Leur impasse

le 28 octobre 2011

Pour la énième fois, au terme d’une longue tragicomédie, les dirigeants européens, au premier rang desquels M. Sarkozy et Mme Merkel, tentent de nous faire croire qu’ils sauvent l’Europe. En fait, ils viennent au secours des ogres de la finance. Ceux-là mêmes qui poussent la Grèce à la ruine, le peuple grec à la misère en réservant le même sort aux peuples portugais, irlandais, espagnol et italien. Quant à nos concitoyens,  un nouveau plan de super austérité les attend. Chacun voit bien que de sommet en sommet, loin de reculer, la crise s’aggrave de jour en jour. Le président de la République vient une fois de plus de passer sous les fourches caudines de Mme Merkel et du capital allemand, plus dominateur que jamais. Et les chefs d’Etats voudraient nous faire pleurer sur le sort des banques alors que, même avec l’actuel système de décote, elles continuent de gagner beaucoup d’argent en spéculant sur les dettes. Elles utilisent l’euro qu’elles maintiennent à un haut niveau alors que les capacités de production et d’emploi sont affaiblies, réduites, détruites.

 L’argent issu du travail des salariés va servir à augmenter les moyens du fonds financier européen et à recapitaliser les banques. La note sera payée par des hausses de TVA dores et déjà annoncées, une pression accrue sur les salaires, des dégradations de services publics notamment dans l’Education Nationale, la Santé et la Sécurité, une mise à mal de la sécurité sociale, un recul supplémentaire de l’âge de départ à la retraite. A l’inverse, aucun acte concret n’est décidé pour mettre en place la taxe sur les transactions financières. Aucune décision n’est prise pour la relance de l’investissement productif. Pourtant la solution existe ! Elle consiste à transformer le fonds financier européen en un fonds de développement social, écologique et humain. De l’abonder grâce à un rôle nouveau de la Banque centrale européenne et à son pouvoir de création monétaire, tout en imaginant un nouveau système de crédit public pour le travail, les investissements utiles, le progrès social, culturel et écologique. Il n’y a d’ailleurs plus de solution viable sans nationalisation démocratique des grandes banques et des institutions financières pour relancer un crédit public contre la spéculation financière.

 Derrière le vocable de « gouvernance économique » se profile une modification de l’idée même de communauté européenne telle que nous l’avons connue, en un système autoritaire, centralisé, impérial qui va donner, pour le compte de la haute finance, des pouvoirs nouveaux à la Commission de Bruxelles et à la BCE. Non seulement ils veulent contrôler et surveiller les budgets des Etats, mais ils veulent aussi s’octroyer le pouvoir de les modifier autoritairement en cours d’exercice par delà les parlements et les gouvernements nationaux. C’est ce qu’ils visent avec la modification des traités, mettre fin au droit de souveraineté populaire et au droit de souveraineté nationale. Le Traité de Lisbonne ainsi aggravé sera un verrou contre tout projet européen progressiste. Une véritable gangue qui aggrave la crise économique et sociale, en amorçant désormais une crise politique grosse de dangers pour les peuples et l’idée même de construction européenne.

 Pour la sauver il faut en changer radicalement le cours. Cela passe par une mobilisation des peuples affirmant haut et fort leur solidarité, leurs ambitions de mises en commun face à l’égoïsme destructeur de la finance. Y contribuer est une responsabilité essentielle de toute la gauche, sous peine de pousser les peuples dans le désespoir.


0 commentaires


Anonyme 28 octobre 2011 à 10 h 18 min

Cher ami Patrick Le Hyaric, je vous lis toujours avec un grand intérêt parce que vous mettez en évidence le côté social de cette crise. Mais je pense qu´il ne faut pas oublier que les grecs, pour ne prendre que ceux-là, sont largement responsables de ce qui leur est arrivé ! On ne s´achète pas 150 léopards II allemands derniers modèles et deux sous marins de poche supersilencieux dernier modèle allemand quand on n´en a pas les moyens…ou qu´on achète à la pompe du crédit. La Grèce est devenue le pays ayant la plus puissante division blindée d´Europe. Pour quoi faire ? Nous sommes tout de même en Europe et la guerre est finie depuis 60 ans ! Depuis 20 ans tous les pays industrialisés ont ouvert la kermesse à l´endettement joyeux et frondeur…autant pour cacher leurs déboires de croissance, que pour narguer ou tromper les apparences. Croire qu´on peut créer la croissance et le bien-être sans effort de plus value créative et uniquement avec des valeurs financières non garanties…il faut être idiot ou borné pour y croire. Maintenant j´admets que les pays les plus industrialisés en Europe et dans le monde, à savoir l´Allemagne, les USA et le Japon ont largement envahi les autres pour vendre. Les déficits des uns faisant les excédents des autres, mais n´avons-nous pas le même scénario envers l´Afrique ? L´Afrique doit aussi se tenir le nez pour ses importations appauvrissantes même si celles-ci lui étaient, via élites corrompues, imposées par les pays exportateurs excédentaires occidentaux. Dans cette affaire qui nous a valu cette monstrueuse crise, il y a eu mauvaise foi des deux côtés; on a tout simplement cédé à une bassesse défiant tout sain économisme. Maintenant que le monstre des finances ne veut absolument pas perdre ou passer sous les roues, les Etats ayant joué si irresponsablement à l´endettement essaient vainement de retrouver leur crédibilité. Or, ils ont eux-mêmes bien à se reprocher car ils ont hypothéqué les pensions et l´avenir de leur jeunesse en misant sur une croissance qui fait aujourd´hui bien défaut. Rien ne sera et n´est facile dans cette crise, mais ne voir les choses que d´un côté ne nous fait absolument pas avancer. Les plus trompés et abusés dans cette crise, c´est le contribuable, la jeunesse et les pensions envolées en fumée. Demain les salaires vont diminuer et le coût de la vie augmenter pour payer les intérêts des dettes qui n´ont, en fait, profité qu´aux riches et aux spéculateurs. Là se trouve la cochonnerie qu´il ne fallait pas laisser faire. maintenant l´enfant est bien tombé dans le puits…
Musengeshi Katata
Forum Réalisance

Canelle 31 octobre 2011 à 14 h 06 min

@ Anonyme :

Il n’y a pas que du matériel de guerre allemand qui est acheté, il y a également des tanks US, pour plus d’un milliard d’euros :

http://www.atlantico.fr/decryptage/scandale-grece-plan-rigueur-mais-achat-chars-industrie-armement-americaine-199502.html

http://www.hellenicdefence.gr/eidiseis/e2011/110929c.html

http://www.defencegreece.com/index.php/2011/10/the-u-s-approved-to-grant-400-m1a1-abrams-to-greece/

Alors, le sauvetage de la Grèce, je dis cela suffit…… !!!

renault 28 octobre 2011 à 14 h 01 min

Une impasse jusqu’où ?

Pourquoi cette question ? Parce que j’ai le sentiment que Sarkozy va être réélu et que les Législatives vont donner une large majorité à la gauche.

Les Français ont un tel écoeurement de la politique politicienne telle qu’elle se répand sous leurs yeux ces dernières années qu’ils seraient bien capables de lui faire une telle vacherie en 2012 !
Ce n’est que mon avis 😉

Canelle 28 octobre 2011 à 18 h 16 min

Merci Patrick,
Mais en dehors des grandes mobilisations, il est difficile de faire bouger ce peuple. Un grand nombre ne se sent même pas concerné par les mobilisations, pour eux tout va bien, ils croient ce qu’ils entendent à la télé ou lisent dans les journaux ; ils ne cherchent pas plus loin, ne veulent pas en entendre parler.

« J’ai peur, je ne veux pas savoir »
« De toute façon, on ne peut rien faire, c’est comme ça depuis la nuit des temps, »
Voilà les paroles que j’attends le plus souvent.

Le pire que j’ai entendu, c’était lors des regroupements contre le nucléaire, après le terrible accident de Fukushima : « les extraterrestres vont venir nous sauver ! » Voilà où nous en sommes, et il est bien difficile de rester calme devant tant de bêtise.

MARAT EL MOKRANI 4 novembre 2011 à 17 h 53 min

Les choses deviennent claire nous avons une Europe du Capital et pour le Capital,comme on ne peut pas la changer dans un temps compatible avec la durée de vie d’un citoyen il vaut mieux se battre pour en sortir et retrouver note indépendance et notre souveraineté.Rien n’empecherai de creer une nouvelle Europe avec des peuples qui auraient retrouvè leur souveraineté.la position du PCF avec georges Marchais etait plus claire et nous devons y revenir,du reste on peut nouer des relations fructueuses avec des pays qui ne sont pas soumis à l’imperialisme occidental j’ai en vue les pays latino americains progressistes les pays du BRIC Chine Russie Inde Afrique du sud les pays mediterranéens nous ne serons pas seuls!

MARAT EL MOKRANI 4 novembre 2011 à 17 h 56 min

J’ajouterai que le Temps presse et que les citoyens attendent une voie qui leur redonne espoir!

Laisser un commentaire

Commentaire

Nom *

Les champs marqués * sont obligatoires

Email *

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Restez en contact

Inscrivez-vous à la newsletter