Danger : refusons l’Europe nord-américaine

le 17 mai 2013

@unmondedavance

Nous ne saurions que conseiller fortement aux agriculteurs, aux créateurs, aux consommateurs, aux salariés de toute profession, à leurs syndicats et associations de s’intéresser de près à un projet extrêmement dangereux pour eux : celui de la mise en place d’un grand marché transatlantique.

Il s’agit, selon ses instigateurs, de construire un vaste espace de libre échange intégral entre l’Union européenne et les Etats-Unis. Ce serait une sorte d’intégration des pays européens dans un vaste espace économique, politique et militaire, dominé par le grand capital des Etats-Unis. Ce projet date déjà de plusieurs années, mais, il vient d’être relancé par le très droitier président de la commission de Bruxelles, M. Barroso. Quelques jours après qu’il eut fait cette proposition de reprise des discussions sur ce sujet, M. Obama, le Président des USA lui a répondu favorablement en disant clairement qu’il s’agissait surtout de « défendre les emplois américains ». Et Mme Clinton avait qualifié ce projet « d’OTAN économique ».

Les dirigeants nord-américains considèrent que l’Union européenne est si affaiblie par la crise qu’elle va se coucher face à leur demandes. « Les européens ont plus faim d’un accord… ce qui a changé je pense, c’est qu’à travers toute l’Europe ils  reconnaissent avoir du mal à trouver une recette de croissance »  a renchéri hilare Barak Obama, le 12 mars dernier. De son côté, M. Barroso sait qu’après les prochaines élections européennes, arrivera la fin de son mandat en novembre 2014. Personne ne défendra plus sa candidature comme Président de la Commission de Bruxelles. Il cherche donc une bonne place dans le giron des dirigeants nord-américains. Déjà de Bruxelles et du Portugal, certains de ses proches lui préparent le terrain pour un atterrissage dans une institution internationale à Washington. Et pour cela, il est prêt à vendre l’Europe, ses travailleurs, ses services, sa culture, son agriculture, pour un mauvais plat de lentilles. Il ne faut surtout pas laisser faire ! Ce sont eux les vrais anti-européens.

Leur projet a pour objectif de faire disparaître le peu de barrières douanières restantes entre les Etats-Unis et l’Union européenne. Au-delà, ils veulent harmoniser à la baisse toutes les réglementations, toutes les normes qui limitent ou empêchent encore une libre circulation totale des produits agricoles, industriels, culturels et de services. Les services publics, les systèmes de protection sociale, de protection de l’environnement, les normes existantes pour l’accès au marché public, les droits intellectuels, la diversité culturelle, les normes de protection de santé, sont menacés.

Si un tel traité venait à être signé, il aurait malheureusement un caractère quasi irréversible parce que le traité de Lisbonne a gravé dans le marbre toute décision européenne relative au commerce et aux tarifs douaniers. Toutes les politiques seraient soumises au droit social et environnemental nord américain. Les dirigeants des Etats-Unis veulent importer sans limite demain en Europe des produits actuellement interdits comme le bœuf aux hormones, le poulet traité à la chlorine, d’autres viandes à la ractopatine, et le porc a l’acide lactique. Rien ne servirait plus de disposer de productions d’appellation d’origine géographique jusque là protégées.

Bref, pour les biens culturels comme pour l’agriculture et la qualité alimentaire se serait un véritable massacre. Il est impératif de se mobiliser pour s’y opposer avec force. Ce projet n’a d’autre objectif, comme l’a dit récemment un certain M. Bruce Stokes, responsable d’un fonds américain, que « le capitalisme version occidentale reste la norme mondiale ».  Voilà la raison fondamentale pour laquelle les grandes firmes multinationales nord-américaines mais aussi européennes veulent faire sauter toutes les normes de protection qui existent encore en Europe pour imposer les leurs. D’ailleurs, derrière ce projet, il y’a un groupe de politicien organisé dans un « réseau de politique transatlantique » et de puissantes multinationales comme la banque City Group, Coca-Cola, Nestlé, Microsoft, Unilever, Walt Disney, Bayer, et jusqu’à peu il y avait aussi le groupe Mittal. Et leur allié en Europe n’est autre que le Président de la Commission européenne lui-même qui est déjà l’un des principaux responsables de la crise et de la destruction des droits sociaux. Dans l’actuelle division internationale du travail et de la production, le capital allemand y trouverait largement son compte. Voilà pourquoi Mme Merkel y est partie prenante.

La France y perdrait beaucoup. Ne laissons pas ce projet, avec la braderie de l’Europe, des droits sociaux et environnementaux, qui en résulterait se concrétiser.

9 commentaires


mariepierrequessada 17 mai 2013 à 20 h 26 min

Je suis entièrement d’accord et même plus que ça…!!!
La question est : « que pouvons-nous faire pour nous y opposer, dans la mesure où nous n’avons pas notre mot a dire en ce qui concerne les décisions européennes…???!!! »
Je ne me souviens pas avoir été consultée lorsque le petit a signé ce traité (anti-démocratique)…
Depuis lors, nous, Français,, n’avons d’autre choix que celui de nous plier et subir les exigences de l’Europe.
N’est-ce pas…?
En ce qui me concerne j’avais déjà flairé l’arnaque, lorsque Chirac nous l’avait proposé… Mais lui, au moins, avait accepté notre décision… (Contrairement à sarkozy qui ne comprend pas quand les Français disent : NON!!! Elire un dictateur = assumer le fait de ne pas être consulté quant aux décisions fondamentales…)
Alors quoi… Descendre dans la rue pour manifester…? Je n’y crois guère… Seule une révolte du peuple Français serait susceptible de stopper les ardeurs de parlementaires corrompus, via un sursaut de notre gouvernement….
En outre, je ne me permettrais pas, contrairement à beaucoup de concitoyens, de mettre en cause notre gouvernement actuel… j’ai carrément de la compassion pour Francois Hollande. j’ai l’impression qu’il se débat comme il peut, depuis qu’il a pris en charge notre pays parce-qu’il est pieds et poings liés par rapport au traité que sarkozy a effectivement, gravé dans le marbre.

Michel Berdagué 18 mai 2013 à 10 h 45 min

Oui Patrick , l’ enjeu est terrible : soit nous devenons un nouvel état américain avec la mise au rencard de notre préambule de 1946 issu du C.N.R., de notre sécurité sociale ,de tous nos services publics …soit nous nous mobilisons et pas que nos responsables mais toute la citoyenneté , avec tout le monde du travail , paysans , ouvriers , cadres , recherche , pour déjà que ce Président sorte de cet Otan économique à la « Chicago boys » mais là étant atlantiste et pro Medef et Commission U.E. et pro Troïka , il a choisi son camp an signant ce TSCG Sarkozy/Merkel et l’ ANI Medef/cfdt pour casser le Code du travail et le mettre aux normes américaines avec toutes les complicitésdes politiques bourgeois droite/ gôche.
Depuis 1945 la France représente un exemple pour eux à ne pas suivre , il faut se souvenir des fusées qui étaient mises à l’ index , notre production dans l’ aviation , en passant par la découverte du VIH , jusqu’ à piquer les brevets d’ Alcatel par Lucent en faillitte …etc Nous sommes les vilains petits canards et surtout pour eux un exemple à ne pas suivre : il faut voir le piétinement pour appliquer une sécurité sociale pour toutes et tous , et là déjà sous Clinton.
Francis Wurtz en Février 2013 a prévenu dans son article à relire : » G.M.T.: attention danger » , aussi à voir ces mécanismes de casse et de soumission à l’ ordre mondial en cassant tout, le docu/film de Ken Loach :  » l’ esprit de 1945″ diffusé dans une seule salle à Paris/IdF et dans 3 salles en France .La censure au temps de leur « libre concurence » bat son plein pour rendre invisible toute critique de la réalité, là c’ est le réel quotidien .
Debout , la Lutte continue . Nous ne sommes pas prêts à bouffer notre ration de Macquick.

LEMILITANTSANSFRONTIERES 17 mai 2013 à 21 h 19 min

Absolument,il faut insister la dessus! Sur tous les toits, ilfaut le crier! Aucun jeu ne doit être permis dans ce sens. Il faut s’opposer catégoriquement à cet état de fait, c’est une forme de phagocytose pure et simple.
L’Europe serait le dindon de la farce et la société européenne en général serait la plus perdante.Il ne faut pas accepter ce machiavélisme d’un autre temps mais qui ne dit pas son nom.
Que tous ceux qui sont conscients de ces enjeux et qui sont dans les structures dirigeantes agissent massivement et au plus vite.
Merci PATRICK, il y a au moins des hommes qui veillent.
Ne lâchez pas.

Jean-Claude Mouette 18 mai 2013 à 5 h 36 min

Il est urgent de quitter « l’europe », afin de ne pas nous retrouver enfermés dans ce traité et dans le « gouvernement économique européen » voulu par françois.
Il faut quitter l’otan, le fmi, la banque mondiale.

Il nous faut retrouver notre indépendance et nous lier avec tous les pays qui le voudront par des accords basés sur nos intérêts réciproques, sur la recherche de la paix, sur le respect des hommes et de la terre.

Il ne faut plus élire le président au suffrage universel, c’est la négation du pluralisme.
Il faut le scrutin proportionnel à toutes les élections.

Il faut quitter l’Europe avant que la France n’ait été détruite.

Cordialement.
Jean-Claude MOUETTE
9, rue Jean Racine
78500 SARTROUVILLE.

Yvan 18 mai 2013 à 13 h 02 min

Bonjour,

Que font alors les TALD, TAED par exemple ? Ne sont-elles pas en charge de veiller à construire des accords transatlantiques acceptables ?
http://fr.wikipedia.org/wiki/Dialogue_transatlantique_des_travailleurs

Yvan

Apocatime François 18 mai 2013 à 14 h 49 min

C’est bien gentil de nous alarmer sur le caractère nord américain que prend l’Europe et je souscris totalement à votre analyse… Cependant il aurait été aussi judicieux de dire que l’Union européenne est depuis sa création à l’origine sous tutelle américaine… Il aurait fallu écrire que Jean Monnet, présenté en France comme l’un des pères de l’Europe, n’était rien d’autre qu’un agent de la CIA… Alors le traité transatlantique n’est qu’une étape de plus dans la main mise des Etats-Unis sur notre continent comme en témoigne les dossiers déclassifiés de l’administration américaine…

http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/europe/1356047/Euro-federalists-financed-by-US-spy-chiefs.html

LaCec Sainti 21 mai 2013 à 16 h 15 min

La suprémacie blanche force super-maxi-géante ! Le projet est toujours d’actualité !

Greta Alegre 24 mai 2013 à 15 h 58 min

Bonjour, cela fait des semaines, si pas des mois, que nous sonnons l’alerte sur FB. Marie-Christine Vergiat nous transmet tous les votes. C’est désespérant car nous sommes là, comme des idiots, sans pouvoir rien faire vu que ce Parlement est totalement à droite et en faveur et que de plus nos parlements respectifs, je suis belge, ne bougent pas le petit doigt vu qu’apparemment ils sont en majorité d’accord. Des manifs ??? Il en faudrait d’immenses, partout en Europe. Qui va s’y mettre ? De plus, les médias passent ce traité complètement sous silence. Moi je désespère et j’en ai plus que marre. Une solution ??? une idée ??? désolée, mais c’est le ras le bol total.

mariepierrequessada 24 mai 2013 à 22 h 49 min

Bonjour,

Je suis exactement dans le même cas que vous. Je me sens totalement, et de plus en plus, impuissante en ce qui concerne tout ce qui se passe en europe et dans le monde. Je suis affligée de savoir que nous sommes prêts de perdre notre autonomie, nos droits, etc… à cause de ce futur traité totalitaire. Je n’arrête pas de le dire : « des manifs… » à quoi cela servirait-il??? Je sais pertinemment que cela n’arrêtera pas la machine… Une révolte de tous les citoyens européens, voilà ce qu’il faudrait!!! Mais comme vous le dites, les médias ont dû avoir ordre de se taire puisqu’ils n’en parlent même pas…!!! Il nous faut trouver une idée qui frappe, mais vite!!!!!! J’en viens vraiment à desepérer! Je me dis que quoi qu’on fasse, maintenant que nous sommes liés par le traité de mastritch, signé par le p’tit rat, on est foutu. A présent, l’europe parle et signe en notre nom…!
Et sans être devin, je vais vous dire ce qui va se passer…
Peu à peu, l’élite prendra de plus en plus de décisions desservant le peuple, nos salaires (pour ceux qui ont encore la chance d’avoir un emploi) vont être nivelés au niveau européen et plus tard, au niveau mondial. Et la fin, à ce moment là, sera proche…
Le nouvel ordre mondial est ficelé, ils sont sur le point d’aboutir à leur plan machiavélique. Petite élite souveraine totalitaire d’un côté (du meilleur, en l’occurrence) et esclaves de l’autre (oui, le mot est juste, esclaves!) traivaillant pour l’élite, contrôlé par l’élite, jugés par l’élite…

Laisser un commentaire

Commentaire

Nom *

Les champs marqués * sont obligatoires

Email *

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Restez en contact

Inscrivez-vous à la newsletter