Le capitalisme sous la roue du tracteur 

le 30 janvier 2024

Le mouvement paysan qui se déploie dans toute l’Union européenne n’est pas un simple coup de colère. Il est la manifestation d’un profond mal être, d’une mal vie lancinante, d’une insupportable déconsidération du monde agricole alors qu’il a répondu génération après génération aux demandes du système. Il est aussi une mise en cause directe du capitalisme.

Un système qui a sans cesse exigé l’abaissement de la part de l’alimentation dans le budget des ménages populaires et poussés par conséquent à une pression permanente sur les prix à la production des denrées, afin que les forces du capital ne soient pas contraintes à l’augmentation des salaires de la classe ouvrière. Cette double pression tisse un lien ténu entre le sort des paysans-travailleurs et celui de l’ensemble des salariés. L’argument, claironné par les repus du média-business et du pouvoir, selon lequel il suffirait que chaque citoyen accepte de payer plus cher son alimentation n’est qu’une manœuvre de divisions des travailleurs qui à la ville comme à la campagne souffrent de plus en plus, et pour détourner les regards des véritables responsabilités. La crise de l’alimentation bio est d’abord une crise du pouvoir d’achat salarié.

Depuis des décennies, les prix agricoles à la production sont toujours plus compressés au point que plus d’un tiers des paysans-travailleurs vit en deçà du seuil de pauvreté alors que les prix alimentaires flambent. Des millions de familles se privent de nourriture en quantité et en qualité alors que le paysan n’arrive pas à vivre de son travail.

Le grand capital agro-alimentaire, lui, s’en frotte les mains, avec des profits nets en hausse de 28 % à 48 % depuis deux ans. Pendant que chaque jour, deux paysans se suicident, les grands actionnaires des industries agro-alimentaires captent la moitié de la valeur ajoutée après paiement des salaires et des impôts de production. Le Groupe Danone, par exemple, a versé l’an passé 1,2 milliard d’euros à ses actionnaires. Carrefour a vu ses revenus progresser de 8,3 % en supprimant 1000 emplois. Ses actionnaires ont reçu 409 millions de dividendes.

La question fondamentale n’est donc pas celle qu’on agite sous nos nez. La détaxation du Gazole non-routier ? Elle n’a pas été mise en application ! Le « pacte vert européen » ? La droite européenne alliée à la présidente de la commission l’a déchiqueté et il n’est pas non plus en application !

Trop de normes ! Il est vrai qu’il y a trop de paperasseries et d’injonctions contradictoires. Mais ce ne sont pas elles qui contribuent à diminuer le revenu paysan. Dès lors que d’énormes sommes de crédits publics sont octroyées, la conditionnalité des aides au service du bien commun est normale. Le gouvernement se précipite sur ce sujet pour une seule raison : préparer une loi dite « Pacte 2 » visant une nouvelle batterie de déréglementation au service du grand capital.

Il est donc temps d’aborder le problème fondamental : la rémunération du travail par des prix décents. L’insertion toujours plus grande de la production agricole dans un capitalisme mondialisé et toujours plus financiarisé détruit toujours plus de travail vivant, épuise les sols au risque de les rendre stériles. Ceci, afin d’augmenter la productivité par hectare et par unité de travail humain. Ce modèle est en train de montrer ses limites et ses effets pervers.

En 1946, en France, les paysans sont six millions. En 1960, ils sont 3,8 millions. En 2010, on ne comptait plus que 604 000 exploitations agricoles. Il y en a moins de 400 000 aujourd’hui. Sur ces dernières, la moitié des agriculteurs et agricultrices accédera à la retraite dans les dix ans à venir. Autrement dit, on peut se retrouver rapidement avec[U1]  à peine 150 000 paysans.

Voici le terrible bilan d’un vaste plan social exécuté dans un silence assourdissant.

Le travail agricole et la valorisation du capital en agriculture ont la spécificité d’être tributaires des cycles de la nature. Cette donnée a conduit le capitalisme à ne pas s’y investir directement. Il a donc choisi d’enserrer le travailleur-paysan dans un étau pour le réduire à l’état d’extracteur de minerai que les firmes pilotent, en accréditant l’idée que la matière première agricole est une marchandise – et non un bien commun – échangeable comme toute marchandise sur le grand marché mondial, jetant tous les paysans du monde dans les mâchoires de la « concurrence libre et (prétendument) non faussée ».

Cette tenaille, comprend d’un côté les industries d’amont de la production (fourniture des machines, d’engrais, de produits phytosanitaires) et l’industrie d’aval, soit les industries de la transformation et de vente sans oublier le rôle des banques dont personne ne parle. Or, dès le premier jour de l’installation d’un jeune agriculteur, la banque devient son maître. Il lui est assujetti, dès la première heure, avec la contraction de prêts pour se doter du capital productif – terre, bâtiments, machines. Et, sur ce capital qui – hormis la terre en certains endroits – se dévalorise, la banque prélève sa dîme, via les intérêts, alors que les prix et les volumes de production partant de la ferme sont fluctuants, tributaires des sols, du climat ou des maladies.

Ce sont les dérégulations successives qui ont ouvert la voie à la baisse des prix agricoles dans le cadre du « marché ouvert où la concurrence est libre » Pour compenser la pression sur les prix à la production, les institutions européennes et les gouvernements ont incité à l’augmentation de la production et à l’intensification du travail, à l’exploitation sans limite de la nature, avec une hyper mécanisation et surtout la dépendance infernale de la production vis-à-vis de l’industrie des engrais, des phytosanitaires et des protéines animales américaines ou brésiliennes. Les cultures ont été adaptées à ce modèle. Ainsi, après les autorisations de brevetabilité du vivant, les grandes firmes transnationales fournissent à la fois les semences modifiées génétiquement et les produits chimiques de traitement adapté à celles-ci. L’élevage laitier a été également poussé à l’élimination de races locales et à leur remplacement par des races nouvelles, importées, sélectionnées pour être des « Formules 1 » de la production laitière dépendante de ce soja dont la production détruit la forêt amazonienne. Le travail paysan est donc enserré, pillé, orienté par le grand capital qui fait pression pour augmenter la productivité. Or, la productivité du capital investi comme celle de la nature atteint aujourd’hui ses limites et met en difficulté jusqu’aux plus grosses exploitations. C’est, en réalité, pour tenter d’améliorer, cette productivité que « les normes » sont contestées. Il s’agit d’une fuite en avant désespérée aggravant encore l’exploitation mortifère du travail paysan et celle de la nature.

Ce sont les outils sécurisant le capitalisme mondialisé, qui ont laissé croire aux travailleurs-paysans qu’ils allaient vers la prospérité en se lançant dans la folle bataille sur les marchés internationaux. Or, les conditions de production des ovins en Poitou-Charentes ne sont pas les mêmes que celles du Royaume-Uni ou de la Nouvelle-Zélande. Celles des éleveurs du Charolais ou du Limousin n’ont rien à voir avec celles des parcs d’engraissement aux États-Unis ou en Australie qui comptent 150 000 bovins par ferme.

Cette mise en concurrence à armes inégales organisée le système pour faire baisser les prix à la production, engraissent les grandes firmes internationales tout en important d’énormes masses de gaz à effet de serre. C’était l’objectif des successives réformes de la politique agricole commune (PAC) et des traités européens qui ont détruit les principes de stabilité des prix de base intra-communautaire au profit du laisser-faire ultra-libéral. Puis en octroyant les crédits européens à la surface contre les unités de travail humain, ils ont poussé à la concentration agraire. Plus la ferme est grande, plus on touche d’aides. Plus aussi, le travail des agriculteurs qui restent est intensifié, surexploité. La création de l’organisation mondiale du commerce (OMC) contre l’instance internationale qui régulait les droits de douane à l’échelle mondiale (GATT) a ouvert toutes les vannes plaçant le paysan dans une guerre économique sans fin. Une quarantaine de traités de libre-échange ouvrant la voie à des importations agricoles et alimentaires à bas prix sont aujourd’hui actifs.

Ce sont toutes les contradictions de l’ultra-libéralisme et du capitalisme qui éclatent ces jours-ci, au point de l’ébranler fortement, même si celles et ceux qui se mobilisent ne le disent pas ainsi. Évidemment, les tenants du pouvoir et les grands médias ne veulent surtout pas ouvrir ce débat et poussent à la diversion. Ils peuvent tolérer une rébellion, pas une subversion du système.

En cherchant sans cesse à dépasser les contradictions entre les cycles de la nature et le talon de fer du capitalisme sur la production agricole, les mandataires du capital poussent à une fuite en avant qui aggravent l’ensemble des problèmes, car il y a des limites à la surexploitation du travail humain et du vivant. Alors, ils cherchent ainsi à fabriquer des produits alimentaires de synthèse et artificiels sans passer par la terre et le cycle de la nature. Le programme baptisé « robotique, génétique, numérique », lancé il y deux ans par le président de la République vise encore à éliminer du travail vivant, à concentrer encore les fermes, à uniformiser plus  les variétés végétales et animales, à ne tenir aucun compte de la biodiversité et de  la qualité des eaux.

Il n’y a pas d’issue positive sans remettre en cause fondamentalement ce système qui détruit la paysannerie et compresse les salaires, en même temps qu’il aggrave la malnutrition et dégrade la santé humaine et animale, réduit la biodiversité, désertifie les territoires.

L’heure est donc à inventer un nouveau projet de développement agricole et alimentaire à partir d’un statut de l’agriculteur qui doit être considéré comme un travailleur hautement qualifié tant ses fonctions et ses activités sont diverses. Un tel processus de renouveau agro-écologique favorable à la santé humain et animale passe par un grand débat démocratique auquel doivent être associés les paysans-travailleurs, les citoyens-consommateurs, les chercheurs et scientifiques, les élus locaux, les associations et les coopératives, les travailleurs des industries agroalimentaires.

Le combat pour obtenir des augmentations substantielles des salaires et des retraites et obtenir des prix de base intra-européens, pour une quantité donnée de production, doit reprendre. Cela nécessiterait de reconstruire des mécanismes de régulation et d’intervention. Des offices nationaux et européens par production combinée avec un dispositif de coefficient multiplicateur empêchant l’industrie de la transformation et de la distribution de multiplier les prix à la consommation par deux, trois ou huit par rapport au prix payé à la ferme permettraient une hausse et une sécurité des prix à la production sans préjudice pour les consommateurs. Une part du prix doit intégrer l’ensemble des fonctions du travail agricole pour la préservation de la biodiversité, la qualité alimentaire, de la vie rurale, ou la santé.

 L’efficacité et le mieux-être passent par le retour à des exploitations familiales à taille humaine combinées à des coopératives démocratiques s’inscrivant dans des projets agro-écologiques indispensables pour les paysans eux-mêmes. C’est la condition pour préserver leur santé et freiner les modifications climatiques dont ils sont déjà les victimes avec les destructions de récoltes.

La dénonciation des traités dits de « libre-échange » doit être engagée et  la « clause de sauvegarde sanitaire » de l’organisation mondiale du commerce » doit être activée dès lors que des importations de produits alimentaires ne respectent pas les « normes » environnementales en vigueur au sein de l’Union européenne et de la France. Cette clause de sauvegarde permet de suspendre durant au moins quatre ans l’importation des produits agricoles ou alimentaires traités avec des substances chimiques interdites sur notre sol.

La grande industrie phytosanitaire ou vétérinaire ne peut être exonérée de ses responsabilités dans les méfaits sur l’environnement et la santé des produits qu’elle fabrique. Elle doit être impliquée dans la recherche de méthode de soins aux cultures et aux animaux compatibles avec le progrès écologique en donnant la souveraineté sur la production aux travailleurs de ces industries. La relance d’une agriculture paysanne impose au secteur bancaire de renégocier jusqu’à supprimer des dettes tout en instituant des taux d’intérêts négatifs refinancés par la banque centrale européenne. On ne peut pas accompagner un grand plan d’installation de jeunes agriculteurs sur des fermes agro-écologique à taille humaine et organiser une bifurcation écologique associant les intéressés sans utiliser  la création monétaire, comme cela a été fait au moment de la pandémie de Covid et comme le font les États-Unis ou la Chine.

Toutes les initiatives et les expérimentations en cours pour les coopératives locales, les circuits courts, les actions des municipalités qui commencent à développer des projets alimentaires territoriaux notamment pour les cantines scolaires doivent être soutenues et aidées.

Permettre aux paysans-travailleurs de vivre de leur travail, préserver l’environnement, tout en faisant vivre le droit à l’alimentation pour toutes et tous constitue un même combat. Les travaux et les expérimentations en cours pour élargir l’œuvre d’Ambroise Croizat pour une sécurité sociale de l’alimentation peuvent devenir un levier permettant à la fois l’impulsion d’une agriculture durable et valorisante et la mise en œuvre d’un véritable droit à l’alimentation en quantité comme en qualité.

Le mouvement paysan en cours doit permettre d’initier un débat public de qualité pour un grand plan agro-écologique et alimentaire. Il portera en lui l’indispensable processus pour un post-capitalisme qui préserve le vivant.

Patrick le Hyaric

30 janvier 2024


 [U1]


Laisser un commentaire

Commentaire

Nom *

Les champs marqués * sont obligatoires

Email *

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Restez en contact

Inscrivez-vous à la newsletter