150éme anniversaire de la naissance de Lénine

le 22 avril 2020

Il y a aujourd’hui 150 ans naissait Vladimir Ilitch Oulianov, plus connu sous le nom de Lénine. Rares sont les êtres humains à avoir autant contribué à redéfinir l’histoire humaine. Militant et dirigeant révolutionnaire de premier plan, théoricien d’une grande valeur appelé à commander des évènements colossaux, il contribua, avec d’autres mais de manière décisive, à ébranler le monde en reversant la Russie tsariste et à ériger l’Union des républiques socialistes soviétiques que les opprimés du monde entier observaient avec espoir et fierté. Le rapport de force qui naquit de ces évènements fondateurs permit de mettre en frein aux sanglantes ambitions capitalistes et, grâce aux partis communistes notamment en Europe, de mener des conquêtes inestimables pour la liberté, l’égalité et la fraternité.

Commentateur érudit de l’œuvre de Karl Marx, Lénine chercha sa vie durant à lui faire justice et à s’en rendre le plus fidèle possible, notamment face aux tentatives révisionnistes qui essaimèrent au sein du mouvement social-démocrate – dont il était- alors proéminent dans le mouvement socialiste, et particulièrement de la social-démocratie allemande. Et l’on sait désormais ses doutes et craintes, dans ses trop précoces dernières années, sur la suite des évènements au cœur de cette Russie ébranlée par une guerre civile dévastatrice et en proie aux ambitions. Pour Lénine, contrairement à de persistantes idées reçues, toute transformation sociale, toute visée communiste, ne pouvait qu’être le fruit d’un long processus régulièrement remis sur le métier. En témoigne, entre autres, l’adoption en 1921 de la Nouvelle politique économique.
Sa mémoire et son œuvre furent prisonnières à la fois d’une hagiographie irraisonnée et d’une haine qui reste toujours vivace. Les polémiques souvent aigres dont on l’accable masquent mal la persistance d’un anticommunisme viscéral, et souvent la méconnaissance de l’œuvre pléthorique que cet infatigable travailleur nous aura léguée. Le silence entourant cet anniversaire est une anomalie, une injustice.
Ces écueils laissent peu de place à l’homme d’Etat, au militant politique à l’intellectuel, dans sa vérité et ses contradictions. Aujourd’hui encore, son legs rencontre un écho puissant à travers les continents, pour nombre de militants engagés contre les injustices, pour la paix et la liberté.

La plus grande justice qui puisse désormais lui être rendue serait d‘être lu, étudié, commenté et discuté, avec sérieux et sérénité, pour tirer de son œuvre et de son action les enseignements nécessaires à toute perspective de transformation sociale, environnementale, démocratique. De ce point de vue la lecture du livre récent de notre regretté Lucien Sève « Octobre 1917… Choix de textes de Lénine »

2 commentaires


Jean-Pierre LALLIER 27 avril 2020 à 16 h 55 min

Ouf! Je croyais Vladimir Ilitch Lénine oublié complètement. Pas vu d’article dans l' »Huma ». Que le PCF revienne à l’étude de son œuvre, retrouve le léninisme dans ses statuts et s’inspire de son enseignement!…
Il y a cinquante ans, lors du centenaire de sa naissance, les communistes s’étaient autrement mobilisés pour commémorer l’événement.
Merci pour cet article.

alain harrison 10 mai 2020 à 5 h 34 min

Bonjour.

«« Pour Lénine, contrairement à de persistantes idées reçues, toute transformation sociale, toute visée communiste, ne pouvait qu’être le fruit d’un long processus régulièrement remis sur le métier. En témoigne, entre autres, l’adoption en 1921 de la Nouvelle politique économique. »»

Pour Jean Jaurès, la révolution socialiste n’est concevable que dans le cadre de la légalité démocratique, c’est-à-dire par une conquête graduelle et légale par le prolétariat des institutions parlementaires et de la puissance de la production.

Depuis l’arrivée au Pouvoir de Chavez et Maduro, le Peuple Venezuelien ne suit-il pas ces deux voies ?

Mais ne serait-il pas temps de dire les 4 vérités de cette UE non-réformable. Il faut l’assentiment de tous les pays de l’UE.

Ceux de la gauche qui l’ont compris cesse de tergiverser, ceux qui mettent l’intérêt supérieur de l’Humanité en premier. L’Humanité gagnera en diversité réinventé par les générations futures, si et seulement si la gauche internationale prône la Souveraineté du Peuple en engageant la Constituante Citoyenne de Droit Démocratique (supplantant le droit juridique) comme universel.
Renvoyant le droit juridique comme particulier.
Donc, dans la mesure que la gauche internationale s’harmonisera et se coordonnera sur ce qu’est leur lieu commun, leur terrain, leur fondement, il sera possible que les Peuples se reconnaissent tout en acceptant les différences culturelles (à chacun de corriger ses aberrations) et par la reconnaissance qu’il y a des remises en question, conséquence logique des connaissances nouvelles sur notre origine, d’où la nécessité d’engager un vaste débat dans le cadre du nouveau pacte social associé à la Constituante Citoyenne, de même du nouveau paradigme économique. La Crise est multilatérale (multidimensionnelle) et un nouvel invité indésirable rend les choses plus difficile, sauf pour la finance bien planqué dans sa bulle et ses responsables bien à l’abris.
La Constituante, le pacte et l’économie sont les trois moteurs pour propulser la mobilisation citoyenne, la classe moyenne doit bien commencer à ouvrir les yeux avec la politique UE-BCE-macron sur les retraites ???
Les Gilets Jaunes seraient-ils encore la possible tête de pont ?

Malheureusement, bien des têtes de gauche font de la tergiversation et ne font que nourrir les divisions déjà existantes.

Promouvoir la Constituante Citoyenne, le nouveau pacte social et le nouveau paradigme économique peut-être ce lieu commun où enfin le grand rassemblement du Peuple peut enfin se réaliser, le premier pas.

Laisser un commentaire

Commentaire

Nom *

Les champs marqués * sont obligatoires

Email *

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Restez en contact

Inscrivez-vous à la newsletter