Œufs contaminés : La sécurité alimentaire doit être une priorité.

le 12 août 2017
œufs contaminés

œufs contaminés

Après les scandales de la vache folle, des lasagnes à la viande de cheval, c’est le tour d’un nouveau scandale alimentaire et sanitaire. Des millions d’œufs ont été contaminés avec du Fipronil, un produit insecticide interdit dans la chaine alimentaire. Cet antiparasitaire est strictement interdit dans l’Union européenne. Pourtant il a été proposé et vendu au grand jour dans une foire agricole de Venray en Belgique, puis présenté comme un produit miracle dans plusieurs pays du nord de l’Europe. Des dizaines de super marchés, des entreprises spécialisées dans les produits transformés à base d’œufs sont concernés.   Il a été classé par l’Organisation mondiale de la santé comme « moyennement dangereux pour l’homme ». Il est déclaré « dangereux pour les reins, le foie et la thyroïde » par l’agence néerlandaise pour la sécurité alimentaire, la NVWA, qui ajoute que : « c’est également un perturbateur endocrinien ». La chose est donc plus sérieuse qu’on essaie de nous le dire !  De surcroit, il semble que dans certains ministères de l’agriculture de pays européens, on ait tenté de cacher le problème et sa gravité, selon plusieurs sources, depuis plus d’un an.

Déjà une douzaine de pays européens déclarent avoir été victimes de cette contamination de la chaine alimentaire.

Il y a bien au sein de l’Union européenne une question de confiance et de transparence entre gouvernements mus par la sacro-sainte loi de la concurrence de tous contre tous. Les coordinations entre mécanismes de contrôle et de sécurité ne semblent en tout cas pas efficaces.

La solidarité entre les pays au nom de l’intérêt général et humain doit enfin prendre le pas sur les appétits de profits et l’austérité faisant fi de la santé.

L’agence néerlandaise NVWA de sécurité sanitaire, placée sous la tutelle du ministère de l’économie et non de la santé, a vu ses effectifs baisser de moitié depuis 2003. Autant dire que le contrôle de la sécurité alimentaire est considérée comme secondaire au regard des dogmes européens des critères de déficits public.

Ce scandale des œufs contaminés amène à reposer la question des perturbateurs endocriniens et celle de l’actuelle position de la Commission européenne sur ce sujet. Le principe de précaution doit être appliqué strictement. L’opinion des scientifiques doit être prise en compte. Priorité doit être donné à la santé !

3 commentaires


Marty 13 août 2017 à 12 h 18 min

Tout à fait d’accord, aujourd’hui les politiques préfèrent en priorité faire les autruches, plutôt que de penser à notre santé et celles de leurs enfants , tout le monde est concerné, ils faut vraiment mettre un terme à toutes ces entreprises qui gouvernent et qui achètent certainement tout les politiques, pour produire et encore produire des produits nocifs pour la santé! Je suis écœurée !!!

LOISON 14 août 2017 à 7 h 32 min

Laisser la priorité à la santé… ? Ce n’est pas avec la commission européenne actuelle que ce sera le cas. Marionnettes des multinationales et de la grande finance, leurs intérêts – tant personnels que de ceux qui les manipulent – passent avant ceux des européens..Chassons cette oligarchie.. !

alain harrison 18 août 2017 à 2 h 03 min

Le privé a fait ses preuves, il est fourbe et dangereux.

Mais il a le complexe militaro-industriel-bancaire a son service via l’état de droite.
J’oubliais, les médiats comme propagandiste.

«« triple alliance entre le gouvernement putschiste de Temer, les intérêts transnationaux et les médias officiels qui cherchent à inventer un scénario dirigé à l’opinion publique pour tenter de criminaliser les mouvements sociaux au Brésil »»

Et selon les endroits sur terre, il exploite doux ou dur. Mais, peut-on exploité doucement ?

Voyons.

La Vía Campesina dénonce la criminalisation croissante et la persécution envers la paysannerie au Brésil
Publié
«« Depuis son arrivée au pouvoir, le gouvernement de Temer a renforcé son plan stratégique néolibéral avec la réduction des coûts du travail, la récupération de fonds, en privatisant et en octroyant plus de privilèges au secteur de l’agroindustrie, au détriment des secteurs populaires, paysans, indigènes et des populations les plus pauvres. Les ressources financières qui étaient auparavant destinées à divers secteurs publics comme celui de l’éducation, la santé ainsi que les droits des travailleurs et travailleuses ont été piétinés quelques jours à peine après la prise du pouvoir par Temer. Imposant une politique dominée par la peur, la persécution et la criminalisation orchestrées par les  médias de masse, comme Globo, où nos camarades ont été représentés sur écran comme des criminel(le)s, bafouant de cette manière leurs droits civils et leur droit à l’organisation. »»

http://cocomagnanville.over-blog.com/2016/11/la-via-campesina-denonce-la-criminalisation-croissante-et-la-persecution-envers-la-paysannerie-au-bresil.html

Macron ne fait pas autrement.
L’UE de même.
Ceux qui promeuvent le changement à l’intérieure de l’UE, sont en faveur de l’euro, de l’OTAN et du capitalisme. La voilà la gogoche du changement sans changement.
Tsipras , est-il anarchiste ?
Les anarchistes, les vrais, sont à la même enseigne que la gauche, ils sont récupérés.
Trump a suivi les conseilles de Macron, l’extrême droite et la gauche (les groupes de défense…) sont tous des extrémistes violents.

L’Humanité va-t-il se relever ? Parce que bien des critiques……..
Que penserait Jean Jaurès ?
Le PCF, où en est-il ?
Espérons que la FI se réveille froidement.
Car je crois fermement, que la confusion est plus profonde dans l’ensemble de la gauche.
Si vous ne voyez pas tout ce qu’implique ce simple CARTOON génial: les patrons sont-ils indispensables ?
Voir globalement, c’est pas mal ça.
Aller au-delà de l’image.
Krishnamurti: crever les symboles, les mots.
Korzybski: la carte n’est pas le territoire. Le su et le non su.

Laisser un commentaire

Commentaire

Nom *

Les champs marqués * sont obligatoires

Email *

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Restez en contact

Inscrivez-vous à la newsletter