Intimidations anti-ouvrières

le 12 mai 2020

Une grande meute composée d’éditocrates au service de leurs employeurs –partie intégrante des milieux d’affaires– et de ministres représentant ces mêmes milieux, sonne la charge contre la CGT. Son crime ? La section syndicale de l’usine Renault de Sandouville a demandé au tribunal de vérifier si les conditions sanitaires étaient réunies sur son lieu de travail. « Je regrette la décision de la CGT à Sandouville » s’est exclamé le ministre de l’économie. Nous ne savions pas que la CGT rendait les jugements en France, ni qu’elle avait pris possession du tribunal du Havre ! Et le même d’exercer un chantage à la relocalisation de la production automobile : « c’est une décision qui est mauvaise pour la nation française, au moment où on veut relocaliser des activités industrielles ». Ah bon, M. Le Maire, on se prépare ardemment au rapatriement de productions des usines Renault en France ? On se prépare aussi à ce que vous aidiez tout autant les entreprises sous-traitantes en souffrance. On vous attend donc au tournant. Mais on ne savait pas qu’un ministre contestait désormais des décisions de justice quand elles sont favorables aux travailleurs. Vous allez avoir du travail car d’autres jugements de ce type auront lieu.

Contrairement à ce que pérore la ligue anti-CGT recrée pour l’occasion, le syndicat n’a ni voulu et encore moins obtenu la fermeture du site, mais bien un délai pour que la reprise de l’activité s’effectue dans des conditions aptes à assurer la sécurité sanitaire des salariés. Le maintien du chômage partiel jusqu’au 2 juin devrait le permettre sans que cela ne pose de problèmes à une entreprise qui a bénéficié d’un prêt de 5 milliards d’euros de l’Etat.

Faut-il rappeler à ces thuriféraires de l’État de droit qu’il s’agit d’une décision de justice ? Et contrairement aux allégations répandues, celle-ci n’a pas pour objet un vice de forme procédural. Le tribunal a bel et bien statué sur « le non-respect de la réglementation de la prévention des risques pour la santé des travailleurs ». Le juge des référés n’a ni plus ni moins constaté que la Commission santé sécurité et des conditions de travail (CSSCT) ainsi que le Comité social et économique (CSE) n’avaient pas été consultés de manière régulière en vue de la reprise. Ce sont en somme les défauts d’anticipation de la direction qu’a sévèrement jugé le tribunal, lui reprochant de n’avoir pas évalué à leur juste mesure les risques professionnels et l’enjoignant à reprendre la procédure d’information-consultation depuis le début. La justice avait rendu des avis similaires concernant Amazon, Carrefour et de nombreuses autres entreprises.

Alors, pourquoi ce soudain hurlement unanime des fondés de pouvoirs contre la CGT ? Tout simplement pour imposer au pays une « relance » de l’économie violente et inégalitaire, qui réclame dès maintenant d’intimider les syndicalistes et de criminaliser l’action syndicale. Une « relance » inspirée de la « stratégie du choc », laquelle suggère aux chantres du capitalisme de profiter des traumatismes collectifs pour mettre en place leurs aspirations ultralibérales.

N’en déplaise aux éditocrates, la saisie des tribunaux fait partie de la panoplie dont disposent les salariés pour faire respecter leurs droits et, partant, d’en conquérir de nouveaux dans une situation qui rappelons-le est fondamentalement inégalitaire. Il est dès lors amusant d’entendre ce cœur unanime accuser le syndicat d’attitude « procédurière » ou de « judiciarisation » de l’action syndicale. Faut-il interdire aux salariés de se tourner vers les tribunaux alors que les comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) ont été détruits par la loi de destruction du Code du travail ? On sent que certains rêvent de finir le travail de sape antisocial. La crise qui se profile leur en fournirait un excellent prétexte.

Alors que dans des pays voisins des « clusters » réapparaissent, qu’en Allemagne la réapparition du virus dans un abattoir (contaminant des dizaines de salariés et après eux des centaines voire milliers d’habitants) a contraint tout un Land à se confiner à nouveau, les partisans d’une relance de l’économie aux conditions du capital cherchent l’intimidation de l’action syndicale. La menace formulée à l’encontre des salariés de l’usine de Sandouville d‘annuler certains congés ou d’allonger le temps de travail en témoigne amplement. Chair à canon hier, chair à virus aujourd’hui, le discours des classes dirigeantes sur les travailleurs n’a pas changé en plus d’un siècle.

Patrick Le Hyaric

12 mai 2020

10 commentaires


Morineau Maurice 12 mai 2020 à 23 h 15 min

A bas le capitalisme,à bas l’État et le fascisme.Vive la Révolution sociale libertaire et égalitaire Vive l’Anarchisme.

GEORGES ARIOLI 14 mai 2020 à 12 h 38 min

Après avoir été des terroristes des preneurs d’otages maintenant voilà que nous sommes des saboteurs
Cela ne vous rappelle rien?

Felix 14 mai 2020 à 23 h 03 min

Moi je suis surtout scandalisé par l’attitude de la CFDT qui a pris fait et cause pour la direction au détriment des salariés quel est supposé défendre et protéger j’ai tout simplement honte qu’il existe encore des syndicats dans la seule ambition la collabo….?

Dravet 15 mai 2020 à 19 h 19 min

Pauvre type la cgt a décidé de pourrir l’économie de notre pays et vous en êtes à soutenir cette décision de justice qui a obligé Renault à fermer de nouveau
Et l’argent pour faire fonctionner notre eco vous le trouverez ou?

TACONET 17 mai 2020 à 9 h 22 min

Voici un édito qui fait du bien, dussent les biens de quelques-uns en prendre un coup pour un temps. « le travail c’est la santé », mais des charlots du XXIe siècle pensent possible le travail SANS la santé, ou avant la santé… Les impératifs du capitalisme les rend forcenés.

TRESSOS 17 mai 2020 à 19 h 40 min

Tout OK!!
(Lecteur de l’ Huma)

alain harrison 19 mai 2020 à 7 h 56 min

Préparer une série de dates pour des manifestations totales à l’échelle du pays. Les lundi, Mercredi et Vendredi, avec une journée de repos entre pour recomposer ses énergies et prendre la fin de semaine. Jusqu’à ce que ce gouvernement annonce qu’il démissionne et ne se représentera pas point barre. Que la promotion de la Constituante Citoyenne soit de toutes les journées des manifestations et avertir que les casseurs seront malvenus et livrés aux policiers manu militari par la milice citoyenne (des gabarits svp). Que lors de la Constituante (le lendemain de la démission du gouvernement), des citoyens aguerris offrent à participer à la gouvernance, la tutelle du gouvernement jusqu’aux élections, dont les dates prévues, peuvent être reconduites selon. Donc le gouvernement de tutelle fonctionnera, mais disposera du Droit Démocratique pour amorcer des changements significatifs jusqu’aux élections (2022-2023…).
Ce sera un gouvernement à parti unique (de tutelle). Il aura pour principale tâche, outre la gouvernance, de faire le ménage dans la fonction publique; la cours suprême sera aussi mise sous tutelle pendant cette période et il y aura un changement de garde salutaire. De même pour la police, le militaire et les agences de renseignements. Pour ce ménage nécessaire (vue le niveau de corruption et d’accointance), la durée de la tutelle sera probablement rallongé,par Droit Démocratique.
Parallèlement la Constituante Citoyenne commencera à donner les orientations au gouvernement de tutelle, et la en même temps la composition du parti de transition(de l’état de droit à l’état Démocratique). Le parti de transition doit être promu à travers l’UE et en même temps préparer, organiser et effectuer les 4 sorties: dont la dissolution des institutions UE pour permettre à chaque pays de s’asseoir et tout reprendre à zéro sous l’égide des Constituantes Citoyennes de chaque pays et la mise en place des gouvernements de tutelle en préparation des élections avec le parti de transition dans chaque pays. Les élections seront ouvertes aux autres partis, bien sûr. Le droit international doit être respecter. Le Venezuela le fait, mais l’Occident, perdante aux jeux du droit, le renie et tente de le déstructurer. Trump a déjà commencé, mais Obama hypocrite avait donné le coup de d’envoie: le Venezuela comme un danger extraordinaire……….
Tout cela dans l’Ombre de la masse des médiats traditionnelles. La politique officielle US-Occident caché aux publiques. Les médiats sont à la botte de la finance, le véritable fomenteur de guerres. Et nous savons de qui et de quoi il est composé.

Lors des manifestations à travers le pays, la classe moyenne ne fera pas porter le fardeau par les pionniers (dont les gilets jaunes font parti….) seul, il faut qu’elle se réveille, car l’état techno-dictatoriale arrive à grand pas et son armada de start up (l’individu entrepreneur) est financée par la grande finance (1%) qui à l’aide de son armada de concepteurs de coups fourrés n’a de cesse de faire pousser les gueules de dragons (la bête aux mille têtes) sur le terrain.Mais ils sont appuyés par le complexe militaro-industrielle bancaire , et c’est l’état de droit qui leur donne le pouvoir. Et ce même état ne respecte pas la Constitution (la V République).
L’exemple est fondamental:

la constitution de la Ve Republique incluant le préambule de la constitution de 1946 qui prescrit déjà :

” Tout bien, toute entreprise, dont l’exploitation a ou acquiert les caractères d’un service public national ou d’un monopole de fait, doit devenir la propriété de la collectivité. “

Donc, le gouvernement depuis cette inscription est hors la loi, il est traître au fondement du pays et par le fait même a et trahis le Peuple, l’état de droit même, la justice qui est associée. C’est un Crime contre la Démocratie, conte l’Humanité.Car tout crime contre quelque soit le Peuple, est un Crime contre l’Humanité.

chb 23 mai 2020 à 22 h 29 min

Du voeu pieux, du vent ! Combien de militants capables, et volontaires pour organiser tout ça, parmi les 67 millions de moutons quasi-emprisonnés du pays ?
Est-ce que la police est soudain désarmée, et les procureurs redevenus indépendants ?
Est-ce que l’état est capable de nationaliser les boîtes (et leurs fortunes évadées !) en échange des cadeaux et sauvetages qu’elles réclament ?
Est-ce que l’U.E. et son patron à Wall Street ont perdu tout moyen de punir les peuples, comme ils punissent grecs, libyens, syriens, vénézuéliens etc ?
Est-ce que l’économie déjà chancelante laissera une issue socialisante à cette crise ?
Pourra-t-on ne serait-ce que survivre quand les puissants couperont les vivres ?
Si oui, haut les coeurs, on y va.

alain harrison 31 mai 2020 à 22 h 12 min

Bonjour chb.

En effet, la puissance capitaliste est insurmontable, mission improbable. Mais, elle le sera sûrement si nous nous contentons de critiquer sans proposer des solutions, des actions possibles.

Mais promouvoir des idées, des actions est encore possible, communiqué quoi ?

Des moyens de solution que chacun peut considérer comme faisable.

Je prône la Constitution Citoyenne, le Parti de Transition à préparer avec les Gilets Jaunes, si des syndicats de différents secteurs économiques (santé, éducation, et tout ordre de travail) des associations idéologiques de gauche, des organisations sociales, des associations étudiantes, des associations de personnes âgées (actives), les internautes de bonnes volontés et autres, nous nous mettons à partager, à concevoir et à se coordonné pour promouvoir partout les solutions en en montrant la faisabilité et les bienfaits sur l’ensemble de la société, que cela dépend de nous et de notre cohésion.

Par exemple les 4 sorties qui me semble être incontournable si nous voulons un autre monde viable pour tous, sans guerre donc sans l’idéologie de la compétitivité alias la pensée unique :$.

L’UE est la mondialisation financière (maximisé le profit) et marchande (le plus bas prix fictif) sans frontière ?

Le PARDEM nous renvoie à l’idée de départ d’une cohésion économique mondiale:

Mondialisation
Contre le libre-Echange, la Charte de La Havane
Écrit par le_pardem

La Charte de La Havane est probablement le premier texte international à évoquer le développement
La question des liens entre commerce et développement a été évoquée pour la première fois à la Conférence de La Havane par les pays d’Amérique latine. Plus tard, l’accession à l’indépendance des pays en développement d’Afrique et d’Asie, à la suite de la Conférence de Bandung de 1955, a relancé une dynamique mondiale visant à créer un système commercial international qui favorise le développement économique et social. C’est pour réaliser cet objectif que la Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement (CNUCED) a été créée en 1964. La Charte de La Havane propose une approche qui se situe aux antipodes des conceptions actuelles du commerce international. Pour elle ce commerce ne peut avoir qu’un seul objet : le développement de chaque pays considéré individuellement, dans un cadre de relations internationales fondées sur la coopération et non sur la concurrence.

Ça c’est pour l’international.

La France a une expertise que Macron s’empresse de détruire. Comprenez-vous dans les faits pas comme une idée mais comme un fait (Krishnamurti disait ceci: voyez-vous ou pensez-cous voir ?) et cette expertise a son origine dans le programme du CNR, dont le « principe » économique réside dans:

Appel : Tout le PIB pour la cotisation !
par inconnu.e4 November 2012

La cotisation n’est pas un coût sur le travail, c’est une contribution décisive au PIB qui change le sens du travail.
Le taux de cotisation est passé de 0% du salaire brut plafonné dans les années 1920 à 16% dans les années 1930, après la législation sur les assurances sociales et sur les allocations familiales et à 32% en 1945 avec la sécurité sociale. Les luttes salariales ont permis d’imposer à nouveau son doublement entre 1945 et le milieu des années 1990, où il atteint 66% du salaire brut total (22% de cotisations dites « salarié » et 44% de cotisations dites « patronales »). La sécurité sociale n’est pas une « dépense publique » financée par un « prélèvement obligatoire » : c’est une production publique qui génère un ajout de valeur anticapitaliste. Et c’est parce que depuis quinze ans le taux de cotisation stagne, voire recule, que notre économie s’installe à la fois dans la récession et dans la fuite en avant capitaliste.

Réseau Salariat
association d’éducation populaire

Cette idée de la Constituante Citoyenne:

Voici le commentaire : Un des premiers sur la lettre d’infos de M. le Hyaric.
Le Trait dit :
1 juillet 2014 à 22 h 46 min
Bonsoir,
« « Militante au PG, ayant compris le danger, bien avant le vote FN, j’ai, en mon nom propre et sans reprendre aucun titre, lancer des Ateliers Constituante, déjà trois, parfaitement réussis, avec aussi des participants qui se sont eux même lancés, ils en font à plus de 60 et même 135 km d’ici, cela commence à faire tâche d’huile.
C’est d’autant plus important de travailler à reconstruire la Démocratie réellement, que c’est aux citoyens, trompés par des élus traîtres à la Gauche, qu’il appartient et à eux seuls de refaire la Constitution.
C’est la loi des lois, celle qui doit régir les actions de nos élus et ce n’est donc pas à eux de la faire ou de la modifier, surtout à leur profit et en parfaite accord avec l’Europe dont les citoyens ne veulent plus.
Nous devons être prêt pour une 6ème République, qui rendra sa confiance au Peuple et sera placée sous son unique contrôle, c’est à nous de rétablir la Démocratie. » »
http://patrick-le-hyaric.fr/les-forces-du-capital-sont-au-combat/

C’est nous, de tout pays qui partageons les même aspirations pour un monde viable pour tous: la faune, la flore, le territoire et l’humain en santé. Que voulons-nous ?

La Terre est surpeuplée, les écosystèmes rétrécissent et sont de plus en plus déséquilibrés. En plus des guerres, de la pollution à l’échelle géologique (océan), du capitalisme (même en Chine) et de son économie financière extractivisme, et du mode consumérisme, les pandémies couvent, aujourd’hui nous pouvons le constater.

La terre est surpeuplée.
Un nouveau pacte social est devenu incontournable dans le cadre de la Constituante Citoyenne.
Une éducation juste, dans le sens de justesse est à considérer: la concevoir demeure une mission improbable, étant donné le système économique actuelle (l’état de droit faillite).

Et il y a la question de l’idéologie de la mondialisation du marché où la concurrence est libre et non faussée.
Un nouveau paradigme économique est incontournable dans le cadre de la Constituante Citoyenne.

Si vous avez vue le documentaire la PRISE, le mouvement des coopératives autogérées en Argentine. C’était une question de volonté politique, qui dépend de qui est au pouvoir. Venezuela, voir le tandem Chavez-Maduro, honnêteté et intégrité: Chavez avait prévue la Constituante et Maduro a évoqué __la sortie par le haut__ une formule qui a connu une certaine popularité si je ne me trompe.

C’est au peuple de prendre l’initiative de sa souveraineté, et le concept de démocratie en a tout le potentiel, le droit démocratique c’est le droit du Peuple Souverain.

Le parti de transition (ainsi dénommé) est le moyen de donner la légitimité à ces concepts (paragraphe ci-haut) par la course aux élections, et l’élection du parti (majoritaire) de transition est le moyen de donner la légalité à ces concepts: décret et loi.
C’est le gouvernement qui fait les lois et l’utilisation de décrets, et autres instruments selon.

Mais le silence n’aide pas.

alain harrison 19 mai 2020 à 22 h 57 min

Bonjour.

Heureusement que la justice n’est pas complètement servile.

Laisser un commentaire

Commentaire

Nom *

Les champs marqués * sont obligatoires

Email *

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Restez en contact

Inscrivez-vous à la newsletter