle majorité même s’il comporte quelques bonnes réalisations dont il ne faut pas faire table rase, est globalement insuffisant, cette insuffisance résulte d’une insuffisance voulue qui impose le capitalisme dont le livre noir est insoutenable. Le capitalisme aurait pu et aurait dû être remplacé par l’équilibre entre le commercial et l’associatif positif, la réussite d’un pays ne s’évalue pas à son classement parmi « les premières puissances économiques mondiales » mais au pourcentage de femmes et d’hommes réalisant leur chemin en vivant dans de bonnes conditions leur passage sur la Terre. Il y a des Hommes politiques dans quelques partis qui sont valables mais ils sont trop seuls, pas assez aidés…

Le.Ché 21 mars 2015 à 10 h 00 min

Les élections départementales n’y changeront rien, il faut construire une autre Europe, une Europe des nations.
Il faut sortir de l’euro et de cette Europe capitaliste qui a été construite pour servir le capital US et ses multinationales.
On le voit bien avec ce qui se passe en Grèce où même avec Syrisa le peuple Grec est en train de se faire avoir une nouvelle fois.
Le KKE Parti communiste Grec avait raison et avait fait la bonne analyse.

Le.Ché 21 mars 2015 à 10 h 10 min

Après les élections départementales dans son blog JL.Mélenchon nous signale que F.Hollande va durcir sa politique à droite avec son valet Valls, ça promet pour la suite et ça malgré le score de l’élection.
Le toutou Valls doit être aux anges car celui-ci n’a jamais été de « Gauche ».

Laisser un commentaire

Commentaire

Nom *

Les champs marqués * sont obligatoires

Email *

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Restez en contact

Inscrivez-vous à la newsletter