Piscine olympique à Aubervilliers : Nous demandons réparation !

le 9 juin 2016

piscineaubervilliers2

Déclaration de Patrick Le Hyaric,

Député au Parlement européen

Conseiller municipal d’Aubervilliers

Nous demandons réparation !

Ainsi, au mépris des engagements pris, la ville d’Aubervilliers vient de se voir privée de la piscine olympique.

Cette décision est totalement incompréhensible. Nous sommes très déçus ! Il a été toujours convenu, depuis le précédent dossier de candidature, qu’une piscine serait construite sur le territoire de la ville d’Aubervilliers.

Depuis quelques semaines, le lieu retenu et mis à disposition par la ville a été contesté prétendument pour des problèmes techniques. Face à ce rejet, la municipalité a fait une nouvelle proposition d’un terrain situé au carrefour d’Aubervilliers, de Pantin, de Bobigny et de Paris. Malgré ces efforts, ce site n’a pas non plus été retenu. Nous prenons donc cette décision comme un gant jeté au visage, une injustice.

Déjà la ville d’Aubervilliers avait été privée de la construction d’un hôpital puis d’un vélodrome. Comment, dans ces conditions, empêcher la population, les sportifs et la municipalité de ne pas se sentir méprisés ? L’Etat ne peut pas renier ses propres engagements. Il est inutile de discourir sur « l’apartheid social  et territorial » si on l’organise au sommet de nos institutions.

Aubervilliers cette belle ville généreuse, forte, intelligente, éprise de luttes et de culture, peut recevoir de très bonne façon tous les athlètes du monde entier dans un équipement sportif de haut niveau.

Ce camouflet doit donc être réparé !

Nous demandons à l’Etat, en lien avec la municipalité et les associations d’Aubervilliers, d’engager une discussion pour la construction d’un équipement sportif de haut niveau. Cette discussion incluant des engagements financiers précis doit avoir lieu très rapidement.

Je reste aux côtés de la maire d’Aubervilliers, vice-présidente du conseil départemental, Meriem Derkaoui et de la population pour obtenir réparation sans faute.

Laisser un commentaire

Commentaire

Nom *

Les champs marqués * sont obligatoires

Email *

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Restez en contact

Inscrivez-vous à la newsletter