Le climat est l’affaire des peuples

le 2 juin 2017

La décision du Président américain de sortir de l’accord de Paris sur le climat nous consterne. Elle est un nouveau témoignage de l’égoïsme et de la dangerosité du national-capitalisme qui porte et que porte M. Trump.

Nous en appelons au peuple américain, à sa jeunesse, à ses travailleurs, ouvriers et ingénieurs, pour qu’ils rejoignent le combat d’intérêt général humain qui fédère aujourd’hui des peuples entiers, pour qu’ils contraignent leur gouvernement à respecter les engagements pris devant le monde. L’avenir de notre planète et de notre environnement n’est concevable qu’avec une baisse drastique des émissions de CO2. Les grandes puissances et les grandes entreprises mondiales doivent impérativement respecter les objectifs fixés par les 175 Etats et organisations réunis à Paris.

Les systèmes productifs doivent être mis au diapason de cette ambition internationaliste pour préserver les conditions d’une vie humaine digne.

La France, peut, au sein des Nations Unies, être le fer de lance d’une alliance mondiale contre le réchauffement climatique en soutenant un processus ambitieux et égalitaire pour les pays en voie de développement.  Des propositions nouvelles doivent être dans ce sens. Le temps presse. Nos bonnes volontés à engager au plus vite les résolutions de l’accord de Paris, puis d’en hausser les ambitions, convaincront d’autant plus le gouvernement et le peuple américain qu’elles montreront leur juste efficacité pour l’emploi, la nature et notre environnement.

4 commentaires


Charles Françoise 4 juin 2017 à 18 h 22 min

Horrible et formidable retour en arrière pour les salariés

Denise Mahinc 4 juin 2017 à 20 h 03 min

seule l’unité des peuples peut changer et combattre ceux qui n’ont comme seul objectif de participer à détruire notre belle planète et l’humain pour le pouvoir et l’argent. Unissons-nous, là est notre avenir en redonnant du pouvoir au peuple!…..c’est urgent

alain harrison 5 juin 2017 à 22 h 55 min

Je dirais même plus l’économie est l’affaire du Peuple Souverain.

Il est temps que les économistes de la gauche planche sérieusement sur l’économie alternative.
Que ceux-ci s’entourent des militants pour discuter des points de la nouvelle économie.
Que des comités selon les secteurs de la société se forment et en discutent aussi.

Que les communistes fassent le point sur l’évolution du communisme pour un nouveau départ.

je ne crois pas qu’il y est de véritable avancé dans la gauche, globalement comprise. Mais des dissensions à ne plus finir. Comme la démonstration des présidentielles.
Je crois que ça ne se passera pas mieux aux législatives.

Le manque de temps entre le réveil de choc FI-JLM et les élections. Trop de oui mais dans le décor. Rien de faits !!!!!

On pense à ses petits intérêts pol. ou ido. et quoi encore, son poste………..ou sa prestance,….
En tout cas.

Avoir de la misère à voir les solutions à ce moment-ci des explications marxistes du problème, qui devrait être devenu évident après tout ce temps de réflexion. Maintenant quoi, depuis 1917 ……..2017… 100 ans et pas une solution en vue, et là je parle de solutions économiques, du concret dans les cartons. Et pourtant le programme du CNR….que c’est-il passé ?
Non des tergiversations.
Exemple le revenu de base versus le salariat. Rien à faire, les deux sont figés dans leur coins point barre.

La gauche peut bien reculer. Trouvez les raisons et rectifiez.

Mais le problème est multidimensionnel. Et il faut savoir aborder chaque problème selon sa correspondance avec l’analyse marxiste qu’i faut rendre compréhensible avec les mots d’aujourd’hui. Ne pas avoir peur des mots. Je ne vois pas de différence entre prolétaire, cerf ou employé…..ce sont des indicateurs de l’exploitation. Il faut contextualiser ?!

Une foi les faux problèmes surmontés, passons au vrais questions. Et concernant l’UE, il y en a 4. Non à cause des tergiversations il y en a 5 et bientôt 6: TAFTA à la sauce Trump. À moins qu’il soit destitué. Mais ça ne changera rien, Trump offre juste une image peu ragoutante. C’est tout. Clinton prendra -t- elle sa chance !? La Constitution US permet cela ?

C’est quoi le problème ?

Macron va appliquer les ordres de la dictature, car l’UE est une dictature, la finance a fait un coup d’état. Et rien. Rien ne ce passe. Les peuples ne réagissent pas, et surtout ne réfléchissent pas. Comment pourraient-ils le faire ? Pour réfléchir, il faut réfléchir sur quelque chose. Mais il faut avoir de l’infos et se poser des questions. à partir du moment que l’on se pose des questions, vient l’idée de la vue d’ensemble. Comment régler un problème si je ne le vois pas clairement, donc dans son ensemble.
Marx, n’a-t-il pas été obligé de faire l’exercice.

Aujourd’hui, nous avons des textes, des articles explicites résumés de grandes qualités pour que chacun puisse avoir accès à l’ensemble. Cela peut se faire a son rythme, et à partir de n’importe quel bout, pour la réflexion, pas de problème pour prendre conscience dans un premier temps, puis la prise de conscience et la motivation aidant, la mise en ordre des idées cohérentes pour voir l’ensemble.

C’est sûr que ça demande un travail intellectuel et du temps. Mais chacun peut commencer selon ses priorités. Et approfondir en incorporant divers sujets, car toute chose est en relation avec toute chose. Le prix du lait avec la bourse, indirectement, mais en bout de ligne……..un acte médical n’a aucun lien avec la bourse ?! La psychologie humaine, aucun lien avec la bourse ? La maladie psychosomatique rien à voir avec la bourse ? Les paradis fiscaux ? Le FMI et ci. ?

Pensons globalement et agissons localement.

Il faut déverrouiller.

alain harrison 6 juin 2017 à 1 h 33 min

À mon avis le XXI e siècle sera le passage de la mentalité linéaire du vieux monde à la vision globale ou ne sera pas.
Nous sommes sommés par l’état global du monde à nous donner accès à la globalité et au questionnement dans le cadre élargi de l’auto-éducation.
Une seul condition, voir le vrai du faux et le faux du vrai (Krishnamurti). Autrement dit: du discernement.
Pour saisir un concept ou ce qu’il désigne, en faire le tour en quelque sorte. ( sémantique générale de Korzybski).
Il faut, de temps en temps, retourner à l’Origine, à l’original. Quand on sait les déviations des dites améliorations ?!

Alors, quel sera l’originalité du communisme du XXI e siècle comme alternative au néo-libéralisme ?!

Nous sommes en plein dans l’esprit du marché. L’offre versus demande. C’est un fait indubitable.
L’esprit de consommation (pouvoir d’achat de la classe moyenne) a altéré la mobilisation des peuples occidentaux vis-à-vis des injustices, en regard de son pouvoir, sa capacité à se mobiliser pour forcer les partis au pouvoir de rectifier leur politique passablement questionnable.
En tout cas , pour moi la question se pose.

Quand on regarde l’ordre de grandeur des manifestations (le nombre des manifestants). Alors, il faut préparer des manifestations massives. Comment, en choisissant les problématiques qui rejoignent le plus grand nombre. En la publicisant, la promouvant des mois avant !?

Fin de l’ère post-néolibérale en Argentine et ascension de la droite pure et dure
Par Prof. James Petras
Mondialisation.ca, 28 février 2016

La lutte de classes poussée depuis le bas s’était trouvée gravement affaiblie par l’alliance du monde du travail avec le régime de Kirchner, non parce qu’elle en bénéficiait économiquement , mais parce que le pacte a démobilisé les organisations de masses actives dans la période 2001-2003. Tout au long des 12 années suivantes, les salariés ont partie de négociations sectorielles (paritaires) avec l’intermédiation d’un « gouvernement amical ». Les alliances « sectorielles » et les sujets de la vie quotidienne ont remplacé la conscience de classe.

http://www.mondialisation.ca/fin-de-lere-post-neoliberale-en-argentine-et-ascension-de-la-droite-pure-et-dure/5510853

Laisser un commentaire

Commentaire

Nom *

Les champs marqués * sont obligatoires

Email *

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Restez en Contact