La force d’une promesse

le 10 octobre 2009

Editorial de l’Humanité

Plus encore qu’un simple symbole, le choix surprise du comité des Nobel d’attribuer son prestigieux prix à Barack Obama, est un puissant message politique adressé aux peuples du monde. Les Nobel n’ont donc pas récompensé des actes, mais de l’audace, des intentions positives, une grande promesse ou plus, un espoir en un avenir meilleur.

Dans un monde violent,obama-nobel-reax-091009_330[1]bousculé par un terrible séisme financier, par le fossé des inégalités,  par des bouleversements écologiques inconnus jusque là, par des tensions et des guerres, le grand jury d’Oslo souligne aussi les urgences auxquelles est confrontée l’humanité.

  Le Nobel de la paix doit servir à passer aux actes.

En rejoignant le Panthéon d’illustres personnalités telles que Martin Luther King,  Mère Theresa, Aung San Suu Ky, Mandela, B. Obama est ainsi confirmé comme l’homme de la rupture avec la politique belliciste, guerrière, nationaliste du bushisme, avec le voile que cette politique réactionnaire avait jeté sur les enjeux climatiques et environnementaux dès lors que les Etats-Unis avaient refusé de signer le protocole de Kyoto.

C’est aussi le rejet de cette sinistre et mortifère théorie de la guerre des civilisations. Le Nobel de la paix doit servir à passer aux actes. C’est l’urgence !

Il semble paradoxal qu’il soit attribué à un chef d’Etat qui occupe d’autres Etats, notamment l’Afghanistan et l’Irak. Cela ne fait que renforcer la nécessaire mobilisation des peuples pour des solutions diplomatiques, politiques à ces guerres, afin que les Irakiens et les Afghans retrouvent leur souveraineté politique et économique.

Le journal de Jaurès que nous sommes ne peut que saluer les efforts engagés pour annuler l’installation des boucliers anti-missiles aux frontières polonaise et tchèque, pour le vote de la résolution appelant au désarmement atomique et à la non construction de nouveaux arsenaux nucléaires, les recherches d’une voie diplomatique au lieu de la confrontation avec l’Iran, la nomination d’un émissaire chargé de rechercher une solution pour un Etat palestinien aux côtés d’Israël, la fermeture de la sinistre prison de Guantanamo.

Malheureusement pour l’instant, les résultats sont quasi nuls. Mais ceci devrait faire réfléchir les dirigeants français qui, à l’opposé, ont réintégré la France dans l’Otan, retirent la main tendue par la Turquie, jouent la stratégie de la tension avec l’Iran, expédient en Afghanistan à la fois des troupes militaires et des charters de réfugiés fuyant les talibans.

Le chemin reste encore long pour lever tous les obstacles à un monde plus harmonieux, débarrassé de la pauvreté, de la famine, des guerres et des destructions environnementales. Les stratégies de domination, de guerre économique, inhérentes au capitalisme s’y opposent. Le Nobel est donc un appel au courage politique, à la fermeté pour que les Etats-Unis en coopération avec tous les Etats et les peuples du monde, s’engagent plus avant dans la résolution des graves problèmes actuels, au premier rang desquels la pauvreté, l’odieuse dette du tiers monde, les guerres et les conflits, la construction d’un véritable Etat Palestinien, aux côtés de l’Etat d’Israël, dont la sécurité doit être garantie.

Le Président américain doit aussi accompagner les peuples d’Amérique Latine dont il devrait faire respecter les votes au Honduras, en rétablissant M. Zelaya dans ses fonctions, refuser l’implantation des bases militaires en Colombie ou encore faire cesser le blocus contre Cuba et libérer les cinq de Miami.

La surprise crée hier matin par le comité Nobel de la paix est plus un encouragement pour des choix nouveaux que la consécration de réalisations concrètes dont nous souhaitons ardemment qu’elles se réalisent. C’est la force d’une belle promesse et d’un espoir que nous partageons. Ils demandent la mobilisation des peuples pour entrer dans la vie.

Laisser un commentaire

Commentaire

Nom *

Les champs marqués * sont obligatoires

Email *

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Restez en contact

Inscrivez-vous à la newsletter