Un vote pour défendre le travail

le 31 mai 2017

Après que M. Gattaz eut déclaré au lendemain de l’élection présidentielle qu’il était sur « un petit nuage », son vice-président au Medef, M. Lanxade, en précise les raisons et ce qu’ils espèrent de la nouvelle présidence. Il demande d’aller vite pour détruire le code du travail : « parce que les entreprises attendent, il faut faire en sorte que cela puisse être effectif le plus tôt possible ». Et pour avoir la certitude que cela se fasse, il donne sa consigne de vote pour les élections législatives. « Il faut qu’il y ait une majorité pour que les ordonnances puissent passer » insiste-t-il. On ne peut être plus clair !

Forts d’une telle recommandation, les salariés comme les privés d’emploi savent ce qu’il leur reste à faire s’ils veulent empêcher un nouveau recul de leurs droits qui fera grandir leur précarité sans pour autant créer le moindre emploi. Il leur faut aller voter le 11 juin avec en tête la volonté qu’il n’y ait pas de majorité du parti du Président et de la droite à l’Assemblée nationale. En effet, le danger vient des deux côtés. Depuis quelques jours, non content d’avoir le premier ministre et d’occuper tous les étages de Bercy, M. Baroin explique qu’il est prêt à faire le chemin avec M. Macron, à condition … d’être lui-même désigné à Matignon. Ensemble, ils veulent obtenir une majorité pour cette fois mettre totalement à bas la législation du travail et l’aligner sur les standards européens voire mondiaux.

Le monde du travail et de la création, les retraités et les chômeurs auront le plus grand intérêt à se souvenir du comportement des députés lors du précédent quinquennat pour, cette fois, donner beaucoup plus de poids à ceux qui ont montré au Parlement leur engagement au service d’un code du travail protecteur en refusant les lois dites « Macron et El Khomri ». Ils ne l’ont pas fait pour maintenir le statuquo. Leur engagement vise à la protection des travailleurs dans une période où la concurrence, le pilotage par la performance quantitative sous domination des critères financiers dictés par des actionnaires avides et pressés, mine l’activité réelle et les individus. Le travail lui-même est malmené et procure de moins en moins le sentiment de réalisation personnelle et d’émancipation. Tout le contraire de ce qu’appelle notre époque et l’enjeu de civilisation d’une nouvelle manière de produire et de consommer, à l’heure des révolutions numériques, robotiques, écologiques et démographiques. Or, en guise de modernité, le nouveau locataire de L’Elysée en tandem avec son premier ministre de droite n’ont pour principal souci que le retour aux lois du dix-neuvième siècle, pour un libéralisme encore renforcé, celui-là même qui provoque la colère et trop souvent le désespoir des classes populaires et alimente l’extrême droite.

Parce qu’il n’a pour seule ambition que de satisfaire les grandes entreprises et les exigences de rémunération du capital, le pouvoir ne considère le travailleur que comme un sujet qui coûte. Il ne voit jamais en lui cette personne qui ne demande qu’à se réaliser et à prendre part à une activité humaine, enrichissante parce qu’utile à la marche en avant de la société et de celles et ceux qui la composent. Un « en commun » moteur de réalisation personnelle, à l’opposé de l’air du temps dominant qui pourtant démontre que la seule recherche du profit maximum et instantané est antinomique avec le libre développement des êtres humains sur une planète vivable.

Quant à l’utilisation des ordonnances durant l’été pour un projet régressif, si elle est éminemment condamnable, elle ne saurait faire oublier le contenu du projet qu’elles accompagnent. C’est la méthode comme le fond du projet que nous combattons. Il faudra donc des députés  qui ne voteront pas ces ordonnances qui donneraient carte blanche au pouvoir pour aller plus loin dans le détricotage du code du travail.

Un droit du travail adapté aux temps qui viennent impliquerait des droits nouveaux entourant la mobilité du salarié, sa garantie de ressources liée à des périodes de formation ou d’activités pour le bien commun et de nouveaux pouvoirs d’intervention dans la gestion des entreprises et des services. Les parlementaires du Front de gauche avaient déposé il y a plusieurs mois une proposition de loi baptisée « pour une sécurité d’emploi et de formation » allant dans ce sens.

A l’opposé d’un code du travail décliné entreprise par entreprise, dans des rapports de forces favorables à ceux, patrons et actionnaires, qui les dirigent, tous les travailleurs doivent pouvoir disposer des mêmes droits, partout.

Une majorité de salariés comme les 7 millions d’électeurs qui ont accordé leur confiance à Jean-Luc Mélenchon et d’autres encore partagent cette exigence de justice.

Circonscription par circonscription, qu’ils sachent trouver les voies de leur unité et de leur efficacité nous apparaît le moyen le plus sûr de défendre leurs intérêts. C’est notre vœu le plus cher.

13 commentaires


Charles Françoise 4 juin 2017 à 18 h 20 min

Retour vers le Moyen Âge !
Voilà comment résumer cette future loi Macron…

Julien Ranecroy 4 juin 2017 à 18 h 54 min

D’accord. Mais alors, pourquoi avoir demandé qu’on vote pour lui ? Vous saviez très bien que MLP n’avait aucune chance.

alain harrison 4 juin 2017 à 22 h 25 min

Bonjour.

«« Parce qu’il n’a pour seule ambition que de satisfaire les grandes entreprises et les exigences de rémunération du capital, le pouvoir ne considère le travailleur que comme un sujet qui coûte. Il ne voit jamais en lui cette personne qui ne demande qu’à se réaliser et à prendre part à une activité humaine, enrichissante parce qu’utile à la marche en avant de la société et de celles et ceux qui la composent.»»

Et il en sera toujours ainsi.

Je conseille de regarder ce petit document: le néo-libéralisme se remet à niveau: le statu quo à valeur ajoutée. (Mon intitulé)
Sur canal savoir (Québec)
Les Rendez-vous avec nos PDG 2017
L’épisode
Sophie Brochu
Sophie Brochu, présidente et chef de la direction à Gaz Métro, pose la question : sommes-nous collectivement prêts pour la suite?
http://www.canalsavoir.tv/emission/pdg_2017
Pour visionner la vidéo: cliqué sur (voir l’épisode)

L’UE a montré son véritable visage, mais pas grande réaction, juste des oui mais.

La classe moyenne a peur pour son pouvoir d’achat.

La classe professionnelle a peur pour ses avantages.

Et ainsi de suite.

Le 1% a peur……………

Mme Costes colette 5 juin 2017 à 13 h 19 min

Mr Le Hyaric
Je partage votre avis En ce qui concerne les élections législatives !
J’espère qu’il y aura une majorité contre la loi El Kombi etc…et autres mauvaises intentions du
Gouvernement et du médecin.

Mme Costes colette 5 juin 2017 à 13 h 27 min

Mr Le Hyaric
Je partage votre avis En ce qui concerne les élections législatives.
J’espère qu’il y aura une majorité de votants Pour l’annulation de la loi El Kombi et contre les intentions du gouvernement et du médef.

Mme Costes colette 5 juin 2017 à 13 h 39 min

Mr Le Hyaric
Je partage votre avis En ce qui concerne les élections législatives.

J’espère qu’il y aura une majorité de votes contre le changement du code du travail,contre la
Loi El khomri ,et toutes les réformes du gouvernement et du medef.

MEYNIER Michel 5 juin 2017 à 16 h 21 min

La désignation de Macron par la « finance » est bien décrite dans le New York Times du 8mai par Boualem Sansal https://nyti.ms/2pmyDRD
Michel ONFRAY a la une analyse proche dans l’OBS n°2743 de cette semaine
Les nuits debout ne sont pas terminées.

alain harrison 8 juin 2017 à 3 h 18 min

La FI-JLM ont le vent dans les voiles, alors la gauche doit souffler dans la même direction pour les quelques années à Venir. Pas encore un feu de paille !

Que la diaspora de la gauche sache découplé ses intérêts politiques et idéologiques pour ceux du Peuple. Les grands enjeux synergiques à effet collatéral sur l’ensemble.
Que la gauche fasse le point sur une action globale et cohérente basé sur les vraies solutions.
D’abord trouver les vraies solutions, le critère fondamental: ses effets collatéraux de nature synergique, son potentiel de changement radical effectif progressiste, sa capacité à rassembler et à s’implanter naturellement.

Il faut savoir expliquer simplement et démontrer que l’alternative est bien réel.
Que le passage du système libéral à la société d’épanouissement de l’humain peut se faire systématiquement………..

Concevons ensemble à partir des solutions pour l’alternative écolo-social-économie alternative. Avez-vous bien regarder le potentiel du tout PIB à la cotisation, du revenu de base jumelé au salariat, aux coopératives autogérées versus les emplois fictifs de la finance qui prend de l’ampleur.
Ne perdons pas notre temps en périphérie, mais occupons-nous des points centraux qui ont de véritables effets, qui sont des leviers véritables: Liberté Égalité fraternité: l’Humain d’Abord dans le respect de la Nature.
Dans le cadre de la Vraie Coopération, la surpopulation sera peut-être résorbable.
Voulons-nous que ceux qui viennent après nous s’adaptent à un monde étouffant.
L’être humain est très malléable, la nouvelle génération est facilement conditionnable. Sommes-nous devenus indifférent ?
La surpopulation est une question difficile, c’est maintenant qu’il faut y penser.

Il y a bien des égos qui doivent commencer à réfléchir et sur bien des sujets.

Ou bien nous sommes pro-actifs ou bien ils vont souffrir de notre indifférence. (le su et le non su Korzybski).

alain harrison 8 juin 2017 à 20 h 06 min

Au Vénézuéla, la Constituante va son chemin. Enfin une initiative d’envergure, une occasion pour le monde qu’il est possible de sortir du capitalisme pour une économie solidaire, de coopération et complémentaire (des échanges justes et complémentaires) enrichissantes pour tous.

L’Assemblée Constituante, un visage nouveau pour la République
7 juin 2017

Regain d’activité politique au Venezuela où trois grands scrutins sont prévus d’ici le début de 2018 : le premier en juillet pour choisir les députés à l’Assemblée Constituante – la population sera ensuite consultée par référendum sur le nouveau texte. En décembre la population élira les gouverneurs et des assemblées législatives pour chacun des 24 états. En 2018, l’élection présidentielle permettra aux citoyens de choisir entre retour au néolibéralisme ou poursuite du socialisme bolivarien.

On mesure le pouvoir d’un champ médiatique abandonné par la gauche aux grands groupes privés quand on voit qu’un pays qui a mené plus de scrutins que tout autre processus progressiste dans le continent latino-américain, qui dispose de ce que Jimmy Carter appelait dès 2012 « le meilleur système électoral du monde » et dont la majorité de l’économie et des médias sont privés et d’opposition, soit perçu comme « une dictature »…………………….

« Introduction : ces dernières semaines au Venezuela, malgré les violences des secteurs radicaux de l’opposition, différentes organisations de base organisent des assemblées pour mettre au point les propositions destinées à nourrir les débats de l’Assemblée Constituante qui pourra modifier profondément le texte actuel et la structure de l’État.

« Participant 3 : en tant que secteur étudiant et mouvement de jeunesse, nous nous sentons partie prenante de ce processus constituant qui est un processus de repolitisation, c’est une occasion de participer au destin de notre République Bolivarienne, la jeunesse représente plus du tiers de la population et les deux tiers de la population active. C’est pourquoi nous appelons chacun à prendre part à ce processus, à discuter avec toute la complexité, l’analyse nécessaire, la volonté et l’amour pour construire ce que nous appelons la patrie nécessaire.

« Participante 4 : face au blocage du dialogue politique, le président Maduro a lancé le processus de l’Assemblée Constituante,…………..
En tant que mouvement de femmes, nous demandons depuis des années qu’on dépénalise l’avortement,………..
les tribunaux ou le Parquet national n’agissent pas en fonction des lois créées par la révolution. Ce nouveau texte doit aussi embrasser la structure communale du pouvoir, cesser de tourner le dos à cet héritage du commandant Chavez et son « la commune ou rien ».

« Participant 2, reprenant la parole :………..
Selon des sondages de la firme privée Hinterlaces, 74 % des vénézuéliens ont confiance dans la sortie de crise et 82 % rejettent les violences. L’analyse de ces chiffres indique l’importance de l’espoir collectif et nous donne l’énergie nécessaire pour parier sur cette assemblée constituante et sur un processus pacifique. »

Vénézuéla Infos wordpress

alain harrison 8 juin 2017 à 20 h 19 min

IL Y A URGENCE de prendre garde aux pièges, encore et toujours apprendre ou ne pas apprendre des leçons.

1)Venezuela : Réponse aux intellectuels de gauche qui ont signé un manifeste contre le Gouvernement, un article d’ Enrique Dussel fondateur de la Philosophie de la Libération et initiateur de la théologie de la Libération publié par Alba  Ciudad le 5 juin 2017 et traduit par Françoise Lopez. Une bonne argumentation à utiliser sans modération…

2)Venezuela : Les Etats-Unis et 18 pays commencent des manœuvres en face du Venezuela, un article de Cubadebate du 7 juin 2017  traduit par Françoise Lopez. 

3)Venezuela : Le Gouvernement entame des négociations avec l’opposant Leopoldo López, un article de Cubadebate du 7 juin 2017  traduit par Françoise Lopez.

alain harrison 8 juin 2017 à 23 h 28 min

Mais j’y pense, Macron pour qu’il puisse utilisé le 49-3 devra avoir une majorité de députés asservis ?!

Il faut relire cet article pour voir et faire le point sur la capacité du chef d’état d’utiliser le 49-3 sans entraves ?!

Jean-Pierre Massias
Fondateur et Directeur de la Revue Est Europa
Yves Pascouau
Analyste politique au European Policy Centre
Publication: 15/06/2014 08h43 CEST Mis à jour: 15/06/2014 08h43 CEST
 
Présidence de la République: sortir de l’impasse!

………………………….. Afin de permettre au Président nouvellement élu de mettre en œuvre sa politique, l’élection législative a jusqu’à présent confirmé l’élection présidentielle. En pratique, le programme du président de la République est porté par les députés de la majorité qui l’ont soutenu lors de la campagne et qu’ils sont tenus de mettre en œuvre une fois élus. De fait, le système français ligote les parlementaires au programme d’un seul. ………………

S’il est incontestable que Nicolas Sarkozy et François Hollande ont gagné l’élection suprême, il est moins sûr qu’ils aient construit une stature durable de chefs de la majorité.
Enfin, ces changements successifs du paysage politique ont également modifié le rôle des partis politiques. Transformés en écuries au service du candidat à l’élection présidentielle, ces partis ont délaissé leur rôle d’échange et de confrontation d’idées, de fabrique d’idéologie, au profit d’une idéologie formatée et calibrée, destinée à faire gagner le candidat.
Une redistribution des pouvoirs et de la représentativité
Face à un tel tableau, deux modifications s’imposent.
Elles concernent, tout d’abord, les pouvoirs du président de la République,……………

http://www.huffingtonpost.fr/jeanpierre-massias/presidence-de-la-republiq_b_5488111.html

Mais que dit la Constitution sur l’utilisation du 49-3 ?

Il doit y avoir des balises ?

alain harrison 8 juin 2017 à 23 h 50 min

La Constituant su Peuple souverain.

Ce n’est pas la décision de l’état, mais du Peuple.

Il est temps que le Peuple prenne ses responsabilités NON OUI.

Attendre l’Homme ou la Femme………….

alain harrison 9 juin 2017 à 0 h 04 min

Nous faisons face à deux tendances.

En ce moment le privé privatise le pouvoir politique.

La gauche, le Peuple Souverain est en perte de vitesse, le pouvoir politique lui échappe complètement.

Le Vénézuéla devra soumettre cette position lors de la Constituante, une occasion ?!
Pas de place à la mollesse, mais de la détermination, des arguments et démontrer que c’est la Voie naturelle, comme l’Évolution sonne la fin des croyances, la pensée archaïque doit faire place à la lucidité scientifique. Dans la mesure que le bon sens prime, la Raison quoi.
Ignorance des époques obliges versus la Connaissance de notre époque.

Mais la malhonnêteté intellectuelle instrumentalisée et le recul intellectuel sont un des défis à relever.

Moi, c’est claire.

Laisser un commentaire

Commentaire

Nom *

Les champs marqués * sont obligatoires

Email *

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Restez en Contact