Pour George Floyd

le 2 juin 2020

George Floyd 2

Les images de l’assassinat de George Floyd sont terribles, insoutenables, consternantes… révoltantes ! Comment ne pas s’associer à cette colère qui pousse des milliers de nord-américains dans les rues depuis maintenant plusieurs jours ? L’onde de choc prend une ampleur exceptionnelle au point que l’incendiaire Trump déploie la garde nationale. Quarante villes sont actuellement sous couvre-feu. La levée en masse et simultanée de citoyens dans l’ensemble du pays se mue en insurrection populaire.

L’odieuse manière avec laquelle réagit Donald Trump illustre à merveille ce que l’écrivain communiste Vladimir Pozner appelait dans les années 30, « les Etats-désunis » : un pays aux fractures béantes traversé par des rapports sociaux extrêmement violents et un racisme fondateur, dirigé par une ploutocratie financière qui prodigue une haine du service public et de l’égalité sociale, soudé par sa seule hégémonie économique mais dont les parties s’observent jusqu’à l’affrontement. La polarité extrême des votes de la dernière élection présidentielle nous donnait un avant-gout de ces fractures résurgentes. Eu égard à la place qu’occupent les Etats-Unis sur la scène mondiale, cette situation ne peut que nous inquiéter, surtout au moment où la crise sociale s’installe avec un taux de chômage record frappant surtout les milieux populaires, pour beaucoup composés de Noirs américains ou de Latino-américains.

SOLIDARITÉ AVEC LES NORD-AMÉRICAINS ENGAGÉS POUR TRANSFORMER LEUR SOCIÉTÉ

Nous ne pouvons qu’apporter notre entière solidarité aux proches de George Floyd ainsi qu’avec tous les nord-américains engagés pour bousculer l’ordre des choses et transformer leur société. Il ne s’agit pas d’une énième bavure mais plutôt d’un problème qui est ancré au cœur même de la société nord-américaine. Aux Etats-Unis comme ailleurs, on ne naît pas raciste, on le devient. Qui aujourd’hui peut encore nier que, dans ce pays si riche mais traversé par de profondes inégalités sociales, discriminations et racisme sont systémiques tandis que les violences policières sont couvertes depuis trop longtemps par une impunité insupportable ?

Mais la mort de George Floyd nous interroge plus profondément. Nous assistons partout dans le monde à une dangereuse montée des racismes et de la xénophobie. Toute crise sociale l’amplifie encore. La crise mondiale qui couve depuis des décennies a pour corollaire le matraquage des milieux populaires et des voix discordantes. Les forces de police transformées par les pouvoirs en forces de « l’ordre » sont gangrenées plus qu’aucun autre corps par les idées racistes et nationalistes qui prolifèrent à grande vitesse dans les sociétés comme un calque hideux de la prétendue « mondialisation heureuse ». Dans les heures qui viennent manifestons de diverses manières notre soutien aux citoyens, aux démocrates, aux progressistes des Etats-Unis.

L’assassinat de George Floyd nous rappelle que l’indispensable combat antiraciste est inséparable de celui pour l’égalité sociale.

Patrick Le Hyaric

2 juin 2020

2 commentaires


WINKLER EVELYNE 7 juin 2020 à 23 h 15 min

Merci, Patrick Le Hyaric, pour ces mots, justes. Et à nous, toutes et tous, de sensibiliser à la lutte contre toutes les discriminations.
Vous lire m’a fait penser à « Strange fruit », chantée par Billie Holiday, mais interprétée pour la première fois, lors d’une réunion syndicale d’enseignants, par l’épouse de l’auteur de ce poème, Abel Meeropol, professeur juif d’origine russe, membre du PC américain.
Le poème avait été publié sous un pseudonyme, composé des prénoms des enfants de l’auteur, Lewis Allen.

Solidairement.

Evelyne Winkler, autrice.

alain harrison 11 juin 2020 à 21 h 41 min

Bonjour.

La mort violente et inacceptable de M. Floyd doit être considéré dans le continuum historique de l’esclavagisme (de toute époque), une pratique qui se perpétue aujoird’hui, dont la prostitution qui reprend un essor en Grèce, une gracieuseté de l’UE-BCE-FMI…( complexe financier ). Devons-nous parler d’un CARTEL CRIMINEL (?) ou d’un système et de ses dommages collatéraux ?

Juste un autre exemple dans la longue liste.

Guatemala : Un crime horrible
11 Juin 2020, 17:30pm | Publié par Bolivar Infos
Par: Guillermo Alvarado

««« Alors que les manifestations contre la violence et contre le racisme se multiplient ces jours-ci dans le monde entier, un crime horrible a été perpétré au Guatemala, motivé aussi par la discrimination, combinée avec le fanatisme et avec une profonde ignorance qui se sont enracinées pendant des siècles dans cette société.

Les faits déplorables ont eu lieu au village de Chimay, du district de San Luis Petén, dans la zone relativement reculée du Nord du Guatemala. Là, une foule a attaqué et brûlé vif le chercheur maya Domingo Choc, qu’ils ont accusé de pratiquer la sorcellerie.

Dans deux ans seulement, en 2024, l’on commémorera le 5e centenaire de l’irruption des colonisateurs européens en territoire guatémaltèque entraînant avec eux la rupture de l’histoire de peuples millénaires et le début de maux jamais vus sur ces terres. »»»
Publié par Bolivar Infos

L’étendue et la profondeur de l’exploitation (prostitution mondialt __femmes, enfants, ados, personnes handicapées __ des travailleurs…….) est telle que nous pouvons nous demander quel tôle le système judiciaire (les forces de l’ordre et le système de justice) et les gouvernements ont ?
Et le système financier mondialiser ?

Le système judiciaire jusqu’à maintenant ne sert-il pas à gérer le phénomène ?

Aujourd’hui, nous assistons au cumul des problèmes, nous le constatons (ceux qui ont une vue d’ensemble, qui en prennent conscience), c’est devenu une véritable synergie dont les dommages collatéraux se font sentir, latent par cette pandémie.

La gouvernance néo-libérale, quelle soit à l’américaine, occidentale sous l’état de droit ou qu’elle soit exprimé par le communisme capitaliste, est devenu le le PROBLÈME STRUCTUREL.

Et c’est cette structure globale qu’il faut changer. Et seul les peules en initiant le tandem Constituante Citoyenne – Parti de transition citoyen, pourra s’y attaquer en appliquant des politiques radicales et systématiques.
Et les 4 sorties sont fondamentales. Ne soyons pas naïf, les reculs de Macron ne sont que fumisterie, un pas en arrière pour mieux sauter sur ce qui reste des acquis (CNR et Cotisation). s’il réussit, les 26-27 en prendront de la graine, si vous voyez ce que je veux dire.

Nous sommes au fait de crime. Soit nous le laissons passer par les tergiversations, soit nous participons (la diaspora de la gauche et chacun à sa mesure) au passage de l’état de droit faillite à l’état démocratique citoyen, démocratie directe.

Laisser un commentaire

Commentaire

Nom *

Les champs marqués * sont obligatoires

Email *

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Restez en contact

Inscrivez-vous à la newsletter