L’utilité d’un vote

le 31 mars 2017

Triste et inquiétante campagne présidentielle qui s’égraine désormais au rythme des affaires, de montres en costumes, d’emplois fictifs en activités de conseil grassement rémunérées ! Tout confirme le haut degré de pourrissement de nos institutions gangrénées par l’argent et les privilèges. Ces prébendes et petits arrangements au profit de politiciens sans scrupules sont l’exact opposé du sang et des larmes qu’ils veulent imposer à celles et ceux qui n’ont que leur travail ou leur retraite pour vivre et parfois survivre. A ceci s’ajoute le confusionnisme organisé comme écran de fumée pour promouvoir le candidat Macron, nouveau serviteur des milieux d’affaires. La cinquième République sortira essorée de cette séquence électorale. Se joue manifestement dans la décrépitude de nos institutions quelque chose d’extrêmement grave.

Le succès de la grande marche pour une nouvelle République en soutien à la candidature de Jean-Luc Mélenchon a signé un moment important d’une ambition, désormais largement partagée, à séparer la loi républicaine de la loi de l’argent, à refondre le contrat social sans lequel risquent de se disloquer dans le fracas toutes nos solidarités chèrement construites. Il importe de prendre les devants alors que se consolide une réponse réactionnaire et antisociale au délitement institutionnel qui peut s’enraciner si la passivité venait à gagner progressistes et humanistes.

Les rejets actuels nourris de la corruption et des tromperies risquent de provoquer un dangereux basculement si les citoyens n’exigent pas qu’on débatte enfin des projets et de l’avenir de nos enfants.

« L’appel de la solidarité » lancé la semaine dernière par 80 associations est un bel aiguillon. Faire de la solidarité la colonne vertébrale des politiques du prochain quinquennat et de la prochaine législature est un impératif. Qu’il s’agisse de la prédation des écosystèmes, de l’indispensable lutte contre le pouvoir des banques et des multinationales, de ceux qui alimentent les paradis fiscaux ou du sort réservé aux migrants, la solidarité de toutes les forces de progrès, politiques, syndicales, associatives ou citoyennes est une des conditions nécessaires d’une nouvelle dynamique populaire.

Il est d’autant plus nécessaire que se lève un nouveau front, qu’une entreprise hors norme de dépolitisation des enjeux est à l’œuvre, minutieusement préparée pour empêcher l’expression de la souveraineté populaire.

Les ralliements de responsables socialistes et de figures gouvernementales à la candidature de M. Macron participent de ce brouillage des repères et sont autant de flèches adressées à Benoit Hamon et sa candidature de contestation des politiques libérales, plébiscitée par les électeurs de la primaire socialiste. Le prétexte d’un vote utile face à la progression de l’extrême droite, entretenue depuis des années pour cloisonner le système électoral, n’a pour seul objet que d’empêcher l’émergence d’une politique de gauche, voire de l’assassiner.

C’est le vieux rêve d’une recomposition au centre de la vie politique en forçant, grâce au vote utile, l’acception des règles les plus absurdes et dogmatiques des institutions européennes et du capital en marche vers de nouvelles sources de profit et une aggravation des inégalités.

Peu importe la colère qui monte contre ce libéralisme agressif et a-démocratique ! Il faut l’étouffer pour préserver les privilèges du capital ! Voilà le but de l’opération en cours ! Un exemple nous en est offert avec le maintien imposé à la tête de l’euro groupe du néerlandais Jeroen Dijsselbloem malgré ses insultes réitérées aux travailleurs et aux femmes des pays du sud de l’Europe (1) et la débâcle électorale de son parti lors des dernières élections aux Pays bas qui, avec 5.7% des suffrages, a perdu les trois quarts de ses voix !

La confiscation de la souveraineté populaire au profit d’une gouvernance technocratique qui fait partout le jeu de l’extrême droite et de la démagogie populiste est à l’œuvre. Ce petit jeu malsain ne peut durer qu’au prix de lourdes et graves déconvenues.

Dès lors le prétendu vote utile n’est qu’un vote futile. Le vrai vote utile est celui qui permet aux travailleurs, aux jeunes, aux femmes de se constituer en mouvement pour contrecarrer pied à pied les propositions et idées de l’extrême droite et non de dresser un illusoire barrage électoral dès le premier tour. Qui permette surtout qu’enfin soient apportées des réponses concrètes de progrès aux difficultés qui assaillent nos concitoyens, afin d’assécher le fonds de commerce de l’extrême droite.

Faire usage de son bulletin de vote est un moyen d’ouvrir un chemin aux intérêts populaires, au combat contre les inégalités, pour le pouvoir d’achat et le travail, la transition environnementale.

Se saisir du bulletin de vote pour Jean-Luc Mélenchon est le seul moyen de signifier clairement son désir d’un autre pouvoir et d’une autre société démocratique et humaine. La dynamique qui se dessine en sa faveur et l’éclat de sa campagne électorale peuvent changer beaucoup de choses pour le rassemblement du peuple de gauche et des classes populaires, pour un nouveau pacte de progrès qui sera la grande affaire des élections législatives. Donnons-lui encore de l’élan !

  • Dans un entretien dans le quotidien allemand Frankfurter Allgemeine Zeitung, le président de l’Eurogroupe a dit, à propos de la Grèce « On ne peut pas dépenser tout son argent pour boire du schnaps et pour les femmes et ensuite réclamer du soutien.»

13 commentaires


alain harrison 2 avril 2017 à 4 h 59 min

Bonjour.

«« Se saisir du bulletin de vote pour Jean-Luc Mélenchon est le seul moyen de signifier clairement son désir d’un autre pouvoir et d’une autre société démocratique et humaine. »»

Y paraît que Hamon veut rejoindre JLM.

Ce débat de la fausse gauche n’est pas le débat de la gauche point.
Le seul qui avait un temps soi peu du crédit était JLM, mais il a fait le débat sur la mauvaise plate forme point.

La vraie plate forme aurait celle avec un représentant de chaque parti de la gauche et des 4 sorties: PARDEM, PRCF, Parti anti-capitaliste…….
Mais enfin, il faut faire avec, en attendant la prochaine fois.

Maintenant, la vraie gauche doit se rencontrer pour l’agenda, et Hamon n’a pas la crédibilité nécessaire pour être porte parole. En dehors de JLM, le PARDEM, le PRCF, le parti anti capitaliste…… doivent être les portes paroles de la gauche.
Le ménage n’est pas fait dans la gauche, attention…….les tsipras ne sont pas loin.
L’auto-critique doit être au rendez-vous plus que jamais.

La participation citoyenne travailleur doit être au rendez-vous et la FI a le devoir de tout faire en sorte que cette participation large des citoyennes travailleurs s’engagent dès maintenant.

Il faut promouvoir la participation du Peuple Cubain comme décrite dans le commentaire que j’ai rapporté: OUI c’est possible la participation du Peuple comme maître d’oeuvre. Cuba l’a prouvé point. Avis aux détracteurs et aux oui mais qui couvent et qui suivent toujours le train quelque soit l’habit.

La gauche doit faire le ménage et ce sera pas de la tarte.

Tout doit se faire en même temps tellement le trou est profond.

Alors il va falloir se faire aller les cellules grises tout azimut, mais avec méthode, en choisissant bien les solutions-balises à effet synergique et que tous peuvent voir sans trop d’analyse, souvent les analyses prennent une voie alambiqué, n’est-ce pas, et la récupération , et les manipulations et les oui mais pour tout et rien prennent les rennes.
Ce sera pas, ni la première fois ni la dernière. Seul les solutions fondamentales sont notre guide, le reste du bla bla, aussi savant soit-il.

La FI a des responsabilités sérieuses devant le Peuple français et devant l’Histoire et l’humanité: La Révolution Française (Liberté, Égalité, Fraternité), qui a quand même avorté, mais cela n’est pas grave de le reconnaître, regardez le Chili d’Allende, il a avorté, mais il renaît, le Vénézuéla de Chavez reprit par Maduro (un travailleur au grand dam des Zélites et des pharisiens modernes). Ce qui est grave c’est le déni. Et penser faire différemment en refaisant la même chose sur le plan économique, politique……….et éviter de faire ce qui est nécessaire et incontournable. Vous savez quoi ? J’espère.

alain harrison 2 avril 2017 à 5 h 40 min

Autrement dit, la France en a lourd sur les épaules. Si on regarde la Grande-Bretagne, qui a forcé, à travers l’histoire de sa domination sur quelque siècle, les pays surtout pauvre, c’est plus facile, à se soumettre à ses dictats de mondialisation, et FEW!, tien l’UE ce n’est pas satisfaisant pour elle, le Brexit n’était qu’une tactique, et en plus le peuple à voter pour, quelle aubaine pour un rapport de force en sa faveur. L’UE n’a que faire des doléances de la France, l’UE est le 4è cheval. Le Grèce a été un échec, mais le feu couve, l’Espagne, l’Italie et quelques autres pays attendent un signal fort, ils n’ont pas les reins assez solides et trop engager (seulement l’OTAN bien implanter, il faudra des mobilisations très forte pour mettre dehors les G.I. US) dans l’économie dette. Il faut croire que le plan d’affaire AUSTÉRITÉ, est une très bonne recette. Quand vous verrez le vrai visage de l’UE (tronqué) et sa complexité de réforme…….ttes….

marcelle varnier 2 avril 2017 à 16 h 40 min

Bravo Mr le Hyaric
La France insoumise DOIT gagner !!!

DOMINIQUE PIACENTINI 2 avril 2017 à 18 h 31 min

Excellent, Monsieur Le Hyaric, ou l’on voit tout le mal que peut faire un gouvernement qui n’a de socialiste que le nom, et un Président qui déshonore ce parti.Cela fait 5 ans que je regrette mon bulletin de vote, comme j’avais déjà regretté celui de 2002, mais là, ce fut le soir même des résultats !!

Danielle Roude 2 avril 2017 à 21 h 46 min

Bonsoir,

Cette analyse fait chaud au coeur et aidera certains du PC de mon departement a repenser leur choix avoue de voter Hamon plutot que Melenchon malgre l’engagement du PC derrière Melenchon! !

Osons croire que cette dynamique ne s’arretera pas le 23 avril.
D.R

Aigle4enanglais 2 avril 2017 à 22 h 31 min

Et vous en avez beaucoup des Robert Hue au PCF de votre région?

Minerva 18 mai 2017 à 1 h 20 min

durch Allan November 23, 2011 BeiHceatenrallo!Ibh lebe in der Bronx, NYC!Ich fand Ihre Website durch Zufall und Ich mag deine Bilder sehr viel!Aber ein kleine Korrektur: Ihr Bild, “Eine U-Bahn Haltestelle. / Bild 16 von 18″, ist nicht die Bronx, aber Brooklyn!Wenn Sie studieren das Bild sorgfältig, Sie werden in der Lage sein, um herauszufinden, warum es nur Brooklyn sein kann Danke!!!…

Lopez Marie claude 4 avril 2017 à 9 h 54 min

Le vote utile Ç est surtout ne rien changer et pour cela le FN leur est bien utile !

Anonyme 4 avril 2017 à 14 h 06 min

Je pense que Si le prochain président de la république et tiens pas ses promesses il risque très fort d’avoir un deuxième 1789 !! Et la plus rien n’arrêteras les gens et je serai le premier sur les barricades

Marizien 4 avril 2017 à 18 h 47 min

Tant que la France sera sous la gouvernance de l’UE rien ne pourra être modifié il faut en sortir pour cela il n y a que François Asselineau votez PUR

chb 6 avril 2017 à 23 h 03 min

Avec Asselineau, on sortirait de l’Europe, sans doute. Et de l’OTAN, ce qui n’est pas rien. Mais on resterait aux mains du capital : son souverainisme de droite, quoique sincère et argumenté voire attrayant, nous laisse esclaves de la dette. Personne n’est parfait.
JLM non plus, qui prône une renégociation des traités (Hollande nous a déjà fait ce coup-là aussi !), va rapidement comprendre que la majorité des pays de l’UE est trop liée aux structures anti-démocratiques de Bruxelles, et que la seule solution pour le peuple est le Frexit. Sans doute est-ce par timidité qu’il n’aborde pas cela franchement ? Craint-il la « guerre économique » que déplorait Mitterrand quand, en fin de vie, il parlait sans frein de l’impérialisme US ? Ce dernier, plus ou moins dirigé par un Trump, oligarque imprévisible, voudrait-il nous punir comme il a puni les libyens, grecs, les ukrainiens, etc. ?
Je suis pour prendre le risque de mettre un presque communiste aux commandes de la France, tout en souhaitant qu’on passera entre les gouttes du déluge. JLM en 2017 !

Kalyn 18 mai 2017 à 0 h 21 min

Il faut bien remarquer que l&oniur;qndigsation devrait en France se reporter plutôt sur les pratiques spéculatives des promoteurs, celles qui aboutissent à faire de Paris une ville inhabitable par la seule grâce de la spéculation reine. D’autres villes en Europe en souffrent, et d’autres encore ont su encadrer encore plus fortement ces dérives (Vienne). Il faut savoir sur quoi s’indigner amis internautes. C’est bien là le problème d’une société en mal de repère moraux.

alain harrison 17 avril 2017 à 6 h 28 min

Le pari est énorme.

La participation du peuple, celui qui est réveillé qui comprends le sens des enjeux, devra réveiller la partie qui dort à la pensée unique, une partie désorientée, une partie nostalgique de la monarchie, une partie qui ne demande qu’à participer mais à qui le temps fait défaut. Cette partie là, il faut lui offrir la voie du temps d’implication à temps partagé. Le clientélisme est tellement bien implanté depuis que le truc du conditionnement, à l’époque on parlait de la nouvelle mode, l’ancêtre du clientélisme d’aujourd’hui. à ne pas sous estimer mais à comprendre les rouages (lire le chapitre 1 du livre….vous savez bien, faites vos devoirs, c’est un vrai guide dans les méandres du principe manipulation-conditionnement.
Donc, je reprends: à l’époque des années 60 le concept de mode, la nouvelle mode a connu son apogée, c’était une sorte de mouvement de libération, la nouveauté, few c’était emballant n’est -ce pas ? Aller soyons honnête bon sang.
Mais depuis le XXI è siècle, avec la réingénierie de tout et de rien, nous sommes à l’apogée d’un nouveau conformisme sous la bannière de la pensée unique et de son slogan : la nouveauté, du mouvement de la mode au conformisme de la nouveauté, plein plein de gadget, le frigidaire intelligent qui connaît vos petits secrets……. Vous savez la miniaturisation sera l’oeil, l’oreille et peut être parlera-t-il à vos enfants à travers leur jouet, le nouveau dieu omniprésent. 1984 mais en plus soft.

Remarquer le peu d’engouement pour une Éducation adéquate.

Je le répète la crise est multidimensionnelle, et nous ne serons pas de trop pour l’aborder, il faudra faire des choix, pas attendre que le problème nous tombe dessus, accompli, nous voyons bien plusieurs problèmes qui avancent et d’autres qui sont en voient de réalisation.
Alors il faudra parler de ces problèmes, trouver les solutions et les appliquer progressivement et systématiquement. mais il faudra procéder avec des critères d’efficience qui répondent à l’obligation de résultats. Mais si la population ne participe pas, la division se fera sentir, la plupart des gens veulent les changements pour hier. Cette mentalité du court terme est répandue dans la majorité.
Alors ceux qui sont réveillés sur le sens des enjeux doivent développer des voies adéquates et adaptées pour réveiller ceux qui dorment ou sont désemparés et en colères.

L’affaire est complexe et ne doit pas être pris avec émotion, mais lucidité.
Il faut démontré que le passage de ce système économique à une possible société en harmonie avec la terre est possible, car c’est de ça dont il s’agit à ce stade-ci de notre Histoire. En 2050, nous seront peut-être 9 milliards, nous sommes 7 milliards et nous découvrons ce que nous avons fait à la terre, mais nous ne changeons pas nos manières de faire.

De toute façon, après les présidentielles, les militants e et les syndiqués es auront fort à faire, mais s’ils comprennent le potentiel de participation du temps partagé (une question d’organisation et de coordination (quelque chose comme ça), je crois que bien des gens embarqueront dans le mouvement d’éveil. Je parle d’éveil, car la confusion règne, un mauvais rêve qui nous pourri la vie, n’est-ce pas !?

Laisser un commentaire

Commentaire

Nom *

Les champs marqués * sont obligatoires

Email *

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Restez en Contact