Sujet : Immigration

Le long manteau réactionnaire s’étale…

Pas un jour ne passe sans que le débat public ne soit phagocyté par une basse polémique de haute intensité. Elle ne porte ni sur les moyens de garantir un travail à chacune et chacun, ni sur les mesures nouvelles

Devoir d’hospitalité

Fermez les ports ! Voilà le nouveau cri du gouvernement italien, joignant à ses paroles racistes des actes xénophobes. La nôtre botte en touche avec hypocrisie. La Commission européenne bafouille. Et le Conseil européen ferme les yeux. Il pourrait être passible

Les fondamentaux identitaires de l’extrême droite au galop

Le Front national, rebaptisé Rassemblement National, nom utilisé à différentes reprises par l’extrême droite collaborationniste pour élargir son filet, retisse les liens avec ses fondamentaux idéologiques. Le discours de  l’héritière du château de  Saint-Cloud tenu au congrès de Lille mérite

Un coup de pistolet italien dans le concert de l’Euro-libéralisme

Les élections générales italiennes ont sonné comme un nouveau coup de tonnerre dans un ciel européen déjà bien chargé. Si la percée de la « Lega » xénophobe et antisociale est le nouveau signe inquiétant de l’affermissement d’une extrême droite européenne, le

Chassez ce réfugié … que je ne saurais voir

Les éléments de langage ressassés par le pouvoir macroniste ne feront pas illusion longtemps. Non, le projet de loi sur l’asile et l’immigration dévoilé la semaine dernière n’a rien d’« équilibré ». Il marque une rupture avec la tradition française

Ne pas fermer les yeux sur le drame des migrants

Est-ce le poids de l’habitude, la répétition d’une information qui passe et lasse jusqu’à faire taire les consciences, jusqu’à rendre banale l’horreur et ordinaire la souffrance humaine ? La force et la violence des images de ces corps échoués ou noyés

COMPTE-RENDU DE SESSION AU PARLEMENT EUROPÉEN (4 – 7 avril 2011)

Le Parlement s’est réuni du 4 au 7 avril à Strasbourg. Si les discussions sur les droits des migrants, des Roms et la question du nucléaire ont profondément divisé le Parlement, les grands sujets économiques ont provoqué moins de débats