Ce que cache le…vêtement !

le 25 août 2016

Trois communes ont interdit le port du burkini sur leurs plages. Imke LASS/LAIF-REA

Tandis que la jeunesse multicolore de France, celle des cités comme celle des campagnes, s’illustrait à Rio, ici, un vêtement féminin de baignade agitait, sur tous les tons et toutes les ondes, la fin de l’été, dans le prolongement d’une longue séquence autour de la seule religion musulmane.

Nouvelle illustration nauséabonde de ce qu’est devenu le débat politico-médiatique dans le pays qui fut celui des Lumières et de la Révolution où la question du pouvoir a cessé d’être conçue comme un moyen de répondre aux attentes diversifiées de progrès d’une population pour devenir une fin qui, en soi, justifierait tous les moyens.

On ne peut comprendre cette effervescence sans se souvenir des propos du Premier ministre, il y a plusieurs mois : « La campagne présidentielle se jouera sur la bataille culturelle et identitaire » avait-t-il expliqué. En cela, il rejoignait M. Sarkozy qui ne cesse de monter l’échelle qui rapproche de l’extrême-droite comme en témoigne sa récente proposition de remise en cause du droit du sol. Sans doute qu’en soutenant les maires de droite auteurs des arrêtés municipaux « anti burkini », le chef du gouvernement ne voulait pas être distancé et apportait la caution du gouvernement de la France à ce qu’elle est capable de produire de pire alors que les dits maires reconnaissaient, pour la plupart d’entre eux, qu’ils n’avaient rencontré aucune femme ainsi vêtue sur une plage de leur commune.  C’est l’aveu que l’objet de leurs arrêtés était ailleurs, dans les bas-fonds du racolage politicien.

Une fois de plus, on désigne une religion comme «fauteuse de troubles», favorisant ainsi tous les amalgames que l’on prétend vouloir combattre, avec les responsables des odieux attentats commis ces derniers mois. Le chômage et la précarité du travail, les dérèglements climatiques, les tensions guerrières ou la crise de la construction européenne deviennent des enjeux mineurs à côté du…vêtement porté par quelques dizaines de femmes.

On est très loin de la nécessaire recherche de la plus grande efficacité possible pour sécuriser nos concitoyens et prévenir de nouveaux crimes de masse. Pire, en alimentant tout ce qui peut les diviser, on ne fait que rejoindre l’objectif poursuivi par Daech qui rêve d’un pays au bord de l’explosion et qui redoute qu’il ne trouve les voies de son rassemblement et de sa cohésion. Il s’agit ici d’une opération de grande ampleur visant à diviser la société en occultant l’immense fracture entre ceux qui sont privés de travail, ceux qui en vivent difficilement et la minorité de ceux qui se gavent des dividendes. Déporter le débat politico-médiatique vers les enjeux dit « identitaires » est aussi  dicté par le fait que les deux formations politiques qui se partagent le pouvoir depuis des décennies sont incapables de défendre leurs bilans respectifs sur les questions qui font la vie quotidienne de chacune et chacun d’entre nous. Incapables d’incarner un avenir meilleur et un autre sens à la marche de la société et de l’humanité.

Ces lumières braquées sur le burkini ou les mosquées permettent de maintenir dans l’ombre les urgences sociales. Celles du pouvoir d’achat, du coût de la rentrée scolaire et universitaire, de l’augmentation de la consultation chez le médecin, des inégalités salariales entre les hommes et les femmes. Sont ramenés au rang de faits divers les plans de réductions d’emplois dont celui de SFR, les allongements du temps de travail chez Bouygues, le projet d’accord de compétitivité chez Renault, la dureté de la crise que subissent les éleveurs dans un assourdissant silence, les difficultés aggravées dans les quartiers populaires alors que les moyens financiers des collectivités locales sont de plus en plus amputés.

L’aggravation des conditions de vie des plus modestes, qui va de pair avec l’enrichissement des plus riches, devient pour les propagandistes du système un phénomène aussi naturel que la pluie et le beau temps. Ce serait dans l’ordre des choses. Aucune indignation ou presque n’accompagne la révélation que les cinq cent premières fortunes de notre pays possèdent un patrimoine supérieur au budget de l’Etat. Que les douze premières d’entre elles possèdent une fortune de 194 milliards d’euros en progression de 28 milliards.

Montrer du doigt une petite partie de notre population aide à éviter de faire un bilan sérieux des cadeaux fiscaux et sociaux octroyés au grand patronat et de la ristourne de plus de 220 millions d’euros dont ont bénéficié les cinquante contribuables les plus riches grâce au bouclier fiscal.

Après les contrefeux sociétaux, voici le dérivatif de la question identitaire pour contourner celle de la justice sociale, de l’égalité, d’une nouvelle répartition des richesses et d’une nouvelle manière de les produire et les enjeux de la démocratie.

On peut en dire autant de l’absence d’évaluation des  choix  présidentiels au Proche et au  Moyen-Orient avec la fréquentation assidue des milliardaires des pays du Golfe et les ventes d’armes dont certaines finissent dans les mains des tueurs de Daech.

Aux victimes d’une société en crise, le burkini est brandi comme le paravent d’une forme d’impérialisme à l’extérieur de nos frontières et comme bouc-émissaire commode pour protéger les adorateurs du veau d’or de l’argent-roi. Ainsi s’établit un climat détestable et dangereux de division, avec une droite qui se radicalise, une extrême-droite qui voit quotidiennement ses idées validées, jusque par une partie de la gauche. L’approche de l’élection présidentielle ne fait que démultiplier tous les phénomènes négatifs qui taraudent notre société au risque de la disloquer. Il y a bien urgence à faire cesser une dérive à l’œuvre depuis de longues années

C’est en ce sens que nous avons proposé ici même la réunion d’une grande conférence pour faire vivre en actes les idéaux de la République.

En portant la diversité des aspirations populaires et des espoirs, en étant un vaste espace de rencontre, de  culture et de débats libres, la fête de l’Humanité se veut un événement marquant qui contribue à aller dans cette direction en donnant vie au rassemblement, à la solidarité, à la fraternité. Travailler à lui assurer un grand succès est donc une œuvre utile pour tous, par-delà ce qui nous différencie quant à nos origines et convictions. Utile pour défricher les voies nouvelles du redressement de notre pays et de l’émancipation humaine. Utile, parce qu’elle sera à l’image  de ces jeunes qui ont fait retentir la Marseillaise à Rio.

13 commentaires


Bigonski Suzanne 25 août 2016 à 13 h 40 min

Encore une fois Patrick a raison

Mike 25 août 2016 à 15 h 33 min

Je serai partiellement d’accord avec vous si nous ne nous retrouvions pas face à des attaques constentes et sous-jacentes d’une infinie partie representant l’islam politique qui ne concerne pas du tout la majorité de nos concitoyens de confession musulmane.
A quand remonte toutes les revendications liées au hallal au hijab…..à l’arrivée des salafistes et wahabites dans nos quartiers.
Car ce sont eux et uniquement eux qui agissent et endoctrinent ceux qui se voudraient français de confession musulmane et non pas musulmans de France.

chb 1 septembre 2016 à 17 h 23 min

Des wahhabites sont pourtant sollicités, louangés, et même décorés puisque si généreux de leurs pétrodollars, tant avec nos marchands d’armes qu’avec les « rebelles » terroristes que notre diplomatie chouchoute (au moins quand ils tuent au Proche Orient). Ils investissent, aussi, dans le foot ou l’immobilier, ou dans… le wahhabisme de banlieue. Mentionnons aussi les gratifications personnelles que certains « responsables » français vont toucher, depuis des années, au Qatar ou en Saoudie, et qui ressemblent fort à des pots de vin.
En même temps, l’Arabie joue le rôle d’épouvantail depuis 2001, avec les pirates al Qaeda de nationalité saoudienne, les longtemps secrètes 28 pages du rapport sur le 11 septembre qui l’incrimine, et les moeurs peu démocratiques du concierge de la Mecque.
J-P Chevènement saura-t-il faire baisser en France l’influence de Riyad ?

L'étudiant masqué 25 août 2016 à 22 h 14 min

Et vous ne parlez pas de l’UPR?

isabelle Monsch-Beauchard 27 août 2016 à 0 h 51 min

Faire vivre en acte les idéaux de la République, beau programme ! D’accord aussi avec le fait que cet emballement contre le burkini sert de cache-misêre et occulte des débats bien plus importants. Par contre, il y aura toujours des riches et des très riches, et bien que l’on n’adhère pas à ce modèle de société et à ces valeurs, il sera très difficile de changer cela … Oui à plus de fraternité dans la vie quotidienne et aux échanges qui reposent sur un respect mutuel et sur le respect de l’espace public. Il faut travailler sur les notions de droit et de devoir, donner et recevoir, c’est ça l’ EDUCATION. Apprendre à PARTAGER …cette vie, pauvres mortels que nous sommes ! Oui à la fête de l’humanité, sans aucun calcul, oui à la joie et à l’insouciance, oui à la jeunesse du coeur et à la fête, oui en l’espoir de lendemains qui chantent !

Jean-Pierre 27 août 2016 à 11 h 01 min

Le burkini c’est encore un moyen de faire parler de soi en un lieu et un temps pas encore exploités.
Le porter c’est devenir quelqu’un en ne devenant rien.
On pourrait presque en rire ( ça ressemble à une idée de Charb sur la nouvelle mode des plages ) tellement il y a de grotesque et certainement pas de sacré dans cette idée inspirée par un agent publicitaire facétieux : cet été, portez un sac à patates sous la canicule ! … et les heureuses vacancières d’aller bronzer affublées d’un sac à patates.
On aura peut-être les tennis à prières couinant « allah ouakbar » au rythme de la promenade, avec encore des arrêtés municipaux anti tennis « allah ouakbar »…

On n’en aurait pas parlé que les chargées de campagne du birkini auraient plié bagages après un petit séjour aux urgences..Car c’eût relevé de l’invisible sauf pour des gamins qui se seraient moqué des sacs à patates remplis de sable

Seulement le problème est que ça sert à exercer une pression inadmissible sur les autres femmes ( musulmanes ou non ) sans d’ailleurs trop la mettre sur les hommes.
Et que ça plaît énormément aux Valls Sarkosy et médias qui trouvent là matière à diversion à leurs grandes affaires avec les émirs et leur casse du droit du travail …

leo solo 27 août 2016 à 11 h 04 min

ces jeunes qui ont fait retentir la Marseillaise à Rio. » coco rit coco

Le.Ché 27 août 2016 à 11 h 14 min

Il ne faut pas avoir peur, il reste une chose à faire et qui sera efficace, c’est de mettre en place un système marxiste pour notre société, deux partis sont d’accord pour ça il s’agit du PARDEM et du PRCF, c’est un début continuons le combat, c’est la solution pour en finir avec la mondialisation capitaliste. Cette Europe capitaliste qu’ils ont créer est un vassal des États Unis.

jac 27 août 2016 à 13 h 50 min

De quoi bien appréhender le sujet….de fond.

Patrice

Maxa 27 août 2016 à 18 h 06 min

Cet article est d’excellente qualité, et donne envie de s’abonner au journal ; je l’aurais fait depuis longtemps, si tout contact avec les responsables sociaux-démocrates (pires que la droite) étaient définitivement et clairement rompu. Je ne crois qu’on y perde grand-chose : certains électeurs voteront ou non pour les candidats de la vraie gauche, mais beaucoup rejetteront des alliances inacceptables, et choisiront des’abstenir ou de voter blanc. Quant au danger que représenterait le FN, qui n’est là que pour jouer les épouvantails, l’argument a déjà beaucoup servi les classes dirigeantes…

Pierre LOSSERAND 28 août 2016 à 22 h 48 min

Enfin un commentaire sérieux, posé, très au-delà de toutes les polémiques médiatico-politiques.
Merci.

Pierre,

Collet 29 août 2016 à 18 h 38 min

Longtemps j’ai renâclé à adhérer aux idées du PCF et voilà que je me trouve en totale adéquation avec les dites idées ; la crainte du totalitarisme s’est déplacée sur d’autres fronts…

papini 8 septembre 2016 à 20 h 55 min

salut Patrick faut pas tout mélanger cher camarade, le burkini est une provocation une de plus de l’islam radical, que quelques imbéciles en manque de reconnaissance arborent, le plus étonnant à été le vote scandaleux des sois disant Laïcs qui n’y ont vu sans doute par clientélisme pro-électoral, un signe de liberté de la femme comme le port du Niqab et la Burqa qui sont mentionnées dans le coran on pas comme une obligation religieuse mais d’appartenance communautariste, or pour revenir au burkini il n’a jamais existé du moins sous cette forme puisqu’il à été crée récemment, en Australie, ce qui rend ton raisonnement fallacieux, pour ces jeunes qui ont porté haut nos couleurs à rio je ne vois pas bien ou tu veux en venir ces jeunes sont pris en charge par les fédérations sportives et du pays, qui en plus invitent toutes leurs familles ce qui est normal à ce niveaux alors qu’ils soient jaunes rouges ou noirs ou est le blème? ce ne sont pour la plus part pas des amateurs la majorité vit de leur talent ce qui est une juste récompense de leurs efforts, et qu’ils chantent la Marseillaise n’est qu’une chose naturelle pour un français après tout c’est tout de même le seul hymne national reconnu comme tel, ce que tu portes en avant n’est représente que par une infime partie des musulmans eux mêmes ceux qui ne veulent pas adapté leur religion avec notre propre constitution …il y a un Imam qu’il te faudrait écouter ou lire ce qu’il publie il est de Nîmes son prénom est Hocine avec qui je converse souvent car il préconise justement de rassembler tous les imams afin de pouvoir enseigner et faire pratiquer un islam en équation avec les valeurs de notre république je t’everrais ses déclarations publiques sous peu cordialement

Répondre à isabelle Monsch-Beauchard Annuler la réponse

Commentaire

Nom *

Les champs marqués * sont obligatoires

Email *

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Restez en contact

Inscrivez-vous à la newsletter