L’a-démocratie !

le 30 juillet 2013
euro money dream

euro money dream

De glissades en glissades, nos systèmes politiques ne sont-ils pas en train de basculer imperceptiblement vers « l’a-démocratie » ? On voit comment les autorités européennes imposent sans discussion leurs lois toutes tendues vers les seuls objectifs de rentabilité pour le capital. On voit combien les médias publics en Europe sont menacés sous l’effet de l’austérité qui sert aussi, comme en Grèce, à leur mise au pas. Nous connaissons mieux que personne l’extrême difficulté à faire vivre une entreprise de presse indépendante des puissances d’argent. Sans parler d’un monde surveillé par les services nord-américains où encore, ici, du laisser faire sur des enjeux aussi cruciaux que l’évasion et la fraude fiscale.

Malgré les engagements présidentiels, rien de significatif n’a été décidé à la suite de ce qui a été baptisé « l’affaire Cahuzac ». Que la justice suive son cours est indispensable. Que le pouvoir politique multiplie les faux semblant pour ne pas avoir à agir devient plus qu’une faute. Ce n’est pas le débat parlementaire qui n’a produit qu’une petite loi contre le cumul des mandats qui permet de s’attaquer efficacement à ce qui sous-entend cette affaire et bien d’autres : la gangrène de notre système politique par l’argent devenu le maître-étalon de tout ce qui fait la vie humaine. Elle est rendue possible par la connivence et la consanguinité entre certains responsables politiques et les milieux d’affaires. Aucune décision significative n’est prise pour changer le rôle des banques et des fonds financiers. Aucune réforme fiscale progressiste n’est envisagée au moment où va commencer le débat budgétaire. Aucune disposition nouvelle n’est envisagée pour « moraliser » la vie politique. Certes il existe bien des auditions, des rapports, des missions d’information. Mais ce dont a besoin notre République, ce sont des actes forts, dignes des valeurs de la gauche. Rien de tout cela n’est envisagé. Seul un mouvement populaire pourrait le permettre. Faute d’une mobilisation pour de tels objectifs c’est le dégout sur lequel s’appuie démagogiquement l’extrême-droite qui gagne. Et la loi portant création des métropoles dans la région parisienne, à Marseille et à Lyon, en réduisant considérablement la démocratie locale, en affaiblissant les communes, les départements en vue de leur disparition va accentuer encore la concentration des pouvoirs entre quelques figures nationales et celles des petits potentats locaux, éloignés de nos concitoyens. L’objectif est de permettre aux grandes sociétés multinationales d’être plus libres encore pour modeler les territoires et y piller les ressources humaines et financières au détriment des services publics locaux, des solidarités sociales. Il ne s’agit pas ici de décentralisation mais de la destruction de foyers de démocratie que sont les communes et de l’égalité républicaine des territoires. Ceci se fait encore sans débat public avec les populations, sans aucune concertation véritable avec les élus locaux, en plein été. S’en prendre ainsi aux lieux où nos concitoyens ont le sentiment d’avoir un peu prise sur les réalités ne pourra qu’aggraver encore la crise de la démocratie, la crise de la politique qui ronge en silence notre pays.

On ne peut pas non plus comprendre la passivité des autorités publiques face à l’arrestation et à l’emprisonnement  par l’Etat suisse d’un financier ayant travaillé pour les grandes banques de ce pays. Celles-là mêmes qui ont hébergé les avoirs de Mr Cahuzac. Elles doivent en camoufler beaucoup d’autres sinon Mr Pierre Condamin-Gerbier ne serait sans doute pas tant inquiété et poursuivi. Il a témoigné sous serment devant la justice française  puis devant les parlementaires. Cela lui vaut une inculpation pour « services de renseignements économiques ». Dit autrement il est accusé d’avoir brisé le secret bancaire et délivré des informations à l’étranger. L’honneur de tout démocrate, de toute personne considérant l’évasion fiscale comme du vol devrait conduire à se mobiliser en sa faveur. C’est ce qu’ont fait plus d’une vingtaine de parlementaires d’opinions diverses hormis ceux de l’UMP et du Front national en écrivant au Premier ministre. Mais les grands médias restent plutôt silencieux.  Le gouvernement est passif. Ces silences ont un sens. Ils parlent d’eux-mêmes. Ils montrent à quel point des forces extrêmement puissantes et soudées entres elles agissent par tous les moyens pour que la vérité des paradis fiscaux soit cachée au plus grand nombre. Cette grande délinquance qui extorque des centaines de milliards d’euros au bien collectif ; semble bien protégée pendant que les salariés, les retraités où les consommateurs se voient imposés toujours plus de multiples façons. Combien de temps encore nos concitoyens pourront-ils l’accepter alors que F. Hollande cherche une nouvelle fois à augmenter les impôts ; à réduire les droits des retraités et à allonger les durées de cotisations ouvrant droit à une retraite complète et à augmenter les impôts des familles ? Il faut en finir avec cette ignoble injustice.

De même on ne peut tolérer que nos amis de Médiapart soient sous le coup de la censure décrété par le tribunal de Versailles pour avoir révélé ce qui se passait autour de la fameuse « affaire Bettencourt ». Là encore ce sont des systèmes de fraude fiscale, de pressions sur la justice, de financement occulte de la vie politique, de trafic d’influence que nos confrères ont mis à jour. Leur travail est sanctionné comme au bon vieux temps de l’empire. On ne peut accepter ces atteintes à la liberté d’informer qui ne sert qu’à protéger les puissants. Ces glissades vers  l’a-démocratie nous inquiètent beaucoup ! Nous ne sommes pas seuls à estimer qu’il y a urgence à agir pour revivifier la République.

Humanité Dimanche

4 commentaires


Domart Jean-Marc 30 juillet 2013 à 16 h 48 min

Ce n’est pas pour rien, non plus, que des secteurs comme la santé soient livrés aux strauss-kahniens, les plus sociaux-libéraux du PS, avec des gens comme Touraine et Le Guen, afin que les multinationales de la santé telles la Générale de Santé puisse engranger des profits maximums. Le Pôle Public de santé parisien, facteur de démocratie sanitaire qu’est l’Assistance Publique de Paris est en cours de démantèlement par des projets d’opérations immobilières, notamment sur l’Hôtel-Dieu et le Siège Central et sur les grands hôpitaux que sont Bichat et Beaujon. Ceci dans le plus grand silence des médias audiovisuels…

Bernard 31 juillet 2013 à 12 h 57 min

tous les pions sont en place il ne leur reste plus qu’a faire exploser les taux d’intérêts, alors commencera la lente remontée populaire hors de la boue

FAGUET 30 juillet 2013 à 17 h 35 min

Quelque soit le commentaire, l’éditorial ou quelque article sur tel ou tel sujet, vous êtes ainsi que tous les appareils politiques que je connais assez bien depuis 1958, toujours acerbes, tenace sur les paroles ou les actions des autres. Pourtant, vous n’avez aucune idée vécue de ce que l’on vit quotidiennement dans nos quartiers « difficiles ». Seul la perte du « casse-croute » pourrait vous obliger à vivre quotidiennement ce que l’on vit très mal, en restant honnête. Nous ne vivons pas dans la même cour quotidienne et avec les mêmes moyens financiers. Nous coulons un peu plus chaque jour, même sous la « gauche »!! (Une chanson que l’on devrait chanter à l’unisson: Paroles, Paroles……..

JP Réau 31 juillet 2013 à 7 h 12 min

venez en banlieue Sud et vous constaterez que les élu(e)s communistes sont justement issu(e)s de ces quartiers . j’habite une ville à 42% de HLM et l’ensemble des élus PCF y résident .
C’est justement ce qui fait la différence .
Le choix d’un candidat PCF est souvent un camarade qui s’est illustré dans les luttes sociales .
Il faut éviter les amalgames avec le reste de la classe politique .

Et c’est ce qui explique le propos de Patrick Le Hyaric ici : pour un élu qui représente avant tout la population des quartiers populaires , ces attaques actuelles contre la démocratie locale sont d’autant plus inacceptables qu’elles visent en premier lieu les populations défavorisées qu’elles vont marginaliser tandis que les médias dominants les stigmatiseront via des faits divers sur des « jeunes des banlieues » .
Or on le constate ici dans nos cités populaires , la politisation des gens est la meilleure arme , à double titre , face à toutes les conséquences des politiques libérales prônées dans les instances européennes et servilement appliquées par nos gouvernants .
– cela instaure un rapport de force ( qui fait encore défaut ) apte à enrayer ces politiques .
– les luttes sont une motivation qui évitent l’écueil du renoncement que ce soit le laisser faire ou le quitus donné au FN .

Donc il faut justement ne pas s’enfermer dans un discours rejetant tous les partis , mais au contraire discerner les partis opportunistes et politiciens des quelques partis qui cherchent à inventer un autre monde qui ne peut naître que des quartiers populaires .

Laisser un commentaire

Commentaire

Nom *

Les champs marqués * sont obligatoires

Email *

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Restez en contact

Inscrivez-vous à la newsletter