L’insupportable déferlante contre la CGT

le 17 décembre 2019

La destruction des conquêtes sociales implique de salir les organisations qui les ont portées et défendues. Briser le système de retraite solidaire réclame ainsi de calomnier la CGT qui contribua à le mettre sur pied à la Libération a l’initiative d’un de ses dirigeants devenu ministre, Ambroise Croizat. Telle est la cohérence des attaques et qualificatifs infamants lancés à la tête du salariat organisé.

« Fainéants », « privilégiés », « preneurs d’otage » ; CGT « menaçante » « qui refuse le dialogue », jusqu’à être odieusement comparée à Daesh : pas un jour ne passe sans que les militants de la CGT et son secrétaire général ne fassent l’objet d’injures et de caricatures méprisantes lancées par la Sainte-Alliance médiatico-politique ultralibérale. La palme revenant à Mme Christine Clerc insultant dans un journal régional Philippe Martinez, « admirateur de l’ex-URSS » et coupable d’une «  moustache stalinienne ». Voilà qui dit tout de leur mépris de classe, de leur haine de l’ouvrier qui ose se dresser.

Des ministres jugent désormais que la CGT « appelle à gâcher les vacances de Noël des Français ». Rien de moins ! Mais est-ce bien le gouvernement qui a opportunément fixé le calendrier de sa contre-réforme, ou rêvons-nous ? Et les éditorialistes stipendiés d’embrayer sur la parole ministérielle en dépeignant Philippe Martinez en Père Fouettard dérobant les cadeaux au pied du sapin…

« Ce n’est pas la CGT qui gouverne » croyait nous apprendre hier, martiale, la porte-parole du gouvernement. Le problème, Madame, c’est qu’une majorité de nos concitoyens refuse de discuter du poids des chaines qui les lient à la régression sociale ficelée par la coalition de la technocratie d’Etat et des puissances financières internationales. Ils veulent une vraie négociation sur le « mieux vivre ». A travers ce mépris s’exprime celui du salariat organisé qui, chaque jour, fait la démonstration des divergences d’intérêts entre les puissances d’argent et les travailleurs.

La raison oblige à constater que la CGT et son premier responsable portent une parole d’intérêt général dans laquelle se retrouvent des millions de français opposés au projet gouvernemental, avec celles et ceux qui, courageusement, se mobilisent dans leurs entreprises au prix d’un sacrifice immense pour leurs familles à l’approche des fêtes. Un sacrifice de l’envergure de celui qu’ont consenti nos aînés qui ont obtenu les congés payés, le salaire minimum, la réduction du temps de travail ou la sécurité sociale, subissant alors les mêmes calomnies. Cela devrait renforcer le respect qui leur est aujourd’hui refusé.

29 commentaires


Brusi Roger 17 décembre 2019 à 17 h 47 min

De tout coeur avec vous contre ce gouvernement de profiteurs et de menteurs!.

AGNES COMMES 17 décembre 2019 à 17 h 49 min

Entièrement d’accord avec vous : vive ceux qui défendent les travailleurs , les opprimés, les exploités les sur-exploités ET tous ceux qui veulent partager les richesses de notre beau pays
 » MA FRANCE » comme la chantait si bien notre ami JEAN FERRAT avec ses belles moustaches , tout comme les belles moustaches de PHILIPPE MARTINEZ . J’aime ces moustaches de guerrilleros sud- américains !

AGNES COMMES 17 décembre 2019 à 17 h 58 min

Entièrement d’accord avec vous et tous ceux qui défendent les salariés , les exploités et les sur-exploités, notre beau pays « MA FRANCE » comme la chantait l’ami JEAN FERRAT avec ses belles moustaches , tout comme les belles moustaches de PHILIPPE MARTINEZ qui me rappellent les moustaches des guerrilleros sud américains.

GAY 17 décembre 2019 à 18 h 05 min

Merci la CGT , Merci de défendre nos droit , nos retraites , l’avenir des jeunes , LE GOUVERNEMENT RESSEMBLE PLUS A UNE DICTATURE QU’A UNE DEMOCRATIE
VIVE LA CGT QUI DEFEND NOS ACQUIS QUE NOS ANCIENS ONT GAGNER EN SE BATTANT COMME AUJOURD’HUI CONTRE UN POUVOIR DICTACTEUR .

PLANELLA 17 décembre 2019 à 20 h 24 min

Pour le durcissement de la gréve. Que vive la CGT.

Cozzoli 17 décembre 2019 à 20 h 37 min

Avec vous

J-C. Raynaud 17 décembre 2019 à 22 h 37 min

Rassurons nous , sur cette terre rien de nouveau: les chiens aboient, mais la caravane passe, alors les chiens de garde du grand capital, vous gagneriez en crédibilité en étant honnêtes,tout simplement !

Pascal Gueluy 18 décembre 2019 à 10 h 55 min

Soutien inconditionnel aux grévistes et à la CGT !

elena 18 décembre 2019 à 12 h 41 min

vive la cgt heureusement qu’elle est la c la force et la peur des patrons

Schremer 18 décembre 2019 à 16 h 13 min

Bravo et merci à la CGT !!!! Les Français sont loin d’être Ou de devenir des moutons de Panurge!

rey 18 décembre 2019 à 20 h 05 min

Pas du tout convaincant. Les énergumènes libéraux qui parlent de « moustache stalinienne » ignorent bien sûr que Staline fût un des grands hommes du XXème siècle, mais ils devinent sûrement qu’ un paltoquet européiste comme Martinez ne présente aucun danger pour leur pouvoir et leurs coffres-forts.

Passicousset 19 décembre 2019 à 3 h 01 min

Encore ce matin 18 décembre sur l’antenne d’RMC, une chroniqueuse qualifiait les grévistes de l’énergie de fachos aux pratiques staliniennes… les « nouveaux chiens de garde » sont bien dressé et mordent de bon cœur. Un exemple pitoyable parmi tant d’autres.

PIOLI Serge 19 décembre 2019 à 13 h 53 min

La CGT commence à nous casser les pieds avec son jusqu’au-boutisme obtus.
Ce matin coupure de courant dans mon quartier (QPF). C’est illégal !
Il y a qqs jours, suppression de mon train pour rejoindre ma famille pour les fêtes à Paris.
Qui voulez-vous « emmerder » pour gagner? Les vieux qui ont travaillé toute leur vie et qui espèrent la finir tranquillement ?
Vous allez finir par nous mettre dans la rue pour CONTRE-MANIFESTER. Et on ne sera pas que 10% de syndiqués ….

Vercambre 20 décembre 2019 à 10 h 57 min

Depuis le début de ce quinquennat et son orgie de casses sociales, tous les opposants au régime sont logés à la même enseigne !… Insultes, mépris, répression, harcèlement et autres violences verbales, physiques et/ou psychologiques… Tout est bon pour dénigrer, salir et humilier celles et ceux qui s’avèrent être « une MAJORITÉ de français-es » qui s’élève contre « cette MINORITÉ dominante » imposée « par effraction » !…
Mais au fait !… C’est quoi déjà « une République Démocratique » ???…

Ravi 20 décembre 2019 à 15 h 13 min

La CGT et consorts sont entre dans la  » dissidence  » des que macrotte à voulu toucher leur regime special de retraite. Mais ils oublient que cela fait 13 mois que les GJ sont dans la rue pour s’opposer à ce macrotte. Si ils ( les syndicats) eataient entre dans la contestation depuis le debut macrotte ne serait pas entrain de nous spollier de notre regime de retraite. Mais il n’est jamais trop tard!!!!!

alain harrison 1 janvier 2020 à 5 h 03 min

Bonjour.

Merci de relever le fait que les GJ, depuis 13 mois, manifestent versus les syndicats qui réagissent tardivement sur certaine question de la retraite dont tout semble être ramener à L’ÂGE PIVOT ????

Je conseille de lire cet article:

Grèves réformistes ou action révolutionnaire, il faut choisir
mardi 31 décembre 2019, par Robert Paris
éditorial
Il faut choisir : la grève syndicale par corporation, la grève par procuration, le mouvement réformiste par journées d’action, respectueux de l’ordre capitaliste qui mènent à l’échec ou… la révolution sociale

Sur le cite:
matierevolution.fr

Un extrait:
«« Ce n’est pas les salariés du privé qui ont décidé de ne pas se joindre à la grève des retraites mais les appareils syndicaux qui, pour l’essentiel, n’ont déposé des préavis que pour des journées d’action passives, avec des actions communes qui ne sont que des promenades passives et n’ont aucun caractère dynamique permettant de mener à l’extension du mouvement, à la jonction des grèves locales, à leur liaison avec des secteurs pas encore en grève, avec la formation d’assemblées décisionnelles, interprofessionnelles, allant organiser des meetings dans des quartiers populaires, allant organiser des assemblées dans d’autres secteurs en grève ou pas en grève. Ce caractère vivant, dynamique, et dangereux pour les classes possédantes est formellement exclu par les appareils syndicaux qui sont à la manœuvre dans tout le pays.»»

Mais peut-être que cette convergence passagère en fera questionner plus d’un.

On la rejoue trop. OUI NON
Avis à ceux qui s’extasient aux idées.

Moi-même commence à en avoir mon voyage. Du Québec, les contradictions de QS commencent à me gratter.

Mais qui n’est pas récupéré?

DEPAGNE 20 décembre 2019 à 15 h 31 min

qui a tire le premier pour la réforme des retraite c’et bien le gouvernement qui veut a toute fin les diminuer pour tous les travailleurs et en plus les bloquer Non ce n’est pas acceptable Faisons comme Zidane avec son coup de boule contre son provocateur on condamne ce lui qui répond et non celui qui cherche la guerre

Omar Zaoui 21 décembre 2019 à 8 h 55 min

Tout à fait d’accord

Monier 22 décembre 2019 à 15 h 53 min

Non ce ne sont pas les syndicalistes responsables de cette situation mais bien le gouvernement de M Macron et de ses acolytes qui refusent d écouter le peuple. Alors continuons la lutte pour que ce projet soit retiré et qu enfin une discussion commence en prenant en compte les besoins des salariés.

janine GEVAUDAN 22 décembre 2019 à 17 h 42 min

macron et sa clique sont non seulement responsables mais excessivement dangereux pour le peuple , avez vous compris à quel point ils meprisent ,détestent, ceux qui disent la vérité ,vive la gréve
tenez bon
une retraitée

Lestienne 22 décembre 2019 à 17 h 55 min

Tout mon soutien à la cgt continuez

Le Gall Jean René 22 décembre 2019 à 18 h 48 min

Ma compagne Christine Nuez, qui recevait votre lettre, est malheureusement décédée accidentellement. Je souhaite prendre le relais et recevoir votre lettre. Sans des forces comme la CGT que deviendri
ons nous ?

Nicole Zurich 23 décembre 2019 à 0 h 21 min

D’accord avec ce papier. Je suis écoeurée!

Tabary 23 décembre 2019 à 0 h 44 min

Bonjour Patrick Le Hiaryc, il est clair que le seul syndicat vraiment combatif, avec Sud Solidaires et parfois FO, est descendu en flèche par tous les merdias. Cependant, on ne peut perdre de vue que les modes de mobilisation et d’action changent et que les syndiqués de base, voire nombre de non syndiqués, sont plus revendicatifs que les centrales. Si Philippe Martinez était resté dans la rue et n’avait pas annoncé qu’il prendrait quelques vacances, le front anti-cgt aurait été moins fort. Nous sommes par ailleurs dans un mouvement de contestation qu’aucun syndicat ni aucun parti ou mouvement politique ne domine ni ne dirige. Les énergies qui se déploient viennent de tous côtés. Impossible de fermer les yeux sur ces changements. Il me semble donc essentiel que chaque syndicat et chaque parti puisse remettrez en question ses propres pratiques.
Un article de fond sur le financement des syndicats et notamment de la CGT, ainsi que sur leur structure hiérarchique me semblerait bienvenu, pour remettre les choses à plat et faire taire les critiques les plus acides. Il me semble évident que les pratiques syndicales doivent profondément changer. Où nous nous orienterons vers un syndicalisme à l’allemande où tout le monde doit se syndiquer dans l’idée que tout se joue dans la négociation (et franchement, quand on observe les résultats, on ne peut pas s’en réjouir), ou nous retrouvons un syndicalisme issu de la base des travailleurs, bien plus actif et démocratique, où les centrales devront revoir leurs modes de fonctionnement. Alors si je partage beaucoup de vos réflexions, j’aimerais qu’un travail de fond soit fortement encouragé car il me semble plus que nécessaire aujourd’hui.
Mille amitiés camarade, Lydia Tabary

Mien 23 décembre 2019 à 13 h 07 min

Je suis de tout cœur avec les revendications de la CGT pour que notre système sociale par répartition soit préservé des requins de la finance et des fond de pension.

Diaz Manuel 25 décembre 2019 à 10 h 13 min

Il est scandaleux de constater que les journalistes qui animent les principales chaines de télévisions sont les petits soldats de Macron et son gouvernement. C’est insupportable. la situation sociale de la France aujourd’hui devrait réveiller les mémoires. c’est bien après la libération de la France en 45, alors que le pays était détruit en parti, les caisses vide par l’effort de guerre. c’est dans cette situation et par des grandes luttes, que le conseil conseil national de la résistance votait les grandes avancées sociales. Aujourd’hui, par manque de conscience politique, de mémoire, toutes ces avancées, ainsi que les services publics sont menacées. Demain ça sera le tour aux congés payer d’être mis en cause par les grands financiers de ce monde
Marcher pacifiquement dans la rue ne suffira pas..

..

Le.ché 25 décembre 2019 à 17 h 57 min

Bravo Martinez tu as fait ton travail et pris la bonne solution, retrait du projet de réforme des retraites c’est l’unique et la bonne solution, on en veut pas c’est tout.

Garandel Rémi 26 décembre 2019 à 16 h 49 min

Le gouvernent ses sbires et autres défenseurs de la casse ultra-libérale sont à bout d’argument pour défendre cette casse de la retraite preuve de leur haine envers le peuple

Lionel Bredeau 30 décembre 2019 à 20 h 27 min

Tout à fait d’accord ! Macron et son gouvernement sont bien plus méprisables que la CGT qui, depuis des décennies, s’est toujours battue pour le vrai progrès social. En 1995 j’ai mené avec un camarade CFDT la grève pour les maitrises et cadres de la direction régionale SNCF où je dirigeais un service. Très fier d’avoir participé au retrait du plan Juppé et à l’abandon du contrat de plan SNCF/Etat qui préparait déjà l’ouverture à la concurrence, je souhaite une belle réussite aux salariés impliqués dans le conflit actuel, dans les entreprises privées et les services publics. Macron doit caler ! Cela donnera un grand bol d’air à des millions de personnes !

Laisser un commentaire

Commentaire

Nom *

Les champs marqués * sont obligatoires

Email *

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Restez en contact

Inscrivez-vous à la newsletter