N’acceptons pas la missive de Bruxelles !

le 28 octobre 2014

Michel-Sapin_pics_390

« Je vous écris pour vous demander les raisons qui ont conduit à ce que la France prévoit de dévier des objectifs budgétaires fixés par le conseil en ce qui concerne, à la fois le déficit public général et l’ajustement de l’équilibre structurel en 2015 ? Je voudrais également savoir comment la France prévoit de se conformer à ses obligations de politique budgétaire… conformément au pacte de stabilité et de croissance » ? Cette missive sèche est venue de Bruxelles. Elle est signée du commissaire européen chargé de l’Euro. Il l’a fait porter au ministre de l’économie Michel Sapin à qui il demande de serrer encore plus la vis aux populations, aux collectivités locales et de réduire les moyens pour la  protection sociale. Pour lui, le nouveau cran dans les programmes d’austérité actuellement débattus au Parlement n’est pas suffisant.

 

Le Président de la République tergiverse pour rendre public ce courrier car il sait qu’il ne s’agit pas comme il l’a dit d’une  « lettre banale ». Non ! Cela ressemble à un courrier comminatoire d’un roi à ses valets, ou d’un ordre d’une puissance occupante porté par huissiers. C’est inacceptable ! Mais cela découle de tout ce que nous n’avons cessé d’expliquer et de combattre. Les trois derniers traités européens, dont le traité que nous avions baptisé « Merkel-Sarkozy » que F.Hollande avait promis de renégocier et qu’il s’est empressé d’approuver sans un mot une fois élu.

 

Il s’agit ici d’une remise en cause grave de la souveraineté populaire de la France au moment même où le gouvernement ne dispose plus de majorité absolue à l’Assemblée nationale pour voter la partie « recettes » du budget. En effet des députés socialistes et écologistes refusent désormais cette inquiétante pente droitière qui mène aux pires impasses. D’ailleurs, tout esprit lucide aura remarqué que, plus les pouvoirs successifs appliquent l’austérité, plus le chômage augmente et plus les déficits se creusent. C’est donc de ce puits sans fond qu’il faut sortir en menant une autre politique. Face à ces admonestations, l’attitude du chef de l’Etat est des plus floues, faisant semblant de laisser monter la pression pour mieux justifier ses choix de coupes sombres dans les budgets publics et sociaux, tout en déclarant à qui veut l’entendre qu’il n’ira pas plus loin.

 

De leur côté, le Premier ministre et le ministre de l’économie poussent les feux de choix libéraux empruntés à la droite, s’attachant à bazarder tous les droits économiques et sociaux  hérités de plus d’un siècle d’action syndicale et de lois votées par les forces de gauche. Ainsi, les pressions intempestives de la commission de Bruxelles servent pour une large part les desseins politiques de l’exécutif de notre pays. Leur objectif est de remodeler en profondeur le paysage économique et social de la France pour servir les intérêts de la finance internationale. Une tentative de remodelage politique est également en cours  puisque le Premier ministre est prêt à dissoudre le Parti socialiste et sans doute toute la gauche, avec ses idéaux et valeurs, dans un vague mouvement démocrate comme aux Etats-Unis ou désormais en Italie. Dans un tel projet il n’y a pas de perspective progressiste pour les travailleurs ni pour les retraités ou les assurés sociaux. C’est aussi cette orientation qui a prévalue la semaine dernière lorsque le Parlement européen a validé, à l’aide d’un  consensus entre les droites et les socialistes, la création d’une commission européenne chargée de poursuivre les dramatiques choix austéritaires. A cette occasion, le projet d’une « grande coalition institutionnelle » c’est-à-dire le projet d’alliance générale permanente en Europe entre les forces de droite et socialistes, a même été avancé. Autrement dit le projet de Valls n’est pas isolé. Il participe du vaste  projet du capital de tenter de sauver son modèle en crise profonde, de plus en plus rejeté par les salariés, les paysans et les retraités. Pour y parvenir,  il leur faut isoler et détruire les forces de la gauche de transformation sociale et écologique et affaiblir les syndicats, défenseurs des intérêts des travailleurs.

 

Dans un tel contexte, la question d’un refus net d’appliquer les diktats budgétaires européens se pose de plus en plus. Il n’y a sans doute pas d’autre moyen aujourd’hui de résister à cette dérive permanente des institutions européennes qui mène aux impasses de l’austérité et du chômage sans fin, que de demander à ne pas appliquer ces traités européens. Peut-être est-ce le moyen  d’empêcher une catastrophe sociale et  financière dont on ne se relèverait pas de sitôt. Peut-être est-ce aussi le moyen  de sauver l’idée d’un nouveau projet européen coopératif et solidaire. Que des forces nouvelles se lèvent au sein du Parti socialiste, dont Martine Aubry,  et parmi les députés socialistes pour contester cette logique est un fait politique nouveau qu’il faut aider à faire fructifier pour élargir le front de celles et ceux qui refusent l’austérité et le vol de la souveraineté populaire. Un rendez-vous est donné pour se rassembler et marcher contre le budget d’austérité et pour une relance sociale, le 15 novembre prochain à l’appel du collectif « alternative à l’austérité».

 

Par delà nos opinions, nos parcours, soyons-y nombreux pour faire entendre la voix de la gauche et du progrès social ! L’heure est à la mobilisation unitaire et populaire.


17 commentaires


Pierre 28 octobre 2014 à 12 h 12 min

C’est proprement scandaleux ! D’autant plus que l’obstacle est déjà sauté par le gouvernement et que FR3 hier soir (27/10 – 22 h 40) a dit que la France allait suivre les injonctions de Bruxelles et trouver les 3,6 Mds supplémentaires, avec, comme par un miraculeux hasard, (ah !?) ,des excédents de 400 Millions et de 900 Millions qui sont trouvés tout d’un coup, sans casse, mais on se garde bien de parler 2,3 Mds qu’il reste à trouver ! … si mon calcul mental est bon. Enfumage ! …

Le.Ché 28 octobre 2014 à 12 h 18 min

Je l’ai déjà dit et je le redis aujourd’hui il faut sortir de cette Europe capitaliste de l’euro et de l’OTAN, si on veut vraiment sortir des politiques d’austérités et donner du travail à notre peuple, tout de suite les banlieues des grandes villes s’en porteront mieux.
C’est la seule façon d’empêcher Marine le Pen d’arriver au pouvoir.
Il faut revenir à la Nation Française, reconstruire une industrie digne de la France, repenser l’agriculture pour mettre en place une agriculture saine et non polluée, abolir l’agriculture industrielle exemple la ferme des mille vaches, il faut dé-mondialiser.

jacquier 28 octobre 2014 à 12 h 48 min

Notre chere Europe a deux mille ans, celle de Bruxelle n’est qu’un avatar de plus qui se termine par un rejet général car sans base populaire, démocratique. L’Europe de Rome a tenue trois siecles et plus, l’Europe financiere Anglosaxonne aura tenu moins d’un siecle, nous allons effacer le tableau et récrire notre nouvelle europe sociale bien à nous les européens. Exemple : un smig, une sécu, une retraite européenne. « Osons, rien ne nous résistera ». Courage

Lévy Pierre 28 octobre 2014 à 14 h 13 min

L’austérité d’aujourd’hui prépare le déficit de demain et l’austérité d’après-demain. Il ne s’agit plus d’aller droit dans le mur mais de
continuer à s’y enfoncer. Et en plus ils voudraient qu’on les aime…!

colombe 28 octobre 2014 à 14 h 25 min

J’ai bien peur que les « frondeurs » servent de voiture balai du ps ,pour récupérer ceux qui auraient l’intention d’aller voir ailleurs .Leur fronde ne va pas bien loin. Attention a ne pas retomber dans la gauche plurielle .Les gens doivent ressentir le changement tout de suite sinon …

alain harrison 28 octobre 2014 à 21 h 29 min

Bonjour Coulombe.

«« Attention a ne pas retomber dans la gauche plurielle »»

Ça c’est bien dit de retomber dans la ___gauche plurielle.
C’est le danger.
Comment faire pour casser cette tendance à se diviser ?
Si nous ne faisons pas le bon diagnostique de cette propension aux divisions, c’est perdu d’avance.
Les élections en France sont pour:
Cantonales de 2008 ou 2011 selon les départements
Un retour sur les résultats de ces élections est sans doute pas inutile.
Le future:
Départementales 2015
Régionales 2015
Présidentielle 2017
Législatives 2017
Européennes 2019
Municipales 2020

La gauche a-t’elle une stratégie pour appéhender les élections qui s’en viennent « vite ».
A-t’elle une politique impliquant le Peuple ?
Une politique cohérente à mettre en place ?

Non bien sur, puisque la gauche est plurielle.
Nous pouvons nous questionner sur qui façonne cette gauche plurielle.
Le bon diagnostique ne peut que découler d’un vrai questionnement.
Mais la gauche plurielle est-elle prête à le faire?

colombe 29 octobre 2014 à 7 h 49 min

Nous parlons que d’élections ,nous appelons moins le peuple a prendre ses affaires en mains .Nous sommes dans la délégation de pouvoir.

Michel Berdagué 28 octobre 2014 à 14 h 26 min

Un rappel : car lors des dernières élections à ce parlement européen tu t’ es trouvé bien seul avec des pertes de camarades à ces élections catastrophiques pour que le raz de marée du Peuple puisse se produire . Nous perdons à chaque fois , et des éléments qui se décrètent appartenir à notre Mouvement communiste et socialiste de Jaurès font défaut pour mettre un bulletin dans l’ urne républicaine – et maintenant si peu avec un état maillé par la bourgeoisie- . Alors que ces soces lorgnent vers le centre et les dépassant à droite n’ est pas nouveau . Que Martine Aubry , ou des sociaux démocrates ou des verts écolo se démarquent , si peu , les deux derniers en s’ abstenant sur le vote des budgets , je ne pense pas qu’ il faut s’ intéresser à ces états d’ âme qui sont prêts à tourner casaque au moindre vent de l’ appel des cadors – cf Alain Souchon – .
Nous avons autre chose à faire : Nous Rassembler , Votez , et Manifester le 19 novembre , car un champ immense se découvre et la place est libre pour construire un tel Mouvement que nous pourrions investir non pas à 10 l’ Assemblée Nationale et à 3 au parlement européen mais une majorité qui appliquera le Programme libérateur basé sur le Programme du C.N.R. amélioré par la place du Prolétariat et de la classe ouvrière dans les conseils d’ administration des entreprises de production et des banques publiques financières , eux mêmes libérés .
Le champ est immense le boulot aussi , révolutionnaire . Quant à cette U.E./OTAN ,le Peuple souverain a tranché en 2005 : c’ est NON .

alain harrison 28 octobre 2014 à 21 h 54 min

Bonjour Berdagué.

«« Nous Rassembler , Votez , et Manifester le 19 novembre »»

Parlez des solutions, des solutions qui rassemblent.
Le peuple veut du concret pas de vagues promesses qui passent par les si et les ça..

La gauche est plurielle idéologiquement et dialectiquement. Sans compter sur les innombrables opinions et arguments sur les comments « faire », etc…Elle est divisée.

Mais si vous vous réveillez et que vous constatez que dans les solutions, il n’y a pas de contradictions, alors là, l’union naîtra.

Vous soulignez Jaurès.
Profitez-en pour aller au coeur de son message concret: le comment.
Pour Jean Jaurès, la révolution socialiste n’est concevable que dans le cadre de la légalité démocratique, c’est-à-dire par une conquête graduelle et légale par le prolétariat des institutions parlementaires et de la puissance de la production.

Le pourquoi: il faut s’unir autour des solutions universelles concrètes.
Marx a expliqué comment fonctionne le capitalisme (a pondu le néo-libéralisme et sa pensée unique): comment le propriétaire (d’ordre divin à une époque)a détourné la plus value des tavailleurs pour se payer les gouvernements….

La source de l’action politique véritable:
Les citoyens.
Le parti citoyen.
Communisme-socialisme-humanisme.
Communisme, ce qui est concrètement commun:
l’eau, l’aire, le revenu, le travail, la création de richesse, les inventions, la Terre…
Socialisme, ce qui relève de la société: l’instruction, la santé,..un milieu convivial d’épanouissement….
Humanisme: l’éducation, la santé, le sens de chacun,…..

L’Humain d’Abord…C’est quoi le contenu politique concret qui peut vraiment rassembler le Peuple, parce qu’il en reconnaît la véracité des bienfaits pour tous.

Quel représentant actuel a dans son discours les vraies solutions rassembleuses.
C’est au Peuple de dicter les solutions.
Alors…..

Lévy Pierre 28 octobre 2014 à 14 h 35 min

Quelle étrange démocratie, où un ministre ordonne aux parlementaires de sa majorité, sanctions à l’appui, comment ils doivent voter. Ils sont
traités de rebelles, mais les vrais rebelles ce sont Hollande, Valls et
Compagnie, et les types de Bruxelles.

alain harrison 28 octobre 2014 à 22 h 31 min

Bonjour Pierre
Lisez le document de JPMorgan: réclame des états autoritaires.
JPMorgan banque et cie sont le nouveau fascisme du XXI`siècle.
Un produit « made in US. »
La Russie est attaquée parce qu’elle fait partie du mouvement des BRICS.
Et comme le néo-libéral (menteur viscéral)a horreur de la compétition, il engage son bras « propagande » à fond de train.
Bien que la Russie ait ses tarres, il demeure son potentiel: le Peuple.
Le Peuple du Vénézuéla déploie son potentiel, nous pouvons en suivre le POULS VIVANT.
Le Peuple de France a encore des outils sociaux puissants.
Il y manque les solutions: les deux fondamentaux bien articulés.
Le mode de revenu et le mode du travail.
Tout le reste découle de ces deux fondamentaux.
Dans les solutions, il n’y a pas de contradiction.
La dialectique est simple.
Ceux qui la compliquent, ou argumentent que….vous voyez ce que je veux dire…oubliez-les…
Nous citoyens réveillons-nous.
Quand le Peuple parlera haut et fort du revenu de base couplé aux coopératives autogérées à temps partagé.
Le POTENTIEL de changement (systématique, les priorités..) écolo-social-économique et de la structure du pouvoir politique (en France c’est la monarchie, encore, vous n’avez rien vue !?!?).
Les avantages, c’est ce que le Peuple veut, les avantages concrets: conciliation travaille famille et égalité hommes femmes…
Criss faites la liste, ça réveille, ça donne un regain d’énergie.
Le QUESTIONNEMENT

Et puis vous savez une coalition forte……

Jean Paul MAÏS 28 octobre 2014 à 15 h 06 min

 » La missive  » ? Tu es bien indulgent, Patrick.
 » Le missile  » serait plus approprié.
Il t’ en faut du courage et de la patience pour défendre les intérêts bien compris des Français !

RABOTOT Robert 28 octobre 2014 à 16 h 08 min

Non aux diktats européens, l’allégeance du gouvernement français aux ordres de l’Europe capitaliste doit cesser; C’est au peuple de réagir sans tarder, il n’y a pas de délégation possible, nous devons appuyer le vote des Députés qui s’opposent a une telle soumission.
Il est clair que la soi-disant « fronde » de quelques Députés socialistes ne suffira pas a faire changer ce gouvernement social libéral.

alain harrison 28 octobre 2014 à 22 h 45 min

Bonjour RABOTOT.

«« quelques Députés socialistes ne suffira pas »»

Effectivement, c’est le PEUPLE QUI SUFFIRAT.
mettons les affairistes et les opportunistes aux objets trouvés.
Les représentants et les portes paroles, dans leurs discours: LES SOLUTIONS DU PEUPLE.
Prenons les initiatives en main.

•Le Trait dit :

1 juillet 2014 à 22 h 46 min
Bonsoir,
Militante au PG, ayant compris le danger, bien avant le vote FN, j’ai, en mon nom propre et sans reprendre aucun titre, lancer des Ateliers Constituante, déjà trois, parfaitement réussis, avec aussi des participants qui se sont eux même lancés, ils en font à plus de 60 et même 135 km d’ici, cela commence à faire tâche d’huile.
C’est d’autant plus important de travailler à reconstruire la Démocratie réellement, que c’est aux citoyens, trompés par des élus traîtres à la Gauche, qu’il appartient et à eux seuls de refaire la Constitution.
C’est la loi des lois, celle qui doit régir les actions de nos élus et ce n’est donc pas à eux de la faire ou de la modifier, surtout à leur profit et en parfaite accord avec l’Europe dont les citoyens ne veulent plus.
Nous devons être prêt pour une 6ème République, qui rendra sa confiance au Peuple et sera placée sous son unique contrôle, c’est à nous de rétablir la Démocratie.

Moi je suggère un outil simple: les tables de réflexion informelle à temps partagé.
Un outil de plus.
Des commités sur différents sujets-solutions.
Des outils satellites.
Soyons simples, conviviaux et concrets.
Nous sommes le peuple.

DOMART Jean-Marc 28 octobre 2014 à 22 h 25 min

Les peuples européens unis doivent se rassembler pour aller dire ce qu’ils pensent de l’arrogance de ces technocrates repus et super-protégés qui n’ont rien à faire des « piaillements des sans-dents » que nous sommes pour ces « élites » auto-proclamées.

alain harrison 28 octobre 2014 à 22 h 53 min

Bonjour.

Allez signer la pétition sur le revenu de base.

Notre chance de mettre fin à la pauvreté – Avaaz
https://secure.avaaz.org/fr/petition/our_chance_to_end_poverty/?pv=122

DD 31 octobre 2014 à 10 h 24 min

Patrick le Hyaric, il n’existe aucune autre solution, vous ne réformerez pas davantage l’UE de l’intérieur que vous ne réformerez sa soeur jumelle : l’OTAN. Il faut quitter cette glu qui emprisonne et décrédibilise la gauche radicale française. Quitter l’UE, recouvrer notre indépendance nationale dans des frontières sécurisées,et battre monnaie. Il faut recourir aux traités internationaux dans nos rapports à l’international et soutenir les peuples en lutte. Ne laisser pas la voie de l’indépendance nationale au Front prétendument national.

Laisser un commentaire

Commentaire

Nom *

Les champs marqués * sont obligatoires

Email *

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Restez en contact

Inscrivez-vous à la newsletter