Le bon de soutien entre toutes les mains

le 6 juillet 2019

Au moment où le paysage politique s’assombrit et alors que s‘amoncèlent menaces et périls en France comme sur la planète, créer dès maintenant les conditions de la réussite de la fête de L’Humanité est un enjeu important pour toutes celles et ceux qui cherchent à construire une alternative sociale, écologique démocratique et pacifiste.

La fête est devenue au fil des ans et des décennies un lieu à nul autre pareil. Dans un monde chamboulé, elle reste un solide point de repère observé et parfois jalousé. Elle donne à voir chaque année la partie émergée de l’iceberg solidaire et fraternel, cette part considérable du peuple français poussé au silence par le pouvoir politique et les forces économiques au service exclusif des puissances d’argent.

Elle un lieu unique de convergence, de débats et de culture. Cette singularité est un trésor à choyer, non pour nous, mais pour toute la société, pour la caissière exploitée, le gilet jaune en quête de perspective politique, l’ouvrier menacé, le cadre exténué, le chômeur désabusé, l’ingénieur ou technicien dont les compétences sont niées ou détournées au service d’intérêts étriqués, le jeune stigmatisé, la femme en lutte pour l’égalité des droits, le citoyen révolté par la catastrophe environnementale, le retraité pressuré après une vie de labeur. Chacune, chacun d’entre eux est invité à venir enrichir les allées, stands et différents lieux de convivialité et de découverte qui parsèment la fête. Elle donnera ainsi à voir les possibles d’une union populaire, seule capable de faire trembler les puissants et d’imposer une alternative progressiste.

Des dizaines de milliers de jeunes et de moins jeunes seront intéressés par le village du monde comme par les initiatives que nous prendront pour l’environnement et le climat dès lors qu’ils en prendront connaissance. Ils pourront venir communier pour un prix abordable avec Eddy de Pretto, Aya Nakamura, Marc Lavoine, Youssou Ndour ou encore Kassav’, parmi tant d’autres.

Compte tenu du redressement judiciaire de L’Humanité, le placement du bon de soutien doit prendre une tout autre importance. Nous sommes en effet contraints de payer la location des terrains et les équipements de la fête tout au long de l’été. Avant donc la tenue de la fête. Ceci fragilise encore notre trésorerie alors que nous devons faire face à d’importantes autres dépenses d’ici la fin du mois d’août. Il convient donc de considérer le bon de soutien non pas seulement comme un ticket d’entrée à la fête mais comme la poursuite de la campagne de souscription populaire. Il s’agit bien d’un bon de soutien à L’Humanité… qui donne droit à l’entrée à la fête. Autrement, il est indispensable de placer et de payer dès maintenant des dizaines de milliers de bon pour que nous puissions faire face dès ce mois de juillet aux dépenses de production de la fête. Que l’on vienne ou non à la fête, chacun peut participer à sa construction. Chaque bon de soutien vendu se transformera ainsi en bouffée d’air salvatrice.

Nous appelons donc chacune et chacun à intensifier immédiatement la campagne de placement du bon de soutien et la promotion de la fête.

Au-delà, les résultats financiers de la fête sont considérés comme déterminants par les autorités juridiques, administratives.et d’expertise comptable qui nous accompagnent et nous suivent durant la période du redressement judiciaire qui vient d’être prolongée de six mois par le tribunal de commerce de Bobigny. Les résultats financiers de la fête sont partie intégrante du plan de continuation que nous devons présenter.

Nous avons la force d’y parvenir grâce à nos mobilisations sans pareil. C’est possible en mettant le bon de soutien à L’Humanité entre toutes les mains.

3 commentaires


Michel STIMPFLING 8 juillet 2019 à 8 h 49 min

Bonjour, je souhaite acquérir 2 bons de soutiens que vous pourriez offrir à 2 jeunes de la région parisienne, par l’intermédiaire du Secours Populaire, par exemple
Amicalement

alain harrison 9 juillet 2019 à 2 h 53 min

Bonjour.

Les pressions économiques se font sentir avec une nouveauté

«« Nous sommes en effet contraints de payer la location des terrains et les équipements de la fête tout au long de l’été. Avant donc la tenue de la fête. Ceci fragilise encore notre trésorerie »»

««« contrains de payer….. tout au long de l’été »»»

Est-ce à dire que les années passées la gratuité était considéré comme une tradition de solidarité ???

Si oui, cette contrainte se situe sur le continuum de la guerre non conventionnelle adapté à l’Europe. Après tout ce n’est pas l’Amérique latine ou l’Afrique ou l’Iran. Mais il semble que des pénuries de médicament existe en France, sans doute sporadique en temps normal.

J’espère que cette Fête de l’Humanité en sera une de convergence stratégique et de solutions, pour la préparation active de:
Une Constituante
Un nouveau Pacte Social
Un nouveau paradigme économique

Que les 4 sorties seront mis en relief (dommages collatéraux…….)
En voir les tenants et aboutissants…….

Le système est inoxydable, comme un chêne qui ne plie pas au vent.

Bon les Grecques ont élu le fils de l’autre avec les intentions avouées: privatisé pour mieux libéraliser.

Dans le reportage sur Trump, une intervenante a bien mis en lumière: Nous avons été formaté pour consommer.
C’est la condition humaine des besoins au consumériste.

««« La Condition Humaine »»»

Le chapitre 1 du livre de J-M Abgrall, tous manipulés tous manipulateurs, est une lecture nécessaire.

Avancer pas à pas, mais avec des connaissances exactes.

alain harrison 10 juillet 2019 à 2 h 37 min

Voici qui devrait faire réfléchir.

4 juillet 2019

Médias, police, justice, faux amis, fausse gauche, qui veut la peau du tribun du peuple ?
Jean-Luc Mélenchon ou « la hautaine leçon du réel ».

Maxime VIVAS

Il a lu et défendu un de mes livres prophétiques (eh oui !) : celui sur RSF (2007) et nous sommes en phase complète sur le dalaï lama.

Il a été le seul homme politique à se mouiller ainsi à une époque où le Tibet et RSF étaient les idoles du monde politico-médiatique français. Les éléphants du PS (Kouchner, Ségolène Royal, Valls et les autres) léchaient les Doc Martens du dalaï lama, Ménard était invité à la fête de l’Huma.

Défendre Cuba, le Venezuela, s’en prendre au dalaï lama et à Robert Ménard, c’était sacrément avant-gardiste et contre-productif. Il me plait d’avoir fait ça avec Jean-Luc Mélenchon. D’autres auraient pu venir, qui auraient été les bienvenus.

Sur LGS.

Il ne faut pas se fier aux apparences.

La Fête de l’Humanité, encore la même pièce ?

Laisser un commentaire

Commentaire

Nom *

Les champs marqués * sont obligatoires

Email *

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Restez en contact

Inscrivez-vous à la newsletter