En campagne pour le changement !

le 2 février 2017

Manifestation contre le projet de loi travail, le 9 mars 2016 à Nantes.

C’est le grand chamboule tout ! Tous les « spécialistes » de la politique, les sondeurs et les supposés faiseurs d’opinions qui monopolisent micros et caméras, voient leurs thèses de l’été s’envoler en hiver.

C’est comme si on assistait à une révolte sourde et transversale, à une sorte de reprise en main par les bases électorales de leur destin, décidées à subvertir tous les scénarios préétablis. De Sarkozy à Juppé, de Hollande à Valls, aucun de ceux qui ont à un moment tenu les rênes du pouvoir ne sera présent sur les bulletins de vote le 23 avril. Le signal est évident d’une aspiration au changement.

Mais cette demande d’autre chose est loin d’être nourrie d’une claire conscience du chemin à emprunter et des choix à opérer pour que ce ne soit ni la déception ni la seule colère qui l’emporte.

Plus que jamais, rien ne sert de plaquer sur les mois prochains un schéma rêvé. L’imprévu est de retour comme pour manifester une forme d’orgueil populaire. Il n’y a donc pas de raccourci possible à un processus de rencontres, de débats, pour une construction alternative lors des élections présidentielles et législatives. Sans cet effort, le risque est grand que la forme de changement qui l’emporte tourne le dos à une visée progressiste, démocratique et écologiste. Plusieurs consultations en Europe et aux Etats-Unis montrent que le pire n’est plus très loin. Le brouillage organisé autour du prétendu « ni droite, ni gauche » auquel contribuent à leur façon l’extrême-droite et M. Macron, constitue un piège terrible pour celles et ceux qui ont tout intérêt au retour d’authentiques politiques de gauche. La politique résumée aux critères comptables de l’ordo-libéralisme allemand et bruxellois est une autre nasse. Qu’il s’agisse d’un choc ultralibéral imposé soit par M. Fillon ou par M. Macron, que ce soit la régénérescence du national-capitalisme de l’extrême droite, toutes ces politiques ne pourront qu’aggraver la situation de nos concitoyens.

Le soi-disant « réalisme » invoqué par l’ancien premier ministre s’est fracassé sur la réalité des souffrances sociales : celle d’une opposition majoritaire et massive dans sa propre famille politique à une politique d’allégeance au patronat et d’exacerbation des thématiques identitaires. Le réel qui s’est manifesté à cette occasion est celui du désir de gauche. Si le message ne peut que nous réjouir, nous ne nourrissons pas l’illusion qu’il serait majoritairement partagé dans le pays, ne serait-ce qu’au regard de la participation limitée et du filtre social inhérent au principe des primaires. Tout indique que le candidat socialiste n’est plus en mesure de porter seul une dynamique politique à vocation majoritaire dans le pays. Il en est conscient puisqu’il a appelé au dialogue avec les autres candidats et forces de la gauche et de l’écologie.

Benoit Hamon a fédéré une majorité de ce qui reste du noyau électoral socialiste, fidèle aux valeurs de la gauche et inquiète du virage opéré au cours de ce quinquennat crépusculaire. Le très discutable revenu universel a servi de catalyseur pour un électorat qui se pose avec insistance et angoisse la question du travail et de son avenir dans un système de production marqué par l’apparition fulgurante des technologies numériques.

A partir de cette aspiration au travail émancipé, que nous ne cessons de porter dans ces colonnes, il serait possible d’ouvrir dans les semaines qui viennent une large confrontation nourrie des apports de syndicalistes, de militants du mouvement associatif, de collectifs citoyens et d’économistes. Ce débat pourrait permettre de trouver des points de convergence de projet, notamment sur la possibilité d’une sécurisation des parcours professionnels conjuguée à des périodes de formation indispensables pour faire face aux mutations technologiques et environnementales.

Il n’y aura pas d’issue progressiste non plus, sans s’attaquer à la mainmise de la finance sur l’économie et la production, sans réorienter celle-ci afin de permettre la transition écologique, sans changer de république à partir d’un processus constituant, et engager la refondation d’une Europe des peuples associés et solidaires. Par-delà les démarches, les histoires, la manière d’être, la candidature de Jean-Luc Mélenchon nous apparaît comme incarnant le mieux et le plus efficacement la dynamique dont a besoin le monde du travail et le peuple de gauche. C’est le levier décisif pour réclamer la sortie de l’austérité, du chômage et de la pauvreté. La hisser dans le duo de tête de l’élection présidentielle devient le moyen le plus efficace pour ouvrir enfin les portes du changement à gauche. Dans la foulée, lors des élections législatives, pourrait se construire une solide et indispensable majorité nouvelle de députés, garante des aspirations qui s’expriment dans les différents courants de la gauche de transformation sociale, démocratique et écologiste.

Mener l’indispensable débat politique et idéologique, chercher les voies du dialogue et de l’union est d’autant plus indispensable que menacent d’accéder au pouvoir une nouvelle droite dure voire l’extrême droite, que s’exacerbe la crise de l’Union européenne et que se répandent populismes et autoritarismes de Washington à Ankara en passant par Budapest.

Il n’y a pas de temps à perdre !

26 commentaires


Moreau 2 février 2017 à 9 h 22 min

Ce n’est pas l’Europe des injustices, des inégalités, des malheurs, des souffrances, qui a été promise ; c’est l’Europe culturelle insérant et développant l’associatif libre culturel et sociale grâce surtout à l’application des Droits de l’Homme et du Citoyen qui a été promise, l’Union Européenne du nouveau monde, l’Union Européenne débarrassée de ses fléaux.

Moreau 2 février 2017 à 9 h 41 min

Ce n’est pas l’universalisme et le progrès social de la France pour les Français et pour l’Union Européenne qui sont incompatibles avec la construction par traités de l’Union Européenne, c’est le nationalisme qui est incompatible, il a déjà provoqué le brexit et pourrait encore disloquer plus l’Union Européenne. Le changement de constitution est réalisable à condition que la prochaine constitution soit la bonne, et s’il y a les traités euroépens, il y a aussi la déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen que monsieur Guterres appelle à appliquer, il a raison.

pierre 2 février 2017 à 10 h 52 min

Nous vivons certes une période « étonnante », d’où semble pouvoir émerger ce grand chamboule-tout que beaucoup attendent.

Ne nous réjouissons pas trop vite…

Il est à craindre que guettent et agissent dans l’ombre, qui est leur lieu habituel de résidence, les éminences aux nombreux milliards.

Le souci, c’est que nous n’avons qu’une lecture très partielle des événements et de ce qui les déclenche.

Comment accepter que les sondages, entièrement aux mains des éminences en question, arrivent à faire accroire au « bon peuple » qu’un Macron sera légitime à la tête du pays?
Mieux encore, qu’il est attendu comme le Messie.?

Comment ne pas craindre que ceux qui vont entendre ces oracles ne se précipitent en toute bonne foi, croyant répondre à une aspiration généreuse, vers ce « cap au pire » qui nous semble hélas promis?

Car ce qui risque bien d’arriver maintenant, c’est la mise sous cloche, sous éteignoir, de ce que nous appelons encore « Démocratie », cette parenthèse enchantée qui agace les plus puissants depuis trop longtemps.
Cette tendance lourde est en marche, qu’elle s’appelle Macron, ou, au-dessus de lui, instances Européennes…voire Front national…

Nos démocraties, ce qu’il en reste, risquent de se déliter sous l’appellation atroce et mortifère de « Gouvernance ».

Et nos votes, alors, ne seront plus que des hochets, tolérés, pour combien de temps encore, par les réels détenteurs de tout les pouvoirs, enfin re-confisqués: administratifs, policiers, militaires, législatifs, exécutifs, et bien sûr médiatiques.

Et ce sera: « Silence dans les rangs! », et plus personne pour moufter…

Moreau 2 février 2017 à 18 h 23 min

Les droites extrêmes remportent les élections parce qu’il y a une gauche fictive et une autre gauche toujours présentée comme la vraie gauche qui se remanifeste actuellement en critiquant beaucoup mais qui a peu de programme. Selon les informations, la victoire de monsieur Hamon relance la vraie gauche. Ceci dit ce sera insuffisant pour le France et l’Union Européenne comme le mouvement socialiste démocratique de monsieur Sanders a été insuffisant aux Etats-Unis d’Amérique. Madame Taubira dit de manière très franche, très spontanée, très claire que monsieur Mélenchon a fait une très belle campagne en 2012 et depuis, il s’est un peu perdu dans les sables, c’est l’expression qu’elle a utilisée.
En Europe comme en Amérique, mais pensons à l’Union Européenne, les communistes critiquent beaucoup plus qu’ils proposent, il n’y a actuellement pas en France alors que c’est très bientôt l’élection présidentielle, un programme communiste 2017 ; les communistes devaient présenter leur programme même s’ils ne présentent pas de candidats, leur programme de 2012 devait être mis à jour, ils devaient proposer. Les communistes américains n’ont pas fait parler de leur programme lors de l’élection américaine. Les communistes français ne font pas parler de leur programme pour la France et l’Union Européenne dans cette élection, ils pensent aux alliances et aux campagnes électorales, ils ne pensent pas aux programmes. D’où l’abstention, c’est à désespérer : les campagnes électorales faites sans programme pour améliorer la vie de toute la population, sont coûteuses et inutiles. Tous les partis politiques critiquent beaucoup plus qu’ils proposent, d’où l’aggravation de la crise politique générale dont souffrent beaucoup de gens.
Les communistes consacrent trop à la critique même si elle est pertinente et rabâchent, et promette une alternative dont les programmes ne sont pas présentés à chaque élection qui se déroule. Ne pas présenter un candidat ne justifiant pas de ne pas présenter un programme puisque les partis qui ne présentent pas de candidats s’allient, mais une alliance pertinente justement, demande de s’appuyer sur un programme ; pour l’électorat. L’absence de programmes pour la vie de toute la population lors des élections est une des causes de l’abstention.

mounier-maredia 2 février 2017 à 20 h 22 min

Il y a un programme communiste : il se nomme la France en commun car le commun est ce que nous faisons ensemble pour le bien de tous. Le commun « aligne » toutes les idées, pensées, ambivalentes et destructrices.

alain harrison 5 février 2017 à 23 h 00 min

Bonjour M. Moreau.

Il existe des plateformes où sont présentés de façon « schématiques » des éléments de programmes. Sur le site du PARDEM, d’initiative communiste et sur les Histoires de France.

Il y a toute l’expertise vivante des pays progressistes d’Amérique Latine.

Il y a de quoi à aller puiser et à promouvoir. Promouvoir la curiosité d’aller voir, et peut-être d’aller plus loin. Cultiver la curiosité, l’intérêt pour l’exploration intellectuelle d’abord, des alternatives, des initiatives qui peuvent être inspirante, et peut passer à l’action selon chacun et ses moyens et temps de s’investir et de participer aux divers aspects que nécessite le changement pour une Alternative que tous pourraient reconnaître.

Nous pouvons le faire dans la douleur des déceptions ou dans la joie des réalisations.

Hamon est peut-être une nouvelle déception (quand les psychopathes prennent le pouvoir__ article)
JLM et France Insoumise, il faut des balises strictes, et seul un programme politique que vous appelez de vos veux, peut en être les termes à respecter ou être éjecter.
Le programme est juge et partie, ainsi fini les petites joutes. Tout comme, le guide suprême, ce sont les solutions et leurs échéances. Fini les petits chefs et leur OUi mais……..zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz Si vous voyez ce que je veux dire.

Avis aux z élites. Maduro est un homme du Peuple qui relève son Peuple dans la digne ligné.

Moreau 2 février 2017 à 22 h 26 min

Personne n’a entendu parler du programme la France en commun en 2016-2017 ? Ne s’agit-il pas d’un programme antérieur ?
Etre constructifs c’est parler surtout des propositions pour l’avenir des gens.

Joni 18 mai 2017 à 0 h 10 min

Le costo cerrarlo pero esta vez tuvo éxito. Gano Tincho Alund por 6-7(1), 7-6(4), 6-1 a Guille Duran y una vez más se instala en cuartos en un chneallger este año.

Moreau 3 février 2017 à 10 h 55 min

Monsieur Chassaigne a écrit : « Alors que la campagne présidentielle de 2017 occupe depuis quelques mois déjà tous les écrans, il serait sans doute nécessaire de revenir sur ce cœur du commun combat politique à mener, pour une France en commun, pour une Europe en commun, pour un monde en commun, pour un avenir en commun. » ; c’est dire l’importance primordiale que le programme communiste La France en commun soit à jour et compatible avec la construction de l’Union Européenne en venant enrichir ou corriger ses politiques, soit connu, et soit partagé. L’Union Européenne doit être une communauté de pays en commun ou elle se disloque faute de progrès culturel et de progrès social, les deux progrès au vingt et unième siècle étant indissociables.
La politique générale d’un pays membre de l’Union Européenne doit être recommandable aux autres pays de l’Union Européenne, ce qui demande aussi de penser aux modulations possibles.

aigle4enanglais 5 février 2017 à 17 h 44 min

c’est ça camarade, continue à croire au père noël et aux élucubrations de Chassaigne, mais la seule solution pour une victoire de la gauche et une résurrection du PCF, c’est le vote JL Mélenchon, puis une alliance avec la FI pour les législatives, le programme du PCF, ne peut être que celui de la FI, vu que celui ci est la continuation en mieux du programme issus du PCF l’humain d’abord.

Goubert Joel 5 février 2017 à 20 h 06 min

Je trouve désolant que l’on passe sous silence le fait que les négociations entre les candidats PCF et FI pour les législatives sont dans l’impasse et que l’on se dirige vers la multiplication des candidatures avec les risques que l’on connaît.
A quoi servirait il d’élire Mélenchon sans majorité à l’assemblée ?

Moreau 5 février 2017 à 22 h 20 min

L’insoumisme n’est pas une politique, le libéralisme démocratique universaliste, le socialisme démocratique universaliste, le communisme démocratique universaliste, sont des politiques spécifiques ; l’insoumisme n’est pas une politique comme la social idéologie de monsieur Hollande n’était pas une politique spécifique, d’où l’alternance au bilan négatif. Il y a une crise politique générale et je ne sais pas comment elle va évoluer. Les politiques qui donnent le change par rapport aux politiques spécifiques font que la droite nationaliste française est entre 25 et 40%.
Si les mouvements politiques démocratiques universalistes ne progressent pas et ils ne peuvent progresser qu’ensemble puisque la seule république possible au vingt et unième siècle, c’est la république démocratique universaliste ; l’escalade de la course aux armements et le risque d’une nouvelle guerre mondiale sont à redouter réellement.
Pour ce qui est des certitudes, l’éventail de propositions communistes insuffisant atteste que les communistes n’ont pas assez progressé dans la transformation et restent coupés de plusieurs problèmes de la vie de gens modestes ou très modestes. Où est la suite communiste de la campagne du front de gauche de 2012 ? On la cherche sans la trouver. Nous avons besoin d’un communisme démocratique universaliste européen, c’est l’évidence alors que le manque de communisme démocratique universaliste européen a récolté une forte abstention et a fait élire monsieur Trump.

alain harrison 6 février 2017 à 6 h 28 min

Bonjour.

Et oui, j’ai bien peur que la gauche ne se dilue encore un peu plus. Les élites de la gauche disent rassembler la gauche, mais toujours dans le même moule d’action, le PCF se trouve un porte parole, ici Mélenchon, et va rejouer, il faut contrer le FN, allions-nous au PS D’Hamon ?!

Le PRCF,sans se faire d’illusion, appuie JLM. Mais il doit y avoir une ligne rouge qui déterminera……….

Pour le PARDEM, je ne vois pas !

En tout cas, probablement cette fois-ci, les jeux des uns et des autres seront dévoilés. Le processus est engagé pour la gauche.

Bien des instances de la gauche montreront leur vrai visage. Je ne sais pas, mais pour moi, il est claire que pour le PCF, c’est la deuxième chance.

Le PS n’est pas rachetable, Hamon est un petit Trudeau à la française. C’est mon avis.

Comment expliquer cela, et bien le méta conditionnement est la réponse. Et cela Marx ne l’a pas vue. Désolé.

Mais une chose est certaine, il semble bien que Marx a vu juste au sujet du capitalisme. Je dis il semble (pour moi), parce que je ne l’ai pas lu. je ne peux, que me fier à une information de seconde main (ce n’est pas péjoratif).

Mais une chose est sûr, c’est qu’il faut toujours se tourner vers l’original, pour la simple raison que l’originale est la source féconde et n’est pas empreinte de conclusions, que les dérives (non péjoratifs) bien ou non fondées sont empreintes en général, d’où les variantes idéologiques en conflit et la perte de l’outil fécond. C’est comme ça que je perçois l’affaire.

Il y a au moins une prise de conscience dans la gauche, il y aura indubitablement du ménage à faire, cette fois plus claire, et sans doute que les militants réfléchiront sérieusement, avec les syndiqués et sans doute d’autres éléments civiles réveillés, à prendre les choses en main.
Les élites sans soutient, vous savez…………

L’Amérique Latine a quelque chose à dire au Monde, mais l’OMERTA est systématisée.

Je ne comprends pas, le FN en France, il y a une partie de la population nostalgique. Mais je comprends, le conditionnement a des effets paradoxales qui sont du domaine irrational.

Je conseille de lire certains chapitres du livre de M. Groff, Psychologie trans personnelle.
Quand on met le doigt sur le fondamental, le temps n’y change rien, à moins d’une véritable mutation. Et l’homme moderne n’a pas évolué depuis l’hominisation.
La souffrance n’a pas réussi à nous changer, la culpabilité non plus, les religions sur ce plan n’offre que le statu quo de la VÉRITÉ et nous renvoie à la fin des temps. Il y a sans doute des croyants qui voudraient bien précipiter les choses !

Ils n’ont pas saisi ce que veut dire: PAIX aux hommes de bonne volonté et sont dans le dénie pure, quant à la signification profonde de la découverte récente de l’Évolution Naturelle.
La vision globale nous fait découvrir les tenants et aboutissants et nous permet de mettre les choses à leur juste place sans plus. On voit ou on ne voit pas !?

Libby 17 mai 2017 à 23 h 53 min

The winter before last, EdM was my go-to sleep scent. Something about it’s salty, warm skin quality is very cogYtrtinm.fesoerday you inspired me to wear Back to Black, and I think today I’ll wear EdM!

Moreau 6 février 2017 à 10 h 18 min

Les communistes n’arrivent pas à rassembler, à conquérir, parce qu’ils critiquent trop comme s’ils voulaient être seuls contre tous, ce n’est pas ça le communisme du vingt et unième siècle. Il faut reconnaître que d’autres politiques spécifiques peuvent être des politiques démocraties universalistes bonnes pour les Peuples. Ne pas le reconnaître, c’est provoquer des dérives ensuite condamnées elles aussi. Les gens le disent et c’est vrai hélas, les communistes critiquent trop, ne sont pas proches de plusieurs vrais problèmes de la vie voire font leur tri des problèmes, n’ont pas un programme car même sans présenter un candidat, le mouvement communiste devrait avoir son programme dans l’élection présidentielle française qui concerne aussi l’Union Européenne qui concerne toutes les vies. D’où l’aggravation de la crise politique et de l’abstention. L’Homme ne peut pas évoluer sans la culture réelle d’une part, et sans la démocratie réelle d’autre part. Les communistes sont très loin derrière l’extrême droite en Europe et en Amérique parce qu’il n’y a toujours pas la démocratie communiste réelle qui comme je viens de le dire doit reconnaître les autres mouvements politiques démocratiques universalistes. A vouloir être les seuls, les communistes eux-mêmes en sont les perdants, les gagnants étant les nationalistes.
La vision globale n’est jamais dans la lumière vénérée par Jean Jaurès intégrale, je veux dire, qu’elle est évolutive en ce sens qu’elle est faite de grandes visions et d’autres visions. Les visions sont faites pour être partagées dès lors qu’elles sont des vraies visions. Les communistes ne peuvent pas prôner le vivre ensemble et ne pas le pratiquer.

Moreau 6 février 2017 à 10 h 34 min

Il y a toujours plus d’extrémismes de droite parce qu’il y a toujours plus de retard de communisme démocratique universaliste. En Europe et en Amérique du Nord.

alain harrison 6 février 2017 à 19 h 58 min

Bonjour,

Tout programme politique de gauche doit être basé sur des éléments clefs radicaux d’une part, d’un processus démocratique directe (la participation active du Peuple sur tous les aspects du pouvoir politique) et d’autre part s’appuyer sur un système économique radicalement différent de celui existant, sinon, sur ce dernier point, l’alternative initié et en voie de réalisation glissera et reviendra dans le schéma politico-économique actuel avec une nouvelle régression de la structure du pouvoir politique, et en cela la faillite serait fatale pour les espoirs renaissants.

Alors, il est urgent de faire le programme radical qui met bien en perspective les bénéfices pour tous en démontrant les liens des politiques et de la vie usuelle et des progrès à échéance des divers aspects de la société, mais renouvelé vers l’harmonisation, et non l’homogénéisation ou nivellement vers le bas, mais bien un cadre large d’émancipation et non d’instrumentalisation. D’où la nécessaire participation des citoyennes travailleurs, mais la classe moyenne est-elle capable d’en voir les tenants et aboutissants et les effets collatéraux bénéfiques pour l’ensemble. Le temps fait parti des barrières. Donc il faut bien établir les barrières pour les contrer, je ne parle pas de l’opposition globale du néo-libéralisme. Pour s’en faire une idée voir l’Amérique latine, mais elle développe une expertise, mais d’action….

Comme l’artiste qui a l’intelligence de garder ses croquis pour l’ oeuvre, il faut partir de la base, aussitôt que l’on se perd dans les méandres des chemins à prendre pour le changement, un retour aux grandes lignes, aux grands objectifs sont une saine attitude. Dont la priorité des priorités est de mettre un terme à la pauvreté et comme on dit d’une pierre deux coups, la pauvreté intellectuelle suivra.
Ceux qui ont peur du revenu de base adéquat inconditionnel universel, n’ont pas saisi son aspect potentiel révolutionnaire. Sans condition, il y a une deux conditions: ne pas nuire et voir ses propres priorités, à chacun d’y voir: l’alcoolique comme exemple, a ses propres priorités.
La Révolution est profondément lié à la condition humaine. Tout part de chacun de nous et selon la position où nous sommes.

L’initiation des 4 sorties engageront au fur et à mesure de nouvelles alliances. Face à l’Angleterre qui a ses exigences, et bien être sans concession, vous avez vos exigences, et ces exigences s’insèrent dans le nouveau monde, les exigences du vieux monde rejeté systématiquement. Alors le programmes politique pour le nouveau monde, ça presse.
Penser à l’artiste.

Moreau 6 février 2017 à 21 h 35 min

Ce débat est un peu constructif, l’incompréhension qui dépasse beaucoup de gens notamment parmi les abstentionnistes provient de l’inadaptation des mouvements politiques qui se sont révélés inférieurs aux espérances. Il ne faut pas dire que monsieur Hamon ne peut pas réussir, il peut réussir s’il développe et présente le socialisme démocratique universaliste européen. Et de même, les personnes lucide voteront communiste par exemple pour élire ; quand il y aura un mouvement communiste démocratique universaliste européen (MCDUE) et un programme communisme à jour. En l’absence, les gens lucides ne veulent pas parce que c’est au-dessus de leurs forces voter pour des politiques générales clivantes à 100% ou plus qu’à moitié clivantes ; nous sommes au vingt et unième siècle, nous n’avons absolument pas besoin de politiques clivantes à 100%, ou plus qu’à moitié clivantes, nous n’avons pas besoin de substituts, qu’ils s’appellent insoumisme ou anticapitalisme car ces noms communs ne sont pas des noms de politiques spécifiques, nous avons besoin de politiques générales spécifiques républicaines démocratiques universalistes dont le communisme démocratique universaliste européen qui est l’une d’elle. Tous les gens avec lesquelles je parle de la crise politique générale comprennent ça, c’est la classe politique qui n’a rien compris encore.
Les gens de la classe moyenne et de la classe pauvre sont nombreux à comprendre tant d’évidence : la république démocratique universaliste est le vase des politiques spécifiques démocratiques universalistes, seules politiques politiques du vingt et unième siècle car le nationalisme français comme d’autres nationalisme, c’est de la démagogie. On ne peut pas sortir de la crise politique générale avec des démagogies mais on peut en sortir avec les politiques spécifiques du vingt et unième siècle : le libéralisme démocratique universaliste européen (qui,pour un peu le définir, rejoint la gauche en excluant toute protection marchande de la santé pour une protection exhaustivement sociale de la santé), le socialisme démocratique universaliste européen que monsieur Hamon est invité à proposer à la France et à l’Union Européenne, et le communisme démocratique universel européen. Que personne ne vienne me dire que si la France peut réaliser la sécurité sociale à 90% puisque Rama Yade la propose et monsieur Mélenchon propose 100%, les Etats Unis d’Amérique ne peuvent pas réaliser la protection sociale de la santé : donc le communisme démocratique universaliste américain aurait fait un résultat à deux chiffres dans l’élection présidentielle américaine de 2016 s’il l’avait proposé en mettant en avance les évidences. Les citoyens de la classe moyenne et de la classe pauvre comprennent
très bien les évidences, encore faut-il les leur communiquer. Donc l’élection de Monsieur Trump est intervenue en grande parti grâce aux communistes qui ne se sont pas adapter au vingt et unième siècle jusqu’à ce jour. Le communisme qui ne recueille pas plus de suffrages en Europe et aux Etats-Unis, c’est complètement anormal d’autant que des démagogies comme le nationalisme recueillent comme conséquences les inflations de suffrages, les nationalistes peuvent dire merci aux communistes mais ça ne va pas du tout, les résultats des élections en Europe et en Amérique sont celles d’un monde à l’envers, ceux qui devraient aller de victoire électorale en victoire électorale vont de piteux en piteux, ceux qui devraient aller de défaite électorale en défaite électorale, arrive au pouvoir ou aux portes du pouvoir.
Il ne faut pas dire que tout est de la faute de Rama Yade et de Benoit Hamon, c’est de la faute de nombreux socialistes et de nombreux communistes car la gauche devrait être pionnière en politique républicaine démocratique universaliste spécifique…
Oui, l’idée d’un revenu de base universel adéquat voire égal au seuil de pauvreté est une idée révolutionnaire, mais il ne peut pas être totalement inconditionnel, toute personne doit avoir dès lors qu’elle est apte une activité reconnue et utile, et l’associatif libre de la culture réelle, de l’utile, et des sports ; est un gisement très important d’activités relativement nobles constructrice de la société digne de ce nom. Il faut une condition unique : que le bénéficiaire ait une vie active et on ne va pas donner le minima aux salariés du privé et du public qui méritent des salaires déterminés avec les syndicats. Donc ces lignes sont bien cohérentes.

Moreau 6 février 2017 à 21 h 54 min

Dans la cris politique générale qui accompagne le chaos qui ne peut pas finir sans le progrès politique voire sans les politiques du vingt et unième siècle et qui n’existerait pas si ça ne tenait qu’à moi ; il y a deux sortes de politiques : les politiques clivantes à 100% qui sont des démagogies et les politiques plus qu’à moitié clivantes qui sont des dérives ; et les politiques républicaines démocratiques universalistes : seules politiques du vingt et unième siècle digne de ce nom. Ce sont les premières qui peuvent et doivent disparaître, et ce sont les nouvelles que les Peuples peuvent et doivent élire mais il faut qu’elles soient proposer. Que les partis politiques et les Hommes politiques fassent leur travail !

alain harrison 6 février 2017 à 22 h 29 min

Mais le point n’est pas fait sur les grands enjeux, il n’y a même pas de consensus, un consensus, c’est tout simplement une entente dont nous verrons les disparités un peu plus tard pour en arriver à quelque chose de satisfaisant pour tous.
Dans une coopérative à temps partagé, avec le temps, une meilleure vue de cet aspecte permet une meilleure structure de temps.
Est-ce claire ? NON OUI

Avis aux détracteurs du consensus.
Accord et consentement du plus grand nombre, de l’opinion publique : Consensus social. Procédure qui consiste à dégager un accord sans procéder à un vote formel, ce qui évite de faire apparaître les Accord et consentement du plus grand nombre, de l’opinion publique : Consensus social. Procédure qui consiste à dégager un accord sans procéder à un vote formel, ce qui évite de faire apparaître les objections et les abstentions.
Rien à voir avec la dictature, mais fait parti du processus de changement. NON OUI
Puis on passe aux questions des objections et des abstentions et de leurs doléances.

Bon si quelqu’un a un autre mot plus adéquat que consensus.

Moreau 6 février 2017 à 23 h 04 min

Je pense que les républicains démocrates universalistes, quelle que soit leur politique spécifique qui doit être nommée mais pas avec n’importe quel nom comme insoumisme ou anticapitalisme car le nom indique déjà le vent ; peuvent et doivent vivre sans clivages, en bonne entente et bonne amitié. Pour choisir un autre mot que consensus, il faut penser au mot « ubuntu » que je traduis personnellement ainsi : ubuntu : interdépendance ! Interdépendance camarade ! Bonne entente et bonne amitié ! C’est ainsi que devraient vivre les Hommes de la classe politique républicaine démocratique universaliste et non comme ils vivent car en vivant comme ils vivent ils participent à la crise politique générale ! Alors les clivages à 100% et les clivages à plus de 50% se retourneront contre ceux qui en sont les responsables et qui délivre sans cesse du mal ainsi, les Peuples seront libérés du mal et nous vivrons enfin ensemble en partageant le bien.
Quand dans des élections il y a des partis politiques qui se présentent en disant tantôt qu’ils sont des camps politiques, et s’apercevant qu’ils en disent trop en se rattrapant en disant qu’ils sont des familles politiques, ce sont tous les Citoyens et toutes les Citoyennes qui devraient les sanctionner en votant par vote blanc ! Ce serait infiniment plus efficaces que grèves sur grèves et manifestations sur manifestations et critiques sur critiques. Je le dis comme je le pense et comme le pense beaucoup de gens, ce n’est pas normal d’avoir vécu comme les partis politiques ont vécu depuis 1995.

alain harrison 6 février 2017 à 23 h 16 min

Bonjour..

C’est un article, au secours.

6 février 2017
Comment « l’argent noir » des entreprises prend le pouvoir des deux côtés de l’Atlantique (The Guardian)

George MONBIOT

«« En 2007, un groupe appelé l’American Legislative Exchange Council (ALEC) a mis en place une organisation sœur, Atlantic Bridge Project. ALEC est peut-être le thinktank financé par des entreprises le plus controversé aux États-Unis. Il se consacre à réunir des lobbyistes d’entreprises avec les élus fédéraux et nationaux pour élaborer des projets de loi types. Les législateurs et leurs familles bénéficient de l’hospitalité luxueuse du groupe, puis ramènent ces projets de loi à la maison pour les promouvoir comme s’ils en étaient les auteurs. »»

https://www.legrandsoir.info/revolution-ou-bifurcation.html#forum132298

Un article dont la gauche peut se servir comme point de départ pour mettre à jour la toile d’araignée du néo-libéralisme.

Une organisation du type ACDTM ou Attac pourrait voir le jour. Comment l’appeler ?

La gauche doit soutenir ces instances, l’Humanité doit couvrir leurs travaux et faire les liens nécessaires pour débusquer…….

alain harrison 7 février 2017 à 3 h 14 min

Mes excuses.
Je dois corriger l’adresse de l’extrait de l’article ci-haut.

6 février 2017
Comment « l’argent noir » des entreprises prend le pouvoir des deux côtés de l’Atlantique (The Guardian)

https://www.legrandsoir.info/comment-l-argent-noir-des-entreprises-prend-le-pouvoir-des-deux-cotes-de-l-atlantique-the-guardian.html

alain harrison 7 février 2017 à 6 h 37 min

Bonjour.

« Les 10 victoires du Président Nicolás Maduro en 2016 », par Ignacio Ramonet

«« Mais la principale victoire du Président Maduro en ce domaine a été la réussite inouïe de l’accord entre les Pays OPEP et NON OPEP pour une réduction concertée des exportations de pétrole, fruits de nombreux voyages du Président en quête de cet objectif.
Cet accord historique, signé en novembre 2016, a immédiatement freiné la chute du prix des hydrocarbures, qui s’effondrait depuis le milieu de l’année 2014, quand le prix dépassait 100 dollars le baril.
Grâce à cette victoire capitale, le prix du pétrole, qui était de 24 dollars en janvier, dépassait  45 dollars fin décembre 2016. »»
https://venezuelainfos.wordpress.com/2017/01/05/les-10-victoires-du-president-nicolas-maduro-en-2016-par-ignacio-ramonet/

Voilà un fait passé sous silence !?

La gauche française est-elle prête à affronter les 4 diables, non 5 maintenant.

alain harrison 8 février 2017 à 1 h 45 min

Bonjour.

Depuis quand et comment la Sécu est-elle remise en cause ?

«« Le choix du gouvernement Hollande est clair : en rendant obligatoire l’adhésion des salariéEs à une complémentaire santé, il privilégie l’inégalité et la privatisation. Guillaume Sarkozy, ex-PDG de Malakoff Médéric, prévoit qu’il ne restera d’ici quelques années que 4 à 6 réseaux de complémentaires. Les assureurs gagnent des parts du « marché des complémentaires »et se préparent à concurrencer ou à se substituer à la Sécu.

En bref, il faut se battre pour la reconquête et le développement de la Sécu ! »»

https://npa2009.org/arguments/social-autres/secu-combattre-le-rabotage-permanent

Le patronat a dépassé la ligne rouge, il devra payer. Il continue à jouer avec le feu et il a des responsabilités: Grèce, Moyen-Orient, les femmes du textiles du Bangladesh, Amérique latine….. Le patronat est directement complice dans les crimes de la Mondialisation: agrandir ses parts de marchés par tous les moyens qu’offrent la compétitivité et la dérèglementation, les armes du crime.
Rien n’est corrigé.

Avis aux détracteurs.

L’État Démocratique.
Expropriation, expropriation………poursuites……..

Les politiciens qui participent et qui ont participé à mettre à mal les acquis devront répondre et dans certains cas……….il y a des récidivistes !

Même La LE Pen y va des promesses et du le peuple est Souverain…bla bla bla..

Il y a une partie des Français qui sont vraiment con à valeur ajoutée. La colère est un faux prétextes, ça tient pas la route, non ceux qui votent pour Le Pen sont fascistes, ils n’ont pas d’excuse. Et la gauche a des responsabilités que plusieurs ont soulignées.
La gauche a une méchante marche a remontée. Et les « Oui mais » n’ont plus d’excuses.
Désolé, non, je crois qu’il y a des maudites limites.

JLM a intérêt à jouer franc jeu. Avant de faire le ménage chez le voisin, il faut le faire chez soi.
Bien, vous ne m’aimerez pas beaucoup, mais le changement en Europe est entre vos mains, parce que bien des pays voudront s’allier à vous face aux 4, 5 sorties.
Mais cela, seul l’avenir va le dire, advenant que la gauche réalise le frexit et ci.

Ici , le Québec est sous l’emprise, seul un mouvement nouveau et large de prise en main par la gauche à travers le monde pourrait initier un changement d’attitude au Québec.
Peut-être !

Moreau 8 février 2017 à 12 h 13 min

Oui, la gauche voire le mouvement communiste à une marche à remonter, c’est ce qui s’est dit dans la France d’en bas entre 2012 et 2017, parce que monsieur Hamon porte quelques idées qui remonte la marche déjà un peu.
Oui, il faut lutter afin de repasser de la protection sociale et marchande de la santé contraigante et préjudiciable surtout pour les pauvres, à la protection sociale de la santé qui peut être faite par exemple d’un securité sociale à 90% et d’une mutuelle publique car i l faut tenir compte que le système doit pouvoir s’étendre en étant modulable à l’ensemble de l’Union Européenne, mais on peut commencer tout de suite en France. Il ne faut pas accepter la protection marchande de la santé qui est contraire à l’application des droits de l’Homme car elle laisse des personnes sans ou sans assez de protection de la santé.
Monsieur Hamon remonte un peu la marche de la gauche européenne notamment avec son idée de la taxe sur les robots, parce que cette taxe qui devra peut-être aussi être modulable selon les différences des pays de l’Union Européenne, il faut le principe de la modulation pour faire accepter les idées de gauche dans les 27 ou 28 pays de l’Union Européenne.
Je suis d’accord pour dire que les « Oui mais » n’ont plus d’excuses, le socialisme démocratique universaliste et le communisme démocratique universaliste devraient être partout en tête de tous les sondage tant il y a besoin de progrès pour la fiscalité juste, de progrès pour le social, et comme je l’ai déjà dit, de progrès pour l’associatif libre culturel, utile, et sportif.
Monsieur Hamon a raison de procéder en avançant des idées nouvelles de gauche et en ne menaçant à aucun instant de sortie de l’Union Européenne ou/et de l’euro.
La reconquête doit se faire avec des programmes spécifiques valables des deux mouvements de grande spécificité politique : le mouvement socialiste démocratique universaliste, et le mouvement communiste démocratique universaliste, en toute fraternité avec les libéraux qui savent et qui montrent qu’ils sont capables de respecter ce qui doit être de gauche et de s’y tenir car tout ne peut pas être libéral.
C’est le libéralisme hégémonique qui doit être dénoncé, condamné, pas le libéralisme démocratique universaliste, et il faut le dire aux libéraux, les relations démocratiques doivent être claires, il ne faut pas cliver avec tout le monde, il faut cliver avec ceux qui piétinent les droits de l’Homme au seul profit de marchands.
Le débat est positif car il est constructif. Monsieur Mélenchon doit arrêter de menacer de sortir de l’Union Européenne, c’est très moche de faire des menaces qui peuvent avoir des conséquences catastrophiques. Madame Le Pen est démagogique.

Répondre à Joni Annuler la réponse

Commentaire

Nom *

Les champs marqués * sont obligatoires

Email *

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Restez en contact

Inscrivez-vous à la newsletter