Disparition de Jacques Chirac

le 26 septembre 2019

Comme beaucoup de nos concitoyens, c’est avec émotion que nous avons appris le décès de Jacques Chirac. Avec sa disparition, une page importante de notre histoire politique se referme.

Il a cotoyé les responsables de l’Humanité et les dirigeants communistes dans la rudesse du combat politique. Une part de la conception du monde nous opposait. Nous avons mené de nombreuses batailles contre sa politique, ses idées, et bon nombre de ses engagements. Mais je garde aujourd’hui en souvenir le profond respect qu’il entretenait pour ses adversaires, tant en Corrèze ,qu’à Paris puis comme président de La République. Il respectait les élus communiste et leur parti. ses hommages à plusieurs dirigeants communistes en témoignent amplement.

Emprunt d’une tradition républicaine qui était celle de sa Corrèze familiale, Jacques Chirac savait rester courtois, affable et respectueux. Cette qualité, loin de gommer les oppositions, permettaient des échanges qui, quoique virulents, demeuraient dans le cadre du débat démocratique.

Homme de terroir, attaché à faire vivre les territoires, soucieux des sentir l’humeur et l’opinion des milieux populaires, il perpétuait « une certaine idée de la France » d’inspiration gaulliste.

Il restera une figure républicaine soucieuse de garantir le pluralisme des idées et la vitalité du débat démocratique. Il avait ainsi manifesté son attachement au pluralisme de la presse et singulièrement à L’Humanité qu’il considérait indispensable au débat démocratique. Lorsque dans les années 2000 L’Humanité s’est trouvé dans une passe difficile il s’était préoccupé et engagé à plusieurs reprises pour qu’elle puisse se pérenniser.
Ceci ne nous avait pas empêché de nous affronter sur ses propos scandaleux contre les immigrés. En même temps, devenu, Président de la République, il aura tenu et entretenu les digues républicaines face à une extrême droite qu’il honnissait et qu’il savait opposée aux valeurs profondes de la République.

En 2003, il tint une position courageuse qui fit honneur à la France en refusant avec sagacité d’engager nos forces dans la guerre illégitime, meurtrière et déstabilisatrice d’Irak. Populaire dans de nombreux pays du monde, malgré les complaisances entretenues sur le continent africain avec des régimes antidémocratiques, il mit un terme à sa longue et tumultueuse carrière politique en menant un combat résolu pour faire progresser les consciences sur les questions environnementales. Son appel précoce au sursaut pour conjurer le réchauffement climatique restera dans les mémoires. de même il eut le courage de faire respecter le droit des palestiniens et avait eu le courage d’accueillir Yasser Arafat malade.

A la fin de son second mandat, à l’heure de la retraite, nous découvrions un second Chirac, un Chirac caché, un homme à la culture discrète, riche et construite, solide et raffinée, un homme épris des arts et civilisations d’Afrique, d’Asie, d’Océanie et des Amériques qu’il se refusait à considérer comme inférieure et auxquelles il donna une visibilité
inédite avec la création du Musée du Quai Branly qui porte désormais son nom.

J’adresse à sa famille ainsi qu’à ses proches, a ses compagnons et amis mes condoléances attristées et mes sentiments respectueux.

5 commentaires


Poulain Yannic 27 septembre 2019 à 16 h 10 min

Patrick le Hiaric en parlant de dirigeants du Parti qui ont mené combat contre les manoeuvres et magouilles de Chirac veut certainement parlé de Paul Laurent qui etait membre du Bureau Politique du Parti, député du 19ème et Conseiller Municipal de Paris élu du 19ème.
Le temps que des journalistes accrédités auprès de l’Élysée faisaient ripaille avec Chirac, Paul Laurent était à l’intérieur des Pompes Funèbres Municipale de la Ville de Paris, rue d’Aubervilliers dans le 19ème avec les salariés pour empêché la fermeture du service.

Bretin 30 septembre 2019 à 14 h 17 min

Il ne faut pas tirer sur sur une ambulance, même quand elle est chargée d’adversaires. Ne tirons pas non plus sur les corbillards.
Pourtant, maintenant que que Jacques Chirac -qui nourrissait une détestation cordiale envers les «socalôôô-communîîîstes»- est inhumé, il n’est pas interdit constater que, comme Omo, la mort lave plus blanc… Le vautour noir a laissé place à la blanche colombe. Mais n’oublions pas que Chirac fut «Super Voleur » et «Super Tricheur» après avoir été «Chateau-Chirac» puis «Facho-Chirac». Car le carnassier, était plus chacal que tigre ou lion. Il n’a jamais reculé devant rien pour parvenir aux plus hauts sommets.

alain harrison 20 octobre 2019 à 4 h 17 min

De toute façon Chirac était pour l’UE, il fait parti de cette gauche vendu à la pensée unique: la main invisible du marché qui a mené à l’UE actuelle, en passant par Hollande et son fameux adversaire dont il fut un des nombreux serviteurs. La Ve République est l’instrument anti-démocratique par excellence, n’est-elle pas ?
Il y avait bien une IVe République.

La Quatrième République, ou IVᵉ République, est le régime républicain en vigueur en France du 27 octobre 1946 au 4 octobre 1958. Elle est instituée après la libération de la France de l’occupation allemande. Wikipédia

Donc, la IVe était le fait du CNR et son programme «  » en marche «  » mais vite plombé par la suite.

De Gaulle : fondateur de la Vème république
De Gaulle est nommé Président du Conseil et obtient les pleins pouvoirs constitutionnels le 1er juin 1958. Après le référendum du 28 septembre 1958, la Vème république est approuvée et donc instaurée et proclamée le 4 octobre 1958.

La Cinquième République est un régime parlementaire rationalisé, ce qui signifie que le Parlement, bien que votant la loi, doit composer avec un exécutif (Président de la République et Gouvernement) relativement fort. En septembre 1958, par un référendum, les Français acceptent une nouvelle constitution à 80 %.

Il concerne l’Histoire. La Première République est le régime politique fondé par la Révolution et ayant dirigé la France du 21 septembre 1792 au 18 mai 1804. Elle a connu trois formes de gouvernements : La Convention nationale, du 22 septembre 1792 jusqu’au 26 octobre 1795.

Macron est assis sur la Ve République, ce qui lui permet de faire et défaire selon son bon plaisir dans la mesure que les dictas UE-BCE….. sont à l’ordre du jour.
Mais, bien sûr la grande sagesse libérale sait quand il faut donner du lousse aux revendications, après épuisement de de celles-ci dans la rue, pour un temps, à l’image et à la ressemblance du NON (2005) sur le traité constitutionnel européen. Reprit plus tard. Comme quoi le peuple n’est bon qu’à produire et consommer ce qu’il produit, le tout selon des normes qui lui échappe et qui profite aux exploiteurs.
Je vais répéter aussi longtemps:
La cause fondamentale des malheurs humains (passé et présent) et de la destruction du vivant, est le phénomène de l’exploitation de l’homme par l’homme.
La Chine, sous le règne du nouvel empereur, ne s’emploie-t-elle pas à infantiliser le peuple ?
Est-ce si différent sous la Ve République ? Seul la manière d’appliquer les mécanismes d’infantilisation diffère, pour l’instant. Mais, tôt ou tard, les expertises seront comparées.
Comprenez-vous ?

alain harrison 20 octobre 2019 à 4 h 22 min

Jean Jaurès a été trahis et cela par le tout paraître. Avis aux……….

alain harrison 20 octobre 2019 à 6 h 26 min

Bonjour.

Le chevauchement de l’économie du programme du CNR (cotisation__au lendemain de la guerre 39-45__, voir l’appel : du tout PIB à la cotisation) et de l’économie capitaliste, est selon moi la raison fondamentale de l’échec du programme du CNR : le rapport de force.

Sortir de la Ve République. Mais comment y est-on venu ? Il y avait bien une IVe République !

un court histoire:

Il y avait bien une IVe République.

La Quatrième République, ou IVᵉ République, est le régime républicain en vigueur en France du 27 octobre 1946 au 4 octobre 1958. Elle est instituée après la libération de la France de l’occupation allemande. Wikipédia

Donc, la IVe était le fait du CNR et son programme « » en marche « » mais vite plombé par la suite.

De Gaulle : fondateur de la Vème république
De Gaulle est nommé Président du Conseil et obtient les pleins pouvoirs constitutionnels le 1er juin 1958. Après le référendum du 28 septembre 1958, la Vème république est approuvée et donc instaurée et proclamée le 4 octobre 1958.

La Cinquième République est un régime parlementaire rationalisé, ce qui signifie que le Parlement, bien que votant la loi, doit composer avec un exécutif (Président de la République et Gouvernement) relativement fort. En septembre 1958, par un référendum, les Français acceptent une nouvelle constitution à 80 %.

Il concerne l’Histoire. La Première République est le régime politique fondé par la Révolution et ayant dirigé la France du 21 septembre 1792 au 18 mai 1804. Elle a connu trois formes de gouvernements : La Convention nationale, du 22 septembre 1792 jusqu’au 26 octobre 1795.

Macron est assis sur la Ve République, ……..

Laisser un commentaire

Commentaire

Nom *

Les champs marqués * sont obligatoires

Email *

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Restez en contact

Inscrivez-vous à la newsletter