Turbulences aériennes !

le 15 octobre 2015

air france 1

Photo AFP

Par Patrick Le Hyaric

« Dialogue social », encore une expression qui ne dit rien des réalités d’aujourd’hui. Comment en effet oser baptiser « dialogue » une convocation d’instances représentatives pour toujours demander aux organisations syndicales d’accepter ce que l’employeur a déjà décidé et annoncé par voie de presse plusieurs jours avant ? A Air France, il s’agit d’un nouveau plan de réductions de 3000 salariés après un précédent de 5000 et avant un nouveau, encore caché, d’encore 3000. Où est le social là-dedans ? C’est de l’antisocial à l’état pur ! Que ces procédures soient désormais baptisées de ce drôle de nom de « plan de sauvegarde de l’emploi » n’y change rien. Défense de rire ! Les penseurs du capitalisme sauvage twistent les mots pour cacher la profondeur des maux qu’ils sèment dans les familles. Jamais la violence physique n’a fait avancer la cause ouvrière. A Air France, elle va encore la desservir. Le complexe médiatico–politique s’en donne à cœur joie. Les donneurs de leçons qui n’ont pas à souffrir des fins de mois difficiles sont de sortie. Le chef de la droite, toujours aussi modéré dans ses propos, n’hésite pas à parler de « chienlit », quand le chef d’un gouvernement qui se prétend de gauche appelle à de lourdes sanctions contre des travailleurs syndiqués, baptisés de « voyous ». En conséquence de quoi, la police est dépêchée au petit matin à leur domicile pour les arrêter comme de dangereux criminels devant leur famille, leurs enfants effarés pour les placer en garde à vue. Inadmissible et révoltant ! Rien que cela ! Au fait, quel qualificatif doit-on employer pour celles et ceux qui sont jetés comme des éponges dans la nuit d’errance de six à huit millions de chômeurs ? Là, est la véritable violence ! Là est l’insupportable ! Cet opprobre lancé devant les caméras contre quelques salariés qui n’en peuvent plus, sert à bien empêcher et à camoufler le débat de fond qui devrait s’instaurer sur le devenir de l’un de nos fleurons nationaux. Comment admettre que les plans de suppressions d’emplois se succèdent, dans un contexte où le trafic aérien progresse de près de 6% chaque année, dans un pays qui dispose d’un carrefour aérien international (le Hub de Roissy) ultra moderne, proche d’une puissante industrie aéronautique, et dans une entreprise bénéficiant de cent millions d’euros de « crédit impôt compétitivité » dont on nous avait pourtant bien dit qu’il servait à la création d’emplois  ? Question simple qui pourtant ne sera pas posée ! Pourquoi et jusqu’où le salariat doit-il être une simple variable d’ajustement, alors que le prix du carburant diminue et que l’euro a gagné en compétitivité face au dollar ? C’est au seul nom de la rente bancaire que  les taux d’intérêt  d’une dette qui s’élèvent à 4,5 milliards d’euros sont plus élevés que ce qui se pratique actuellement. Pourquoi sacrifier le travail quand le seul service de cette dette équivaut à la moitié du déficit du groupe Air France ?

Mais allons plus loin ! Que ceux qui crient à « la chienlit », traitent les salariés de « voyous » nous disent ce qu’ils ont décidé, voté, suggéré, approuvé, toutes ces dernières années pour organiser comme ils n’ont cessé de la vanter cette fameuse « concurrence ». Une concurrence déloyale, organisée par des directives votées au Parlement ou au Conseil européen, contre notre pavillon national et d’autres compagnies aériennes qui ne s’en sont pas remises, comme Alitalia ou Iberia. Affublées en 2004 du vocable de « Ciel unique », puis en 2009 de celui de « Ciel ouvert » et en 2011 de « paquet aéroportuaire » visant à la libération des services en escale, toutes,  au nom de cet idiot principe de concurrence, ont favorisé l’émergence de compagnies à bas coûts qui ont été jusqu’à recevoir des aides de collectivités territoriales ! Bas coûts, avec le dumping social placé en haut de l’affiche et des valeurs. Les pilotes et le personnel de cabine n’y apparaissent même plus comme salariés de ces employeurs très particuliers. Voilà que maintenant Air France et les autres compagnies européennes sont attaquées par les compagnies du « Golfe », hyper  subventionnées par leurs Etats sans qu’aucune instance internationale n’en dise mot puisque le transport aérien n’est pas dans les compétences de l’organisation internationale du commerce. Pire, on se demande de plus en plus dans quelle mesure les salariés d’Air-France et la compagnie elle-même n’auront pas à souffrir des dessous des juteux contrats de vente de Rafale à l’Arabie Saoudite et au Qatar. Voilà où est la vraie violence ! Celle qui s’exerce contre nos atouts nationaux et les salariés qui les servent. La violence de décisions politiques en général cachées, souvent prises loin des lieux de travail, sans consultation des citoyens, des usagers alors qu’il s’agit d’enjeux d’intérêts nationaux et humains. Parler dans ces conditions de «  dialogue social »  est d’une grande vulgarité. Ce n’est que la tenue de camouflage pour pousser les salariés à accepter la destruction de leurs emplois et de leur entreprise. Au lieu d’insulter, de mépriser, de diviser les salariés mieux vaudrait créer les conditions d’un vrai et sérieux débat national sur l’avenir de notre compagnie aérienne, la seule entreprise qui porte les couleurs de la France dans le monde entier. Il n’est pas certain que cela puisse durer tant la guerre économique conduit Air France à ne plus desservir certaines capitales mondiales. Ce serait un comble que la première destination touristique au monde disposant de ce « Hub central » de Roissy voit sa compagnie menacée. Ce débat devrait porter sur une révision des directives européennes pour re-réguler et pour examiner les conditions de nouvelles coopération entre compagnies aériennes. Au lieu de les laisser être rachetées par les capitaux venu du golfe, pourquoi ne pas créer une sorte d’Airbus du transport aérien ?

Ensuite, il est indispensable de traiter les problématiques liées à la dette de l’entreprise ainsi que celle des taux d’intérêt. Les coûts de la sécurité dans les aéroports doivent-ils être au seul compte de l’entreprise ? D’autres relations doivent être recherchées ente la compagnie aérienne et Aéroport de Paris pour diminuer un certain nombre de taxes dont les taxes de stationnement. Ce sont les dogmes européens qui conduisent l’Etat à ponctionner toujours plus Aéroport de Paris pour tenter de boucler son budget. Dans le même ordre d’idées, les aides d’Etat à Air France doivent être conditionnées au maintien de l’emploi. Un tel débat pourrait dès lors porter le nom de dialogue social. Avis aux amateurs !

6 commentaires


Michel Berdagué 16 octobre 2015 à 6 h 10 min

Tu penses encore qu’ il est possible de réformer cette U.E./B.C.E./Com aux mains de la dictature financière et patronale ? Oui en prenant le pouvoir , le monde du travail , les peuples debout .
Comme de faire changer de cap ces gouv. depuis 2012 , avant cette date on connaissait .
TSCG , ANI , criminalisation des syndicalistes …depuis ça n’ a pas cessé , le comble ça a été les mobilisations de ce mariage pour tous pendant une gestation de 9 mois à partir de septembre 2012 alors que nous étions tous et toutes mobilisés , alors que la sidérurgie disparaissait Florange , la métallurgie mis à mal Aulnay et partout avec des trains entiers de licenciements donnant tous les gages au Medef , plus d’ une dizaine de ministres de la République avec un état de plus en plus bourgeois et de la haute se pavanant et éructant en concert : le coût du travail ! Concurrence libre et non faussée ! Tu parles Charles : les opérateurs tel . VW , les casses de tous les services publics et privatisations , sécu en danger , santé … et Air France négociée et bradée , après Alcatel avec Lucent , Sanofi et la recherche licenciée , Alsthom avec General Electric , tout part à vau l’ eau , et il n’ y a plus que le château élyséen tout en ne le croyant pas que la courbe , comme si nous étions les humains courbés anéantis , la courbe du chômage va s’ inverser …! vous savez la reprise , l’ euro qui vient à parité avec le $ , le petro. qui baisse , la croissance en hausse , ah si là le pied au beau fixe éclatant : les profits des dividendes en exponentiel pour la poignée , …style tout va très bien madame la marquise ..dans ce meilleur des mondes du tout est dit …
Et le CICE , et cette UE et ses directives de casse depuis des trentaines d’ année avec le budget national contrôlé par cette Com/U.E. : trop c’ est trop .
Ce sont des droites avec les bonnets blancs , oui c’ est la même politique et économique et de choix capitaliste avec ces alternances qui ne trompent personne , car le TINA est bien gardé et propagé .
Personne ne votera pour ces droites où les mutants depuis longtemps les rejoignent .
Pour les régionales nos listes doivent retrouver les 25 à 30 % du temps de Jacques Duclos , voire plus , pure logique , boutons les dehors et vite .
Dimanche dernier plein centre de Paris au marché , deux mutants soces distribuaient des papiers sournois , personne ne prenait …et m’ interpellant : et l’ union de la gauche ! , , quelle gauche ? mais nous serons devant vous et largement ….un des deux me répondit : eh bien nous voterons pour vous …tiens une petite prise de conscience .
Mais là la réciproque est impossible plus personne ne votera pour eux et ça !
Oui turbulences et pas qu’ aériennes !

danilo 26 novembre 2015 à 10 h 51 min

OFFRE DE PRÊT ET D’INVESTISSEMENT JUSQU’EN HAUTEUR DE 45.000.000 €.

Etes-vous à la recherche d’un prêt de toute urgence soit: Pour relancer vos activités; Pour rénover l’intérieur de votre appartement,maison,immeuble; Pour la réalisation d’un projet ; Ou pour d’autres raisons. Mais hélas la banque vous pose des conditions dont vous êtes incapables de remplir. Plus de soucis, nous octroyons des prêts et de l’investissement jusqu’en hauteur de 45.000.000 €
NB: « Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager » Personne sérieuse seulement.

Contact direct Email: jeanclaudepr@hotmail.com

NAUD 16 octobre 2015 à 23 h 06 min

Merci Patrick – je peux garder le bon cap en lisant tes textes-En même temps , je suis REVOLTE – Toi Patrick , là où tu es , tu fais un boulot merveilleux – Mais en BAS , à la base , dans les sections c ‘est la CATA – Le PCF tel qu il milite actuellement est HAS BEEN –
De quel droit puis je écrire ça moi qui vit outre mer en père peinard!!
J’ ai des preuves – 2012 , j ‘ ai donné un coup de main au FDG sur rouen-
Par l’intermédiaire du Parti de gauche qui m ‘ alimentait , j ‘ ai distribué 80 000 tracts sur Rouen en 4 semaines – résultat 14% à rouen pr JLM – juste après les présidentielles je repars outre mer – Aux législatives qui ont suivi le candidat du FDG a obtenu 5%- En UN mois le FDG a perdu 9%
Pourquoi Pourquoi ??j ‘ ai essaye d ‘expliquer au PCF au PG de Rouen QU ILS MILITAIENT comme au 19è siècle – c ‘est comme si je pissais dans un violon-
J affirme et je signe que ROUEN a le potentiel politique de faire d’ un FRONT de GAUCHE TRES LARGE la 1ère force politique de gauche – Pour cela il faut s ‘en donner les moyens par des ACTES et pas par des PAROLES ou des COMMUNIQUES ( le cul dans un fauteuil en costard cravate)
Si un jour vous prenez mon message un sérieux
Si un jour Patrick tu interviens sur Rouen pour PROVOQUER une grande réunion de toutes les forces populaires( partis syndicats, responsables associations, lanceurs d ‘ alertes etc etc ) afin de cesser de jouer la politique de l ‘ autruche , afin de donner un bon coup de pied dans la fourmilière INVITE MOI-

Actuellement sur ROUEN ( métropole )à propos de PETROPLUS il y a un garçon qui se bat TOUT SEUL ,c est Yvon SCORNETT responsable CGT et jeune membre du PCF puique c ‘est P Laurent qui lui a remis sa 1ère carte en 2012 je crois –

Yvon SCORNETT a UN REPRENEUR pour PETROPLUS – cela créerait avec les retombées à 4 000 emplois – c est pas le vieux qui le dit c ‘est YVON dans son journal mail qui s’ appelle » PETROPLUS en COLERE »-
MOI le vieux de 75 ans qui vit à 20 000 km de Rouen j ‘ ai fait des propositions multiples à propos de PETROPLUS – j ‘ ai pissé dans un violon

PATRICK tes textes c ‘est SUPER -BRAVO
combien sommes nous à les lire
Quel impact sur la france ??????????????????????????????????????????

c ‘est FINI la technique PAROLES PAROLES PAROLES PAROLES
ne soyez pas des EOLIENNES

SOYONS le MOULIN qui écrase le GRAIN et DONNE de la FARINE
La FORCE pour faire tourne leMOULIN est là : c ‘est lepeuple de france
Le GRAIN( Patrons Hollande Gouvernement PS)( nous l ‘avons)à MOUDRE mais VOUS ne savez pas faire fonctionner le MOULIN ( ACTES)
Vous avez aujourd hui qq travailleurs qui vous donnent des leçons
je pense-
– à ce syndicaliste qui poliment ne serre pas la main à Hollande mais lui
explique pourquoi
-à cette femme qui jette le pot de yaourt

le PEUPLE de FRANCE veut des ACTES
le PEUPLE de FRANCE veut voir les politiques( élus , partis militants ) MOUILLER leur CHEMISE mais pas à la manière du 20 siècle ( dimanche matin sur lemarché à vendre l huma dimanche,so and so …………….)
je pourrais te donner des exemples de la CONNERIE MILITANTE du PCF de Rouen- ( digne de caricatures )

BRAVO pour tes textes : on a besoin du PHARE- le bateau PEUPLE est menacé de toutes parts ( médias , patrons hollande gouvernement ps sans oublier la droite et l ‘ extrême droite)
mais
NULS le FDG sur ROUEN
– il faut un bon coup de pied dans la foumilière –
daniel le vieux ( 80 000 tracts sur Rouen en 4 semaines )
je suis Mr 14% des présidentielles de Rouen

je m abonnerai à l ‘ HUMA
j ‘ adhèrerai au PCF
je ferai des DONS
à la condition( c’est ce que je dis depuis 2012 – PCF et PG de Rouen le savent) d organiser à Rouen un grand DEBAT INTERNE au FDG avec des ‘ chefs » (rires) de Paris où je serai présent –
VOUS parlez débat démocratique ( AIR FRANCE ) et il n ‘existe pas au sein du PCF et du PG de Rouen
balayons devant notre porte mais Balayons aussi devant la porte du patronat et du gouvernement

Thomas Yves 18 octobre 2015 à 19 h 49 min

Les voyous qui ont confondus leurs poches avec l’intérêt général en vendant Quick à la caisse des dépôts et consignations sont toujours en liberté ! t.y

Curi Régine 19 octobre 2015 à 20 h 09 min

On nous bassine toujours en France avec les victimes de la route.
Oui c’est triste, mais
Aujourd’hui en France il y a plus de victimes du système capitaliste, des plans d’austérité, les victimes des politiques Dte et socio-capitaliste. Comment appeler ça encore un gouvernement de Gauche? Comment osent-ils encore se prétendre de Gauche? Hollande au Bourget nous parlait de vouloir être élu pour la justice sociale, c’est-il seulement ce que cela veut dire?
Nous avons pendant 5ans subit les injustices de la droite, aujourd’hui celles de la clique à Hollande.
Les syndicalistes seraient des « voyous » parce que 2 pontes d’air France se sont retrouvés torse nue.
La belle affaire! quand des salariés se défenestres sur leur lieux de travail, s’immole devant pôle emploi, trucide leur proches avant de mettre fin à leur vie. QUI SONT LES VOYOUS?
ou plutôt LES ASSASSINS? C’est pas pire qu’une chemise déchirée?
certains medias toujours là en fouille merde, un travail qui s’apparente plus à celui de tabloïdes que du journalisme, si ils embauchent chez VOICI ou GALA ils ne seront pas dépaysés!
Et Valls qui pour Cahuzac ne voulait pas interférer avec le travail de la justice, mais là ne se prive d’interfère, donner des ordres pour interpeler au petit matin ces hommes devant leurs enfants! Ils nous diront encore que la lutte des classes n’existe plus? là ce gouvernement nous montre bien où va sa préférence leur ennemi juré qui n’a pas de visage, qui ne fait « pas de politique? » mais qui en fait tous les jours!!
Gattaz du MEDEF les patrons du CAC40 arrive à Matignon avec son PROJET DE LOI sous le bras et Hollande et le gouvernement sont au garde à vous, le doigt sur la couture du pantalon!!
Il faudrait que ces gens qui ont des emprunts, qui entendent leurs conneries oser parler « de plan de sauvegarde de l’emploi »
ça c’est sûr qu’ils ont l’art d’édulcorer, passer la pommade dans le dos pour dégraisser! foutre à la porte! virer les salariés! Refusons leurs langages! NOUS NE SOMMES PAS DES PARTENAIRES SOCIAUX! Des flatteries pour mieux s’en prendre à nos conquis sociaux comme disait Ambroise Croizat car dans conquis, il y a conquête et dans conquête il y à lutte! Les acquis sociaux n’existe pas les patrons n’ont jamais rien donné aux salariés sans luttes salariales!!

Foret 23 octobre 2015 à 13 h 09 min

Bonjour,
Je m’interroge,mais je crois savoir,sur les choix faits par la justice de notre pays:
-une chemise de déchirée, des poursuites judiciaires réclamées par Emmanuel Walls.
-500.000 € de dégats sur l’autoroute,dans la Somme il y a deux mois:aucune poursuite…

Répondre à danilo Annuler la réponse

Commentaire

Nom *

Les champs marqués * sont obligatoires

Email *

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Restez en contact

Inscrivez-vous à la newsletter