Besoin de vérité

le 19 mars 2020

La tâche du soupçon risque d’être indélébile ! Nul ne conteste que la gestion d’une telle crise sanitaire soit ardue et doive réclamer la mobilisation générale du pouvoir politique. Pourtant, et alors que la pandémie de Covid-19 continue de s’étendre, voici que l’ancienne ministre de la santé – élève modèle de la macronie – dévoile que le pouvoir aurait volontairement retardé les dispositions nécessaires pour affronter le « tsunami » sanitaire.

Ceci au moment où les dirigeants italiens ne cessaient d’alerter et d’en appeler à des actions coordonnées, sans aucune aide des institutions européennes et alors que la présidente de la Commission européenne vient de déclarer que les dirigeants européens ont « sous-estimé » la gravité de la situation.

Lors de son entretien télévisé mardi soir le premier ministre n’a pas démenti les propos de Mme Buzyn. L’affaire est donc grave ! Elle prouverait que l’exécutif n’a pas raisonné en fonction de l’intérêt des citoyens, des travailleurs et des personnels de santé, mais de celui des entreprises, tout en privilégiant la tenue des élections municipales alors que l’alarme était sonnée au sommet de l’Etat. C’est du reste ce même raisonnement qui est actuellement appliquée quand des ministres courent les plateaux de télévision pour annoncer des sacs de milliards d’aides aux entreprises, subitement dénichés, sans annoncer un seul sous de plus pour les services publics.

Mme Buzyn, est allée jusqu’à asséner que le maintien des élections municipales relevait de la « mascarade ». Pire, le Conseil des ministres extraordinaire convoqué le samedi 29 février sur l’épidémie de Covid-19, soit plus d’un mois et demi après les alertes prétendues de Mme Buzyn, a été l’occasion non pas de répondre à l’urgence sanitaire mais de décréter le fameux 49-3, non inscrit au procès-verbal, pour imposer la contre-réforme des retraites.

Les contradictions de la communication gouvernementale se poursuivent. Et, voici que le pouvoir se défausse sur un conseil scientifique dont il a pourtant choisi les membres et dont on se demande la nature des compétences en matière de calendrier électoral. Autrement dit, on cherche à faire porter le chapeau aux scientifiques. L’insupportable poison du soupçon et du mensonge d’Etat fait son chemin au service d’un autre virus : le populisme d’extrême droite.

Si Mme Buzyn avait une conscience si vive pourquoi n’a-t-elle rien dit ? Pourquoi a-t-elle affirmé le 20 janvier que « le risque de propagation du coronavirus dans la population est très faible ». Elle doit maintenant s’expliquer et Le président de la République doit répondre à ces questions.

Sans attendre, les citoyens doivent disposer des délibérations politiques et scientifiques de ces dernières semaines et celles à venir. Des commissions d’enquête parlementaire doivent pouvoir faire toute la lumière sur ces épisodes. L’efficacité dans le combat contre la maladie a besoin de vérité.

12 commentaires


Corre Marie Agnes 19 mars 2020 à 12 h 03 min

Mme Buzyn a joue  » la ravie de la creche  » puis a prefere deserter son poste de ministre de la sante , alors qu elle est medecin pour remplacer celui qui n avait pas autre chose a faire que d exiber ses performances sexuelles sur facebook , a la candidature de la mairie de Paris ! On sent la vocation medicale chevillee au corps ! Et maintenant elle se la joue pleureuse antique ! La barbe ! Marre de ces politique irresponsables et incompetents qui vont entrainer l arrivee d un regime dont on ne veut pas il est imperatif de stopper cette derive . Bravo au courage des medecins ( les vrais) et de tous les soignants et des journalistes motives pour faire de la veritable information rn evitant la derive du sensationnel !

Faucherie 19 mars 2020 à 14 h 09 min

Pas de polémique politicienne
On n’en sort vraiment pas. Buzyn a clairement pète un plomb . Elle est en pleine incohérence. Tout le corps politique souhaitait maintenir la « mascarade ». Comment est on sûr de faire les bons choix? Qui a cette prétention ? Comment le confinement aurait il été respecté il y a quelques semaines alors qu’on a tellement de mal à le faire aujourd’hui. Nous ne sommes pas -nous- en dictature

Lauretta 19 mars 2020 à 20 h 25 min

Mme Buzyn est la femme de mr levy celui qui a participé à l invention du Covid 19 en 2003 à chercher sur le Web le brevet EP 1694829 B1 vous allez tous savoir l origine de ce virus

Lavallée Ivan 20 mars 2020 à 0 h 27 min

Bien, bon billet mais… Car il y a un mais. Je veux bien qu’il faille actuellement faire face, mais les réactions des responsables communistes ne sont pas à la hauteur de la situation.

Lanoir 20 mars 2020 à 11 h 12 min

Merci pour vos précisions!

Pascal Lederer 20 mars 2020 à 12 h 51 min

Je suis d’accord avec les termes de cet article. Mais actuellement (20 mars) la politique gouvernementale est-elle enfin pleinement vouée à la préservation de la santé et des vies de nos concitoyens? Les mesures ont-elles été imposées aux entreprises,privées en particulier les grandes, pour protéger les salariés? Evidemment, il faut maintenir toutes les activités productives indispensables pour faire face à l’épidémie: énergie, agriculture, transports, distribution, etc..Evidemment les mesures de confinement doivent être respectées , etc.. Mais la décision de maintenir des productions inessentielles au combat contre ‘épidémie peut-elle être laissée aux seuls actionnaires et dirigeants des entreprises privées? Le pouvoir,n’at-il pas d’abord le souci de protéger les entreprises et les profits? Il aurait fallu donner aux salariés des pouvoirs nouveaux pour qu’ils décident eux même des mesures les plus adaptées à la protection des salariés et à l’impératif de maintenir les conditions de la survie sociale, en liaison avec un pouvoir politique qui serait à la hauteur de sa tâche : préserver les intérêts et la vie du peuple face à l’épidémie.

jean-claude galicier 20 mars 2020 à 14 h 59 min

Bonjour monsieurj’ai bien lu vos propos,et je suis bien d’accord avec vous concernant les bassesses de cette femme prête à tout pour son propre intérêt,elle qui n’écoute pas le peuple qui a peur,elle qui est bien dans sa suffisance,elle qui parle pour ne rien dire d’interressant,bref vous avez raison pour le reste,nous somme la base d’un beau Pays LA FRANCE aux mains d’incapables,hélas pour nous,( à quand un deuxième MAI 68) en plus fort,salutations monsieur.

GEORGES GONTIER 21 mars 2020 à 19 h 01 min

Pourquoi faire un commentaire une fois de plus le peuple s’est fait baiser par des combines politiques et une fois de plus des gens meurent de la suffisance de certains politiques et de la lâcheté des autres .

Oberon 21 mars 2020 à 19 h 03 min

Il ny aura pas d’enquêtes parlementaires, c’est un vœu pieux.
Un collectif de 600 médecins ont déposé plainte de la cCour de Justice de la République. Peut-être que des citoyens pourront le faire…
Au delà d’un possible scandale d’État, la question pénale pour négligences et mises en danger d’autrui est posée.

Le gouvernement profite de l’unité nationale pour légiférer afin que les employeurs puissent soustraire des jours de congés payés pour la période de confinement. Solidarité oblige.
Pas pour les plus riches d’entre nous : pas de suppression, même temporaire, de l’ISF…
Abject. Ce gouvernement est abject.

Jacques Tharel 21 mars 2020 à 21 h 51 min

Il y aura de sérieuses leçons à tirer des événements dramatiques que nous vivons actuellement particulièrement sur les politiques publiques successives qui ont conduit l’hôpital et les services publics vers un tel délabrement;quand cette crise sanitaire sera derrière nous, j’attends de nos élus de gauche, je dis bien de tous nos élus qu’ils se mobilisent pour un bilan sans concession..L’Heure n’est pas aux polémiques mais à la solidarité tout azimuts, contentons nous d’encourager par tous les moyens tous les personnels de santé remarquables de dévouement et d’abnégation.

JESTIN 23 mars 2020 à 15 h 12 min

Macron a instrumentalisé le Coronavirus pour confiner… son impopularité et l’hostilité largement majoritaire à sa politique. c’est à mon sens la vraie raison des atermoiements du gouvernement dans la lutte contre la pandémie. Mais j’approuve le confinement de la population et les mesures contre la propagation du virus, indispensables dans ces conditions, et utiles quoi qu’il en soit.
Y. Jestin

Chiron Gérard 23 mars 2020 à 23 h 41 min

Notre malheur qui ne fait que commencer est à la hauteur de notre naïveté !
Mensonges–secrets d’état–Fakes news–Études scientifiques–Journalistes de l’information et même d’investigation : mais oui, on nous ment depuis toujours et ça n’est pas prêt de s’arrêter avec l’arrivée de L’I. A. que même les experts ne seront capables de discernement entre un vrais d’un faux !
Et toutes ces news d’affaires louches, de dirigeants corrompus donnant des leçons de morale au peuple : c’est quoi ? Des faux vrais ou de vrais faux ?
Pauvre monde que celui de demain, celui que nous avons créé et dont nos enfants et petits enfants vont hériter !
Pessimiste me direz-vous ? Peut être mais quand même : Lucide et pour preuves :
– avant, on s’offusquait quand un voyou commettait un larcin
– aujourd’hui, on serait plutôt surpris lorsqu’un individu commet un acte généreux voire de bravoure et çà paraît suspect…
On perd nos repères et la confiance envers autrui cède la place à la défiance vis-à-vis de l’autre comme de toujours direz-vous ? Non pas.
– Avant 70% de confiance et les individus pouvaient vivre en société
– De nos jours, la défiance de l’autre accentuée par l’immoralité d’un certain nombre de nos dirigeants est en train de créer un inquiétant climat haineux non compatible d’une vie harmonieuse en société
J’espère toutefois que ma vision n’est que le reflet du trouble de ne plus avoir cette souplesse d’adaptation aux changements que chaque génération ressent.. Si la jeunesse savait, et si la vieillesse pouvait : que le monde serait beau !

Laisser un commentaire

Commentaire

Nom *

Les champs marqués * sont obligatoires

Email *

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Restez en contact

Inscrivez-vous à la newsletter