Plutôt que le chômage, le pouvoir attaque les chômeurs !

le 26 septembre 2018

L’échange entre le président de la République et un chercheur d’emploi, horticulteur de formation, avait suscité de très nombreuses réactions.

Les salariés des fonderies du Poitou, de Ford, du secteur bancaire ou de la distribution, celles et ceux qui travaillent dans les multiples sites industriels menacés en dehors des radars médiatiques, dans l’une des 25 000 associations ébranlées par la suppression des contrats aidés, ou encore les agents publics dont le poste est en voie d’être supprimé, devront-ils bientôt, eux aussi, traverser le fameux trottoir qui les emmènera vers … le chômage, dans un silence aussi glacial qu’une porte de Pôle emploi ?

Malgré tous les efforts pour maquiller les statistiques, plus de six millions de nos concitoyens restent à la recherche d’un emploi. On nous rétorque parfois que le tissu industriel se transforme sous l’effet des technologies et des demandes sociales. C’est justement cela qui justifie de pousser plus loin le projet de Sécurité sociale universelle, esquissé par Ambroise Croizat, qui permettrait de garantir un travail et une formation tout au long de la vie pour chacune et chacun.

A contrario, toutes les baisses de charges, la casse du droit du travail, l’argent public déversé à flot dans la besace des entreprises, de loi dite Travail en loi Macron, n’ont eu pour seul effet qu’une augmentation massive du travail précaire voire du travail illégal, notamment dans les secteurs de la restauration ou du bâtiment.

La menace du chômage n’est donc brandie comme épouvantail par les gouvernements et le MEDEF que pour faire accepter l’exploitation toujours plus forcenée du travail humain par un capital insatiable, en aucun cas pour résoudre le problème, car le niveau de chômage extraordinairement élevé sert autant à faire pression sur les salaires qu’à exercer un chantage contre les droits sociaux. Il permet encore de faire baisser le volume des cotisations pour attaquer le mode de financement solidaire des retraites et de l’ensemble de la Sécurité sociale. Voilà ses fonctions véritables, entretenues avec perversité, puisqu’il s’agit avant tout de vies humaines plongées dans la pauvreté.

La seule mesure annoncée contre le chômage consiste à réintroduire la dégressivité des allocations. Mettre la tête des privés d’emploi sous l’eau en leur accrochant un parpaing au cou est une méthode déjà utilisée par des gouvernements libéraux sans aucun résultat sur le retour à l’emploi. C’est au contraire en garantissant leurs droits et en leur permettant de poursuivre une vie digne, soulagés de la crainte de ne plus pouvoir payer ses factures ou de nourrir sa famille, que les privés d’emploi peuvent acquérir de nouvelles compétences et trouver un travail.

En réalité, cette mesure ne vise qu’à deux choses : faire accepter aux demandeurs d’emploi les travaux les plus précaires et abaisser encore les cotisations des employeurs, avec en ligne de mire la mise sous tutelle par l’Etat de la Sécurité sociale. D’un financement assis sur les salaires, M. Macron veut passer à un financement assis sur l’impôt qui laisserait au seul pouvoir politique le loisir de fixer les montants des allocations, en lien avec les institutions européennes et leurs prescriptions budgétaires. La suppression imminente des cotisations chômage remplacées par une hausse de 1,7 point de la CSG va non seulement contribuer au rapt organisé des retraités mais aussi amorcer cette mise sous tutelle. Ajoutons à ce sinistre tableau que la retraite par point annoncée risque grandement de priver les chômeurs de ressources futures…

La baisse du temps de travail, la sécurisation des parcours professionnels alliée à un droit à la formation, l’interdiction des licenciements boursiers, un autre accès au crédit pour les PME, ne sont pas des mesures plus complexes que les actuelles usines à gaz libérales, mais autrement plus efficaces pour lutter contre le chômage. Il faudra rehausser le ton.

3 commentaires


Moreau 26 septembre 2018 à 22 h 42 min

Du travail, il y en a beaucoup, surtout dans l’associatif libre culturel, utile, et sportif, pour peu de s’y intéresser, somme toute la majorité, les chômeurs, ne s’intéressent pas réellement au travail intelligent, privilégiant certaines occupations dans le travail absurdes, et le chômage. Il y aurait beaucoup moins de chômeurs, s’il y avait une politique de développement réel de l’associatif libre culturel, utile, et sportif. Un tel chômage est voulu.

Moreau 27 septembre 2018 à 12 h 36 min

La lucidité dit que le chômage est depuis plus de vingt ans voulu, oui, voulu par tous les partis politiques de la classe politique sans exception, le plein emploi est refusé aux gens par les Elus… La majorité des électeurs pratique l’abstention et ce n’est pas pour rien, certes tout le monde devrait se déplacer pour mettre un papier de vote blanc. Les politiques de la classe politique à l’inverse des politiques entièrement nouvelles que voudraient les Abstentionnistes, sont des politique de pouvoir absolu, d’ultralibéralisme et d’illibéralisme, et l’opposition européenne à ces deux ismes est illisible depuis aussi longtemps. Protestations, insoumission, n’ont jamais fait à elles seule une opposition pour programmer une alternance réelle, gouverner. Sur le fond politique, les Abstentionnistes ne sont toujours convaincus que par le bien fondé de leur abstention respective. La lisibilité du pays profond est surtout celle de son abstention. Il ne peut pas, au nom des sciences associatives et sociales, y avoir le progrès social réel continu sans le développement de l’associatif libre culturel, utile, et sportif. D’où la disparition progressive du social et le désert médical tant aussi beaucoup de personnes ne veulent pas de « télé-consultations médicales »… Que ce soit le covoiturage incohérent avec la politique de la grosse bagnole dite familiale et estivante, ou « la télé-consultation médicale, beaucoup de gens ne veulent pas ça, leur avis n’a pas été demandé ! Les pays européens vont vers le pire ainsi, ce n’est pas l’évolution de la vie telle qu’elle devrait être, c’est le pire en pire d’un régime qui est ainsi une dictature insupportable. Le social est devenu insuffisant, puis très insuffisant, il peut finir de disparaître, ça ne sera que l’hécatombe plus visible.

Moreau 28 septembre 2018 à 13 h 29 min

Monsieur Patrick Le Hyaric, l’Humain d’abord est un cri. Alors que des inégalités injustifiables trop grandes sont autant d’atteintes à la liberté d’expression de pire en pire depuis 1968 triste année, liberté d’expression qui comme toute liberté demande et exige une certaine réelle égalité qui n’existe plus du tout depuis 2007, comment se fait-il que vous, un grand journaliste et un député européen restez illisible sur le sujet de la violation par la France et l’Union Européenne qui sont indissociable de la liberté d’expression réelle en voie de disparition certaine depuis 2007 ?
Les artistes les plus riches ont été subventionnés avec des sommes élevées. Toujours rien depuis 1968 pour des poètes reconnaissables pourtant d’utilité publique : pas un euro symbolique !
Le capitalisme tue des petits paysans depuis 1968 comme il tue des grands poètes féminins et masculins en France et en Europe, les agitations de 68 ont un bilan globalement négatif comme la culture réelle est le véritable axe de tout, d’ailleurs la politique désaxée parle en 2018 de pognon de dingue et l’inventaire est long, tant les principaux concernés ne sont pas les Pauvres à ma connaissance.
Ne faudrait-il pas un audit des commissions françaises et européennes sur la liberté passant par l’égalité générale et donc de communication !?

Laisser un commentaire

Commentaire

Nom *

Les champs marqués * sont obligatoires

Email *

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Restez en contact

Inscrivez-vous à la newsletter