L’espoir renaît au Brésil !

le 9 mars 2021

FILES-BRAZIL-POLITICS-JUSTICE-LULA DA SILVA

Après sept années de machinations judicaires infernales qui ont débouché sur une condamnation inique, l’ex-président du Brésil, Lula, vient de recouvrer, par décision de justice, l’ensemble de ses droits civiques et politiques dont celui de concourir aux prochaines élections présidentielles. C’est une immense victoire pour l’ensemble des forces progressistes du monde, et un camouflet pour les forces réactionnaires à coloration obscurantiste qui ont fait du Brésil un terrain de jeu et d’expérimentions.

Souvenons-nous que la mise à l’écart de Lula fut orchestrée, comme l’ont prouvé moult documents, par une armada de politiciens véreux et de juges corrompus, ligués pour enterrer l’espoir d’une présidence de gauche au Brésil. Pire, ils ont préféré pactiser avec le néofasciste Jaïr Bolsonaro, clown raciste et sexiste, pour laisser l’une des principales puissances mondiales aux mains d’une bourgeoise compradore vendue aux intérêts nord-américains. Ceci alors que tous les sondages donnaient Lula largement gagnant. Surement était-ce la raison d’un tel acharnement contre ce dirigeant ouvrier qui aura fait spectaculairement reculer la pauvreté dans son pays. Il n’avait d’ailleurs pas fallu attendre longtemps pour que le juge Moro, chef d’orchestre de la cabale judicaire contre Lula, soit récompensé par l’attribution du poste de ministre de la justice, à l’aube de ces deux années de mandat qui représentent, pour nous, une éternité de vulgarité, de racisme et d’incompétence.

Le montage juridique orchestré pour empêcher Lula de concourir aux élections montre l’abnégation totale dont fait preuve la classe capitaliste pour préserver ses intérêts contre ceux du plus grand nombre. Ce grand nombre qui se dit aujourd’hui prêt à porter ses suffrages en 2022 sur une candidature de Lula, à plus de 50%  et donc à tourner la page des ces années d’obscurantisme ultra-capitaliste. Cette volonté est d’autant plus forte que la gestion de la pandémie par Bolsonaro, comme celle de Donald Trump aux Etats-Unis, aura montré le peu de cas que cette droite extrême fait des classes populaires sur lesquelles elle prétende asseoir son pouvoir. Au Brésil, cette impéritie calculée s’est traduite par près de 300 000 morts et plus de 11 millions de contaminés, notamment dans les Etats à forte population indigène ou métis. Ajoutons au chapitre des infamies l’exploitation accrue de l’Amazonie à des fins marchandes et qui n’en finit pas de brûler.

Pour l’heure, l’annulation de cette condamnation abusive ne repose que sur un vice de forme. Le tribunal fédéral de Brasilia doit confirmer cette décision, au nom de la justice et de la démocratie. Les preuves révélées par la presse internationale d’un pacte de corruption au plus sommet de l’Etat doivent déboucher sur une relaxe de Lula et le recouvrement définitif de l’ensemble de ses droits civiques, ouvrant ainsi une nouvelle ère pour le Brésil comme pour l’ensemble de peuples d’Amérique latine et, plus largement, les travailleurs et progressistes du monde entier. Aujourd’hui, nous saluons Lula et l’ensemble de ses camarades et réaffirmons notre indéfectible soutien aux luttes politiques et sociales qu’ils mènent et mèneront.


6 commentaires


Moreau 9 mars 2021 à 17 h 28 min

Je suis plutôt d’accord avec cet article, je trouve que c’est une bonne nouvelle pour la démocratie car elle vient à bout de ce que j’appelle le phénomène extrémiste de la dévaluation humaine pour la domination de l’Homme par l’Homme, phénomène destructeur, mais il faut dire à l’encontre de la gauche européenne que sa raison d’être aurait dû être supérieure à faire barrage à l’extrême droite voire d’élaborer un programme pour gouverner en Union Européenne, attestant de son travail d’opposition pour une alternance positive qui fait défaut. Donc vraie bonne nouvelle mais insuffisante pour nous pauvres Européens. Nous sommes encore bien loin voire trop loin du socialisme universaliste et du communisme universaliste qui épargnerait aux Peuples tant de difficultés, de malheurs.

alain harrison 11 avril 2021 à 5 h 13 min

««« voire d’élaborer un programme pour gouverner en Union Européenne, »»»

Pour cela, il faut un accord des pays sur les mêmes orientations fondamentales sur ce que doit être une UE social. Une alternative qui reste à définir.

Le néo-libéralisme a trouvé sa solution: des technocrates économistes au pouvoir. Tien en Italie par exemple ? Plus besoin en Grèce, le gérant rempli bien sa mission.

La France a son banquier. L’Allemagne n’en a pas vraiment besoin vue sa situation stratégique dans l’UE.

L’Espagne, et bien le franquisme couve. Comme en France le vichysme, mais plus nostalgique (c’est à espérer).

Enfin de compte, quels sont les « motivations ( » ou « consensus ») restantes des divers pays formant l’UE? Tellement les disparités sociales économiques ressortent de plus en plus.

Un article intéressant, mais surtout un certain commentaire. La guerre de la désinformation est le fait de ce siècle, il y en a qui prédisait le siècle religieux (qu’est-ce qu’ils ont en commun ?)

binary 5 avril 14:23
Le « socialisme » c est, et cela a toujours été, ça :
Wikipédia
María Gabriela Chávez
Et, apparemment, cela convient parfaitement à certains « défenseurs du peuple ».
Extrait:
«« Après la séparation d’Hugo Chávez avec sa seconde femme Marisabel Rodriguez, Maria Gabriela a assumé le rôle de la Première dame du Venezuela et accompagne son père lors des voyages présidentiels et les actes officiels. Ainsi, elle a participé comme First lady lors du sommet ibéro-américain des chefs d’État et de gouvernement, qui s’est tenue au Chili en 20073.

Selon certains sites, elle serait la personne la plus riche du Venezuela avec une fortune estimée à 4,2 milliards de dollars (3,7 milliards d’euros)4. Pour Laurence Debray, la « bolibourgeoisie chaviste » a détourné, à des fins personnelles, 850 milliards de dollars des revenus pétroliers, María Gabriela Chávez est devenue en quelques années la femme la plus riche du pays5. En 2015, elle est désignée ambassadrice du Venezuela à l’Organisation des Nations Unies6. Alors qu’elle n’a pas d’expérience politique, des rumeurs ont couru qu’elle pourrait être la candidate du chavisme à la prochaine élection présidentielle. »»

Tout comme les millions de Ouïghours malmenés, des millions de femmes stérilisées, des millions….. l’exagération n’étouffe pas dans le mainstream….

««« 4.2 milliards de dollars, 850 milliards de dollars »»

Tout ça dans des paradis fiscaux.

alain harrison 11 avril 2021 à 5 h 17 min

L’article en question.

VENEZUELA : lorsque les masques tombent
par oscar fortin (son site)
lundi 5 avril 2021
Agoravox

Benhamou Hacene 10 mars 2021 à 14 h 03 min

Je lui souhaite beaucoup de futures réussites politiques . La Benhamou hacene lo ok

alain harrison 7 avril 2021 à 8 h 16 min

Bonjour.

À lire absolument.

VENEZUELA : lorsque les masques tombent
par oscar fortin (son site)
lundi 5 avril 2021

IL ne peut y avoir d’espoir sans vérité. L’espoir est vaine sans l’action. L’obstacle doit être reconnu.

jean claude bricault 11 avril 2021 à 13 h 30 min

Lula président

Laisser un commentaire

Commentaire

Nom *

Les champs marqués * sont obligatoires

Email *

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Restez en contact

Inscrivez-vous à la newsletter