Alfred Gerson : un militant de l’Humanité nous a quittés

le 16 novembre 2018

C’est avec un immense chagrin que nous apprenons le décès d’Alfred Gerson. Nous l’appelions Fredo. Il était un militant dévoué, expérimenté, courageux, présent à nos côtés jusqu’à ces dernières semaines, lorsque les ennuis de santé de son épouse l’ont contraint à moins venir au journal. Son journal auquel il tenait tant et au sein duquel il aura exercé des responsabilités, particulièrement au secteur diffusion dont il était l’un des principaux animateurs. Après avoir pris sa retraite, il venait chaque matin au journal. Il représentait le directeur dans les organisations professionnelles avec un grand sens des responsabilités et du devoir.

Toujours membre du Conseil d’administration et du Conseil de surveillance, il ne manquait pas une réunion où il faisait part de ses avis et conseils sur la presse et la stratégie de l’Humanité en particulier.

Issue d’une famille d’origine juive lithuanienne, Alfred s’était engagé dès 1945 dans les Jeunesses républicaines de France, puis à la CGT et au Parti communiste dont il fut l’un des responsables à la fédération de Paris. Cet engagement l’avait amené à devenir responsable du travail clandestin du Parti communiste auprès des appelés du contingent durant la guerre d’Algérie. Il y a connu la clandestinité. Son combat le conduisit en prison où il subit l’effroyable épreuve de la torture. Autant de sujets sur lesquels il a toujours observé une certaine pudeur qui ne signifiait pas l’oubli.

Esprit précis et rigoureux, Alfred Gerson était aussi d’une extrême gentillesse, toujours attentif à l’autre. Nous voudrions lui être fidèles dans ses engagements et ses combats au service de l’Humanité.

Nous présentons à son épouse ainsi qu’à ses enfants nos condoléances les plus attristées.

Patrick Le Hyaric

1 commentaire


Jean-Paul Pierot 17 novembre 2018 à 12 h 37 min

Fredo est un homme dont l’humanite est fière . Nous ne le verrons plus le matin prenant son courrier et ses journaux, n’echangerons plus quelques commentaires sur l actualité , ses indignations du jour exprimées avec son accents des faubourgs du Paris ouvrier
Le courage et la fidélité au communisme etaient des evidences après une enfance pourchassée par le fascisme et l antisémitisme.

Laisser un commentaire

Commentaire

Nom *

Les champs marqués * sont obligatoires

Email *

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Restez en contact

Inscrivez-vous à la newsletter