Les peuples entrent en scène

le 8 novembre 2019

Liban, Chili, Irak, Algérie, Haïti, Equateur, Egypte, Indonésie, Colombie, Zimbabwe, Hong-Kong, Roumanie, ouvriers de General Motors et enseignants aux Etats-Unis, mouvements sociaux et gilets Jaunes en France, mouvements des femmes pour l’égalité ou pour la préservation de l’environnement… Une vague de protestations populaires déferle sur le monde. A la prétendue « mondialisation heureuse » de la propagande capitaliste répond la mondialisation des actions contre le système. Telle est bien la profonde nature des mobilisations populaires actuelles.

Certes, elles ont chacune leurs particularités et celles et ceux qui les mènent n’ont pas tous la même conscience de leurs finalités, mais toutes mettent en accusation le système de prédation qui prévaut aujourd’hui. La plupart de ces mouvements ont pour étincelle une ponction supplémentaire, -impôt indirect- sur les carburants, les communications téléphoniques, ou le prix des tickets de transport. Ils manifestent le refus net d’un nouveau transfert des poches des familles populaires vers le capital. Après les mouvements populaires arabes, en 2010-2011, les luttes des étudiants au Chili et au Canada, le mouvement dit des « parapluies » à Hong-Kong, celui des jeunes iraniens, les actions des populations de Grèce et de Chypre contre les commis politiques du capital de « la troïka », nous entrons dans un nouveau cycle de luttes de qualité nouvelle.

Il y a près de deux ans, la fondation Gabriel Péri avait, avec l’institut ViaVoice, montré que le rejet du système était majoritaire et que l’idée communiste intéressait plus d’un tiers des sondés. Aux Etats-Unis les mots socialisme et communisme renaissent de leurs cendres. Ainsi, plus de dix ans après la crise financière de 2008, le capitalisme apparait, même confusément aux yeux de beaucoup, comme une dramatique impasse.

Le néolibéralisme a survécu parce qu’il tente de renforcer son emprise en modifiant le rapport de force capital/travail par l’application partout de contre-réformes structurelles contre les droits conquis des travailleurs, des privés d’emploi, des retraités, des assurés sociaux. Ceci commence à ne plus être accepté même si reste à construire l’organisation sociale inédite, alternative crédible à un système qui, apparaissant sans avenir, manque toujours de concurrent. C’est à l’aune de ces enjeux qu’il convient d’analyser la diversité et l’ampleur des mouvements en France, de la SNCF, aux enseignants, des collectivités locales aux professionnels de santé, des services de police aux pompiers. Les rendez-vous de mobilisation à venir dans la santé le 14 novembre et la journée du 5 décembre sont de première importance.

Pour parvenir à ses fins, le bureau politique du capital met à l’ordre du jour de ses réunions la division des travailleurs, la division des agents des services publics et des usagers transformés en « clients », la concurrence devenue un mantra pour sans cesse abaisser les droits jusqu’à faire disparaitre le droit social. Une intense propagande appuie ce dispositif où les prédicateurs en austérité paradent continûment sur des chaînes d’informations en continu. Et, quand le personnel politique au service des libéraux est jugé trop sensible aux demandes populaires, des mandataires directs des milieux d’affaires sont propulsés comme au Chili, en Equateur, au Brésil, aux Etats-Unis et, sous une autre forme, en France.

Plaie purulente de la maladie infantile de ce capitalisme financier, la corruption ajoute encore au rejet. L’actualité est en effet rythmée de scandales financiers, de détournements d’argent publics, de rémunérations et de retraites chapeau hors de propos, de dirigeants d’entreprises sous la férule d’un actionnariat prédateur qui n’hésite pas à acheter des responsables dont la qualité principale n’est plus le savoir faire productif mais l’augmentation des dividendes, contre les salaires et le travail !

Les inégalités sont consubstantielles à ce système comme la dégradation continue de l’environnement. Il s’avère de plus inefficace comme le montre la grande fragilité de l’économie mondiale. Des économistes chaque jour plus nombreux, même libéraux, évoquent la possibilité d’une récession ou de nouveaux krachs immobiliers ou financiers.

La recherche de la seule « croissance » financière se double de la fuite en avant d’une économie centrée sur la mise en concurrence exacerbée des travailleurs, des entreprises, des Etats à l’échelle mondiale appuyée par des traités de commerce dits de libre-échange de type nouveau qui incluent désormais des harmonisations de normes sociales, sanitaires, environnementale vers le « moins-disant ». Et ceci se double de la mise en place de tribunaux arbitraux internationaux chargés de veiller à cette destruction des droits humains et environnementaux afin de créer une jurisprudence du « droit des affaires ». Enfin une caractéristique commune réside dans la réaction des pouvoirs en place qui tous s’en prennent aux libertés, qui tous ont recours à une répression souvent violente qui s’ajoute à celle que génère l’orthodoxie du capitalisme. Ses maitres, allant répétant que la lutte des classes est éteinte, savent au contraire qu’elle s’intensifie et prend de nouvelles formes.

Tout ceci est au cœur des protestations populaires communes : l’exigence d’un changement égalitaire, démocratique et écologique. Pour la première fois, une multiplicité de mouvements nationaux se mue en contestation du capitalisme financiarisé mondialisé. Pour la première fois, une conjonction se fait dans ces mouvements entre les dimensions anthropologiques et écologiques. Y prédomine partout le visage de jeunes issues des classes populaires et de ce qui est qualifié de classes moyennes  précarisées. Les femmes, jouant un rôle majeur, contribuent elles aussi à renouveler les formes d’actions, les manières de raconter les vies et de porter les aspirations. Cette multiplicité combinée à l’utilisation des réseaux sociaux lie et amplifie les combats à l’échelle internationale.

Les classes dominantes affrontent une crise de légitimité. Leur refus du droit à la dignité et à la reconnaissance politique pour les humbles alors que les inégalités deviennent insupportables les discréditent de plus en plus. Dans ce bouillonnement généra, des forces obscures s’érigent en opposition pour mieux bloquer toute perspective d’émancipation. Véritables béquilles du capital, elles prônent le nationalisme, la concurrence débridée et la guerre économique, la xénophobie, l’ordre et l’autoritarisme, la réécriture de l’histoire et la modification des programmes scolaires. La lutte est âpre mais enthousiasmante dès lors qu’il s’agit de se placer à l’unisson de ces mouvements populaires et de se mettre à leur service. Les combats actuels de dimension internationale mariant urgence sociale, écologique, démocratique appellent l’invention d’un processus post-capitaliste, un mouvement susceptible d’abolir l’état actuel pour une société qualitativement nouvelle : celle d’un partage des avoirs, des pouvoirs et des savoirs. Ce que nous appelons communisme dont le mot et la chose ont été sans cesse dénaturé. Non pas une société plaquée sur un idéal construit en chambre, mais de bout en bout œuvre des peuples eux-mêmes.

4 commentaires


Duranton Jean Patrick. 14 novembre 2019 à 0 h 22 min

Bien Patrick, devant cet arsenal monstrueux de destruction du monde capitaliste contre les pays en luttes, pour vivre dignement, il nous faut travailler les consciences en puissance 10. A tous les niveaux des actions en cours, n’oublions pas que chacun de nos citoyens peut évoluer avec nos propositions. Alors, du courage !!!

alain harrison 14 novembre 2019 à 8 h 52 min

Bonjour.

««« mais de bout en bout œuvre des peuples eux-mêmes. »»»

Pourquoi ne pas appeler un chat un chat ?

Le Président du Vénézuéla avait initier (Chavez avait prévu…) la Constituante pour mettre un terme à la violence. Mais pour un temps seulement , tellement la fasciste droite libérale ne renoncera jamais à la tromperie pour sauf garder son hégémonie, que nous devons reconnaître millénaire depuis le temps des époques passées selon le niveau du tandem connaissance-ignorance des époques passée. Mais aujourd’hui, depuis le chemin parcouru depuis l’Époque des Lumières et la première, sans doute, Révolution Française annonciatrice des révolutions subséquentes dont celle du Chili d’Allende, qui a posteriori rassemble les éléments du nouveau paradigme révolutionnaire que décrit:
Pour Jean Jaurès, la révolution socialiste n’est concevable que dans le cadre de la légalité démocratique, c’est-à-dire par une conquête graduelle et légale par le prolétariat des institutions parlementaires et de la puissance de la production.
Et que Chavez et son successeur tentent d’instaurer. Une Révolution sans effusion de sang et respectant les balises démocratiques dont la communauté internationale avait souscrit. Avait souscrit, mais selon des intérêts cachées qui se manifestent aujourd’hui sans aucune morale.

Il y a un mouvement de soulèvements (des GJ au Peuple d’Algérie) dont le potentiel nous échappe, par sa diversité et son niveau de conscience.

Mais, le sort du Peuple Bolivarien nous montre les limites……

Bolivie : 5 leçons à tirer du coup d’Etat
11 Novembre 2019, 17:41pm | Publié par Bolivar Infos
par Atilio Borón

La tragédie bolivienne montre éloquemment plusieurs leçons que nos peuples et les forces sociales et politiques du peuple doivent apprendre et graver dans leurs consciences pour toujours.

1°)Même si l’économie est gérée de façon exemplaire comme l’a fait le Gouvernement d’Evo, si la croissance, la redistribution, le flux d’investissements sont garantis et si tous es indicateurs macroéconomiques et microéconomiques s’améliorent, la droite et l’impérialisme n’accepteront jamais un gouvernement qui ne se mette pas au service de leurs intérêts.

La finance a investi toutes les niches et la majorité a embrassé la pensée capitaliste de l’avoir.
Ceci est un fait indéniable. La population, selon les sondages passés, appuyait fortement les GJ, mais ne bougeaient pas le petit doigt. La pensée magique est bien au coeur des consciences, et le libéralisme nous berce depuis des décennies de ses recettes, politiques économiques d’équilibre économique sous l’oeil attendri des agences de notation: un pti peu ici, un peu moins là, couper là…… de telle sorte que l’éducation et la santé, ces institutions publiques n’ont jamais atteint la gratuité pour tous, mais passent graduellement au privé comme des marchandises quelconque.

Il faut appeler un chat un chat.
««« mais de bout en bout œuvre des peuples eux-mêmes. »»»

La Constituante Citoyenne (les institutions)
Le nouveau pacte social (histoire=préhistoire__ de la condition humaine et commencer par apprendre comment ça marche (élémentaire) le chapitre 1 du livre de Jean-Marie Abgrall,tous manipulés tous manipulateurs.
La presse comme appareil d’hégémonie selon Gramsci – Persée
https://www.persee.fr › doc › quad_0987-1381_2005_num_57_1_1661
par A Tosel – ‎2005 – ‎Cité par 15 – ‎Autres articles
Gramsci, journaliste socialiste et communiste : culture et politique[link] …. passionné, refus des manipulations de la propagande, précision dans l’argumentation.

Mais commençons par apprendre d’où vient le principe conditionnement-manipulation ?
De nous-mêmes ?

alain harrison 14 novembre 2019 à 9 h 33 min

La Constituante serait le meilleur moyen pour nous de passer de l’aliénation à la vision d’ensemble sans s’enfarger dans les intérêts des uns et des autres. La préparation qui réside essentiellement dans le contenu des débats à mener est le premier pas.

Krishanmurti nous invite à voir et non penser à voir. Voir, c’est ouvrir sur le questionnement cohérent dans la mesure de la vision d’ensemble. Et notre réalité en tant que hu-main réside dans notre volonté de nous approprier notre histoire-préhistoire dans le cadre de l’Évolution Naturelle à travers les faits soulevés par la recherche scientifique multilatérale fondée.

Nous sommes en mesure d’en prendre toute la signification. Il suffit d’y appliquer notre attention, notre intelligence avec honnêteté intellectuelle.

Reconnaître que chaque époque depuis l’hominisation, contient sa propre dynamique, tension connaissance-ignorance, ce tandem actuel plus que jamais et qui accompagnera les générations futures. Car la Vie ne se résume pas à nos catégories, et comme le souligne Korzybski, la carte n’est pas le territoire, et Krishnamurti, la vérité est un pays sans chemin.

Mais qu’est-ce que nous connaissons de la Vie, sauf le moment présent (Krishnamurti: le présent continuité du passé…. )

Escaffre Pierre 16 novembre 2019 à 20 h 27 min

Une société post-capitaliste, c’est bien ça qu’il nous faut construire. Et pour y parvenir, il est nécessaire de pouvoir donner en exemple des alternatives concrètes qui « marchent ». Pour l’instant, c’est une question cruciale qui n’a pas encore obtenu de réponse. La responsabilité des communistes français, malgré leur affaiblissement, est immense car, consciemment ou non, les peuples continuent à se référer à ce qui se passe en France. Peut-être doit-on dire tout haut que ce qui se vit chaque année à la Fête de l’Huma est un pas, un premier pas indiquant la voie à emprunter pour accéder à la libération des énergies de toutes les populations en lutte.

Laisser un commentaire

Commentaire

Nom *

Les champs marqués * sont obligatoires

Email *

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Restez en contact

Inscrivez-vous à la newsletter