Libéralisme-autoritaire

le 2 décembre 2020

Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen de 1789, Art. 12.

L’éditorial de L’Humanité Dimanche du 03 décembre – par Patrick Le Hyaric.

L’absolue nécessité de défendre le capitalisme, à un stade où son inefficacité sociale, économique, écologique saute aux yeux de la majorité, conduit le pouvoir à conforter un État fort pour servir le capital, et autoritaire pour se protéger.

A cette fin est engagée une contre-révolution multidimensionnelle contre les idéaux de 1789 et le bloc des lois fondatrices de la République, votées entre 1880 et 1905. Présidentialisme exacerbé, négation du Parlement et des corps intermédiaires, effacement du gouvernement au profit de plusieurs « Conseils de défense », saturation médiatique, infantilisation des citoyens jusqu’aux interventions télévisées du président en personne pour indiquer le nombre de fois où nous devons ouvrir nos fenêtres, le nombre de convives autorisés autour de la table, tout en donnant l’heure à laquelle nous devons rentrer le soir. Sans oublier cette originalité française du sauf-conduit.

Avec la  loi dite de « sécurité globale », le fondement du pacte social et républicain est nettement visé. Les articles 10 et 11 de la DDHC[i] qui garantissent la liberté d’information, d’expression et d’opinion sont mis en cause par l’article 24 du projet de loi. Son article 12 est également menacé. Les révolutionnaires y stipulaient que « la garantie des droits de l’Homme et du citoyen nécessite une force publique : cette force est donc instituée pour l’avantage de tous, et non pour l’utilité particulière de ceux auxquels elle est confiée ».

Or, principalement depuis le mouvement des gilets jaunes, les forces de l’ordre tendent à devenir une force de protection d’un pouvoir à la légitimité contestée et sans véritable assise démocratique. De très nombreux fonctionnaires de police et de gendarmerie se désolidarisent d’une telle conception. Qu’ils soient soutenus et encouragés.

Mais le projet de loi, dans son ensemble, laisse craindre d’irrémédiables dérives. Ainsi en va-t-il du pouvoir exorbitant conféré aux polices municipales dont les responsables seront désormais placés sous l’autorité du procureur de la République et bénéficieront d’une habilitation du procureur général. Le texte de loi leur confère notamment le droit, jusqu’ici réservé à la police nationale, de procéder à des contrôles d’identité. Ainsi en va-t-il également de l’insertion des sociétés de sécurité privées, à but lucratif, dans le schéma général du maintien de l’ordre aux cotés de la police et de la gendarmerie, faisant de la France le premier pays sécuritaire de l’Union européenne, avec près d’un demi-million d’agents publics et privés à sa disposition. Et la tentation de souder police et justice, manifeste dans ce projet de loi comme lors des derniers mouvements sociaux, porte une grave atteinte à la séparation des pouvoirs. L’article 25 de ce même projet ouvre la porte à la possibilité pour les policiers d’être armés en permanence sans que rien ne puisse leur être opposé. Une clause bien plus permissive que ce qu’autorise le droit fédéral américain. C’est dire !

N’ayant aucun parti pour le soutenir, aucune assise populaire solide sur laquelle s’appuyer, le président – mandataire des puissances d’argent et politiquement faible – n’a que les structures de l’État pour appuyer une nouvelle phase « austéritaire-autoritaire » après le confinement, comme en témoigne la relance du projet de contre-réforme des retraites ou l’insistance martelée à « rembourser les dettes » que nous contractons aujourd’hui.

Cet engrenage provoque l’assèchement de la démocratie et élargit toujours plus le lit de l’extrême droite. Les institutions de la cinquième République entrent dans une phase de pourrissement accéléré extrêmement dangereuse pour la vie démocratique. La crise politique s’amplifiera d’autant plus qu’il n’y a pas de majorité pour soutenir l’offensive réactionnaire actuelle. L’unité populaire et créative, avec une forte participation de la jeunesse samedi dernier dans toutes les villes de France, est de bon augure pour l’avenir.

[i] Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen de 1789.


5 commentaires


breteau jean claude 2 décembre 2020 à 12 h 20 min

macron invente un conseil de défense écologiste ,,l’attaque contre la démocratie ,avance à pas feutré , les média cmplices dominés par les milliardaires et leurs supplétifs fascistes jouent à plein leur role manipulateur ,d’ou les communistes sont exclus (sans réaction de notre part ) préparant très mal une candidature coco ,pourtant seul crédible à gauche à ce jour ,les autres jouant les sparing partners du capo des riches ,dictateur adoubé des Arnaud bouygue et CIE
merci aux français e sde leur réaction samedi
Virons cette bande de malfaiteur en réunion
breteau jean claude

Moreau 2 décembre 2020 à 17 h 46 min

L’application des Droits de l’Homme et du Citoyen, vitale, n’est pas garantie et fait cruellement défaut à certaines personnes en 2020 quant à cette partie de l’article 25 de la Déclaration du 10 12 2020 : Article 25
 
« 1. Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille, notamment pour l’alimentation, l’habillement, le logement, les soins médicaux ainsi que pour les services sociaux nécessaires ; elle a droit à la sécurité en cas de chômage, de maladie, d’invalidité, de veuvage, de vieillesse ou dans les autres cas de perte de ses moyens de subsistance par suite de circonstances indépendantes de sa volonté. » 

C’est très grave d’autant que les victimes ne savent pas à quelle porte s’adresser avec leurs dossiers qui mériteraient d’être régularisés, ce qui déjà améliorerait leurs situation, mais le niveau de leurs ressources est trop faible aussi.

Moreau 2 décembre 2020 à 23 h 43 min

L’application des Droits de l’Homme et du Citoyen, vitale, n’est pas garantie et fait cruellement défaut à certaines personnes en 2020 quant à cette partie de l’article 25 de la Déclaration du 10 12 1948 : Article 25

« 1. Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille, notamment pour l’alimentation, l’habillement, le logement, les soins médicaux ainsi que pour les services sociaux nécessaires ; elle a droit à la sécurité en cas de chômage, de maladie, d’invalidité, de veuvage, de vieillesse ou dans les autres cas de perte de ses moyens de subsistance par suite de circonstances indépendantes de sa volonté. »

C’est très grave d’autant que les victimes ne savent pas à quelle porte s’adresser avec leurs dossiers qui mériteraient d’être régularisés, ce qui déjà améliorerait leur situation, mais le niveau de leurs ressources est trop faible aussi.

alain harrison 13 décembre 2020 à 9 h 30 min

Bonjour.

Une pièce importante qui démontre à quel point Macron, le valais des banques, est le Guaido français. Tout comme ce dernier, les médias (1%) l’ont mis au pouvoir par leur mise en scène de Le Pen. Deux tactiques. Guaido (surgit de nul part) se proclame et le cartel le légitime en dehors de toutes les exigences du Droit International (et qui l’a conçu ?), de l’autre, les médias ont fait l’élection et Macron, surgit de nul, part remporte la mise.

Un rappel est urgent.

20 juin 2013
JPMorgan réclame des régimes autoritaires en Europe
Stefan STEINBERG

Le rapport exprime sa satisfaction vis à vis de l’application par l’Union européenne d’un certain nombre de mécanismes financiers visant à garantir les intérêts bancaires. A cet égard, l’étude souligne que la réforme de la zone euro en est pratiquement à mi-chemin. Mais le rapport réclame aussi davantage d’action de la part de la Banque centrale européenne (BCE).

Depuis l’éruption de la crise financière mondiale de 2008, la BCE débloque des milliers de milliards d’euros en faveur des banques………..
…………………………….
C’est la voix authentique du capital financier qui parle. Il faut rappeler que JPMorgan est profondément impliqué dans les opérations spéculatives qui ont dévasté la vie de centaines de millions de travailleurs partout dans le monde. En mars de cette année, une commission du sénat américain a rendu public un rapport de 300 pages documentant les pratiques criminelles et la fraude réalisées par JPMorgan, la plus grande banque des Etats-Unis et le plus grand agent de produits dérivés du monde. En dépit des révélations détaillées dans le rapport, aucune action ne sera prise à l’encontre du PDG de la banque, Jamie Dimon, qui jouit de la confiance personnelle du président américain.

Cette même banque se permet à présent de faire la leçon aux gouvernements. Soixante-dix ans après la prise de pouvoir par Hitler et les nazis en Allemagne, dont les conséquences furent catastrophiques pour l’Europe et le monde, JPMorgan est le premier à réclamer des mesures autoritaires pour réprimer la classe ouvrière et éradiquer ses acquis sociaux.

Stefan Steinberg

(Article original paru le 17 juin 2013)

ET

Qui sauve qui ? CADTM

Le capitalisme sauvage (de la terreur à judiciariser) est en train de s’asseoir sur la pandémie ?
Ces dernières grandes manoeuvres: les GAFA et leurs satellites, les start up*.

Mais, sans la vue d’ensemble………
Voir:
Crime contre l’humanité, l’ultime retour des barbares.
Chapitre 1 du livre de Jean-Marie Abgrall: tous manipulés tous manipulateurs.
L’épilogue du livre Psychologie Trans personnelle de Stanislav Grof.

À un moment donné les doutes tombes.

* Une start-up, startup, jeune pousse ou entreprise en démarrage en français est une entreprise innovante nouvellement créée, généralement à la recherche d’importants fonds d’investissement, avec un très fort potentiel éventuel de croissance économique et de spéculation financière sur sa valeur future.
Autrement dit ce ne sont que des montages financiers. Mais, il faut des individus entrepreneurs surtout beaux parleurs, il y en a à la tonne. Et une philosophie PUB accrocheuse et le tour est joué:
MSN, 10 avantages de se lancer à son compte
Plusieurs salariés se demandent s’ils devraient quitter leur emploi pour devenir travailleurs autonomes. En fait, il y a tellement d’avantages à travailler à son compte qu’on se demande pourquoi cette alternative n’attire pas plus de monde. Peut-être que ces dix avantages en convaincront quelques-uns

Nous en arrivons avec les super égocentrique:
En finir avec l’abus du droit de grève !
par Spartacus Lequidam (son site)
samedi 9 juin 2018
Agoravox
Vous subissez une inflation de blocages et privations et d’atteinte à votre liberté individuelle ?De votre liberté ces grévistes n’en ont cure !

Ils vous méprisent, ignorent vos droits légitimes. Votre vie personnelle ou professionnelle est bafouée et humiliée et ils vous prennent en otage.

Ils estiment leur « égo revendicatif » supérieur à votre liberté. Il n’y a que eux qui comptent.

Ils vous empêchent de vivre libre. De disposer des moyens auquel vous avez droit.

Mais en ont-ils le droit ? Le droit de grève est-il un droit ? Non c’est un « faux » droit.

Sur Agoravox

La gauche, enfin, doit cesser de tergiverser et s’appliquer à s’attaquer aux vrais barrages, les centres névralgiques du système.
La question qui se pose vraiment est comment ?
Cohésion, cohérence et méthode.

alain harrison 13 décembre 2020 à 9 h 55 min

Le Vénézuéla est est toujours en situation critique, et la nouvelle administration US n’a pas l’intention de lâcher prise, seulement de tactiques. Mais, nous reverrons le soft et le hard ressortir selon les humeurs du moment. Le court terme est dans l’ADN US, la contamination a atteint l’UE, elle se propage au Moyen-Orient et en Afrique. En Amérique Latine, le vaccin n’est pas encore mis au point, mais au moins le traitement existe. Son efficacité dépend du protocole.
Chavez était vraiment un génie, et Maduro un médecin acharné, qui sait utilisé les bons soins qui abaisse la charge virale* (la constituante, le dialogue, diversification économique, les plans sociaux……).

Une « charge virale » plus importante – comme on appelle cette concentration de virus – signifie que la gravité de toute maladie est susceptible d’être pire, et que le patient est plus susceptible d’être très infectieux.
Nous verrons si la nouvelle administration fera baisser la charge virale (Trump, Guaido, Bolsonaro, Macron , Trudeau, Erdoggan, Benyamin Netanyahou……….
Ce qui pourrait permettre une nouvelle géopolitique impliquant la Chine, la Russie, l’Iran, la Syrie…….,qui sait dans de meilleurs conditions et d’attitudes ?????

Répondre à Moreau Annuler la réponse

Commentaire

Nom *

Les champs marqués * sont obligatoires

Email *

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Restez en contact

Inscrivez-vous à la newsletter