Déjouer le piège de l’abstention

le 5 mars 2015

Elections-departementales-2015_large

Dans quelques semaines, les 22 et 29 mars, chacune, chacun sera appelé à choisir celles et ceux qui les représenteront à l’assemblée départementale. Aucun débat sérieux n’est organisé sur les compétences de ces nouveaux conseils qui jusque qu’à présent jouent un rôle important dans le financement des politiques sociales, culturelles et sportives, des écoles, de l’aide à la petite enfance, aux handicapés, aux retraités ou dans des mesures incitatives à l’emploi.

Au lieu d’un tel débat, qui permettrait aux citoyens avec leurs candidats de bâtir de nouvelles priorités de proximité et feraient du conseil départemental un bouclier social et écologique contre la crise et pour le mieux être, nous assistons à un incroyable déferlement politicien, à mille lieux des préoccupations populaires. Ce dernier s’accompagne d’une promotion éhontée de l’extrême-droite, à tel point qu’on a pu se demander la semaine dernière si le Salon de l’agriculture n’était pas devenu le… festival du Front national. Écœurant et abject !

Face à l’affaissement de la droite en crise, au rejet de la politique telle qu’elle se pratique, de puissants réseaux, liés aux milieux d’affaires, ont décidé de jouer avec le feu et de promouvoir l’extrême-droite de la famille Le Pen. L’opération en cours, s’appuyant sur la lourde déception d’une large proportion de l’électorat de gauche et de l’écologie politique, vise à tétaniser une partie de nos concitoyens, les poussant à s’abstenir ou à limiter leur choix de premier tour aux seuls candidats présentés par le parti gouvernemental. Cette maléfique stratégie conduit mathématiquement à faire progresser le Front national et à s’aligner sur les choix d’austérité, de chômage, de précarité, de réductions des droits sociaux. Il faudrait donc oublier que ce sont précisément ces choix qui font le lit de la droite et de l’extrême-droite pour prétendre combattre leurs candidats dans les cantons! Les dés seraient dès lors pipés et fermée la porte aux changements qu’espèrent les salariés, les précaires, les privés de travail, les retraités et tant de jeunes, au grand bénéfice des possédants. Et l’ignoble stratégie européenne consistant à mépriser le vote du peuple grec en rajoute encore en poussant au refus d’aller voter, si on n’y prend garde.

Force est de constater que le vote efficace et cohérent pour battre les candidats de droite et du FN est celui en faveur de femmes et d’hommes qui, sans ambiguïté, combattent leurs choix et dénoncent les manœuvre qui les favorisent. Dans des configurations parfois différentes, ils ont pour originalité de s’être coalisés avec ceux du Front de gauche dans une démarche de rassemblement pour une plus grande utilité.

L’affaire est d’autant plus sérieuse et grave que les électrices et électeurs sont convoqués aux urnes pour élire une assemblée, alors que la loi pour « une nouvelle organisation territoriale de la République » qui doit préciser les compétences des différents échelons administratifs, ne sera votée que trois mois après le scrutin. Personne n’est en capacité de dire exactement quelles seront les compétences dévolues aux départements, dont l’existence même reste sujette à caution, puisque le Premier ministre avait annoncé leur disparition, puis laisse planer le doute.

Une fois les élections passées, qu’adviendra-t-il des départements et surtout des politiques publiques dont ils ont la charge ? Personne ne répond aujourd’hui à cette question. Aller voter pour les candidats de gauche, soutenus ou en alliance avec le Front de gauche, permettra de défendre et moderniser l’échelon départemental pour la mise en œuvre de politiques publiques favorables aux citoyens et à l’environnement.

Au même moment, le gouvernement annonce un tour de vis austéritaire inédit dans le budget des collectivités territoriales avec la suppression de 11 milliards d’euros de dotations jusqu’à 2017. Comment ne pas y voir bien plus qu’une simple coïncidence ?

Un citoyen est aujourd’hui pénalisé de multiples manières : son pouvoir d’achat est abaissé, il paie en général plus d’impôt et de surcroît le gouvernement ôte des moyens financiers à la fois à sa commune, à sa communauté de communes, à son département et à sa région. Autrement dit, les services auxquels il avait droit diminuent sans cesse. Le 22 mars, l’occasion est donnée de refuser l’austérité et de réclamer de nouveaux choix de justice dans le cadre d’une nouvelle répartition des richesses.

Réforme territoriale, baisse des dotations, offensive des marchés financiers dans toute l’Europe, avec le blanc-seing de nos gouvernants, ces élections sont extrêmement liées aux choix nationaux et européens. Avec des départements exsangues, certains minés par les emprunts toxiques prescrits par les banques aux collectivités, il ne suffira pas d’aligner des promesses électorales, mais bien d’appeler chacune et chacun à la mobilisation pour la démocratie locale, contre la main mise des marchés sur notre économie, pour une réorientation du crédit vers les services publics, la protection sociale, la petite enfance et la jeunesse à travers les collèges, l’autonomie, le handicap, la culture, autant de compétences jusqu’à présent dévolues aux départements et autant de sujets fondamentaux pour la construction d’un avenir commun.

Les 72 milliards d’euros que gère l’ensemble des départements, au service du bien commun, quoi qu’on puisse penser des politiques menées ici ou là, représentent une manne à faire saliver les marchés financiers.

C’est du reste le programme de la droite qui, tout en se chamaillant entre ses différentes factions, n’a pour projet que d’aggraver la facture présentée à nos concitoyens en insistant pour diminuer encore plus la dépense publique utile, les aides sociales et en transférant au privé des pans entiers de nos services publics.

Dans un tel contexte, pour une électrice ou un électeur de gauche déçu, le pire choix est bien l’abstention qui crée un rapport de force qui lui sera forcément défavorable en donnant mécaniquement un poids à la droite et à l’extrême-droite bien plus élevé que leur influence réelle.

Il reste moins d’un mois pour discuter autour de nous, pour convaincre nos amis, collègues et voisins de la nécessité de porter dans les assemblées départementales des élus mobilisés contre l’austérité, pour le développement des services publics et l’orientation du crédit vers les besoins humains, des élus prêts à mener les combats indispensable contre la toute puissance des marchés financiers et pour renforcer la démocratie locale.

Les citoyennes et citoyens, soucieux de renforcer l’égalité républicaine, ont tout intérêt à se déplacer le 22 mars prochain ! Car c’est bien de l’avenir de la République, de ses institutions et de ses services publics, dont va dépendre le résultat sorti des urnes.

47 commentaires


Michel Berdagué 5 mars 2015 à 14 h 47 min

Sûr que nous devons voter , sûr contre la  » toute puissance des marchés financiers « – privés – ou amalgame privé/public pour les bénéfs. des privés – , contre la main mise de ces mêmes finances dans des prêts toxiques et là ça fait mal au porte feuille déjà vide de la crise pas pour le petit monde des milliardaires qui comme en Grèce saigne le Peuple . Donc pour voter pour la maîtrise publique des financements dans le Pôle Public à créer en Urgence pour que les rapaces soient dans un jeune absolu , tout au moins tarir la pompe à spécus., le mécanisme à briser . Pour que l’ abstention disparaisse nous devons établir un échéancier un Agenda pour l’ Alternative gagnante et , après le vote , avec des situations dans les différents temps prévisibles avec les engagements tenus et contrôlés par les forces vives mais toutes visant la maîtrise de l’ argent devenant à gestion publique et de sa création aussi publique . Ce sera la réponse à tous ceux qui prenaient nos tracts pour 2012 en nous disant ; oui je suis d’ accord mais comment vous faîtes ? « ils » ont tout , l’ argent , et « ils » sont trop forts » . Tant que nous n’ aurons pas dit avec le plus de précisions possibles , et à la lumière de la réalité que vit Syriza où en face du gouvernement élu c’ est du dur de chez rigide à briser certes , que nous visons les finances à géométrie privée pour la poignée et que nous prendrons le pouvoir sur les marchés financiers pour vivre et mieux et de créer toutes les activités par l’ investissement public et la maîtrise publique des banques , tant que nous n’ éclaircirons pas les moyens d’ y arriver , je crains le pire . Nous sommes trop sur la défensive , le contre et nous devons le Pour réaliste et de faire et d’ actions , là ça se corse …

Le.Ché 5 mars 2015 à 14 h 48 min

Voter contre la droite et le FN, c’est voter contre le PS puisque que Hollande fait pire que Sarkozy avec la loi MACRON.
On est bien d’accord????

alain harrison 5 mars 2015 à 19 h 27 min

Présenter vos candidats.
Mais commencer par avoir un agenda politique cohérent et une stratégie…

Arrêter de chialer et de réagir.

Ici au Québec, c,est le même problème, pas de solutions ni d’alternatives cohérentes.

Mais seulement des politiquettes. Et toujours dans le giron des manipulations et des promesses bidons.

Les solutions sont et doivent être les balises, les guides et les garants__non négocianles et non manipulables__ de l’engagement citoyen. Un politicien demeure avant tout un citoyen et fondamentalement un humain.

Donc être pour l’humanité ou le capital, il n’y a pas d’entre deux.

Être pour l’humain c’est être pour que l’argent serve l’humain.

L’Humain d’Abord, il faut le dire haut et fort, il faut l’expliciter, j’ai bien peur que nous n’en saisissions pas le véritable sens, puisque ce sont les idéologies qui ont sacrifié:
On sacrifie au nom des religions, des idéologies, du fric…
Avons-nous pris la leçon du siècle passé ?

NON, regardez, le passé c’est amplifié…

Krishnamurti: pour vous est-ce une idé ou un fait ?

Stjust 5 mars 2015 à 16 h 39 min

Nous savons bien que la « crise politique » que nous traversons est l’aboutissement de la crise systémique du néolibéralisme. les citoyens ont été peu à peu dessaisis par des élites mondialisées de tout pouvoir réel sur le cours de leur existence . Ce mépris du peuple est à son comble et engendre une situation où il choisit de s’abstenir de participer à ce qu’il considère comme un jeu de dupes en boudant les urnes.

Cette crise de « la démocratie formelle » se confond avec celle d’une Ve république à bout de souffle qui dès l’origine n’était qu’une monarchie constitutionnelle pratiquant  » le coup d’état permanent » au profit de la grande bourgeoisie capitaliste !

Le combat politique se mène sur ce terrain depuis 1958. À cette heure, c’est-à dire à quelques semaines d’ élections départementales organisées dans la confusion et sans que l’on sache vraiment quelles seront les compétences et les moyens des futures assemblées, les forces politiques qui s’affrontent sont celles d’une gauche socialiste gouvernementale dont la politique a déçu et continue (la loi Macron) de décevoir ceux qui l’ont soutenue de leur vote en 2012. Cette « gauche » reste sourde au avertissements que lui ont infligés les électeurs à chaque élection législative partielle depuis l’élection présidentielle.

L’éloignement des citoyens des urnes profite à une extrême droite néo- fasciste dont les grands médias promeuvent sans vergogne la « résistible ascension » vers le pouvoir. De son côté la droite revancharde rêve de reconquérir des places que le PS cherche à conserver en agitant la menace d’un FN qui prospère sur les dégâts et les déceptions causé parune politique d’austérité, de chômage, de précarité et de réduction des droits sociaux qu’il soutient majoritairement au parlement…Quant à la gauche alternative , elle peine à être lisible sur ses propositions et à être unie dans sa volonté politique de les rendre majoritaires dans le pays… Alors oui, le peuple n’a sans doute rien à gagner et tout à perdre en s’abstenant le 22 mars prochain ! Mais s’il lui manque le projet de faire autrement et autre chose que ce qu’il subit et rejette, si la détermination lui fait défaut, le pire peut devenir possible !

alain harrison 5 mars 2015 à 19 h 42 min

He oui.

Rien à proposer.
Rien que du chialage, des opinions, et la nostalgie d’un comunisme qui n’a jamais existé, HÉlas!

Ici au Québec, l’éternelle nostalgie de l’indépendance.

Mais rien au niveau des citoyens, aucune solution rassembleuse.

Je ne sais qu’est-ce qu,on attend au juste. Ha oui le sauveur.
Pour le uns c’est le sauveur spirituel, pour les autres le sauveur idéologique.

Mais, les solutions……très peu.

On a vraiment de la merde dans les yeux.

Un citoyen en colère.
Ce n’est pas ceux qui détruisent la terre qui la détruiront, mais ceux qui les regardent.

Saisissez-vous la nature de cette sentence?

C’est le consumérisme qui va détruire la terre.
C’est notre consumérisme, le j’en veux encore plus, plus de voyages dands le sud, plus grosses voitures, plus de travail pour moi pour augmenter mon train de vie (les professions économiques, ça produit quoi au juste?)….
C’est le consumérisme qui reconduit l’exploitation encore plus loin…
Mais dans tout ça, c’est notre sous-éducation qui fait problème.

Il y a des solutions: le mode de revenu,
le mode de travail, le contrôle de l’économie.

Et c’est le politique qui organise.
La constitution qui garantie.

Alors prenons-le ce pouvoir.
Mais sans les solutions…

RABOTOT Robert 5 mars 2015 à 17 h 36 min

Les 22 et 29 Mars j’irai voter par respect pour nos ainés qui se sont battus et ont quelquefois donné leur vie pour le droit de vote.
Mais en l’absence de candidat du Front de gauche ou soutenu par le Front de gauche, je serai contraint au vote blanc car comme le disait si bien notre cher Jacques Duclos  » je ne choisis pas entre blanc bonnet et bonnet blanc »

alain harrison 5 mars 2015 à 19 h 46 min

Il n’y a pas de candidat….

Il faut le faire, non.

Trouvez-en…
Sortons de notre fatalisme.

Podemos montre la voie:

plus de milles réunions citoyennes.
Mais ayez les bonnes solutions rassembleuses.
Faites fonctionner vos cellules grises.

Albert Einstein:
Un problème sans solution est un problème mal posé.

henri bonnet 5 mars 2015 à 17 h 55 min

si avant le 22 mars vous n’affichez pas clairement quelle sera votre position pour le 29 mars :appelerez vous a voter pour les socialos….si ,oui,alors je vote blanc
il faut savoir perdre des élus et ne plus se travestir ,le ps préfére le fn a 20% que le front de gauche

alain harrison 5 mars 2015 à 19 h 52 min

Oui, ces élections sont perdues..

Mais la guerre, elle non…

Les prises de consciences salutaires….
Lisez l’article suivant:

Il montre les forces et les faiblesses..
Un peintre garde ses croquis et y retourne à chaque étape pour l’achèvement de son oeuvre.

Un peu comme le Vénézuéla, qui est au Chili d’Allende.

Podemos, le parti qui bouscule l’Espagne

par Renaud Lambert, janvier 2015

«« Alors qu’un chômeur sur deux ne perçoit plus d’allocations, 33 des 35 plus grandes sociétés espagnoles fuient l’impôt par le biais de filiales dans des paradis fiscaux (6). Un demi-millions d’enfants ont été plongés dans la pauvreté depuis 2009, mais les grandes fortunes du pays prospèrent: leur patrimoine a bondi de 67% en moyenne depuis l’arrivée de M. Rajoy au pouvoir (7). Et, pour contenir le danger de se voir houspillé par une population ombrageuse, depuis décembre dernier une loi dit « de sécurité citoyenne » interdit méthodiquement tout ce qui avait rendu possible la mobilisation de 2011: réunion dans des lieux publics, distribution de tracts, occupation des places, etc. »»

««
««« Fondé, au moins en partie, par des militants d’extrême gauche, pour certains issus de la formation Izquierda Anticapitalista (IA, Gauche anticapitaliste), Podemos se félicite de ce que 10% de ses électeurs aux européennes de mai 2014 votaient auparavent pour la droite. Le recrutement social du parti s’est également élargie à travers la création de plus de mille « cercles » dans tout le pays. Les jeunes surdiplômés et urbains du début ont été rejoint par des ouvriers, des employés, des résidents des campagnes.

L’histoire montre toutefois qu’une telle alliance de classes tend à se briser dès lors que les aspirations des mieux lottis ont été satisfaites……(…) »»»

Fin des extraits.

Cette drenière phrase est à méditer, elle implique la nature de nos structures sociales, culturelles et politiques dans les chassés-croisés pour le pouvoir, l’enrichissement et les privilèges.

La lutte entre besoins et consumérismes qui est devenue « mortelle » pour la survie sur Terre !?!?

Donc, il faut favoriser chez chacun les prises de conscience salutaire.

««« à travers la création de plus de mille « cercles » dans tout le pays. »»»

http://www.monde-diplomatique.fr/2015/01/LAMBERT/51929

Malheureusement cet article n’est pas libéré sur internet.

GUILLOT Alain André 5 mars 2015 à 18 h 21 min

…EDIDEMMENT AU 1er TOUR JE VOTE « FRONT DE GAUCHE », mais désolé au 2éme tour…je ne peux plus voter PS!!!

alain harrison 5 mars 2015 à 20 h 30 min

Qe des assemblés citoyennes élisent leur représentant.
Pour les prochaines élections du pays.
Mais pour cela il faut avoir un agenda politique de l’Humain d’Abord.
Cet Humain d’Abord, C’est qui?
Ça représente qui ?
C’est quoi l’Origine de l’Humanité?

Il faut le rapeler, la mémoire oblie. NON OUI

Moi ma seule croyance, ma seule identité réside dans l’Humanité non achevé, mais en devenir, en regard de notre condition humaine tarée par nos mentalités archaïques.
Toute cette violence ouverte, cachée et qui couve à travers les innombrables arguments pour faire la guerre (comme seul exemple).

L’Humanité ?
L’Humain d’Abord ?

C’est une question à laquelle nous devons, chacun pous soi, répondre.
Ce n’est pas à moi, à Pierre jean Jacques, au pape, aux juifs, aux musulmans……, aux idéologies, et encore moins au néo-libéralisme d’y répondre..

Mais à la connaissance que nous avons de notre et sur le, monde à laquelle nous avons accès, nous tous.

Seule la vision globale nous donne accès aux tenants et aboutissants.
Krishnamurti: voir la vérité d’uns chose.

Ça ne vient pas de moi, mais de l’immense héritage de nos Mèrs et Pères à travers le temps.
Et des femmes et hommes qui ont eu des prises de consciences déterminantes et libérantes.
Puis, les manipulateurs sont arrivés, maintenant, ils sont bien placés et ont su placer leur pièce.
À nous de mettre nos pièces.
Mais, en avons-nous !?!?

Sans eux je serais ignorants.

KALDOR François, avocat honoraire. 5 mars 2015 à 19 h 24 min

Il est nécessaire de voter pour le front de gauche(ou le PCF) dès le premier tour. C’est avec les, électeurs, les militants en valeur absolue qui ont voté que l’on crée une force contre le fascisme puisque ce mot peut revenir à la mode et non pour l’instant avec le concept de pourcentage.
Il faut avoir une capacité de peser avec le peuple aussi entre les élections.

alain harrison 5 mars 2015 à 20 h 42 min

Bonjour.
Avoir une capacité de peser avec le peuple aussi entre les élections.

La réponse est dans la question.

Podemos, n’offre-t’il pas une réponse?

Mais uns chose peut être faite à moyen terme, des maisons citoyennes, par les citoyens pour les citoyens, éminamment politique ou poursuivre les réflexions sur les solutions et les alternatives.
Une loi citoyenne pour l’ouverture aux rencontres des citoyens des autres pays.
Pour partager sur les solutions, les alternatives, la complémentarité entre pays….
Des maisons citoyennes appartenants au Peuple qui en dispose pour les objectifs que se donnent les citoyens.

Concevons ces maisons citoyennes en convivialité.

monneret 5 mars 2015 à 19 h 33 min

oui il faut voter communiste au premier tour puis si le communiste est en tête revoter mais si c’est un socialiste de merde qui est en tète je vais à la pèche j ‘en ai marre de ces cons qui nous assassinent tous les jours; je l ‘ai dit à ma conseillère socialiste Nathalie LEBLANC à Chalon sur saone l ‘autre jour quand elle faisait le porte à porte que je ne voterai plus jamais pour eux et je ne suis pas le seul en France qu’il aillent au diable :communiste depuis l age de 18 ans et baisé par eux en 1983 et encore maintenant Voila je me fout ce que feront les autres yen a marre

alain harrison 5 mars 2015 à 20 h 51 min

Votre système de votation à deux tours semblent bien tronqué.

De la manière dont vous en parler cela ressemble à un piège à cons.
N’y voyez pas un jugement de valeur da ma part ou une insulte.

Au Québec, notrte système assi ressembl;e à un piège à cons.

Exemple (piège à homard, comme expression); le PLQ 77 députés sur 125, avec 26% du sufrage absolu.
Ils n’ont pas de mandat, sauf d’avoir un consensu éclairé de l,ensemble des députés, donc avec l’accord de l’opposition.

Mais il n’en est rien, l’agenda néo-libéral anti-démocratique suit son cours.

Pour savoir le niveau de conscience d’un peuple, il s’agit de regarder les résultats des élections.

courtoux 5 mars 2015 à 19 h 38 min

J’irai voté, pour le front de gauche. Mais, si ce sont les socialistes, l’UMP ou le FN au deuxième tour, je voterai blanc. J’en suis désolé.

alain harrison 5 mars 2015 à 20 h 56 min

Oui, je suis d’accord avec vous, c’et une désolation.

Nos systèmes électolaux ne sont même pas représentatifs.

Nous devons les repenser ?!

Podemos offre peut-être une voie.

plus de mille « réuniones  » à travers le pays.

Des citoyens !?

Michel Berdagué 5 mars 2015 à 21 h 06 min

Eh bée c’ est un ras de marée , seul le vote Communiste ou alliés du fdg au premier tour le reste kif-kif , ou en effet les blancs bonnets pour faire court . Quant à savoir perdre des élus , élues ? , il nous en reste tellement peu … Devant Bercy ce soir pas si nombreux que ça mais le POUR se précise le Pôle Public financier et bancaire et nous avons fait savoir à ceux de Bercy ce que nous pensions des 44 milliards d’ euros de nos impôts refilés au grand patronat , beurk , il est grand temps que nous bougions avec nos solutions libératrices .

monneret 5 mars 2015 à 22 h 29 min

c’est comme ça qu’on se débarrassera des Socialos Vendu au patronat ( Macron) et Moscovie) à la Finance de l Europe capitaliste au plein du raz le bol 5 millions de chômeur

Le.Ché 7 mars 2015 à 9 h 05 min

Tu oubliais Valls??

Michel Berdagué 6 mars 2015 à 8 h 32 min

Raz de marée …et ras le bol /ras la casquette aussi/ras le cul , là une sacrée fessée à retourner à cette U.E. et ses directives toutes les unes que les autres relevant du pathos du maître capitaliste . Les actions vont continuer sur  » Je rêve d’ une banque qui … » Les 3 points de suspension nous permettent concrètement de trouver un espace pour toute notre imagination pour des solutions libératrices car nous le savions , communistes , le gros morceau c’ est que le pognon y en a plein , par le système exploiteur il engraisse toujours les proprios des moyens de production et d’ échanges déjà saturés de dividendes , +30 % ,en mettant ceux et celles de leurs forces de travail , de création , dans une dépendance telle que la pauvreté est la règle . Hier aussi une critique pertinente du CUEM car c’ est un pavé de 900 pages du livre très vendu de Thomas Piketty  » Le capital au XXI e siècle  » très adulé par la « bien-pensance » du TINA très dans l’ air du temps des confusions , brouillard/enfumage car il confond le capital et le patrimoine , les mettant ensemble pour barrer la compréhension de la plus value à la production de Marx et la rejeter , on comprend mieux le , pourquoi c’ est un promu aux States et ici .

alain harrison 10 mars 2015 à 20 h 47 min

Pour le capital du XXI e siècle, oui d’accord, c’est du confusianisme, rien à gagner, en remettre sur les politiquetteries.

Il faut juste expliciter Marx, le rendre lisible et compréhensible pour tout le monde.

Marx: c’est le détournement de la plus value des travailleurs.
Pour être plus simple, c’est du vol.

Voir le petit cartoon : les patrons sont -ils indispensables. Une image vaut mille mots.
Voir le vidéo: Les femmes de la Brukman.
Voir: Comprendre la dette publique (pour les nuls) – YouTube
Répendre, pour que tous comprennent.
Comprendre le problème.

Trouver les solutions et les répendre.
Avons-nous des solutions ???

Des comités citoyens et des satellites citoyens à temps partagés…..

Podemos: plus de milles…..à travers le pays.

Comme le peintre qui consulte ses croquis et essais pour parachever son oeuvre. De même, à l’échelle des sociétés ou pays ou peuples:
Le Vénézuéla de Chavez-Maduro est au Chili d’Allende….

L’Espagne est à la Grèce….

Tout s’accélère..
La France, la gauche, les verts (eux il faut qu’il voit un peu plus large que l’écologie naturelle, il y a l’écologie humaine__se comprendre…., les progressistes-humanistes, enfin les citoyens français, allez-vous manquer le bateau, parce que vous n’avez pas de solutions, d’alternatives à mettre en place.

Les Boko Haram, eux, c’est de détruire et quand ils auront le pouvoir, leur religion sera la charia à perpette. Belle civilisation.

Le comunisme, c’est quoi le but, l’objectif ?

C’EST QUOI ?
Avez-vous des solutions ou seulement une idéologie et la dictature prolétarienne ?

QU’est-çà donné ???
Le vieux monde, ça en fait partie.

C’est quoi le socialisme ou comunisme du XXI e siécle ??

Question, question…C’est notre lumière.

C’est le pouvoir qui est donné d’en haut.

La bible est le pire livre, un labyrinthe.
Mais il recèle bien des phrases réveilles.
Il faut just les sortir des contextes pièges.

Une phrase que tous devraient médités hors contextes, libéré de la prison dialectique:

Connais toi toi-même, et tu connaîtras les dieux et l’univers.

Un indice:
Kroshnamurti

alain harrison 10 mars 2015 à 20 h 52 min

Je reprends.

Krishnamurti: le processus conditionnant de la pensée psychologique.
À distinguer du processus de communication de la pensée.

La pensée sert à communiquer, la pensée psychologique ou égotique tombe dans le piège du conditionnement et de la manipulation: les motivations su et non-su égotistes.

Antoine Fernandez 6 mars 2015 à 9 h 28 min

Bonjour,je suis membre du PC, malheureusement, sur mon canton nous n’avons pas pu présenter de liste du Front de gauche par manque de moyens financiers et de forces, pour la campagne…Il y aura présent dans ces élections,trois listes; droite, sans étiquette avec un Maire PS, et la liste FN qui a fait un score ici sur la presqu’île de Crozon aux dernières élections européennes…Pas le choix, je m’abstiendrai au premier tour, je ne peux pas voter pour ce PS de droite et sa loi Macron!! et j’irai voter seulement si jamais il y a une menace FN au deuxième tour…

alain harrison 10 mars 2015 à 21 h 05 min

Comment se fait-il que le fn avance autant?

Est-ce seulement une affaire de médiats ?

À qui appartient les grands médiats ?

C’est le politique qui rent toute chose possible.

Alors il faut prendre le pouvoir pour que les médiats reprennent leur vraie place:

Informer et non manipuler.
Expliquer et non déformer.

DOMART Jean-Marc 6 mars 2015 à 10 h 30 min

Le problème est qu’aucune campagne n’est faite pour ces élections départementales, où beaucoup de choses ont été changées sans explication au public, et qu’au lieu d’explication de la portée exacte de ces élections, c’est la promotion systématique du FN. Pierre Laurent a bien expliqué ce scandale dans sa conférence de presse du 2 mars. On se demande qui paye ces médias – y compris publics – et dans quel but. médias dont l’arme principale est la sélection des sujet à parler ou ne pas parler. médias qui, jusqu’à une période pas si ancienne (ils ne s’en souviennent plus, marrant!), ouvraient grand leurs micros à des gens comme Robert Ménard, de RSF payé en grosse partie par la NSA, ex-promoteur ben connu de la liberté de la presse … au Venezuela ou à Cuba selon la volonté de ses maîtres, et actuellement maire de Béziers avec les voix (et les voies de fait) du FN… La voix de son maître!

alain harrison 10 mars 2015 à 21 h 11 min

C’est le choc des idéologies.

L’idéologie de droite pour l’exploitation, le profit..Elle a comme promesse le consumérisme, le rêve américain….bien implanté dans les moeurs, et ça marche, il faut le constater. Parce que son masque tient encore grâce à la confusion reconduite, la pensée innove sur le plan des idées, le piège.

L’idéologie de gauche, en réaction et divisée…
Pourquoi ?

Monnier claude 6 mars 2015 à 18 h 32 min

bNous ne somme plus en 1789,de plus ils proclamaient la République sou veraine .Où est cette République souveraine. 250 ans de vote démocratique .
La bourgeoisie in dustrielle et commerçante nous a berné avec le PS et PCF
Les faussaires sois disant républicains se disent aussi Socialiste comme Mittérrand Croix de feu dans les année 40,sous Petain.
Hollande qui se présente au PS et dit après les &alections qu’il n’est pas socialiste mais parait-il social démocrate comme Merquel,F Gonzales,Tony Blairs de même que le père du peuple Staline.
un siecle de mensonge et aussitôt les candidats élus ils instituent un programme pour le ma

Monnier claude 6 mars 2015 à 18 h 56 min

intient du capital,par les forces de « l’ordre » le matraquage ou les armes à feu
Les syndicats les partis « ouvrier » sont passés de l’autre coté de nos intérets depuis le front populaire.
Il n’y a plus de service publique Notre socialiste Lionel Jospin àa ouvert les privatisations.
l’artisanat,écrasé par l’industrie le petit exploitant agricole par les fermes agricoles.
il n’y a plus d’ouvrier professionnel les robots les ont chassés
Quel avenir pour les jeunes?
Avec le commerce internationnal et la liberté commercialle
Quelle avenir pour notre humanité?
Aucun nous glissons vers la barbarie.

alain harrison 10 mars 2015 à 21 h 21 min

250 abs de vote démocratique, parce que la gauche est déguisé.

Penser au colonialisme et au néo-colonialisme.

Le PS de hollande en est le parfait exemple__ de masque.

Le PS n’est en réalité qu’un néo-socialisme.

Pour faire plus confus, la pensée unique a son néo-libéralisme…
Qu’est-ce à dire ?
Que nous sommes dans un néo-monde, virtualisation du monde avec les gadgets informatiques.

Revenir sur terre, par des actions simples.

Payez contant, plutôt qu’avec sa carte de crédit.

Nous savons que le crédit c’est payant.
Mais comment ça marche, ça c’est une autre histoire.

Quand les femmes de la Brukman ont compris comment ça marche une entreprise, LES LIVRES,
elles ont gardé l’entreprise.

Vous savez, ou devez commencer à comprendre que l’austérité, est un montage financier.
Un plan d’affaire, une OPA..

Fagus 6 mars 2015 à 19 h 44 min

Bonjour,
nous à Paris pas de départementales ! mais on appelle aussi à voter pour nos candidat-e-s là où il y en a ! et on agit pour les aider à être élus. On n’ose pas penser à celles et eux qui auront laisser le F Haine gagner.
La dernière réunion de Montreuil indique qu’on ne fera pas de listes communes avec le PS car même les « contestataires du PS » ne sont pas clairs sur leurs volontés politiques de faire une politique de gauche notamment en matière de logement et d’emplois comme d’augmentation des salaires et/ou des libertés publiques et citoyennes. On ne fait plus la différence entre leur politique et celle de la droite, Loi Macron passée par le 49-3 de Valls qui se dit de « gauche » oblige et actionnaires gavés par l’argent des restrictions budgétaires pris sur le dos des salarié-e-s aussi.
La « nécessité » est d’aider aux élections des candidat-e-s de notre PC et du Front de Gauche en montrant bien qu’il n’y a pas de fatalité à la crise.. et ainsi à battre le parti qui surf sur la misère humaine, le F haine.

alain harrison 10 mars 2015 à 21 h 27 min

Bonjour.

«« car même les « contestataires du PS » ne sont pas clairs sur leurs volontés politiques de faire une politique de gauche notamment en matière de logement et d’emplois comme d’augmentation des salaires »»

Voilà le problème, de la politiquetterie.

Il faut un agenda politique claire, rassembleur, non manipulable, sans concession…

Le néo-libéralisme, le jeux des concessions, c’est son jeu, et c’est le piège.

Un des derniers pièges (y en a plein)et c’est un PS qui le promeut:

L’ENTREPRISE PROGRESSISTE.

Y sont wise

Et nous ?!?!

Valès 6 mars 2015 à 21 h 35 min

OUI OUI VOTER HOLLANDE, C’EST VOTER U.M.P.-P. S.-et F.N. . CES TROIS PARTIS SONT CONTRE LE PEUPLE ! LE F. N. EST LEUR DIABLE DE CONFORT POUR FAIRE PEUR AUX GENS, EN S’ABSTENANT !

alain harrison 10 mars 2015 à 21 h 49 min

Bonjout.

Comme le souligne M. Le Hyaric:

«« Un citoyen est aujourd’hui pénalisé de multiples manières : son pouvoir d’achat est abaissé, il paie en général plus d’impôt et de surcroît le gouvernement ôte des moyens financiers à la fois à sa commune, à sa communauté de communes, à son département et à sa région. Autrement dit, les services auxquels il avait droit diminuent sans cesse. Le 22 mars, l’occasion est donnée de refuser l’austérité et de réclamer de nouveaux choix de justice dans le cadre d’une nouvelle répartition des richesses.

Les 72 milliards d’euros que gère l’ensemble des départements, au service du bien commun, quoi qu’on puisse penser des politiques menées ici ou là, représentent une manne à faire saliver les marchés financiers. »»

U.M.P.-P.S.-et F.N. . sont des partis néo-libéraux.

72 milliards d’argent du Peuple.

Et les milliards, les mille milliards introuvables….

Un indice:
Podemos: plus de mille…à travers le pays

Le Trait 6 mars 2015 à 22 h 43 min

Qu’est-ce qui est pire, ne plus voter ou voter FN ?
La solution n’est-t-elle pas de refuser toutes votations tant que nos élus se foutrons de nous ?
Nous demander un « chèque en blanc » tous les 5 ou 6 ans n’a rien à voire avec la Démocratie ! Dès 1968, on nous disait déjà que les « élections étaient des pièges à cons » qu’est-ce qui a changé ? Serait-ce devenu normale de signer pour nous, quand on a dit non par référendum ?
Le régime des Partis est mort et les Banques, les Milliardaires et les Multinationales en sont si sûres qu’ils envisagent de prendre les pouvoirs, partout dans le Monde.
Le milliardaire américain Warren Buffett a déclaré il y a quelques années, non sans humour, qu’il existait « bel et bien une guerre des classes mais c’est ma classe, la classe des riches qui fait la guerre et c’est nous qui gagnons ».
Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/warren-buffett a-t-raison-quand-affirme-que-lutte-classes-existe-et-que-sont-riches-qui-sont-en-train-gagner-vincent-gaulejac-592382.html#GpoGbPxDlzlqFzo5.99

Michel Berdagué 7 mars 2015 à 9 h 36 min

Oui, mais pour la phrase de Warren Buffet de la citer complète :  » Le 25 mai 2005,sur CNN : « Il y a une guerre des classes, où ma classe gagne de plus en plus, alors qu’elle ne le devrait pas » (It’s a class warfare, my class is winning, but they shouldn’t be). En effet, Warren Buffet affirme à l’occasion que les riches ne se sont jamais aussi bien portés (« We never had it so good ») et qu’il serait ainsi judicieux d’élever les taxes les concernant  » . D’ une part : – sa classe bourgeoise/capitaliste ne le devrait pas ! , en rajoutant donc de la taxer et à ce propos on mesure que ces spéculateurs accepteraient d’ être taxés tant que la Pompe à Phynance / Machine à Décerveler chère à Ubu-ROI/Alfred Jarry repris par Frédéric Lordon titre de son blog , que la machine à casinos programmée par eux soit au top niveau pour eux , une petite taxe les arrangerait ( proposition réaliste 100 %) , ne pas oublier que même Tobin disait ( à la fin de sa vie ) que ça servait à rien et que nous devrions nous attacher à examiner plutôt ces mécanismes de spéculations de manne financière gagnante à tous les coups – le volume giga faisant varier les cours et en plus initiés par les infos achat/vente des proprios les mêmes de La Classe . Des voleurs/rapaces donc ces tenants aux fondations privées charitables : peut – être un zeste de croyance religieuse de ne pas pouvoir passer par le chas de l’ aiguille et de subir la colère furieuse d’ un Moïse , après leur pauvre vie sur la planète malmenée . Pour Nous de se reconnaître comme Prolétaire et de la Citoyenneté déjà , puis de militer en réfléchissant pour en collectif , ensemble de gérer les moyens de production issus de notre force de travail et de création et les moyens des échanges , les banques devenues Publiques gérées par le personnel et le regard de la citoyenneté .
Les 44,3 milliards d’ euros vont au seul remboursement des intérêts de la Dette et vers les créanciers privés , joli pactole , le garrot . Ne pas s’ abstenir ni 1- pour l’ arrestation du patron HSBC , 2- devant Bercy le 5 mars ( vous les avez en vidéos) , 3- Rendez-vous à la Bastille à prendre la Banque de France le 14 mars à 12 heures .
« Je rêve d’ une banque qui … » #occupetabanque
Tout pour le vote au premier tour et lorsque nous serons au second tour à moins d’ être élu dès le premier , votons pour nos forces au second . Nous pouvons apprécier la différence dans la Lutte de classes d’ un Buffet Warren presque penaud de gagner ( une poignée ils sont ) et Nous le grand nombre presque perdant par les abstentions qui en disent long…

alain harrison 10 mars 2015 à 21 h 53 min

Bonjour le Trait.

Le mouvement, en tout cas le décolage sur la Constitution, est-ce que ça tient la route ?

breteau jean claude 7 mars 2015 à 11 h 25 min

Le 22 mars ,c’est pour ou contre l’austérité ,le choix est simple s’abstenir c’est accepter l’austérité ,FN,droite etps sont pour .Les candidats du FDG ou soutenu par lui sont clairement opposés à l’austérité ce qui crédibilise leur programme ,alors que les autres mentent ,l’austérité leur coupant l’herbe sous le pied .Forcer le trait sur le combat anti-austéritaire ,élimine la question du 2°tour ,dans le cas ou il n’y aurait plus de candidat proposant cette option politique (d’où la necessité de tout faire pour permettre le choix)je n’aurais plus la possibilité de voter .C’est aussi pourquoi une 6°République est une urgence démocratique

Michel Berdagué 7 mars 2015 à 20 h 35 min

Comme tu dis :  » …je n’aurais plus la possibilité de voter . »
Le problème est là . Nous allons étudier tous les votes du premier tour et aussi du second avec le % d’ abstentions à chaque tour , certes ce sont des élections très importantes pour les départements , mais comme l’ on sait que ce gouv. rejeté veut les modifier voire les rendre quasi nuls politiquement , de dire qu’ au vu des résultats un coup d’ état permanent de style 49/3 . Pour la Sixième bien sûr c’ est au Programme l’ Humain d’ abord , mais on pourra toujours pétitionner toutes les élections seront sous la Cinquième . Ce sera à l’ échéance électorale 2017 à moins d’ un tel Mouvement libérateur et revendicatif tel qu’ il y ait un changement pour l’ Alternative . De retour de la Sorbonne pour  » Marx au XXI e siècle , l’ esprit et la lettre . » , j’ ai demandé autour de moi ce qu’ il ferait dans cette configuration : comme toi Jean Claude 100 % abstention ( nous ne votons pas sur Paris/IdF ) . Ce qui en dit long pour 2017 : si Nous n’ arrivons pas au second tour …

alain harrison 10 mars 2015 à 21 h 56 min

Tout à fait.

Mais avec un agenda politique, auquel les citoyens sont parties prenantes.

Michel Berdagué 8 mars 2015 à 16 h 33 min

Pour la journée internationale des Droits des femmes le 8 Mars un rappel signifiant non appliqué sauf pour le vote et les études , tous les jours appliquons la loi dans tous les domaines , salaires , postes , statuts depuis près de 70 ans la Lutte continue :
1946
3. La loi garantit à la femme, dans tous les domaines, des droits égaux à ceux de l’homme.

http://www.conseil-constitutionnel.fr/conseil-constitutionnel/francais/la-constitution/la-constitution-du-4-octobre-1958/preambule-de-la-constitution-du-27-octobre-1946.5077.html

alain harrison 10 mars 2015 à 19 h 14 min

Bonjour.

Depuis 1946 ou 1958 préambule de la constitution.
Si je comprends, les politiciens affairistes ont tou fait pour ne pas appliquer les droits égaux entre les femmes et les hommes.

Alors, avec l’AUSTÉRITÉ déclaré « ad finitum »,

Les femmes risquent de perdre GROS !

alain harrison 10 mars 2015 à 22 h 10 min

Bonjour M. Berdagué.

«« ne pas oublier que même Tobin disait ( à la fin de sa vie ) que ça servait à rien et que nous devrions nous attacher à examiner plutôt ces mécanismes de spéculations de manne financière gagnante à tous les coups – le volume giga faisant varier les cours et en plus initiés par les infos achat/vente des proprios les mêmes de La Classe .»»

C’est pour cela qu’il faut prendre le pouvoir, le contrôle de l’économie.

Pour cela examiner le revenu de base couplé au salariat-cotisation de M. Friot.

L’image qui me vient, est la fontaine au lieu des deux baignoires.

Inspirons-nous, Podemos: mille…à travers le pays.

Le peintre se réfère à ses ébauches pour parachever son oeuvre.

Vénézuéla-Chili….

Juristique 12 mars 2015 à 16 h 24 min

Devant une déroute annoncée aux élections départementales 2015 et les sondages catastrophiques, Manuel Valls agite un chiffon rouge devant les électeurs. Au lieu de critiquer le fond où il y aurait bien à dire, notamment la politique économique proposée par front national, il s’en prend aux personnes et joue le « Monsieur va-t’en guerre ». Cet individu est pitoyable et ressemble de plus en plus par son comportement à un ex président de la république que la France ne supporte plus.

jean -pierre Hauguel 12 mars 2015 à 20 h 06 min

bien vu!

jean -pierre Hauguel 12 mars 2015 à 20 h 07 min

bien vu

alain harrison 13 mars 2015 à 1 h 04 min

Au prochaine élection, élire Valls, Hollande et tous les autres politiciens qui feront de nouvelles promesses et branlés les mêmee peurs..

Vous savez, au Québec, ça marche à 100 milles à l’heure, le PLQ a fait exactement cela. et réélu avec une majorité de députés écrasante.
Mais, étrange, 77 députés sur 125, avec 27% du sufrage absolu.
Étrange que les élections sous le régime des états de droits.

Mais qu’est-ce la démocratie ?

Hollande, en 24 h a tourné le dos à son électorat.

Qui de la gauche va se présenter, avec détermination… avec ou sans idées, de solutions, d’alternatives….

La gauche, un agenda étriqué…
Est-ce que la gauche réfléchit, ou se gargarise de dialectiques…

Podemos dans le Monde Diplomatique de janvier 2015 nous offre quelques éléments de réflexions. Et quelques pistes pour la gauche de se rénover.

Encore un rendez-vous manqué.

Ça fait parti du conditionnement ?

Vous savez ce qe signifie : le conditionnement.

Il y a deux fondamentaux….
Retomber continuellement dans les mêmes travers, se maintenir bien droit dans la réaction et tourner en rond des conflits d’opinions, trouver tous les arguments pour se diviser, maintenir l’OMERTA sur les solutions….
Ne rien apprendre du passé.

Pourtant, l’artiste conserve précieusement ses essaies, mais il en tire les lignes directrices pour parachever son oeuvre.
Marx, la ligne directrice: son analyse qui se résume en une phrase:
Le proprio détourne la plus value du travailleur.

Mais c’est le politique qui légalise cet état de fait.

Quand le peuple réclamera le revenu de base et les coopératives autogérées…
Ses portes parole prendront le pouvoir.

Mettons nos énergies sur les fondamentaux, en les expliquants clairement, nous feront l’unité.
Mais il faut le faire, dès maintenant, en montrant et démontrant les liens et les effets positifs collatéraux sur nos vies.

Laisser un commentaire

Commentaire

Nom *

Les champs marqués * sont obligatoires

Email *

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Restez en contact

Inscrivez-vous à la newsletter