Haro sur les ouvriers !

le 11 juillet 2017

Après les agents des services publics, les ouvriers ! A pas de loup, mais de loup vorace, le gouvernement Macron /Philippe tente de mettre à genoux l’ensemble du monde du travail. Avec le remplacement du compte pénibilité sur réclamations patronales par un vague compte dit de « prévention », le gouvernement adresse une gifle aux travailleurs les plus exposés et exploités.

La manutention de charges lourdes, les postures pénibles, les vibrations mécaniques et les risques chimiques ne sont désormais plus dans les salons gouvernementaux considérés comme des travaux pénibles. Ils deviennent par simple circulaire, exclus du champ d’application de la loi, au moment où ils veulent déchiqueter le droit du travail. Révoltant pour toutes celles et ceux qui sous la canicule font les routes ou réparent les rails, construisent des bâtiments ou déchargent des camions ! Les mêmes qui touchent de petits salaires et partent le moins en vacances. Certes, la précédente loi avait été qualifiée « d’usine à gaz » mais au lieu d’en corriger les défauts, le pouvoir en profite pour occulter toutes les souffrances au travail. Il nie aussi le travail en souffrance. Car, telle est bien la question : il y a urgence à lancer un vrai débat sur…le travail, son sens, son utilité, sa pénibilité dans un monde où l’on prône la « flexibilité » et la concurrence de tous contre tous.

Du même coup, le gouvernement s’attaque à la Sécurité sociale en faisant peser sur elle, et non plus sur des cotisations spécifiques employeurs, le financement de sa contre-réforme.

Au service du syndicat du grand patronat qui hurle de joie, le gouvernement s’affiche chaque jour plus doux avec les puissants et plus féroce avec les faibles.

Les droits des ouvriers et employés soumis aux tâches les plus rudes, à l’espérance de vie la plus courte à cause des maladies professionnelles, doivent être défendus sans attendre. C’est un enjeu d’intérêt général qui concerne la santé des travailleurs comme l’économie du pays. Les coûts générés par la pénibilité et les effets du stress au travail représentent près de 3% des richesses produites. Replaçons le travail au centre de nos actions !

8 commentaires


alain harrison 13 juillet 2017 à 20 h 46 min

Ici, plus que jamais, pour comprendre où on est rendu, il faut comprendre comment on s’y est rendu.
L’Histoire est notre père et mère. Et l’histoire des US est plus que jamais un grand enseignement. Ce que nous ne connaissons pas.

12 juillet 2017
L’arbre de la liberté rafraîchi avec le sang des patriotes et des tyrans
Dans les profondeurs historiques de l’État profond étasunien
Jada THACKER
Si ces délégués représentaient quelqu’un, c’était l’élite économique : 80% étaient des détenteurs d’obligations ; 44 % des prêteurs d’argent ; 27% des propriétaires d’esclaves ; et 25 % des spéculateurs immobiliers. Sur le plan démographique, les 39 qui ont finalement signé le projet final de Constitution constituaient 0,001% de la population des EU déclarée au recensement de 1790. George Washington, qui la présidait, était probablement l’homme le plus riche du pays. Tous des joueurs de l’État profond.
https://www.legrandsoir.info/dans-les-profondeurs-historiques-de-l-etat-profond-etasunien.html#forum137867
Révoltes
Les US, ce n’est pas une histoire de démocratie.
Génocide amérindiens
Endettement du peuple états-unien
………..

Un article qui tombe bien.

DOUCET anne-marie 14 juillet 2017 à 11 h 32 min

Eh oui toujours les mêmes qui trinquent !
Du côté Macron pas d’économies … aujourd’hui encore , le défilé du 14 Juillet , les aions survolant les troupe et le « BOUQUET :TRUMP en première loge » , A quand POUTINE ??

Pauvre France quelle HONTE pour nous ! et les Dépenses pour recevoir ce FOU …..
cela me fait très mal .

En plus que ne va–t’on pas donner encore et encore aux Grandes entreprises du CAC 40
et supprimer l’ISF , la Sécurité Sociale remplacée par l’impôt sur les salaires , retraites ect…
Jusqu’où nous emmènera t’il ??? DANS le MUR BIEN ENTENDU …
IL va falloir que les ouvriers, chômeurs ,retraités , étudiants ect … descendent dans lka rue en très grand nombre … mais il n’est malheureusement pas toujours facile de mobiliser .
CITOYENS REVEILLEZ VOUS ! .

Frantz Claude 17 juillet 2017 à 17 h 40 min

Depuis des décennies tous les acteurs conscients de la dégradation de la « vie » se démènent et gesticulent , le PC comme les autres .
Pour quel résultat ???
La technique de la « grenouille chauffée » fonctionne admirablement .

Estragon gérard 19 juillet 2017 à 7 h 33 min

oui il faut reconnaître la pénibilité de certains métiers : je pense évidemment aux maçons , aux couvreurs, aux hommes qui construisent les routes, aux infirmières de nuit, aux camionneurs, aux médecins urgentistes aux agents d’entretien, aux ouvriers agricoles et aux petits paysans : ceux qui restent!!
j’en passe… de ces métiers qui cassent les reins, déforment le corps et abrègent les vies.
Mais il faudrait commencer par appliquer les règles existantes; Depuis des années je cours chaque matin 10kilomètres dans ma ville. Je pourrais chaque jour dresser 3 ou 4 procès verbaux pour non respect de la prévention sur les chantiers publics ou privés de voirie, de BTP, d’entretien de la cité: <bitumeur sans masque ni gant, jeune gars travaillant dans la poussière d'une disqueuse sans masque, marteau piqueur sans protection pour les oreilles, absence de chaussures de chantier, de lunettes de protection….
ceci me scandalise : ou sont les inspecteurs? Les gens de la médecine du travail, les acteurs de la prévention? Evidemment pour ces fonctionnaires il est plus facile d'aller contrôler une pharmacie, un labo de prothèse dentaire, un magasin de fringues que débouler sur un chantier en début de matinée et je sais de quoi je parle. je connais l'argument : nous ne sommes pas assez nombreux , manque de moyens en personnel, je n'y crois pas .
je sais que ça ne vous plait pas , mais la rigueur dans l'application des droits est nécessaire à tous les niveaux : pour l'état et sa gestion de l'argent public , pour les chefs d'entreprise et la loi, pour les employés et salariés et les règles en vigueur dans leur profession, et pour les fonctionnaires qui en principe doivent vérifier que tout ce petit monde est bien dans les clous .
Commençons a faire rigoureusement appliquer les règles en vigueur et exigeons de ceux qui doivent contrôler de faire le boulot mais ne construisons pas une usine à gaz supplémentaire qui permet aux plus malins de se camoufler dans une jungle d'articles abscons et aux plus faibles employés et aux très petits patrons de se faire baiser.

KULIK Jean Claude 19 juillet 2017 à 13 h 41 min

La mafia financière avec sa marionette élue par défaut nous promet du sang et des larmes. Ma pauvre France Prostituée a son MACROn, Après avoir remplacé l’INSALUBRITE reconnue par la Pénibilité contestée, la mise en place du compte dit Prévention !… Ou l’art et la manière de noyer le poisson pour éviter de reconnaître l’Empoisonnement des personnes exposées à toutes les nuisances au travail (Amiante, Bruit, Rayonnement Ionisant, produits Cancérogène Mutagène Repro-toxique, Vibrations, etc.!…)
INSALUBRE : qui est malsain, nuisible à la santé.

claude LAURENT 19 juillet 2017 à 22 h 14 min

Le rapport de force est actuellement en faveur du jeune morveux. Mais ça ne peut pas durer, les travailleurs, quelle que soit leur catégorie (industrie, agriculture, administration, etc;) vont prendre conscience de là le macronisme nous mène. Il faut que partout nous enfoncions le clou : interventions à l’assemblée, éditoriaux, tracts, reconstitution de cellules, de sections, utilisation des réseaux. Il faut que petit à petit se crée une lame de fond. Elle ne se lèvera pas d’un coup actuellement, les électeurs de Macron sont trop frais mais il faut mobiliser les abstentionnistes,les éclairer sur la malfaisance de tout ce qui se prépare dans tous les domaines, souligner partout vers quoi il nous entraine (signes d’amitié avec trump, avec nétanyou, pourquoi pas avec Erdogan ou Orban) Réveillons les consciences des députés ayant voté Macron :ils vont s’apercevoir de leur aveuglement. Allez, on y va !

Anne Magnon 20 juillet 2017 à 7 h 50 min

Merci Monsieur Le Hyaric pour tout le travail que vous faites, avec des comptes rendus réguliers.
Je connais bien trop de gens qui vivent avec des handicaps plus ou moins légers, articulations démolies, etc… liées au travail pour nier la pénibilité, voire la dangerosité de certains travaux.
Un contrôle régulier des entreprises pour le respect des règles et du traitement humain des employés, avec sanctions, est indispensable. Et que l’on ne vienne pas dire qu’il n’y a pas les moyens de payer plus d’inspecteurs du travail : il s’agit de mieux gérer les finances, les impôts et leur répartition, pour plus de justice, alors que s’accroit le fossé entre les plus riches et les autres…
Proverbe navajo : « tout ce que j’ai en plus de ce qui m’est nécessaire pour vivre, je le vole à quelqu’un ».
Bonne journée,
Anne M

alain harrison 20 juillet 2017 à 21 h 41 min

Mais personne ne voit les solutions.
Aller tournez en rond.

Pourtant la gauche se gargarise de temps en temps à la jean Jaurès que personne ne site:

Pour Jean Jaurès, la révolution socialiste n’est concevable que dans le cadre de la légalité démocratique, c’est-à-dire par une conquête graduelle et légale par le prolétariat des institutions parlementaires et de la puissance de la production.

Le Vénézuéla. M. Maduro a compris que seul le Peuple au pouvoir changera les choses, __dans la mesure que seront articulés à fond et adéquatement les véritables solutions__ qui mettront un terme à tous ses petits jeux de politicailles: un ptit peu icit, plus là, moins ici, aller on transfert, et UP on fait un paquet cadeau……….

Vive la Constituante. L’état Démocratique
Vive le nouveau pacte social. Le bien vivre ensemble.
Vive le nouveau paradigme économique. Passage du capitalisme au coopératisme

Les trois pièces maîtresses pour poser les Conditions vers le nouveau Monde.

Laisser un commentaire

Commentaire

Nom *

Les champs marqués * sont obligatoires

Email *

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Restez en contact

Inscrivez-vous à la newsletter