Pour un nouveau départ de L’Humanité

le 4 novembre 2019

Lors de l’audience solennelle du 16 octobre dernier, le tribunal de commerce de Bobigny (Seine-Saint-Denis) a acté les efforts importants réalisés par l’Humanité pour créer les conditions de son futur équilibre économique. Le plan d’économies annoncé dès le mois de mars dernier a été réalisé pour atteindre 3 millions d’euros en année pleine. Les résultats des recettes de la Fête de l’Humanité seront supérieurs à ceux de l’an passé dès lors que toutes les organisations qui ne l’ont pas encore fait régleront tous les bons de soutien placés. Les recettes de ventes et abonnements sont également en légère augmentation. Les ventes chez les marchands de journaux restent stables et 4 000 abonnements nouveaux ont été enregistrés en un an. Des recettes publicitaires supplémentaires ont été engrangées. Ces facteurs, auxquels s’ajoutent les bons résultats de la campagne de dons et de souscription, qui dépasse 3 millions d’euros, permettent d’aborder la dernière partie de l’année avec une trésorerie positive.

Ce mois de novembre devrait être celui du début de la mise à l’équilibre de nos résultats comptables. Ainsi, en quelques mois – certes douloureux –, nous avons réussi à mettre l’Humanité sur une ­trajectoire positive pouvant déboucher sur la validation d’un plan de continuation. Nous le faisons dans un contexte extrêmement difficile pour l’ensemble de la presse écrite nationale ou régionale, contrainte de réaliser d’importantes économies tout en subissant des déficits significatifs. Notre souci des jours à venir est celui de la renégociation de nos dettes privées et publiques. Un comité des créanciers est installé et des discussions vont s’accélérer cette semaine.

Une réflexion pour amplifier la digitalisation des contenus

Nous sommes très reconnaissants, aux amis, aux lecteurs, aux prestataires qui, au nom de la pérennisation de l’Humanité et du pluralisme des idées, ont d’ores et déjà décidé d’annuler une partie importante de leurs dettes. Du niveau de la ­renégociation de celles-ci dépend pour une part essentielle l’acceptation par le tribunal d’un plan de « continuation ». Nous sommes pleinement conscients que ce plan ne peut être viable et durable que si l’Humanité se réinvente, pour être toujours plus utile dans le décryptage des événements, dans la révélation de la situation des travailleurs, dans la promotion de solutions alternatives au capitalisme, dans la révélation et le soutien des mouvements sociaux, citoyens, écologistes, qui désormais se répandent dans le monde entier. Ces soulèvements appellent à un nouveau monde postcapitaliste. Paix et désarmement, justice sociale et environnementale, respect des salariés, des ­citoyens, rejet des corruptions et de l’autoritarisme, nouvel âge de la démocratie, solidarité mondiale sont autant d’aspirations et de combats qui renouvellent l’utilité de l’Humanité, de l’Humanité Dimanche, l’humanité.fr, au moment ou les idées progressistes voire républicaines sont ­recouvertes du voile d’un inquiétant brouillard. C’est en ce sens que l’ensemble des équipes de l’Humanité ont entrepris de travailler à l’amélioration des contenus et de la présentation de nos journaux.

Une réflexion s’engage également pour amplifier la digitalisation de nos contenus, pour notamment y intéresser toujours plus de jeunes. Un projet nouveau émergera en début d’année prochaine avec le lancement d’une plateforme numérique collaborative autour des enjeux du travail : « Travailler Au Futur ». Elle sera adossée à la publication de hors-séries et de forums de débats. Nous visons donc un plan de relance de l’Humanité comprenant des initiatives nouvelles susceptibles non seulement de pérenniser nos titres et la Fête, mais de leur faire jouer un rôle plus important dans l’espace public, au service de l’émancipation humaine.

L’État ne peut rester indifférent à la situation de la presse écrite

Chacun des éléments constitutifs d’un tel projet sera déterminant pour le jugement du tribunal de commerce. Alors que les lectrices et lecteurs se mobilisent, que les créanciers vont faire des efforts, que les personnels de l’Humanité paient un lourd tribut au redressement, et que nous avons besoin d’investir fortement, notamment dans les développements numériques et dans le travail d’enquête et de reportage, l’État ne peut rester indifférent à la situation de l’Humanité et de la presse écrite. Au nom de la démocratie et du pluralisme, il doit s’engager clairement.

Pour créer les meilleures conditions de l’acceptation d’un plan par le tribunal de commerce et se donner des moyens supplémentaires d’un nouveau départ de l’Humanité, nous avons l’objectif de collecter 1 million d’euros supplémentaires sous forme de dons et de souscription d’ici la mi-décembre.

Fête, collectes diverses, soirées de soutien, sollicitations du monde économique, syndical, associatif, de personnalités attachées au pluralisme de la presse et des médias, les multiples initiatives en cours vont nous permettre de relever ce défi. Tout cela comptera, dès les semaines à venir, pour sortir l’Humanité de la situation juridique que nous connaissons depuis février dernier. Ensemble, nous travaillons à donner à l’Humanité les forces d’un nouveau départ !

2 commentaires


Gonzalez 4 novembre 2019 à 19 h 48 min

La situation de l’Huma est à l’image de ce que vivent les citoyens, la paupérisation. Le Grand Débat c’est de reconquérir la République.

Ropert 5 novembre 2019 à 10 h 06 min

Un vent de liberté souffle sur l’information et la culture.

Laisser un commentaire

Commentaire

Nom *

Les champs marqués * sont obligatoires

Email *

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Restez en contact

Inscrivez-vous à la newsletter