Faire front progressiste et citoyen

le 7 avril 2021

L’éditorial de L’Humanité Dimanche du 08 avril 2021 – par Patrick Le Hyaric.

C’est parce que la société n’est pas inerte qu’ensemble,  pouvoir, droite et extrême-droite hystérisent le débat public autour des questions identitaires et « de la « non-mixité » de groupes de parole. En pleine pandémie, après le mouvement des Gilets jaunes et les mobilisations contre les contre-réformes des retraites et du droit du travail, les mouvements sociaux et citoyens ne désarment pas. En témoignent plusieurs samedis d’action contre la loi « sécurité globale », un important mouvement du monde de la culture qui, de différentes manières, se met au service de la rencontre, de la création et de la pensée pour contrer l’anesthésie distillée par les monopoles du divertissement télévisuel et par des chaînes abrutissantes d’information en continue où journalistes de droite extrême et responsables de l’extrême-droite ont leurs ronds de serviette.

En témoignent également les divers appels des médecins mettant directement en cause le pouvoir macronien qui refuse d’écouter leurs alertes et entend les réduire au silence au prix de contaminations en hausse et d’innombrables deuils. Sans omettre le mouvement initié par notre ami Philippe Rio pour que la République revienne dans les quartiers populaires, les paysans qui réclament des prix rémunérateurs, les caissières de Carrefour qui revendiquent leur juste dû, ou encore les manifestations récentes pour une autre loi « climat » caractérisées par leur jeunesse, leur combativité, leur nombre et leur dynamisme. Un défilé d’accusations sans appel du capitalisme ! Jusqu’aux autoentrepreneurs surexploités qui tentent de fédérer leurs actions à l’échelle continentale pour pouvoir disposer d’un contrat de travail. Sans oublier, enfin, les organisations de la CGT qui défendent l’emploi dans une multitude de sites industriels et qui, elles, restent interdites de caméras.

Pour contrer ces luttes qui parsèment la société et échapper aux urgences sociales et climatiques, la cohorte des partis du système organise des non-événements dans l’objectif de garder le contrôle, d’empêcher l’unité populaire et la mise en cause du pouvoir du grand capital.

Dans un tel contexte, l’attaque contre l’UNEF n’a rien d’anodine. Déclencher l’artillerie lourde contre l’une des principales organisations syndicales étudiantes vise avant tout à désarmer une jeunesse aujourd’hui en détresse. Le pouvoir redoute qu’un mouvement étudiant d’ampleur se dresse pour que notre système universitaire, miné par les inégalités et le décrochage de masse, offre des débouchés aux jeunes titulaires de diplômes. Il est impérieux pour le pouvoir et les droites de discréditer le syndicat et de diviser les progressistes à son sujet. A qui le tour demain ?

Une fois le couvercle des confinements levé, il est fort possible que la marmite sociale explose. La situation est bel et bien bouillante : les inégalités exacerbées, la pauvreté galopante, les plans de licenciements cachés dans les cartons, les fermetures de centaines de milliers de commerces indépendants ne laisseront pas nos concitoyens passifs. Parallèlement et tandis que les cercles médiatico-politiques jettent leurs boules puantes, se mijotent dans les cénacles européens de nouvelles attaques contre les droits sociaux, les retraites et la sécurité sociale à travers un « plan de relance » du capitalisme prédateur qu’il faudrait urgemment mettre en débat.

Ce sont bien les conditions d’une unité populaire progressiste, autant que d’une prise de conscience collective des dégâts causés par la gestion capitaliste de la crise sanitaire que le pouvoir et les forces réactionnaires s’évertuent ainsi à rendre impossible. Pourtant, cette unité fraye tant bien que mal son chemin dans les expériences individuelles et collectives faites à travers la pandémie.

Dans une situation si grosse de dangers et de périls, l’urgence est à faire front et à déjouer les pièges pour, dans le rassemblement le plus large, offrir un débouché politique à cette unité populaire qui se cherche.


8 commentaires


Moreau 7 avril 2021 à 15 h 35 min

Qui dit « progressiste » en 2021 doit parles des Anti-progressistes qui sont nombreux selon les informations parmi les jeunes, et ça, c’est la conséquence directe de la gauche qui se disait la vraie et qui a été en dessous de tout en se divisant en camps avec « des courants d’opinion » comme si c’était les opinions qui allaient permettre aux gens d’arriver à vivre.
Il y a saturation du mot « progressiste », et je pense que les gens vont être vigilants à l’égard de toute évolution. Il faut du vrai et de l’authentique, personne n’est dupe, ou il y aura d’ici peu la dictature en France et tout ira encore plus mal. Il faut être clair le protectionnisme liberticide en plus, ce n’est pas l’universalisme. L’universalisme, ce n’est pas du nationalisme et les nationalismes ne sont pas compatibles avec la construction d’une Union Européenne Liberté Egalité Fraternité. Il faut être parfaitement clair. La France et l’Union Européenne n’ont pas besoin de l’extrême droite, l’extrême droite n’a pas un projet républicain mais un dessein républicain en apparence pour faire illusion, libéral protectionniste donc non universaliste.
Il faut arrêter d’abuser des citoyennes et des citoyens.Les socialistes au vingt et unième siècle doivent être des vrais socialistes universalistes et les communistes doivent être des vrais communistes universalistes. La fausse gauche a écoeuré toute une partie de la population avec le mot progressiste et l’absence de grand projet fiable en 2012 et en 2017. La gauche a été tellement fausse avec la population que l’opposition est depuis 2017 une fausse opposition car ce n’est pas républicain, l’extrémisme de droite. Monsieur Le Hyaric, un jour vous suggérez l’universalisme et vous dîtes comment c’est possible de commencer la gauche communiste universaliste voire en faisant passer des camps de courants d’opinions en gauche communiste universaliste, ce qui serait l’évolution positive ; puis vous parler tout de suite après en revenant en arrière de « Front progressiste populaire », il faut arrêter ! La Jeunesse ne peut pas s’y retrouver dans ces propos, personne ne peut s’y retrouver.
Le Front de gauche avait vocation pour les personnes sincères en démocratie entière réelle à devenir la gauche communiste universaliste ! Faire un pas en avant et deux pas en arrière alors qu’il n’y a plus qu’un an pour élaborer un grand projet universaliste fiable, c’est dévastateur, c’est exciter encore plus l’extrémisme de droite. Il ne faut pas de double langage, le langage universaliste, c’est du commun républicain entre des libéraux, des socialistes, des communistes ; vingt et unième siècle. Et alors il n’y aura plus de place pour les extrémismes de droite.

Moreau 7 avril 2021 à 15 h 46 min

Allez-vous comprendre que toute une partie de la population n’en veut plus de ces mots qui ont dévasté la Liberté, qui ont dévasté l’Egalité, qui ont dévasté la Fraternité, qui ont dévasté la République authentique : les mots « progressisme », « protectionnisme » tuant l’évolution, le progrès général, la destinée… Halte au dictionnaire de l’inhumanité. Liberté ! Egalité ! Fraternité !

Moreau 7 avril 2021 à 15 h 51 min

L’universalisme n’est jamais instrumentalisé, l’universalisme instrumentalisé, ça n’existe pas, parce que l’universel n’est pas instrumentalisable. C’est tout le reste qui est l’instrumentalisme !

Moreau 7 avril 2021 à 17 h 58 min

Il faut savoir être attentif et comprendre. L’universalisme doit aussi partir des camps dits de gauche de quatre ou cinq courants d’opinion, pour les dépasser. La Jeunesse n’a pas raison sur tout mais il y a ce point sur lequel je l’approuve en 2021 après une dizaine d’années de stagnation appelée progressisme, c’est que le progressisme c’est plutôt un des fléaux politiques dans l’histoire. Ce n’est pas bon. Le progressisme a été très insuffisant, le progressisme, n’a pas marché, les progressistes n’ont pas fait leurs preuves, les gens sont nombreux à ne plus avoir envie d’entendre parler du progressisme. Face au vide politique de toute la gauche, les gens ont du mal à remplir bien leur devoir de citoyen, il y a des abstentions et il risque d’y en avoir encore si ça continue avec le progressisme, et il y a les votes extrémistes et il risque d’y en avoir encore si ça continue avec le progressisme. Faire front avec le progressisme serait faire front leurrant, ce n’est pas crédible. La population vit dans l’attente d’un vrai projet de gauche universaliste ; tout projet instrumentaliste ne peut pas être appelé projet universaliste, tout projet instrumentaliste est synonyme de tout projet extrémiste. Les Citoyens sont clairs. C’est l’absence de vrai(s) projet(s) politique(s) universaliste(s) de gauche qui est cause d’absention. Beaucoup de personnes de différentes générations ne veulent plus des salades progressistes. De nombreuses personnes savent ce dont elles ne veulent plus, les unes vont jusqu’à pratiquer l’absention, les autres votent dangereusement en votant pour l’hégémonie de l’extrême droite devenant renommée grand remplacement. Faites un référendum en demandant de se déterminer en disant :
Oui au progressisme ; ou en disant
Non au progressisme ; et vous verrez le grand nombre de Non venant de différentes générations.

Le progressisme n’est pas une politique républicaine, le protectionnisme n’est pas une politique républicaine. Les politiques républicaines ne peuvent être que les politiques républicaines universalistes au vingt et unième siècle : le libéralisme universaliste, le socialisme universaliste, le communisme universaliste. La classe politique en continuant comme si les gens n’expriment pas de rejets pour de bonnes raisons et n’expriment pas d’aspirations bien meilleures que ce qu’ils rejettent, provoque des abstentions et des votes extrémistes ; et elle n’est pas crédible en même temps qu’elle gâche toutes les vies.

alain harrison 21 avril 2021 à 22 h 30 min

Le progressisme n’est-il pas une chausse trappe libérale ? Justement le libéralisme universaliste. Le libéralisme aime à tout mettre en controverse, et le mainstream à le mettre en scène ad nauseam. Par exemple l’islamo gauchisme.

L’idée c’est d’en parler et en reparler.

Et bien, la gauche (pour faire court, au sens pratique du terme) a des avenues à présenter au peuple. Et bien il faut en parler , en parler, du programme alternatif. En France, le libéralisme détruit systématiquement les éléments existants du programme CNR.
Ce qui donnait une base pour vivre décemment. Macron va tenter de donner le coup de grâce, n’est-ce pas.
Alors il faut le dire aux peuples: vous ne voyez pas ou vous voyez, alors il faut agir se donner les moyens d’agir. Quels sont les outils les plus puissants ?
Faut-il que j’en fasse la liste. Et aussi, quels sont les obstacles qu’il faut abattre?
Attention aux tergivationnistes ?

Voyons un peu.
Où en est rendu le Vénézuéla, malgré l’orage.

DU SYNCO DE SALVADOR ALLENDE AU SINCO D’HUGO CHAVEZ: L’INTERNET AU SERVICE DE LA DÉMOCRATIE PARTICIPATIVE

«« Dans sa deuxième étape, SINCO a incorporé un module de communication directe entre les organisations de base du pouvoir populaire, le Conseil fédéral du Gouvernement et le gouverneur de l’état. Désormais, en plus d’être un moyen de communication efficace entre les organisations de base et les institutions régionales, à tout moment et en tout lieu, et d’offrir la possibilité d’exprimer des exigences spécifiques, il permet aux communautés organisées de participer à la planification et à l’exécution elles-mêmes de leurs projets. »»

Venezuelainfos wordpress

Eux, ont tout à concevoir, à construire et à défendre constamment.

La France est en train de perdre.

Biden, un immense plan marchal pour le pays. Fuck la dépense. Les cr.anciers, quel créancier.
La FED

Doyoms sérieux, le mirage financier versus la réalité des lois. Qui fait les lois, qui sont de droit (État de Droit*) par la Constitution, qui sont légales par la communauté internationale (pas les 50 aux mains des US) mais les 190 (si je ne me trump) et que les élections légitiment en quelque sorte.

* L’alternative passe par l’État Démocratique, l’État Socialiste ou.. il faut bien nommer en comprenamt le sens des mots. Et le Vénézuéla aide justement à donner du sens à des mots galvaudés par l’occident libéralisme.

alain harrison 21 avril 2021 à 22 h 42 min

Biden, un immense plan marchal pour le pays. Fuck la dépense. Les créanciers, quel créancier.
La FED

Correction: solution de relance keynésienne

alain harrison 21 avril 2021 à 22 h 43 min

Et que dire d’une alternative genre

Tout le PIB à la Cotisation

Moreau 7 avril 2021 à 21 h 47 min

Faire gauche communiste universaliste apporterait tellement plus à la société française et européenne et au nouveau monde : Union Européenne, Chine, Afrique, Amérique du Nord ; et d’autres pays épris de nouveau monde. Il faut accéder au désir de la Jeunesse et des personnes de générations plus âgées qui ont souffert dans leur vie avec la population qui souffre, de ne plus entendre parler du progressisme qui n’a pas empêcher la crise à son paraoxysme à la quelle le président Macron a répondu avant de devoir s’occuper de la lutte contre la pandémie. Les gens veulent le vivre ensemble, et c’est possible notamment par un grand projet communiste universaliste digne de de ce nom. Dire, et faire, et respirer ; c’est ce que veulent beaucoup de citoyennes et de citoyens.

Laisser un commentaire

Commentaire

Nom *

Les champs marqués * sont obligatoires

Email *

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Restez en contact

Inscrivez-vous à la newsletter